Finissons enfin la Seconde Guerre mondiale !

Il existe deux tendances dans l’enseignement de l’histoire, l’une maintenant la verticalité d’une nation en lui transmettant une histoire mythifiée mais nécessaire pour que perdure sa santé mentale et donc physique (la monumentalische Historie de Nietzsche), l’autre massacrant la nation par des calomnies tout aussi légendaires en lui jetant à la figure de minuscules mots-clés qui brouillent sa psyché. Le rôle d’un pseudo-intellectuel socratique professeur universitaire est ici flagrant : les termes issus de la première moitié du siècle passé ayant perdu l’ensemble de leurs liens avec la réalité, à savoir « fasciste » ou « national-socialiste » (« nazi » comme le disent ces minables), sont utilisés sans vergogne et se déversent dans les discours politiques via des démagogues tout aussi frénétiques que leurs maîtres.

Pour ces professeurs universitaires qui sont d’authentiques commissaires engagés dans une idéologie de la niaiserie féministe et du racisme anti-Blancs, tout politicien qui s’oppose à la démolition de l’humanité occidentale est un « fasciste ». Cela va de Bolsonaro à Trump, en passant par Poutine ou Orban. Dans leurs réflexions professorales, ces haut gradés de nos universités occidentales ne dissimulent même pas leur infantilisme, leur engagement anti-Poutine correspondant en vérité à leur haine envers leur propre peuple de l’Ouest, lesquels tentent de ne pas se faire remplacer : la révolution conservatrice de l’État russe serait le dernier soutien des patriotes traditionnels de France, d’Italie, d’Allemagne ou de Suisse.

Il est en effet temps de clôturer la Seconde Guerre mondiale ! Il est temps d’abolir ces lois mémorielles frustrantes et iniques qui offrent toute-puissance à des créatures anthropoïdes qui terrorisent les peuples indo-européens dès que leurs élites authentiques tentent un sursaut. Ce refus de mettre un terme à la Seconde Guerre mondiale monte les peuples les uns contre les autres, les faisant s’entrechoquer de façon quasi satirique – ce qui fait sans doute jouir les grands pervers qui les ont manipulés grâce à des générations de professeurs universitaires lâches et gamellards. Ainsi, nous voyons actuellement des confrontations aristophanesques de « nazis » et de « fascistes » : quand la Russie mène une attaque contre l’Ukraine, le président de ce pays traite l’assaillant de « hitlérien » et de « fasciste » [1] ; les Russes, de leur côté, conduisent un assaut contre les Ukrainiens pour les « dénazifier » : « Ukraine : lors d’un échange, Poutine dit à Macron vouloir la Crimée et « dénazification » de l’Ukraine. »[2].

Cependant, pour nos braves démocrates occidentaux qui sont prêts à se battre contre la dernière puissance traditionaliste europo-chrétienne qu’est la Russie mais seulement jusqu’au dernier soldat ukrainien, il n’y a naturellement pas de « nazi » en Ukraine, et un Macron (président de la République française me semble-t-il ?) sombre publiquement dans un délire à ce propos en accusant la Russie de souiller la Shoah : « … cette guerre n’est pas un conflit entre l’Occident et la Russie (…) et encore moins une lutte contre le nazisme, c’est un mensonge, une insulte à l’Histoire de la Russie et de l’Ukraine (…) Les dirigeants russes s’en prennent à la mémoire de la Shoah en Ukraine. »[3]

Bien que soyons honnêtes, si vous maîtrisez l’ukrainien et le russe et que vous vous intéressez à ce qui se passe en Ukraine depuis 2014, vous y retrouvez les étendards des Waffen-SS Galicie (« 14. Waffen-Grenadier-Division der SS, ukrainische Nr. 1 ») affichés et honorés lors de défilés si bruyants que leurs échos ont atteint d’autres continents et que même le ministère des Affaires étrangères israélien s’en inquiète : « Israel’s Foreign Ministry condemned the holding of a parade in Ukraine celebrating the establishment of a Nazi SS division.  « The Ministry of Foreign Affairs is concerned at last night’s parade, held in the heart of the city of Kiev, to mark the establishment of the SS “Galicia” Division. The SS Waffen units were involved in some of the worst crimes that took place during the Holocaust, » the ministry stated. »[4] Alors, sans vouloir prendre parti, j’aimerais inviter nos professeurs universitaires idiocrates engagés et leurs élèves, nos élus démocratiques, à m’épargner la forme aggravée de leur dissonance cognitive étalée au grand jour et à répondre aux questions suivantes légitimes : est-ce Poutine, quand il attaque l’Ukraine, qui exagère sur les « nazis » ukrainiens et « s’en [prend] à la mémoire de la Shoah en Ukraine », Macron dixit [5] ? Ou est-ce le ministère des Affaires étrangères d’Israël qui ment quand il annonce officiellement que les nationaux-socialistes ukrainiens s’attaquent à la Shoah : « « Preserving the memory of the Holocaust and fighting against anti-Semitism are not only internal matters for each country, but are part of the collective responsibility of human societies wherever they may be. »  « We condemn the continued glorification of Nazi collaborators and expect the Ukrainian government to unequivocally condemn all such phenomena and prevent them from being repeated, » the ministry statement concluded. » [6] Ou peut-être nos braves professeurs ou présidents européens sont-ils plutôt des racistes anti-Blancs et, dès lors que vous êtes un pion qui s’attaque à une puissance traditionaliste telle que la Russie, tout vous est permis ?…

Car naturellement pour ces dirigeants occidentaux souffrant d’un aveuglement sélectif, c’est autour de leur adversaire local type Zemmour qu’ils retrouvent soudain les mêmes « nazis » – qu’ils lui balancent allègrement à la figure du matin au soir, et cela, depuis les crasseux socialistes jusqu’à la fille de Jean-Marie Le Pen [7]. Et pendant qu’il est accusé d’être entouré de « nazis », Zemmour se trouve d’autres « intellectuels » outre-Manche, eux aussi luttant contre les « nazis » et les « fascistes » authentiques. Ces derniers ne se gênent pas pour annoncer que c’est le Juif qui est la victime éternelle des « fascistes » car c’est le Juif qui, nous précisent ces simplets britanniques, serait l’ennemi par excellence des « fascistes » en tant qu’agent de la perversion des Européens chrétiens : « Central to European fascism is the idea that it is the Jews who are the agents of moral decay. According to European fascism, it is the Jews who bring a country under the domination of (Jewish) global elite, by using the tools of liberal democracy, secular humanism, feminism and gay rights, which are used to introduce decadence, weakness and impurity. Fascist antisemitism is racial rather than religious in origin, targeting Jews as a corrupt stateless race who seek global domination.  Fascism justifies its violence by offering to protect a supposedly pure religious and national identity from the forces of liberalism. In the west, fascism presents itself as the defender of European Christianity against these forces, as well as mass Muslim migration. Fascism in the west is thus increasingly hard to distinguish from Christian nationalism. » [8] Ce manichéisme à deux balles de nos détraqués ne sait naturellement pas où ranger les Juifs tels Zemmour (sans doute un allié de l’islam contrairement au « fasciste » si brillamment décrit par l’« intellectuel » plumitif anglais cité ci-dessus) ou l’auteur de ces lignes, tous deux « nazis » et « fascistes », cela va de soi. Mais ce n’est pas pour autant que ces niaiseries ne sont pas appréciées par d’autres anti-Poutine, professeurs-commissaires hystériques de nos universités. Cette haine qui les pousse à massacrer l’humanité ne pouvant exister que dans le cadre traditionnel transforme ces idiocrates salariés en propagandistes d’une bêtise absolue.

Il est peut-être temps qu’une révolution conservatrice s’opère dans les esprits occidentaux, s’il en reste encore quelques-uns, et que la Seconde Guerre mondiale appartienne enfin au passé avec ses lois mémorielles psychopathiques – permettant la libération du Logos. Cette libération ne sera pas possible tant que nos facultés ne seront pas purifiées des commissaires politiques qui confondent la Science et l’application de la ligne générale de lobbys unis selon leur pathologie : le retour à la tradition, et donc à l’équilibre civique, restera inenvisageable tant que les Universités ne se débarrasseront pas de ces « professeurs » méprisant l’ordre, la beauté, le savoir.

Ce fut l’un des principaux sujets de ma dernière interview en langue française accordée en Suisse à Piero San Giorgio :

« Guerre en Ukraine et planète des singes avec Anatoly Livry » 

https://www.youtube.com/watch?v=uMVEvslu2Mc

Dr Anatoly Livry, Altdorf, Switzerland

[1] «Президент Владимир Зеленский сравнил атаку российских войск на Украину с вторжением гитлеровской Германии в 1941 году. Такие параллели он провел в своем видеообращении в четверг, 24 февраля. « Россия подло, самоубийственно напала ранним утром на наше государство. Точно так же, как это сделала фашистская Германия в годы Второй мировой войны. С сегодняшнего дня наши государства по разные стороны мировой истории. Российское государство стоит на пути зла », — подчеркнул Зеленский.»: «РФ напала подло, как фашисты в годы Второй мировой — Зеленский», Новое Время, Kiev, le 24 février 2022.

[2] BFMTV, Paris, le 28 février 2022.

[3] Emmanuel Macron dans son allocution du 2 mars 2022.

[4] «Ukraine: Parade celebrates founding of SS ‘Galicia’ Division Israel demands Ukrainian government condemn parade celebrating establishment of division of Nazi collaborators.», Arutz Sheva – Israel National News, 24 April 20221, https://www.israelnationalnews.com/news/305285.

[5] Emmanuel Macron dans son allocution du 2 mars 2022.

[6] «Ukraine: Parade celebrates founding of SS ‘Galicia’ Division Israel demands Ukrainian government condemn parade celebrating establishment of division of Nazi collaborators.», Arutz Sheva – Israel National News, 24 April 20221, https://www.israelnationalnews.com/news/305285.

[7] Marine Le Pen: « Il y a des gens autour d’Éric Zemmour qui sont des nazis », 1 mars 2022 à BFMTV.

[8] Jason Stanley, « L’antisémitisme qui anime la prétention de Poutine à « dénazifier » l’Ukraine », The Guardian, London, 26 Februar 2022.

image_pdfimage_print
6
2

6 Commentaires

  1. Voilà un débat qui honore Riposte Laique et celui qui le propose .. A condition qu’il soit libre , où les gaulois , les juifs , les russes , les allemands , les « nazis  » , les communistes et les fascistes , les GOYS et les Sémites ,les petainistes et les Gaullistes , participent LIBREMENT et à égalité de chance d’être entendus … On ne veut pas de débat mondain ou un débat de Sophistes .Que chacun défende ses positions , son identité , son aspiration mais que chacun écoute l’autre … Et que ce ne soit surtout pas le MONOLOGUE TOTALITAIRE PERPETUEL des mediolgiques et des propagandistes juifs comme sous la Kommandanture et sous les auspices des Marabouts et autres Filousophes comme BHL ( comme cela se passe dans les Médias ) . Ouvrons donc le débat … oui C’EST ESSENTIEL , revenons à la 2eme Guerre mondiale : comment la terminer ? ( que le dialogue soit sans conditions !!!)

  2. DÉBAT SUR LA GUERRE ET LA PAIX EN EUROPE : D’abord pour les russses , pour les Gaulois , pour les chrétiens Orthodoxes et les chretiens en général et pour les GOYS en Europe ( combien sont -ils ? Des millions , ) LA GUERRE « OCCIDENTALE » ET LES BOMBARDEMENTS DE L’OTAN , sans meme un mandat de l’ONU et COMMANDES PAR L’AGENT JUIF BHL et ses compères tous Juifs dits français , contre la SERBIE , pays souverain , et dépecée au profit d’enclaves Otomanes islamistes dans les Balkans et avec un financement islamique arabe saoudien et qatarien .. CETTE GUERRE N’EST PAS TERMINÉE et se poursuit en UKRAINE ET EN FRANCE …

  3. il y a les bons, les progressistes, européistes, américains et les autres, dont le grans satan poutine

  4. « ces dirigeants occidentaux souffrant d’un aveuglement sélectif »
    Par cette phrase vous avez tout résumé!
    Tout à fait nous avons à faire à des élites occidentales idéologues, méprisantes vis à vis de leurs populations autochtones.
    Nous courons un grave danger à laisser en place cette faune de malfaisants!

  5. Une constante de toute manière, ce n’est pas aux politicards de dire l’histoire, ni à fortiori de l’imposer. Les lois memorielles doivent être abolies

Les commentaires sont fermés.