France collabo : Sarah Halimi massacrée, le procureur Weill poursuit… Christine Tasin

Publié le 10 septembre 2017 - par - 126 commentaires - 5 485 vues
Share

Les priorités du procureur Weill, quelques mois après l’assassinat de Sarah Halimi : déposer plainte contre le livre « Les Assassins obéissent au Coran » et son auteur, Christine Tasin.

Le 4 avril 2017, nous sommes à 19 jours du premier tour des élections présidentielles. L’objectif de la caste politico-médiatique est de tout faire pour affaiblir Marine Le Pen par tous les moyens, en multipliant les polémiques à son encontre.

A 4 h 30 du matin, rue Vaucouleurs, dans le 11e arrondissement de Paris, un musulman malien, Kobili Traoré, âgé de 27 ans, qui était invité chez des amis à faire la fête avec eux, se met à hurler « Allah Akbar » et à réciter des sourates du Coran. Puis il passe par le balcon de ses amis et arrive dans la chambre de la voisine, qu’il a déjà qualifiée de « Sale juive » à plusieurs reprises, dans la rue.

Voici les faits, retranscrits par dix-sept intellectuels qui ont demandé que la lumière soit faite.

« Le 4 avril dernier, Sarah Halimi, Française de confession juive, âgée de 65 ans, mère de trois enfants et retraitée, a été torturée à son domicile aux cris d’«Allah akbar» puis défenestrée. La victime vivait dans un HLM du quartier de Belleville depuis une trentaine d’années. Cette nuit-là, son voisin, Kobili Traoré, 27 ans, a pénétré chez elle vers quatre heures du matin, l’a agressée et a commencé ses sévices. « «Le rapport de police confirme que ma sœur a subi des actes de torture pendant près d’une heure, il l’a massacrée. Les dégâts sont tels que ma décence ne me permet pas de vous donner des détails», expliquera William Attal, le frère de Sarah Halimi.

Une partie de la scène a été enregistrée par un voisin. La bande-son, que possèdent les enquêteurs, confirme le calvaire de Sarah Halimi. Les coups gratuits portés par l’agresseur sont d’une violence extrême. L’autopsie révélera plus d’une vingtaine de fractures sur le corps et le visage de la victime. Tandis qu’il s’acharne sur Sarah Halimi, le criminel la qualifie de «Sheitan» («démon» en arabe). Il déclame des sourates du Coran, crie «Allah Akbar» plus d’une dizaine de fois. Les hurlements retentissent jusqu’au rez-de-chaussée de l’immeuble. Personne ne vient en aide à Sarah Halimi. En revanche, des voisins appellent la police, qui se rend sur place, mais n’intervient pas.

«Près de deux mois après les faits, la presse commence enfin à relater ce crime qui a eu lieu en pleine campagne présidentielle. Tout laisse penser, dans ce crime, que le déni du réel a encore frappé»
En définitive, après l’avoir torturée pendant plus d’une heure, Kobili Traoré traîne sa victime par les poignets et la jette par la fenêtre du troisième étage. Puis, parfaitement calme, il fait une prière. Sarah Halimi elle, gît, morte, dans la petite cour intérieure de l’immeuble. Il est environ 5 heures et demie du matin. Les policiers présents sur place se décident alors à interpeller le criminel. L’arrestation se déroule sans heurt. Considéré comme inapte à être placé en garde à vue, le tueur est interné d’office en hôpital psychiatrique. En matière pénale, si la justice concluait à une «abolition du discernement» de l’auteur des faits, celui-ci serait déclaré irresponsable et ne comparaîtrait pas aux assises.

Pourtant, Kobili Traoré n’a pas d’antécédents psychiatriques. Il a le profil de beaucoup d’islamistes radicaux violents : un passé de délinquant, un casier judiciaire très lourd avec des condamnations multiples dans des affaires de drogues, plusieurs séjours en prison. La veille du meurtre, il avait passé sa journée à la mosquée de la rue Jean-Pierre Timbaud (XIe), connue pour être un foyer d’islamisme radical. Par ailleurs, Kobili Traoré ne pouvait ignorer la judéité de sa voisine. La retraitée était une femme pieuse qui portait la perruque caractéristique des juives orthodoxes. Ses petits-fils venaient lui rendre visite en kippa. L’une des filles de Sarah Halimi déclare avoir été, dans le passé, traitée de «sale juive» par une des sœurs de l’agresseur de sa mère. »

Ce crime raciste, commis en plein Paris, a donc été délibérément occulté par l’ensemble des autorités collabos, afin de ne pas faire le jeu de Marine Le Pen, qui sera la seule des candidats à l’élection présidentielle à s’indigner de cet assassinat sordide. La meute des journalistes, qui s’acharnait à l’attaquer sur Vichy, parce qu’elle avait osé dire que le régime collaborationniste n’était pas la France, taira la symbolique de ce meurtre. Les principales associations juives, acharnées à causer la perte de la candidate du FN par tous les moyens, se feront les complices de ce maquillage d’État.

Le Parquet de Paris, si prompt à accuser les patriotes d’incitation à la haine contre les musulmans au moindre écrit sur la réalité de l’islam, ne retiendra aucune connotation antisémite dans ce crime d’un musulman torturant une juive, mais privilégiera la piste psychiatrique pour expliquer le meurtre.

Tout devait être fait pour que cette sordide affaire ne fasse pas le jeu de Marine, par ailleurs d’une prudence regrettable sur la réalité de l’islam et l’antisémisme musulman qui se répand en France. Nous avons vu à l’œuvre, en cette occasion, l’appareil d’État, ses politicards, ses journalistes, ses magistrats, ses leaders d’associations juives, tous les collabos, mentir grossièrement aux Français pour leur cacher la réalité d’un crime raciste, commis par un musulman contre une Juive.

Nous pensions avoir tout vu, mais le pire était à venir. Fin août 2016, Christine Tasin et René d’Armor publiaient Les Assassins obéissent au Coran, édité par Résistance républicaine. C’est René Marchand qui en a écrit la préface. Dans cet ouvrage, exceptionnel, les auteurs expliquent, et démontrent, citations à l’appui, que, loin d’être des déséquilibrés, les assassins musulmans ne font qu’obéir à des textes sacrés qui leur demandent de tuer tous les Infidèles, c’est-à-dire les non-musulmans. Christine Tasin a donné une remarquable interview, suite à sa sortie, à TV-Libertés et Martial Bild. « Les Assassins obéissent au Coran« , qui a obtenu de bons chiffres de vente, est parvenu à un proche de Sarah Halimi. Celui-ci, bouleversé par le sort subi par cette femme, a décidé d’en déposer quelques-uns dans les boîtes à lettres de ses voisins de la rue Vaucouleurs.

C’est là que la deuxième mi-temps du sordide commence, et que d’autres collabos entrent en action.

L’un de ces voisins a donc reçu le livre dans sa boîte à lettres. Nul ne sait si c’est un musulman, un membre de la famille de l’assassin, un bobo parisien fan d’Anne Hidalgo, un juif honteux de gauche, mais l’homme décide de déposer plainte contre le livre et leurs auteurs, et se précipite au commissariat. Les policiers lui expliquent qu’il ne peut déposer plainte pour un tel motif, mais lui font savoir qu’il peut faire une main courante. On remarquera que, bien souvent, quand des victimes viennent déposer plainte, on ne prend même pas leur main courante et qu’on fait tout pour les décourager. Mais le pire arrive. Alors que rien ne l’oblige à faire remonter une main courante aussi ridicule et grotesque, par lâcheté, soumission, voire idéologie, il se trouve un policier collabo qui pense utile de transmettre la main courante du plaignant au Parquet. Ce faisant, connaissant le fonctionnement de l’appareil, ce flic collabo, qui ouvre le parapluie, ne peut ignorer les conséquences de son acte. C’est donc délibérément qu’il livre les auteurs à la justice, lui dont les collègues de travail sont la cible régulière des islamo-racailles et des islamistes.

La machine est lancée, plus rien ne peut arrêter la France collabo. Le vice-procureur de Paris, un nommé Grégory Weill, prend connaissance de la main courante du résident de la rue de Vaucouleurs contre Christine Tasin. Le Parquet, qui avait déjà refusé de qualifier le sordide assassinat de Sarah Halimi de « raciste », se surpasse et, par le vice-procureur Weill, ose déposer plainte contre Christine Tasin et son livre pour « incitation à la haine contre des musulmans, en raison de leur religion ».

Christine sera interrogée dans les locaux de la Brigade de Répression de la Délinquance à la Personne le premier jour de septembre. Elle devra répondre à des questions d’une policière qui, par ailleurs, essaiera de la piéger à plusieurs reprises, remplissant sans doute, elle aussi, son devoir.

Rappelons que la présidente de Résistance républicaine avait également été interrogée dans ces mêmes locaux, le 14 août dernier, suite à une plainte du CCIF, qui l’accusait, rien de moins, « d’apologie du terrorisme » !

Voilà, résumé en quelques lignes, la réalité de la France des collabos, en 2017.

Première étape : une médecin juive, retraitée de 65 ans, se fait massacrer, torturer, insulter, pendant une heure, par un musulman, sans qu’aucun policier n’intervienne. Elle se fait défenestrer, et mourra de ses blessures.

Deuxième étape : toute la caste politico-judiciaire, institutions juives comprises, et bien sûr les imposteurs de l’antiracisme s’organisent pour écraser l’affaire, multiplier les contre-feux, pour ne pas faire le jeu de Marine Le Pen. Quand des skins, en marge d’un défilé du FN, balancent un maghrébin à la Seine, le 1er mai 1995, on les a connus moins discrets.

Troisième étape : le Parquet ne retiendra même pas la piste du crime raciste, pour préserver l’islam et continuer la stratégie du mensonge d’État autour des fameux déséquilibrés.

Quatrième étape : à cause d’un flic collabo et d’un vice-procureur qui sait que poursuivre les patriotes, sous un régime collabo, c’est excellent pour la suite d’une carrière, Christine Tasin, qui explique, dans un livre, pourquoi Sarah Halimi a été assassinée sauvagement par un musulman, va se retrouver au tribunal.

Bref, dans la France collabo, on inculpe le médecin qui explique les causes du cancer, et se propose de le guérir.

Comment ne pas serrer les poings quand on pense à l’ensemble de la chaîne de tous ces « braves gens » qui, chacun de leur côté, ont étouffé la réalité du meurtre de Sarah Halimi, et mis la main à la pâte pour que Christine se retrouve à nouveau au tribunal, pour la plus grande joie des islamistes. Avec sans doute la satisfaction du devoir accompli…

Comment ne pas comprendre que quand Boris Faure se prend un coup de casque d’un député musulman, quand Jean-Vincent Placé se fait casser la tête par trois racailles qui le dépouillent, ou quand l’islamo-collabo Pierre Bergé va rejoindre le paradis d’Allah, nombre de Français exultent, tant ils haïssent tous ces collabos ?

 

Share
Il faut dans cette affaire se poser les bonnes questions : Il va chez des amis puis passe chez la voisine pour la torturer = Les amis en question ne réagissent pas Il torture cette pauvre femme qui crie pendant une heure = Les voisins entendent mais ne font rien Il frappe donc cette femme pendant une heure c’est long une heure = La police est prévenue les policiers sont là mais ne bougent pas Conclusion : Les amis, les voisins, la police ça fait beaucoup de monde tout de même, tous ces gens entendent cette femme crier personne ne… lire la suite

Souvenez-vous aussi de Dr Anatoly Livry, ce Juif, poursuivi par le pouvoir de Macron et l’Université française islamolâtres.

Marrant, ils ont tout à fait la gueule de collabo, d’islamo-fascistes.

Cet article devrait être connu et diffuser à l’international avec un nouveau titre :
Christine Tasin ou la justice Française devenue allié objectif des criminels musulmans.

J’admire cette page et pourtant je suis déboussolé par une phrase qui me semble incongrue dans cette page. Dans ce paragraphe je suis choqué par la dernière phrase : « Ce crime raciste, commis en plein Paris, a donc été délibérément occulté par l’ensemble des autorités collabos, afin de ne pas faire le jeu de Marine Le Pen, qui sera la seule des candidats à l’élection présidentielle à s’indigner de cet assassinat sordide. La meute des journalistes, qui s’acharnait à l’attaquer sur Vichy, parce qu’elle avait osé dire que le régime collaborationniste n’était pas la France, taira la symbolique de ce… lire la suite

quand allons nous nous venger tous ensemble qu est ce qu on attend des paroles des paroles le peuple en a marre

Courageuse Christine,elle fait face depuis des lustres aux initiateurs du mur des cons .

Nous sommes à vos côtés, Christine !

ça lui fait une belle jambe qu’on soient tous avec elle… En attendant la France est à feu et à sang et personne ne bouge. Nous ne pouvons pas bouger à dix ! Sujet tellement brûlant (à cause de cette gôôche putassière..) que pour l’instant il n’y a pas grand chose qui bouge et les vrais patriotes comme Christine qui s’indignent du nazislamisme sont bien seuls…

Superbe et Monstrueux ! Voilà, résumé en quelques lignes, la réalité de la France des collabos, en 2017. Effroyable constat d’une France qui perd pied… qui plonge dans la monstruosité et dans le machiavélisme à tous les étages, dans toutes les sphères !
La question est : « Encore combien de temps avant que cela ne se termine en guerre civile ? »
Gérard

il y a des manières de manifester sa désapprobation, son opposition, son rejet si par exemple à une de ces absurdes audience, tout le monde sort une saloperie de coran et le déchire, crie sous une forme ou sous une autre sur les juges et procureurs qui se permettent de bafouer nos libertés au nom de leur abrutissement de gauche, si 1000 militants à travers la France brûlent ou déchirent ou pissent sur un coran devant une immonde mosquée , etc.. de façon à engorger les abrutis traîtres qui acceptent les plaintes des tenants de la religion de haine de… lire la suite

« Quatrième étape : à cause d’un flic collabo … » et oui il y a longtemps que je suis convaincu que c’est le propre de ce métier, la servilité fait partie du contrat d’un bon flic .
Le collabo François Mitterrand voulait détruire la nation, c’est certainement sa plus belle réussite !

il ne s’agit plus de serrer les poings , le procureur ( le traître ) weill s’acharne pour faire taire et détruire la résistance à l’ennemi, c’est donc un ennemi ( encore plus abject que l’ennemi lui même, puisqu’il fait et cause contre sa propre civilisation , et pour les barbares. Il doit être donc traité comme l’ennemi et comme un traître !!!

 » Nombre de Français exultent  » : cela reviendrait-il à dire que ces Français-là sont à l’unisson des racailles décrites ? Vous avez dit bizarre ?