Financer les cultes pour déguster un steak? Jamais !

Publié le 28 février 2012 - par - 1 798 vues
Share

Désespérante la position de nos responsables politiques et de nos médias suite aux révélations sur l’ abattage  « halal ». Ont-ils tous perdu la boussole ou l’aiguille de celle-ci s’est-elle fixée définitivement vers la Mecque ? A ce jour je n’ai entendu qu’un seul journaliste Olivier Mazerolle sur BFM TV (1) rappeler que, jusqu’à nouvel ordre, nous étions dans une République laïque et qu’il était anormal qu’une minorité religieuse impose,  aux Français, petit à petit, une manière d’abattage obéissant à son rite. Au contraire, Paul Amar, samedi, a essayé de nous convaincre dans la fin de son  émission  de la normalité de tout ceci et qu’il  n’y avait aucune raison pour ne pas  manger halal  et que tout était la faute de MLP. Qu’il nous permette de ne pas être d’accord !

Que la viande provienne d’animaux de qualité, n’en doutons pas, que l’abattage rituel ne présente pas plus de risques sanitaires que l’abattage électrique est plus  contestable. Rappelons-nous 2005 et l’affaire des steaks hachés de la société Soviba contaminés par le O157H7 une Eschericia coli particulièrement pathogène. On avait conclu à une manipulation malheureuse lors de l’éviscération, un muscle étant entré en contact avec la-dite bactérie par les viscères. Il avait fallu à l’époque agir très vite, mobiliser 750 personnes chez Leclerc afin de récupérer, en urgence, 13.000 paquets de steaks risquant d’intoxiquer les consommateurs du sud-ouest… On voit bien que ce n’est pas une chose anodine. Or les vétérinaires ont tiré la sonnette d’alarme sur le danger de l’abattage rituel quant à la possible contamination de la viande par une bactérie E Coli pour cause de reflux du bol alimentaire. Le stress, la souffrance de l’animal, sa volonté de survivre qui peut aller jusqu’à 15 à 20 minutes peuvent provoquer ce retour alimentaire qui se dépose alors sur les muscles qui servent plus particulièrement à la confection des steaks !

Pourquoi donc mentir sur les risques ?

Depuis cette affaire d’abattage rituel révélée par Envoyé spécial on ne sait pas trop comment en sortir alors on continue de mentir. On ment sur les risques, on cache la violence  de l’abattage. On ment, par omission,   sur une question fondamentale: les médias ne mettent  pas en évidence que chaque achat de viande halal ou casher participe au financement du culte. Et là on ne comprend pas pourquoi  les partis politiques, qui devraient normalement défendre la laïcité, ne montent pas au créneau…. ! On ment aussi quand on ne précise pas que des pays européens ont déjà décidé d’interdire ce type d’abattage rituel. 

Imaginons une minute, une minute seulement, que les instances catholiques, décident d’aller bénir le pain dans les grandes chaînes de fabrication de pain industriel et demandent, pour compenser le business halal/casher, de récupérer, elles aussi,  une manne financière  pour leurs bonnes œuvres ? Gageons que les politiques et les médias dénonceraient alors, certainement haut et fort: « une ingérence religieuse inadmissible du lobby catho de Saint Nicolas du Chardonnet »! Ne doutons pas un seul instant que tous rappelleraient, à grands coups de trompette, que notre République est laïque ! On voit bien le « deux poids deux mesures » !

La population française se moque, comme d’une guigne, de savoir si MLP peut exploiter  le sujet ! Elle est actuellement profondément chamboulée par ces révélations, choquée de l’ intrusion de la religion jusque dans son assiette. Ce Dieu qui a arrêté le bras d’Abraham prêt à sacrifier son fils, n’est-il pas capable aujourd’hui, au XXI ème siècle,  d’arrêter le bras des égorgeurs d’animaux  et de leur conseiller des manières d’abattage plus douces?  Je n’ose pas croire que les communautés juive ou musulmane soient, en majorité, pour la perpétuation de rites religieux violents alors que l’on peut faire autrement pour limiter la souffrance animale. Il y a vraisemblablement des croyants qui ne mangent ni casher ni halal, aujourd’hui ils devraient parler ! S’ils se taisent doit-on en conclure que cette violence  va perdurer? Pour combien de temps encore? Les religions ne devraient-elles pas aller vers plus d’humanité? 

Au delà de la violence envers les animaux, il est aussi question de liberté. En France personne n’est obligé de manger du porc, pourquoi  contraindre certains d’entre nous à manger, sans le savoir,  une viande halal/casher en interdisant la traçabilité ? Qu’on exempte donc les Français, de consommer une viande abattue de cette manière qui ne correspond pas à la culture  de la majorité d’entre eux. Nous devons retrouver, une hygiène dans les abattoirs  dont Envoyé spécial révélait que les normes sanitaires étaient déplorables dans bon nombre d’établissements. Il nous faut aussi définir une éthique française  d’abattage et, s’il le faut, exiger un label laïque !

Résistons ! Ne soumettons ni nos entrailles ni nos esprits libres! Ne cédons pas un pouce aux intégristes passéistes du business religieux ou aux grandes firmes adeptes de l’abattage rituel! Ni halalisalisation de nos tubes digestifs ni Allah-lisation de nos âmes!

Responsables politiques il faut vous ressaisir, des mesures d’urgence s’imposent pour le respect de nos libertés !

Chantal Crabère

(1) Bravo aux Verts du Blog de Bagnolet qui ont produit un article sérieux sur le sujet : http://www.bagnoletenvert.com/article-sur-les-abattages-rituels-99929090.html

PS on peut tous entreprendre une grande action citoyenne de sensibilisation sur le sujet auprès de: nos élus,  nos bouchers, des grossistes en viande, des restaurateurs, des intendants de cantines scolaires ou de collectivités. Exigeons qu’on nous  procure une viande abattue dans le souci du respect de la souffrance animale c’est-à-dire, avec étourdissement électrique préalable, comme conseillé par l’Union Européenne.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.