Flics fascistes, Islam de paix : Si Yves Rénier le dit, c’est que c’est vrai…

Publié le 14 mai 2014 - par - 2 931 vues
Share

bonnet_d_aneIl est d’un bloc, Yves Rénier. Les flics sont de droite mais tous ne sont pas fascistes. Enfin, tout de même, il y en a qui sont de droite et fascistes. De toute façon, être de droite, c’est caca-fasciste. Comme pour la drogue. Au bout d’un an, ils sont tous camés, les pandores. C’est un flic qui le lui a dit, à Rénier, donc si Rénier le dit, t’as qu’à croire. Mais encore une fois, faut pas généraliser, les flics de Droite sont sûrement plus vérolés que les autres.

C’est comme l’Islam. Tous les musulmans ne sont pas intégristes. Ouf, on respire. Rénier a fait le tri, en fin de compte, Boko Haram, c’est l’équivalent des flics français fascistes de droite. Le reste est sain, on peut lui faire confiance, juré-ta-mère sur la bonde d’un tonneau de Black Label. On n’avait pas compris. Il sait, lui, Rénier, et on sent bien que toute remarque allant éventuellement contre le formidable courant de sa pensée sera immédiatement classée dans le tiroir « Pétain ». Rénier sait. Point. Tu veux passer pour un fasciste ? Non ? Alors, ferme ta gueule et branche-toi sur les enquêtes du commissaire Moulin. Bonne nuit.

« Commissaire du peuple ? ».

« Tu veux une baffe ? Morandini a failli s’en prendre une. »

http://www.jeanmarcmorandini.com/article-320791-exclu-yves-renier-bien-sur-qu-une-partie-des-flics-est-facho-raciste-et-d-extreme-droite.html

Rénier, c’est la France qui s’impose au monde. Sûr que l’autrefois sympathique globe-trotteur copain d’Edward Meeks (l’homme qui promène le toutou de sa femme dans les Salons du Livre) aurait suivi d’Estienne d’Orves, en 1940. Jusqu’au supplice. On sent chez lui l’âme d’airain, la volonté de servir, le courage conscient du pompier new yorkais modèle 9/11. Un exemple de sacrifice pour la jeunesse  !

Retour sur image. C’est moins glorieux, disons que le titi parisien rigolo a fait place au prioritaire pour les tickets de rationnement. Il y a donc, en Gaule, trois quarts de siècle après le martyre du tout premier résistant aux nazis, chrétien de Droite, patriote, donc fasciste en puissance justement puni par l’occupant si je comprends bien Rénier, un reliquat de vieux débris bouffés par le cabernet franc, coqs déplumés accoudés au zinc des génies méconnus, caricatures vivantes capables de se chier sur l’estomac pour dix minutes de gloire quasi-posthume à la table de leurs semblables en pâmoison. Dur constat, sur scène de crime. J’avoue préférer à ce moraliste pur malt rectifié vieille prune son personnage de fiction, comme on préfère malgré tout la photo de la tante Olga dans sa baignoire aux branlées qu’elle vous administrait quand vos parents vous confiaient à sa garde.

Alain Dubos

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.