Fnac : et si le drapeau outragé avait été celui de l'Algérie ?

Sans être cocardier, je suis révolté par ces deux outrages au drapeau, le premier à Toulouse en novembre 2009 accueilli complaisamment par la municipalité, et maintenant cette photo honteusement primée par la FNAC. Plus que par les faits eux-mêmes, je suis choqué par l’absence de réactions adaptées.
Madame Alliot-Marie a déposé plainte, et c’est très bien. Le procureur, peu concerné semble-t-il par cet outrage au pays qui l’emploie, classerait l’affaire au motif qu’une création de l’esprit ne peut donner lieu à poursuites (info France-Inter). Le directeur de la FNAC, homme apparemment sans grande éthique, a « retiré la photo avec l’accord de l’auteur » quand il a constaté que cette photo choquait. Quelle décision courageuse !
Mais j’ai la fâcheuse impression que cette tolérance est extrêmement directive ; imaginons en effet deux scénarios un peu différents :
– Le drapeau algérien remplace le drapeau français sur la photo incriminée; scénario tout à fait irréaliste, car la photo aurait été immédi
atement rejetée avec effroi par le jury de la FNAC: risque de fatwa oblige.
– Donnant libre cours à mon esprit facétieux et créateur, je compose et publie une photo montrant le procureur en habit de fonction, se torchant avec le drapeau algérien. Alors là, j’aurais tendance à douter de la tolérance de ce procureur ; je suis même convaincu de tomber sous le coup de deux ou trois inculpations, celle d’outrage à magistrat, celle d’incitation à la haine raciale, et peut-être aussi celle d’outrage à pays ami.
Je vous rassure, mes inhibitions m’interdiraient ce genre de facétie, pas plus que je ne me permettrais d’insulter telle ou telle religion.

Encore la burqa

Unis dans le même renoncement, monsieur de Villepin et monsieur Hollande adhèrent à la recommandation du Conseil d’Etat. Ils ne semblent concernés :
– Ni par le signal négatif aux pays musulmans qui encouragent un Islam tolérant et à visage humain ;
– Ni par l’outrage aux femmes musulmanes de notre pays que leurs pères, maris ou frères pourront librement contraindre à sortir masquées ;
– Ni par le souhait des simples citoyens qui ne reconnaissent plus leur pays.
Ils ne réalisent pas que les fondamentalistes testent la solidité de nos principes républicains ; le récent incident de la conductrice masquée à Nantes, convoquant le mari (qui semble sorti d’une bande dessinée satirique) l’avocat et la presse, en est une preuve flagrante. Il y a même eu, me semble-t-il, une intervention de monsieur Ramadan. Si ce test est positif, il y en aura d’autres ; l’éventail des possibilités est très large ; restant dans le domaine de la conditions des femmes, par exemple, il faut rappeler les châtiments corporels préconisés par un certain mollah de Lyon, il y a quelques années ; ce mollah avait été expulsé, puis l’expulsion annulée par un magistrat complaisant pour « vice de forme », il avait été réinvité en France.
Est-ce le dogme « anti-Sarkozy « qui leur fait perdre tout bon sens, dès lors qu’ils ont une occasion de s’opposer à un souhait du président ? Ce n’est heureusement pas le cas de tous les opposants à monsieur Sarkozy.
Daniel Breton

image_pdf
0
0