Football : Les Qataris veulent virer le seul entraîneur noir du championnat de France !

Publié le 19 décembre 2011 - par - 1 539 vues
Share

On se souvient de la fameuse affaire, révélée par le site Médiapart, sur le racisme supposé des instances de la Fédération Française de Football, et du sélectionneur Laurent Blanc. On n’a pas oublié que Lilian Thuram et Yannick Noah avaient soutenu l’offensive du journal d’Edwy Plenel, avec un argument étonnant. S’appuyant sur le fait que la majorité des footballeurs qui évoluaient dans le championnat de France de football étaient issus des pays post-coloniaux (ce qui parait assez contradictoire avec la vision d’un milieu gangréné par le racisme), nos deux milliardaires bien-pensants avaient pointé du doigt le fait que, sur les bancs de touche, les entraîneurs étaient encore majoritairement blancs ! S’ils avaient vraiment suivi le football, ils sauraient que la majorité des pays africains prennent des sélectionneurs européens ou d’Amérique du sud, mais l’essentiel était de faire passer par tous les moyens un message politique : La France et son football sont racistes !

On s’étonne alors de leur silence assourdissant devant le scandale qui se prépare. Il n’y a en France, en Ligue 1, qu’un seul entraîneur de couleur, il s’appelle Antoine Kombouaré, et est kanak. L’an passé, il a amené son club, le Paris-Saint-Germain, en coupe d’Europe, et, cette année, avec un recrutement de 80 millions d’euros permis par les chèques de l’émir du Qatar, le PSG est en tête du classement, à égalité avec Montpellier. Pourtant, depuis le début de l’année, à chaque match, on a l’impression que l’entraîneur de la capitale joue sa tête. La raison ? Est-il incompétent ? Non, les résultats parlent pour lui. Mais l’homme de confiance de l’émir s’appelle Léonardo, c’est un ancien international brésilien, par ailleurs parfait dandy qui convient au look de la jet-set parisienne. Antoine n’a pas de maîtresse dans le show biz, il ne dîne pas en ville, c’est un homme simple, honnête et travailleur. Mais il n’a pas le profit adapté au look parisianiste du club. Léonardo rêve donc d’amener avec lui un homme de confiance, par ailleurs italien, Carlo Ancelotti, ancienne entraîneur de grandes équipes européennes comme le Milan AC ou Chelsea. Il n’y a qu’un problème : il est difficile de virer un entraîneur dont l’équipe est en tête du championnat de France, encore davantage quand il est le seul qui ne soit pas d’origine européenne…

On aurait attendu des associations dites anti-racistes, de Yannick Noah (qui, bien qu’il passe son temps à donner des leçons à notre pays, refuse de payer ses arriérés d’impôts en France), de Lilian Thuram (cet anti-raciste qui demandait 20.000 euros pour parler 2 heures à Strasbourg), qu’ils montent au créneau pour défendre le seul entraîneur de couleur du championnat de France de football, et expliquer que son licenciement constituerait un bien mauvais message.

Or, nous avons droit à un silence assourdissant. Les raisons ? Le Qatar, non content d’avoir acheté le club de la capitale, vient d’obtenir les droits télé pour trois ans. Autrement dit, il est devenu incontournable pour financer le championnat de France, sachant que les droits télé ont une place essentielle dans l’équilibre économique des clubs professionnels. Ajoutons que Sos Racisme bénéficie de conventions avec le PSG, lui permettant, sans doute avec quelques compensations, de faire passer des messages politiques défendant le multiculturalisme.

http://www.sos-racisme.org/content/sos-racisme-et-le-psg-organisent-%C2%AB-la-journee-du-respect-%C2%BB

Selon le vieil adage, on ne mord pas la main qui nourrit. On assistera donc probablement, dans les jours ou les semaines qui suivent, dans l’indifférence générale, à la disparition du seul entraîneur de couleur du championnat de France de football. Les antiracistes Thuram-Noah regarderont ailleurs, et trouveront bien un autre prétexte pour nous vendre leur discours culpabilisant. Par exemple un spectateur imbécile qui criera un slogan raciste, dans un stade 50.000 places. Ou bien un joueur marocain évoluant à Auxerre, Kamel Chafni, qui, après avoir insulté juge de touche et arbitre, se fera fort justement expulser pour son attitude de racaille… et accusera le premier d’avoir tenu des propos racistes à son égard. Cela s’est déroulé ce samedi, à Brest. Faisons confiance aux journalistes de l’Equipe pour noircir du papier sur cet épisode, pour balancer en pâture le juge de touche, son nom et sa photo, et aux anti-racistes pour expliquer que c’est la faute à Guéant, Sarkozy et Marine Le Pen, et qu’il leur faut davantage de subventions pour combattre la bête immonde qui gangrène le football !

Mais pas touche aux Qatar, ses esclaves et ses milliards !

Pierre Cassen

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.