1

Football : les banderoles anti-Qatar vont-elles être jugées racistes ?

BanderolleStEtiennePSG

Le Qatar va-t-il imposer la loi du silence dans les stades français ? Il n’a même pas besoin de le faire, les soumis de la Ligue Professionnelle de Football, Frédéric Thiriez en tête, veillent.

Personne n’a oublié l’attitude minable du président de la LPF, suite à un match entre le PSG et Lens, où il avait osé désavouer un arbitre, et présenter ses excuses au président qatari du club de Paris… en anglais.

Il a suffi, cette fois, que des supporters stéphanois osent déployer de grandes banderoles, lors de la rencontre contre le Paris Saint-Germain, pour que les instances convoquent immédiatement les dirigeants du club, accusés de ne pas avoir su préserver la bonne réputation du bienfaiteur du football français.

Rappelons qu’il y a quelque temps, le club corse de Bastia avait subi les foudres disciplinaires de la Ligue, et dû acquitter, à son tour, une amende, à cause de cette banderole qui ne disait pas que des bêtises…

BanderolebastiaqatarA une époque où le Qatar a essayé de faire condamner Florian Philippot par le justice française, suite à ses déclarations sur l’implication de cette monarchie pétrolière dans les attentats (avec la complicité de l’avocat des Républicains et de Mignard, proche de Hollande), on ne peut que constater que le football, autrefois sport populaire, est devenu un lieu-culte de la dictature du politiquement correct, où les classes moyennes et supérieures, à Paris, ont remplacé le supporter d’autrefois, d’origine plus modeste.

Dans le football d’aujourd’hui, on est dans l’air du temps. La culture mondialiste est reine, on abolit les frontières, et plus question de quota de nationalité. L’argent est roi, il coule à flots. On a même attribué une coupe du monde au Qatar, pour 2022. Dans ce contexte, bien évidemment, on multiplie la propagande antiraciste, alors que les équipes françaises professionnelles ressemblent de plus en plus à des clubs africains où il surnage quelques européens d’origine (voir les clubs bretons, notamment). De manière surprenante, il n’y a que le Paris Saint-Germain qui ne recrute pas en Afrique, et n’aligne pas de musulmans !

On se souvient également de l’indécente défense du musulman Benzema par le patron du football français, le socialiste Noël Le Graët, alors que l’avant-centre du Réal Madrid a juste été un complice actif de tentative de chantage et d’extorsion de fond contre son coéquipier de l’équipe de France, Mathieu Valbuena.

On se rappelle aussi, à l’époque où le PSG n’était pas encore qatarisé, et où il avait des supporters rebelles de culture populaire, de cette banderole très drôle, brandie à l’occasion de la venue de Lens, au lendemain de la sortie du film de Dany Boome. Sarkozy, présent au Parc, avait exigé qu’on l’enlève tout de suite. Cette banderole avait provoqué un scandale énorme, qui avait occupé l’actualité quarante-huit heures. Cinq supporters avaient été jugés, et le maire socialiste de Lens avait accusé les Parisiens de « racisme anti-chtis », rien de moins !

Bienvenuechezleschtis

Bref, à présent, dans les stades de football, il faut bien se tenir à table. On tolère encore les « aux chiottes l’arbitre ! », « Marseille, Marseille, on t’encule ! » au Parc des Princes, « Parisiens enculés, Parisiens enculés », à Marseille, mais surtout pas touche au Qatar, et vive l’antiracisme de propagande !

On attend donc avec impatience que les racketteurs de l’antiracisme décrètent, comme le maire de Lens, que ces banderoles contre le Qatar sont des actes racistes. Allez, camarades, il y a du pognon à se faire !

Paul Le Poulpe