L’édito d’Elisabeth Lévy


Les masques n’ont pas mis longtemps à tomber. Voilà deux mois qu’on nous rebat les oreilles avec la libération de la parole de la femme. En vertu de ce nouvel impératif catégorique, toute parole sortant de la bouche des femmes (disons de certaines femmes) est encouragée comme on encourage les babillages d’enfants ou vénérée comme si elle témoignait d’un miracle. Sauf que, bien sûr, on avait oublié de lire les clauses additionnelles en vertu desquelles la parole libérée doit suivre strictement la partition établie par les garde-chiourmes du féminisme. Toutes les femmes sont donc priées de proclamer librement qu’elles sont des victimes, au moins potentielles, et de dénoncer librement leurs « bourreaux », ainsi que l’impayable Sandra Müller appelle l’homme qui lui a parlé de ses « gros nibards ». Et si elles ne le sont pas, en tant que femmes, elles sont instamment priées de se montrer solidaires de la grande vague. Autant dire que cette libération ressemble fortement à un embrigadement. Vive la parole libérée à condition que tout le monde parle au pas.

Mazette, quel vacarme !

À l’exception d’une « une » de Causeur (qui n’a pas fait le bruit mérité) et de quelques prises de position isolées, tout ce que la planète compte de peoples, de belles personnes et de grandes voix mâles et femelles avait annoncé urbi et orbi son allégeance au Parti unique des Femmes. Tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes néo-féministes quand un texte, écrit par une escouade de chipies emmenée par Catherine Millet et signée par quatre-vingt-dix-neuf autres, dont Catherine Deneuve, Ingrid Caven et votre servante, a troublé ce sympathique consensus victimaire. Mazette, quel vacarme !

Cette toute petite parole libérée dans la mauvaise direction a fait s’étrangler de rage les dames de la bonne société médiatiques et exploser le braillomètre: contre-pétitions, défilé de tweets indignés, débats innombrables, interviews dans les médias du monde entier des unes et des autres (Australie, Allemagne, Pays-Bas et Israël pour ma seule pomme), sans oublier un torrent d’injures, sans doute éprouvant pour celles qui n’ont pas l’habitude de ces batailles de chiffonnières.

Les insultes ne dégradent que ceux qui les profèrent

On me dit qu’une chroniqueuse, qui est à elle toute seule un concours très serré entre la bêtise et la méchanceté, m’insulte sur Europe 1 en me traitant d’alcoolique (cela va sans doute faire remonter les audiences d’Europe 1). Pas mal d’amis ont eu la bonté de s’en indigner. En vérité, cette indigence argumentative me met plutôt en joie car elle signale la faiblesse intellectuelle et psychologique de nos adversaires (il faut à l’inverse saluer la Charline de France Inter qui s’est payé ma modeste personne dans une imitation assez vacharde mais plutôt marrante, car reposant sur mes véritables ridicules, travers et autres tics de langage, d’écriture et de pensée. Pas mal vu, et au dessus de la ceinture. Dont acte.).

Espérons que madame Deneuve, qui a subi quant à elle un déluge d’une eau encore plus crasse, lui accorde autant d’importance, c’est-à-dire aucune. De même qu’un violeur n’attente pas à l’honneur de sa victime, il perd le sien, les insultes ne dégradent que ceux qui les profèrent et devraient les disqualifier. Que les insulteurs aient pignon sur rue est un signe supplémentaire du niveau consternant du débat public. Que, par la magie noire des réseaux sociaux, toute demi-gloire médiatique puisse en quelques clics lever une armée de médiocres pratiquant la chasse en meute, planqués derrière leur téléphone comme des pilotes de drones derrière leur console, voilà qui fiche carrément la trouille. À ce sujet, il n’y a qu’une foi irrationnelle en l’espèce humaine qui puisse sauver : une civilisation qui a produit Mozart et Freud ne peut pas se soumettre durablement à un pouvoir sans visage dont la légitimité se mesure au bruit qu’il fait.

Marlène, Ségo, Caro : le sommet des noms alignés

Il est un peu décourageant, quoiqu’habituel, que les vierges les plus bruyamment outragées n’aient pas pris la peine de lire le texte qu’elles ont couvert d’imprécations. Les saintes patronnes du féminisme gouvernemental, ex-gouvernemental et para-gouvernemental, Marlène, Ségo et Caro (Schiappa, Royal et de Haas), sans oublier l’ineffable Laurence Rossignol, ont donc, comme prévu, grimpé au rideau et expliqué que les signataires faisaient l’apologie du viol ou le légitimaient et que le texte était une permission d’agresser. Dans la foulée une cohorte d’hommes parfaitement domestiqués revendiquait sur le mode ricanant « le droit de mettre des mains au cul » (que les pétitionnaires leur auraient accordé).

A lire aussi: 2017, l’année des balances – Par Elisabeth Lévy

Rappelons que la pétition commence par les mots : « Le viol est un crime ». Quant à la fameuse phrase sur les frotteurs, qui a choqué beaucoup de partisans du texte, peut-être était-elle un brin subtile – et dans le monde du premier degré, la subtilité est souvent une faute politique. Tout en rappelant que le « frottage » est un délit, elle disait qu’on pouvait ne pas être traumatisée, ce qui signifie qu’on pouvait l’être, mais qu’on pouvait aussi s’en moquer royalement une fois le désagrément passé. Il est tout de même curieux que cette idée fasse scandale : sous prétexte que certaines femmes sont traumatisées par des propositions indécentes ou des blagues salaces, il serait interdit à toutes les autres de s’en moquer ? Certaines femmes aiment être draguées à la hussarde, d’autres courtisées avec de grandes manières, d’autres encore détestent être draguées. Faudra-t-il nous aligner toutes sur ces dernières ? Etant entendu que la pression physique est inacceptable, doit-on inscrire dans la loi qu’un homme (ou une femme car les harceleuses sont bien plus nombreuses qu’on le dit) doit s’arrêter au premier refus ? À ce régime, nombre de chefs d’œuvre du cinéma ou de la littérature auraient tourné court.

Sexe totem et tabou

L’historienne Michelle Perrot se dit sidérée qu’on puisse manquer à la solidarité féminine. En somme, puisque des femmes sont victimes, nous sommes toutes des victimes. Nul ne nie que des femmes soient violées, battues, ou soumises au chantage d’hommes. Il est faux en revanche que cette souffrance soit la règle dans notre société. Ajoutons qu’une femme qui subit une insulte ou une mauvaise blague d’un homme n’est pas plus en situation d’infériorité qu’un homme subissant la même chose d’une femme, sauf à considérer que les hommes sont structurellement plus forts, même en insulte, ce qu’il est difficile de soutenir.

La pétition Millet rappelle que les relations entre les sexes ne sont pas une promenade de santé et que le désir n’est pas le domaine de la règle, de la codification et du contrat, mais celui du trouble, du tourment, de l’ambiguïté et du rapport de force, bref qu’entre adultes consentants tous les jeux sont permis et que nul ne saurait s’arroger le droit d’édicter une norme. Oui, la plupart des histoires commencent par un geste, un mot, un regard qui pourrait être considéré comme importun. La vision de la sexualité de nos dames-patronnesses est confondante de naïveté, convaincues qu’elles sont de savoir comment ça marche. À les entendre, nous sommes toutes des Cécile de Volanges, l’oie blanche déniaisée par Valmont dans Les Liaisons dangereuses. Peut-être n’ont-elles jamais entendu parler de la marquise de Merteuil pour croire ainsi tout ce que disent les femmes ? Quant à l’idée qu’on peut jouer avec la domination ou y prendre du plaisir, elle ne semble pas les effleurer.

En attendant, la violence des réactions à ce qui n’est qu’un texte parmi des centaines affirmant le contraire a de quoi surprendre. Il faut croire que le nouvel archevêque de Paris, monseigneur Michel Aupetit, se trompe quand il dit : « aujourd’hui, le tabou n’est plus le sexe, mais Dieu ». En réalité, aucun autre sujet ne suscite une telle montée aux extrêmes dans le débat. Il faut croire au contraire que le sexe reste le grand tabou, voire l’ultime refuge de la subversion. Le bazar qu’a mis notre petit poulet montre que, malgré leur infatigable activisme, les reines du contrôle, de l’interdit et de la sanction ne parviennent pas à normaliser le désir. Alors que des nuages noirs s’accumulent sur nos libertés, c’est une bonne nouvelle.

Non au Parti unique des Femmes !