France, ce sont tes enfants qu’ils assassinent et ton avenir qu’ils détruisent !

Publié le 9 août 2018 - par - 16 commentaires - 692 vues
Share

Adrien Perez, à Meylan, près de Grenoble, il y a quatre jours, Dorian Guéméné, à Rennes au mois de juillet, Marion C., assassinée par Djelali B., 29 ans, Algérien en situation irrégulière ou encore Ronan, 29 ans, tué par un terroriste tchétchène le 12 mai à Paris. Eux et tant d’autres, comme Marin à Lyon en 2016, ont vu leur vie s’éteindre ou devenir un enfer dans cette France, que nous qualifiions encore de « douce » il y a peu, dont ils étaient autant de sources vives…

Pendant que nos jeunes compatriotes meurent sous les coups de sauvages qui n’ont appris que la haine et la violence, nos dirigeants, depuis la plus haute marche et leurs complices tentent de masquer systématiquement ces pages sanglantes de notre Histoire contemporaine. Ils nous mentent sur l’état de notre société dont l’abîme entre le bon grain et l’ivraie se creuse chaque jour plus et ils tentent de nous vendre leur idéologie empoisonnée qui met en péril le futur de nos enfants et de notre pays. Ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour nier l’évidence d’une dichotomie sociétale totale, consommée et irrémédiable de notre population qui s’est d’ores et déjà transformée, non pas en guerre civile, mais en guerre de civilisation. Car il s’agit bien de deux mondes opposés, antinomiques, deux conceptions essentielles de la nature humaine et de la société qui vivent sur notre territoire.

En France, ces deux populations forment deux sociétés distinctes

L’une s’est façonnée au cours des générations, avec des affrontements, mais aussi avec des concordats que la nature des religions pacifiées permettait. Les origines des populations qui se sont agrégées pour construire cette société sont diverses. Elles furent souvent allogènes, mais toujours saines, comme nous l’a montré l’intégration et le développement au sein de notre société de citoyens aussi divers que les Italiens ou les Vietnamiens. Tous vivent depuis longtemps apaisés dans la quête d’une identité nationale forte et heureuse que les parents ont su insuffler aux enfants ! Ces enfants, qui portent aujourd’hui des patronymes aux intonations italiennes, portugaises, polonaises, vietnamiennes et bien d’autres encore, n’ont jamais posé de problèmes et ils forment aujourd’hui l’essentiel du corpus sain et vital de notre jeunesse, dans nos villes et dans nos campagnes.

L’autre est celle qui regroupe en grande majorité les meurtriers de nos enfants et, nous l’avons vu, les auteurs de tous les attentats commis en France depuis quelques années. Qu’ils soient nés sur notre sol ou venus par hordes entières en traversant la Méditerranée, ils ont tous un point commun : ils sont d’une autre civilisation façonnée dans la haine et dans la violence endémiques qui se propage sur leur continent. Chaque jour en France et en Europe, des jeunes, filles ou garçons, tombent sous les coups de sauvages qui n’ont de lois que celles d’une certaine « jungle », celle qu’ils ont quittée et qu’ils ont recréée dans plusieurs régions de notre pays ou celles imposées par un livre qui serait un recueil de textes prônant l’amour, la paix et l’amitié entre les peuples.

Même si le maire de Meylan se refuse à citer les vrais coupables (BFMTV), et fuit la réalité, parlant de trafiquants d’armes, de drogue ou de caïds, pour tenter de noyer le poisson, ce matin, c’est la mère d’Adrien qui donnait le ton de la vérité en déclarant : « Il y a des marches blanches et puis, ça recommence. Il faut aujourd’hui sauver nos enfants ! » Dont acte ! Ajoutons que, sauver nos enfants,  c’est la meilleure façon de sauver la France de demain.

Jean-Louis Chollet

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Drake

« En France, ces deux populations forment deux sociétés distinctes ».
Cette phrase résume à elle seule tout le problème. Quand on a compris ça, on a TOUT compris. Malheureusement, seule un minorité l’a compris pour le moment.

martine ciarlo

Par son attitude minimaliste le gouvernement est complice de tous ces meurtres odieux

sitting bull

Excellent vive la vérité

DUFAITREZ

« Sauver nos enfants » n’est-ce pas expulser tous les Autres ?
Supprimer la Cause avant l’Effet ? Une fois de plus !
Oui ! « Deux Populations » ! Les animaux défendent leur territoire !
ET NOUS ? Nous en sommes, selon Darwin !

Jean Ducluzeau

Merci Jean-Louis pour ce rappel.
Ils ont des couteaux et nous n’en avons pas ? Si, bien sûr, mais nous ne sommes pas capables de nous en servir. Car nous sommes des êtres sensibles. L’islam, cet immondice, tue tout, y compris la sensibilité de ses malheureux adeptes. Sauver nos enfants : je crains que ce ne soit un vœu pieux. Il faudrait d’abord passer sur le corps des salauds qui nous dirigent et nous trahissent, puis interdire la secte satanique dans notre pays.

Pélagie

Pauvre jeune homme et malheureuse famille ,ayant perdu mes deux fils ainés ,je sais la douleur et la vie qui n’en est plus une ,de plus dans le cas des parents d’Adrien ,la colère est immense et je les comprend ,comment faire l’impasse sur leur enfant sacrifié sur l’autel du ‘ vivre ensemble ‘ sacrifié sans remords par des incapables ,des lèche-culs trouillards ,au nom d’une idéologie mortifère qui consiste à brader leur peuple au profit de barbares haineux , convaincus de leur impunité !!

didile

Une vie qui n’en est plus une !C’est la formule la plus vraie que j’ai jamais lue.

Pélagie

C’est la réalité ,didile ,la triste réalité de toutes celles et ceux qui ont perdu un enfant ,hélas ! il y a un avant et un après et ce dernier n’est pas rose ,les anniversaires ,les repas de familles ,Noël enfin tout ce qui avant apportait une joie sans mélange devient un calvaire ,tout ramène le souvenir du drame !

Jacques Barrio

Merci Jean-Louis Chollet pour cet article plein de criantes vérités. Vous parlez d’or, comme la mère d’Adrien Perez, dont je ressens la douleur immense. Et je sais que je ne suis pas le seul en France à avoir ce sentiment..

FREYNET Noémie

Je partage l’avis de la mère d’ Adrien. Assez de paroles, des actes

Alice

J’ai 80 ans, et je suis prête à prendre les armes. Rien, absolument rien ne m’arrêtera quand viendra le moment. Et il approche. Liberté, je vaincrai en ton nom

Georges

Tout se paiera. Qu’ils ne pensent pas y èchapper. Merci pour votre article

Georges

TOUT SE PAIERA ! Qu’ils ne pensent pas y aller chopper. Merci pour votre article

Pierre

Bravo et bien dit. Mais tout se paiera. On traduira devant nos tribunaux populaires tous les traîtres: gouvernants, magistrats, policiers, journal eux. Ils n’y croient pas encore ? Ils croient pouvoir museler le peuple ? Ils pensent que leurs lois liberticides et les sommes monstrueuses qu’ils nous ont extorquées les mettent à l’abri ? Ils se trompent.

Christiane

Dire et écrire la réalité de notre Histoire est un devoir citoyen…
Merci Jean-Louis Chollet

BERNARD

Tout est maintenant bien en place pour une guerre civile, et je dirais « tant mieux »,En effet, plus tôt elle aura lieu et plus de « chance » nous aurons de la gagner.. dans 5 à 10 ans, nous la perdrons car la police et l’armée seront complètement noyautés.. c’est déjà en cours d’ailleurs.
Peut être que l’affaire Adrien Perez sera le « coup de canon » attendu dans le message de C. Combaz que je vous mets ici :