Fourest a choisi le voile islamique plutôt que le féminisme de Fanny

En ce 8 mars, journée internationale des femmes, j’ai envie de vous rappeler une petite anecdote, pour montrer que les prétendues féministes sont souvent les pires ennemies des femmes. Caroline Fourest fait partie de ces militantes que les journalistes invitent fréquemment sur les plateaux de télévision pour défendre le droit des femmes.

Même si elle est plutôt sur la pente descendante, elle bénéficie d’une notoriété (plateaux de télévision, tribune dans Marianne, cours à Sciences Po, invitations fréquentes dans les pince-fesses) dont ne bénéficie pas Fanny Truchelut, que personne ne connaît, et qui fut pourtant, avec la complicité de la prétendue féministe Fourest, lynchée et ruinée par un procès sordide, en 2007 et en 2008, avec la complicité active de la journaliste, à l’époque à Charlie Hebdo.

Pourtant, quand, en 2006, Fanny Truchelut, qui tient un gîte de montagne dans les Vosges, voit arriver chez elle une famille de cinq personnes, dont deux femmes voilées (dont une s’avérera une militante islamiste), elle n’a que quelques secondes pour trouver une solution. Profondément féministe, mère de quatre enfants non baptisés, elle ne peut, intuitivement, accepter cette tenue, qui lui paraît incongrue chez elle, et incarne tout ce qu’elle déteste : la soumission des femmes. À l’époque, elle ignore que c’est, en outre, l’uniforme de l’islam, pour s’imposer dans l’espace public. Elle propose donc aux deux femmes de retirer leur voile dans les parties communes du gîte, et de le garder dans l’espace qui leur est réservé. Refus catégorique de la militante, qui commence à lui faire un cours sur ses prétendus préjugés. N’ayant pas de temps à perdre, devant le refus des pensionnaires d’accepter ses conditions, Fanny décide de leur rendre leurs arrhes.

C’est là que sa vie bascule. Dans ce qui apparaît un coup fort bien monté, le groupe va trouver la LDH, le Mrap, et va déposer plainte. Les journalistes se ruent sur l’affaire, et la lynchent, la faisant passer pour une raciste, et la cataloguant à l’extrême droite.

Riposte Laïque, qui lançait son journal, en 2007, sera seul, avec Philippe de Villiers, qui fournira son avocat, pour défendre la propriétaire du gîte. Tous les bien-pensants laïques lui tomberont dessus, Caroline Fourest en tête, qui choisira de prendre le parti de l’islam et de son vêtement de conquête, contre la féministe Fanny Truchelut.

Voici un dossier complet de cette affaire, publié en 2008, avant le deuxième procès de Fanny.

https://ripostelaique.com/Nous-attendons-sereinement-le.html

Et voici les arguments utilisés à l’époque par ceux qui ont enfoncé Fanny :

https://ripostelaique.com/Les-arguments-de-ceux-qui-ont.html

Voilà ce que dira l’éternelle donneuse de leçons, quand Fanny sera condamnée à 8 500 euros d’amende, et à 4 mois de prison avec sursis ! À l’époque, les peines de prison, même avec sursis, étaient bien plus rares que maintenant.

Par ce texte honteux, qu’elle n’a jamais renié, Caroline Fourest livrait en pâture la malheureuse Fanny, justifiait les condamnations en appel qui allaient suivre, et usaient de sa renommée et de sa bien-pensance, pour livrer aux juges, dans les années à venir,  tous les Zemmour, Camus, Bardot, Cassen, Tasin, Bensoussan, Boyadjian, Blein, qui auront le malheur de pointer du doigt la réalité de l’islam.

http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2007/10/11/1767-affaire-des-vosges-un-jugement-severe-mais-qu-il-faut-accepter-caroline-fourest

Mais il est vrai qu’elle condamnera la votation suisse contre les minarets, la loi contre le voile intégral en France, l’apéro saucisson-pinard et qu’elle manifestera contre les Assises internationales contre l’islamisation de nos pays, où elle osera qualifier les organisateurs de racistes.

Bref, entre le droit des femmes, incompatible avec le torchon islamiste, et l’islam, Caroline Fourest, en 2007, avait définitivement basculé du côté des barbus, au nom de la laïcité, du refus de faire le jeu de l’extrême droite… et de sa carrière.

 

Lucette Jeanpierre

Affaire des Vosges : un jugement sévère qu’il faut accepter (Caroline Fourest)

Pour avoir refuser de louer une chambre dans son gîte à deux femmes voilées, Fanny Truchelut vient d’être condamnée à quatre mois de sursis et 1 000 euros d’amendes. C’est un jugement sévère. Surtout lorsqu’il faut en prime verser 3 000 euros de dommages et intérêts répartis entre la plaignante et les parties civiles, la Ligue des droits de l’homme, le MRAP et la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme.

Un jugement lourd donc mais est-il pour autant injustifié ?

À coup sûr, il ne manquera pas d’aiguiser les appétits des réseaux intégristes et de leurs alliés naïfs. Lesquels ne vont pas se priver, à l’avenir, d’envoyer des militantes — pourquoi pas entièrement couvertes — venir frapper à la porte de tout établissement susceptible d’être indisposé dans l’espoir d’obtenir des dommages et intérêts… Pour s’en prémunir, sans doute, des établissements vont devoir opter pour la forme de « clubs privés » se réservant le droit d’admission ou une « tenue correcte exigée ». Mais attention à ne pas aller au-delà.

Car ce jugement, on s’en doute, ne manquera pas de susciter l’amertume de ceux qui, sincèrement ou non, ne font plus pas la différence entre refuser le voile au sein de l’école publique (à cause de sa signification incontestablement inégalitaire) et refuser de servir ou de loger deux femmes voilées dans le cadre d’un établissement commercial. En l’occurrence le gîte de madame Truchelut, dite Fanny.

Je classe les laïques ayant soutenu Fanny Truchelut parmi les sincères. Leur soutien ne saurait se confondre avec celui apporté par le Mouvement pour la France de Philippe de Villiers et son avocat, Alexandre Varaut. Comment ne pas voir la mauvaise foi de ces groupes intégristes catholiques anti-laïcité lorsqu’il s’agit du christianisme et soudainement très laïque lorsqu’il s’agit de l’islam. Ceux-là veulent faire de ce procès la preuve « qu’on est plus chez nous », comme l’écrivent déjà certains sites d’extrême droite.

Il faut espérer que nos amis laïques, sonnés par ce jugement, parviennent à se dissocier de cette colère-là. Au lieu de rendre hommage au talent incompris de maître Varaut… Car ce « chez nous » que stigmatisent les nationalistes en tous genres sort plutôt grandi de ce jugement. Il montre que la France sait à la fois défendre le principe de laïcité (avec la loi sur les signes religieux à l’école publique) tout en garantissant les libertés individuelles.

Voilà un équilibre que l’on devrait nous envier. Car il n’existe nulle part ailleurs. Dans notre monde actuel, les pays se répartissent en deux catégories : ceux où la laïcité est bafouée au nom de l’antiracisme (Angleterre par exemple) et ceux où la laïcité sert de prétexte pour nuire aux libertés individuelles (Tunisie par exemple).

La France tente un point d’équilibre, difficile à cerner. Qui demande de la réflexion et de la complexité. Par exemple de comprendre une chose : si le mot « islamophobie » doit être dénoncé pour ce qu’il est — à savoir un piège sémantique visant à accuser les laïques de racisme — il ne s’agit pas pour autant de nier que le racisme envers les musulmans (en tant qu’individus) existe. Le racisme n’est pas qu’un processus visant les « races » supposées mais un processus par lequel on infériorise ou discrimine des groupes d’individus à partir de leur dénominateur commun. Le racisme anti-musulmans peut donc abriter une forme mutante de racisme anti-arabes. Tandis que la critique, même radicale, envers l’Islam ne peut être qualifiée de racisme. Sous peine de nuire à une autre liberté : celle de l’expression et de pensée.

Enfin, il faut vraiment bien distinguer ce qui relève de l’espace politique et de l’espace commercial. Dans l’espace politique, chacun doit avoir le droit de dire ce qu’il pense du voile. Dans l’espace commercial, seuls les clients peuvent utiliser l’arme du « boycott » pour faire entendre leur point de vue. Si le prestataire de service vient à se prendre pour un client et transforme son magasin (ou son gîte) en arène politique, il passe de la liberté d’expression à la discrimination.

J’aurais soutenu Fanny Truchelut si elle avait refusé de dormir dans un gîte tenu par une femme voilée. Je ne peux pas soutenir l’inverse. Ce n’est pas simple à comprendre. Mais c’est cette complexité qui fait le droit démocratique. Et c’est la complexité de ce droit démocratique qui nous tient à l’écart de la tentation autoritaire — que nous avons tant raison de reprocher à l’islamisme et à ceux qui soutiennent cette idéologie en portant le voile.

Caroline Fourest

jeudi 11 octobre 2007

image_pdf
0
0

27 Commentaires

  1. Batigoal, à l’époque, je savais très bien ce qu’était la loi et je savais très bien que j’étais en infraction avec celle-ci. Je n’ai pas fait fausse route comme vous dites. Comme je l’ai déjà dit mille fois, ce n’est pas parce qu’une loi existe qu’elle convient à tous. La loi de mars 2004 ne me convient pas, et je continuerai à le dire et à faire en sorte qu’elle disparaisse! Je suis, je l’ai dit mille fois aussi contre le port de tous signes d’appartenance aux religions dans l’espace public. La religion c’est une affaire intime qui doit rester dans l’intimité. On referait mon procès aujourd’hui, pensez-vous que je serais condamnée si lourdement?

    • Mme Truchelut: nombres de loi peuvent ne pas me convenir. Mais la loi est la loi. Dura lex sed lex. Et donc je m’y plie. Dans vortre cas vous m’expliquez que vous avez enfreint la loi en toute connaissance de cause, et cela vous regarde. En revanche, et de mon point de vue, vous devez l’assumer et ne pas vous poser en victime dans ce cas. Et la loi n’ayant pas changé, je ne vois pas en quoi le jugement serait different aujourd’hui.

  2. si elle est violee dans une poubelle par une douzaine de CPF parce que sa jupe etait trop courte , elle ne portera pas plainte. elle dira simplement vous n aurez pas ma haine et invitera ses violeurs a une soiree raclette sans doute !…

  3. Pourquoi pas « faire la prière » dans le resto, comme d’autres dans l’avion ?
    Pourquoi ne pas exiger du Hallal, après tout ?
    Et refuser ce… fou lard dans l’omelette ?

  4. Cette lèche-moules devrait être poursuivie pour racisme anti blanc!!! Dégénérée!!!

  5. Un gîte ce n’est ni un hôtel ni un bar. La propriétaire doit avoir le droit d’accepter qui elle veut. Aux musulmans de proposer leur propre gîte. Point barre.

  6. Les militantes pro féministes, à 80 % gauchisées soutiennent paradoxalement la venue de migrants issus du monde arabo-musulman, et du continent africain, ainsi qu’une politique qui insuffle un communautarisme larvé.
    L’aveuglement idéologique annihile toute vision éclairée et analytique de l’humanité telle qu’elle fonctionne et se structure selon les mœurs d’appartenance. L’idéologie en vogue applique une vision superficielle de l’évolution des peuples et de leurs mœurs profondément ancrés dans le psychisme, elle nie les contradictions, les décalages, les oppositions, les incompatibilités d’ordres psycho-ethniques. Cette vision utopiste d’un monde idéalisé où tous les humains seraient au même niveau de comportement et d’inter relation psychologique mènera au suicide de l’occident.

  7. La Caroline devrait mettre un voile pour cacher son « nezgode », elle fait peur aux enfants qui la prennent pour une menteuse !!!!

  8. laissons caroline tenter de résoudre ses problèmes personnels et soigner son égo….
    apportons notre soutien au courage féminin, le vrai et à notre fanny qui en est le symbole.
    certaines crient leur mal être dans des contradictions navrantes, mais nos fanny luttent sans se renier, avec bravoure, pour ce que nos anciens ont donné leur vie

  9. Dans cette affaire, j’ai justement vraiment du mal à comprendre que les défenseurs de la laïcité aient pu prendre position contre Mme Truchelut. Incompréhensible, car le voile est un signe très ostensible de la religion dans l’espace public. Que diraient-ils, encore aujourd’hui, si les chrétiens se promenaient avec une croix sur l’épaule ? C’est à cause de personnages comme Fourest que la France s’islamise. Elle est coupable. C’est elle qui devrait payer des indemnités aux Français !

    • Olivia, même réponse qu’à Lucie. Les chrétiens peuvent se balader dans l’espace public avec une croix de 1m pendue au cou, cela ne doit poser AUCUN PROBLEME. Les juifs peuvent sortir en kippa, cela ne soit poser AUCUN PROBLEME. Et si vous êtes athée, vous pouvez sortir avec un tshirt « Dieu n’existe pas », cela doit poser AUCUNE PROBLEME. La loi et le principe de laicité N’EST PAS l’absence de signes religieux dans l’espace public.

      • Et c’est bien la raison pour laquelle je ne mets jamais les pieds dans un resto musulman, ce que je faisais il y a pas mal d’années, et pourtant j’adore le couscous. La France se communautarise du fait de la loi qui nuit à l’intégration ou l’assimilation des peuples qui sont en train de nous remplacer. Mais bon il est bien difficile à un peuple de s’assimiler (dixit Zemmour et il a bien raison).

        • Tres bien Vincent: vous appliquez donc exactement ce que je dis Caroline Fourest: je n’irai pas dans un gite tenu par une femme voilée.

      • Batigoal, je vous ai répondu plus bas. Je parlais d’assimilation. Mais la laïcité, c’est tout de même la discrétion dans l’espace public et la France est aussi un pays de tradition catholique.

      • la discrétion religieuse vestimentaire adoptée par toutes les personnes intégrées à la république, nous fait ressentir cet affichage religieux visible à 100 m comme une provocation, et surtout un doigt d’honneur à la discrétion religieuse admise par tous les non musulmans.
        mais cela n’ empêche pas les musulmans de nous expliquer ce qu’est la laicité…plus c’est gros, plus ça passe…..pendant un certain temps du moins.

  10. Pourquoi tant de complicationss; mettez du cochon partout sous toutes ses formes au menu en photos des bibelots etc etc et plus de problème 👍

  11. essayez de rentrer dans une discothèque en short ou en tong
    vous serez refoulé illico

    • Un exemple flagrant de discrimination : dans bon nombre de boites de nuit, le jean est interdit aux hommes mais pas aux femmes.

  12. Je souligne l’honnêteté intellectuelle de Mme Jeanpierre qui publie in extenso le propos de Mme Fourest. Texte clair et laïque. Evidement il ne vous plaira pas.

    • batigoal, il ne s’agit pas de plaire ou non mais d’être d’accord ou pas. J’imagine que beaucoup de lecteurs de RL ne sont pas d’accord avec Fourest. En effet Fourest ne prend pas en compte le fait que nous sommes en France et qu’en France on s’assimile, et on n’impose pas ses moeurs venues d’ailleurs, d’autant plus quand elles heurtent la majorité de la population. Cela s’appelle venir en conquérant. Il est possible que mon propos ne vous plaise pas.

      • Lucie, au contraire j’apprecie une réponse polie et argumentée, merci! Votre point de vue est comprehensible, sauf… qu’il n’est pas laique comme défini par le texte de loi. La laicité n’est PAS l’absence de signes religieux dans l’espace public. C’est là que Mme Truchelut a fait fausse route et s’est retrouvé en infraction avec la loi. Apres la définition de la laicité actuelle peux ne pas vous convenir…

        • Fanny a eu raison, il ne s’agissait pas d’espace public mais d’espace privé: c’était chez elle.

        • Batigoal, je parlais d’assimilation et pas du tout de laïcité. C’est la tradition française, on ne vient pas imposer ses us et coutumes.
          Pourquoi voulez-vous défendre le port du voile islamique? Si vous êtes musulman, c’est logique, sinon il n’y a pas d’arguments raisonnables. Nous courons au désastre et beaucoup d’entre nous ont encore les yeux fermés. On se gargarise de mots: droits de l’homme, démocratie, laïcité…. mais nous sommes en train de perdre notre pays.

  13. La Fourest croit faire état de sa supériorité intellectuelle en assénant au pékin ce non-sens quasi débile, sans argument, autoritaire et péremptoire :
    «  J’aurais soutenu Fanny Truchelut si elle avait refusé de dormir dans un gîte tenu par une femme voilée. Je ne peux pas soutenir l’inverse. Ce n’est pas simple à comprendre. Mais c’est cette complexité qui fait le droit démocratique. Et c’est la complexité de ce droit démocratique qui nous tient à l’écart de la tentation autoritaire — que nous avons tant raison de reprocher à l’islamisme et à ceux qui soutiennent cette idéologie en portant le voile.« 

Les commentaires sont fermés.