France 24 au service de Dounia Bouzar et sa propagande sur l’islam

Publié le 1 mars 2014 - par - 1 946 vues
Share

Sur France 24, nous n’avons eu droit qu’à cette propagande de Dounia Bouzar qui veut  « Désamorcer l’islam radical », au lieu de désamorcer l’islam tout simplement.

[youtube]1SaSzMhfUec[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=1SaSzMhfUec

Presqu’au même moment, Naïma Charaï réagissait aux propos  dAlain Finkielkraut « Et puis il y a aussi une place en France pour les Français de souche ! Il ne faut pas complètement les oublier ! ». La commissaire politique du PS menaçait : « Il est inacceptable que ces propos soient tenus librement à la télévision sur une chaîne publique et qu’aucun des représentants du service public présents sur le plateau n’ait jugé opportun de relever ni de contredire ces affirmations que je trouve particulièrement choquantes ». Elle saisit le CSA et exprime  toute honte bue, son souhait totalitaire d’un TV-Pravda.

Mais devant les manipulations et les mensonges grossiers de Dounia Bouzar, Naïma Charaï ne trouve rien à redire.

Bien au contraire, elle apprécie l’aide apporté sur le service public par Gauthier Rybinski quand il va dans le sens de Dounia Bouzar en déclarant  « Désamorcer l’islam radical : saisir le dévoiement et la falsification présumée de l’islam auxquels ont procédé ces radicaux  …. ».

Sous prétexte d’informer les Français, ce journaliste fait preuve d’une ignorance, réelle ou feinte dans un but de manipulation de l’opinion française. On est en droit de se poser la question : Gauthier Rybinski est-il journaliste indépendant sur une chaine publique ? Il donne plutôt l’impression de relayer la propagande mensongère de Doubnia Bouzar, en prétendant que l’islam est étranger au terrorisme islamiste.

Face à ces manipulations grossière, il devient nécessaire de rappeler à Dounia Bouzar et ses supplétifs  de la TV-Pravda islamiste, que c’est bien eux, et non pas les radicaux terroristes, qui falsifient l’islam tel que son fondateur Mahomet l’a instauré.

Les terroristes appliquent l’islam authentique, en suivant les actes et les paroles de son fondateur, Mahomet ce « modèle parfait que tout musulmans se doit d’imiter »  comme le prescrit explicitement le Coran :

(S33, V21) : « En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle à suivre, pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment ».

Et à ce titre, les historiens musulmans nous apprennent que Mahomet pratiquait bel et bien le terrorisme. En effet, le Coran comme tous les textes fondateurs de l’islam, sont unanimes sur ce sujet .Les premiers biographes musulmans qui font autorité dans l’islam et qui sont enseignés dans tous les instituts islamiques, y compris en France, rapportent avec précision et unanimité les meurtres commandités par Mahomet.

Parmi ces historiens des premiers temps de l’islam, je citerais Ibn Ishaq et Ibn Hisham («Sirat Rassul Allah » : Conduite de l’envoyé d’Allah), Waqidi  (« Livre des expéditions »), Ibn Saad  (« Tabaqat »), Tabarri ou ceux qui ont établi les recueils de Hadiths : Bukhari ou Muslim (les Sahihs).

Dans la liste très longue des assassinats, exécutions, razzias, embuscades et massacres, pratiqués par Mahomet, on ne prendra que  quelques exemples.

Dans cet article, on commencera par les attentats terroristes commandités par le Prophète de l’islam. Ce terrorisme pratiqué par Mahomet lui-même, est en tout point semblable au terrorisme islamique qui ensanglante la planète aujourd’hui.

Trois exemples illustrent ce choix stratégique de la terreur par Mahomet : l’assassinat de la poétesse Asma, du vieux poète Kaab et celui d’Aqaf. Ces crimes punissaient  des personnes uniquement pour les paroles qu’elles avaient prononcées. Ce qui montre que le refus de la liberté d’expression fait partie intégrante de l’islam. On peut dire que ce refus de toute liberté d’expression est consubstantiel à l’islam. On peut illustrer ce point fondamental par le récit de ces attentats terroristes, tels que les rapportent les premiers historiens et biographe de Mahomet.

Trois exemples d’attentats terroristes commandités par Mahomet

·        Le meurtre de la poétesse Asma bint Marwane :

La poétesse Asma offensait et provoquait le parti musulman. Mahomet demanda : « qui veut me débarrasser d’Asma ? ». Umayr annonça qu’il allait la tuer. « La nuit,  il se faufila chez elle pendant que ses enfants dormaient autour d’elle. Le plus jeune était encore accroché à son sein. Il retira le bébé du sein de sa mère, et avec le sabre, il la transperça. Pour la prière du matin, il était déjà de retour à Médine. Muhammad lui demanda aussitôt s’il l’avait tuée. Il avait peur de la question. Ensuite, il fut tout de suite rassuré par Mahomet. » (Al Waqidi : Livre des expéditions)

·        Le meurtre du vieux poète Kaab.

Vers 624, Mohamet a été critiqué par le poète Ka`b ibn Al-‘Achraf. Mahomet demanda : « Qui me débarrassera de Ka`b ibn Al-’Achraf qui a mal agi envers Allah et Son Envoyé? ». Muhammad ibn Maslama répondit: « O Envoyé d’Allah, veux-tu que je le tue? ». – « Certes oui », répliqua le Prophète. ..La nuit les quatre hommes allèrent trouver Ka`b en l’appelant à l’aide pour un prêt. L’homme généreux répond à l’appel à cet appel fait de nuit.

Muhammad ibn Mas`ûd dit à ses compagnons: « Quand il viendra, je m’approcherai de lui et lorsque je tiendrai bien sa tête entre mes mains, frappez-le ». Lorsque Ka`b descendit, en portant son arme, on lui dit: « Nous sentons une très belle odeur! » – « Oui, répondit-il, ma femme est la plus parfumée des femmes arabes ». Ibn Mas’ud lui dit ensuite: « Me permets-tu de sentir? ». – « Oui », répliqua Ka`b. Après que Ibn Mas’ud ait senti l’odeur, il lui dit: « Me permets-tu de la sentir encore une fois? ». Et comme il disait cela, il tint la tête de Ka`b entre ses mains en s’écriant à ses compagnons: « Il est à vous! ». Et, ils le tuèrent. (Sahih Muslim, Hadith 1801 : http://hadith.al-islam.com/Page.aspx?pageid=192&BookID=25&PID=3431 )

·        Le meurtre du vieux poète Abu Afaq.

Abu Afak était un vieil homme, ayant atteint l’âge de 120 ans. Il était un membre du clan des Banu Ubayda. Il avait montré de la désapprobation quand l’apôtre d’Allah a tué al Harith ibn Suwayd.

Mahomte a demandé : « Qui s’occupera de ce vaurien pour moi? »

« Alors Salim ibn Umayr, frère des banu Amir, s’engagea à le tuer. Il attendit une opportunité de le faire : certaine nuit très chaude, où Abu Afak dormait à l’air libre. Salim le sut, et il plaça son sabre juste au niveau de son foie, puis appuya fort jusqu’à atteindre le lit. L’ennemi d’Allah hurla et les gens qui était à sa suite se dépêchèrent à son secours, l’emportèrent puis l’inhumèrent. » (Ibn Sa’d : Tabaqat et d’ibn Hishâm : Conduite du Messager d’Allah)

Le terrorisme de Mahomet et les manipulation de Dounia Bouzar aidée par Gauthier Rybinski.

Ces quelques exemples montrent que Mahomet, en tant que fondateur de l’islam, a pratiqué le terrorisme. Face à cette réalité incontournable, les propos de Dounia Bouzar paraissent pour ce qu’ils sont : une suite de manipulations grossières. Quand elle dit : « C’est vrai que je commence le livre en disant au départ … et ils sont inquiets du résultat et du discours de haine, voire des meurtres barbares qui sont commis », elle serait plus crédible si elle s’exprimait ainsi : « c’est difficile pour les musulmans de devoir se justifier des actes terroristes de Mahomet, le fondateur de l’islam. Ils sont inquiets du résultat et du discours de haine propagé par leur livre sacré : le Coran, voir des meurtres barbares commis par leur prophète Mahomet ».

Au lieu de dire cette vérité, elle préfère continuer ainsi : « C’est vrai, au départ on a envie de se dire on n’a rien à voir avec ça… Et puis j’ai fini par écrire le livre à la suite d’une interview de Michel Onfray … Et Là, je suis dit, il va falloir essayer de faire la différence sur : à partir de quand c’est du radicalisme et à partir de quand c’est de l’islam…. » Mahomet, par ses meurtres, son terrorisme, son esclavagisme, ses razzias et ses massacres, est le mieux placé pour répondre à Dounia Bouzar : le radicalisme islamiste n’est rien d’autre que la mise en application de lîslam, qui reste une idéologie politique totalitaire et conquérante.,

Dans mon prochain article, j’essayerais de répondre à ces propos ignominieux de Gauthier Rybinski : « Il y a d’une manière consubstantielle à chaque religion monothéiste ce potentiel radical, radicalisant, est-ce que ce n’est pas finalement intrinsèque, congénital à chaque religion ». Ce journaliste aurait dû se contenter de dire la vérité : « Il y a d’une manière consubstantielle à l’islam ce potentiel radical, radicalisant ». Et s’il voulait réellement informer les Français, il commencerait par inviter ceux qui connaissent et s’expriment honnêtement sur l’islam, comme Wafa Sultane. Mais pour cela, il faut éliminer l’immense chape de plomb imposée aux médias du service public. Ce n’est pas demain que Rybinski permettra à Wafa Sultan d’expliquer aux français la vraie nature de l’islam.

[youtube]dv_ayC9uaik[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=dv_ayC9uaik

[youtube]VqvskXCz-kk[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=VqvskXCz-

Zohra Nedaa-Amal

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.