1

Formidables discours patriotes d’Orban et Farage

Un discours que vous n’avez pas entendu sur vos chaînes de télévision occupées. Des médias tenus en laisse par la bien-pensance et les européistes.

Ce discours m’a rappelé un autre discours tenu à Londres autrefois par le général de Gaulle. Un discours qui fait honneur à la Hongrie.

Ce peuple a souffert, il a lutté pour survivre. Il a résisté à tous les oppresseurs, en particulier contre l’Empire ottoman, puis contre l’Empire d’Autriche qui a fini par lui accorder son espace, son royaume, ses libertés, sa culture et sa langue. L’Empire autrichien devint l’Empire d’Autriche-Hongrie, l’Empire aux deux couronnes !

Ce peuple a beaucoup souffert il y a encore peu, au siècle dernier, avant la Deuxième Guerre mondiale avec une dictature de type policier, puis des « libérateurs » soviétiques. Il ne fut pas le seul certes, la Pologne plusieurs fois éclatée, morcelée, détruite, partagée entre la Prusse et la Russie, les Slovaques, les Tchèques, les Serbes, et j’en passe de ces peuples de l’Est qui ont cru que l’Union européenne était un espace de liberté ! 

Comme le dit Viktor Orban, ils ne sont pas nés libres, ils ne sont pas de simples héritiers nés dans la démocratie, comme avec une cuillère d’argent dans la bouche, ils l’ont conquise par la force, par leur courage, par leur résistance et dans le sang. Ils sont les conquérants de la liberté. 

Qui en France aujourd’hui peut se targuer de combats sanglants pour obtenir la liberté ? Ce ne sont certainement pas les libéraux, les socialistes, les communistes, les écologistes et cette droite dite Républicains élus au Parlement européen. Ils se sont comportés comme des lâches ! Je mets à part Nadine Morano, Angélique Delahaye et Franck Proust qui furent dignes sur ce sujet. Je félicite tous les élus patriotes français au passage, qu’ils soient du Rassemblement national ou non ! C’est-à-dire, hélas, une minorité !  

En France, il faut remonter loin pour trouver une ressemblance. Remonter à cette minorité de résistants durant l’occupation nazie, dans la masse d’attentistes. Il faut sans aucun doute remonter à 1830 contre la dictature de Charles X et à sa volonté de réduire l’espace des libertés publiques et d’expression. Je passe 1848 et surtout 1870, ses communards et les traîtres républicains ! 

Je passe volontairement outre, à cette mascarade de 1968 d’étudiants bourgeois et de fils à papa qui ne poursuivaient que des utopies et dont on sait aujourd’hui qu’elle a fini par produire des cancres dans nos écoles, collèges et lycées, sans compter la déliquescence de notre nation. 

Le peuple de France doit savoir que Viktor Orban est devenu notre résistant à nous, les  patriotes de France, en même temps que celui de la Hongrie ! Il est devenu aussi notre maquis face à l’impérialisme liberticide de Bruxelles et de ses pantins commissaires et élus croupions au Parlement.

Gérard Brazon (Libre Expression)

Et quelle belle réponse que celle de Nigel Farage