France en guerre : 4 – La guerre faite à la France est de nature asymétrique !

L’expression « guerre asymétrique » est moderne, mais le concept est déjà présent dans L’Art de la Guerre de Sun Tzu qui, voici plus de 2000 ans, la préconisait.

La guerre asymétrique peut être définie comme : une guerre entre des adversaires ne disposant pas d’une doctrine, de structures et de moyens comparables.

Dans une guerre de nature asymétrique, les adversaires en présence agissent sur la base de principes et de buts différents.

Le faible s’autorise tout et ne respecte aucune des règles de la guerre.

Les guerres d’Algérie, du Viêt Nam, les deux guerres d’Afghanistan ont été des guerres de nature asymétrique. En ce qui concerne la guerre menée par l’État Islamique, ce n’est qu’en partie vrai puisque la récupération des soldats, des matériels, de bases tant irakiennes que syriennes, fait que cette organisation islamiste mène tout à la fois une guerre conventionnelle au Moyen-Orient et une guerre asymétrique, directement ou indirectement, en Afrique via ses structures ou ses affidés : État islamique en Libye, Boko Haram, Ansar Baït al-Maqdis, et en Europe via des groupes menant des actions terroristes.

La guerre du faible au fort

La guerre asymétrique est souvent considérée comme une guerre du faible au fort. Le faible qui, en général, est l’attaquant, affiche des motivations telles que :

  • le combat pour la liberté ;

  • la libération des peuples opprimés ;

  • la défaite du colonialisme.

A ces pseudo motivations qu’ils revendiquent, les islamistes ajoutent évidemment la soumission à Allah, le respect de son prophète et l’application stricte de la loi islamique (charia).

Dans la guerre contre la France, les islamistes ne disposent pas, aujourd’hui, des ressources comparables à celles de notre pays. Et, désireux de préserver autant que faire se peut tant que cela ne va pas à l’encontre de leurs buts :

  • la fraction de la Oumma implantée dans notre pays ;

  • les infrastructures qui leur seront nécessaires en cas de victoire ;

ils ont recours à une guerre de nature asymétrique. Dans celle-ci, tous les modes d’action sont utilisés, en particulier ceux permettant de faire régner la terreur chez nos concitoyens.

Mais il doit être bien compris que ceci ne constitue pas une règle immuable.

Plusieurs types d’action sont privilégiés, parmi ceux-ci :

  • les manifestations violentes, avec victimes si possible, permettent l’entrée dans le cycle infernal provocation => répression => action , dont les islamistes profitent toujours. Par exemple Londres en décembre 2011 ; Tunisie en octobre 2010 et en avril 2012 ; Abuja (Nigéria) en novembre 2002 ; (Égypte) en 2013 ;

  • les actions de terrorisme psychologique et physique, contre les citoyens français et contre les citoyens des Nations amies : enlèvements, tortures psychologiques et physiques, les attentats contre les ressortissants des pays cibles. Par exemple, enlèvement de ressortissants français au Niger et les tueries en Côte d’Ivoire;

  • les attentats contre des infrastructures et des biens dans les pays cibles, parce qu’ils présentent une utilité économique, financière, historique, cultuelle, culturelle, … Dans ces opérations, l’association de victimes humaines est « un plus » n’étant pas négligé ;

  • les actes de terrorisme psychologique et physique contre ceux qu’il prétend protéger : assassinats, tortures, mutilations, destructions de toutes sortes. Par exemple : Guerre d’Algérie, populations martyrisées par le FLN pour frapper les esprits ; Libye de Mouammar Kadhafi et Syrie de Bachar el-Assad, génocides de populations civiles ; destructions des Bouddhas de Bâmiyân en Afghanistan et de mausolées au Mali.

    Dans ce type d’actions, les actions terroristes peuvent avoir deux finalités :

  • la création de martyrs dont la mort sera – évidemment – imputée aux autorités, aux forces de sécurité ou aux forces d’occupation (situation en Afghanistan occupé par les « Croisés » et aussi en Égypte depuis la chute de Mohamed Morsi) et non aux islamo-terroristes ;

  • la neutralisation ou l’élimination physique de ceux que les islamo-terroristes qualifient de collaborateurs (au sens de la collaboration avec l’ennemi)

Nature asymétrique de la guerre

Différences entre la guerre conventionnelle et celle de nature asymétrique

Dans la guerre conventionnelle, les belligérants mettent en œuvre des règles et des ressources de natures sensiblement équivalentes, mais dont le volume peut être différent (il s’agit dans ce cas d’une dissymétrie des ressources). Chacun des adversaires recherche la supériorité militaire lui donnant la victoire pour écraser l’autre militairement, préalable à sa défaite totale.

Dans la guerre de nature asymétrique, les islamistes utilisent des règles et des ressources n’étant pas de mêmes natures que celles de la France : ressources différentes par leurs niveaux technologiques, leurs volumes et leurs forces combattantes. La dissymétrie des ressources amène les islamistes à utiliser de préférence les actes de guerre de nature asymétrique. Ainsi, ils peuvent transformer leurs faiblesses en supériorité face à la France, alors que l’État et son appareil ignorent à peu près tout de la guerre de nature asymétrique.

Attention !

Ceci ne signifie en aucun cas que les forces de sécurité, intérieure ou extérieures, méconnaîtraient cette nature de guerre ; mais comme – par définition – elles sont soumises au pouvoir politique, rien ne permet de penser qu’elles disposent des personnels, des ressources, des doctrines leur permettant de contrer des actions dans lesquelles les citoyens ont ici un rôle majeur.

Ceci alors que les gouvernements successifs et les politiciens n’entendant que les chants de certaines sirènes, françaises ou étrangères, ont misé sur le tout technologique présenté comme garantissant la supériorité opérationnelle ! Véritable situation de faiblesse amplifiée par le fait que les dirigeants de notre pays, depuis des dizaines d’années, forts de leurs incompétences et de leurs certitudes, commettent et ont commis de nombreuses fautes dans le domaine de la défense et que, de plus, leurs seules vraies préoccupations sont celles de leur prochaine réélection et du succès de l’oligarchie partisane à laquelle ils doivent tout.

La dissymétrie des forces et son évolution

Dans la guerre faite à la France, les groupes islamistes – à ce jour – ne disposent pas de structures et de moyens comparables à ceux de notre Nation, bien que nous soyons leur cible.

Mais, cette dissymétrie des forces pourrait se réduire notablement si :

  • la République islamique d’Iran parvenait à développer des armes nucléaires opérationnelles (charges et vecteurs) ;

  • la République islamique du Pakistan passait totalement sous le contrôle des islamistes, talibans ou non ; ce qui pourrait très bien survenir, ce n’est qu’une question de temps et de circonstances…

  • la République Populaire Démocratique de Corée trouvait judicieux, dans sa lutte contre l’Occident, de commercialiser quelques unes de ses armes nucléaires…

  • le Royaume d’Arabie Saoudite, comme d’autres pays arabes, pourraient songer à acquérir des armes nucléaires afin de contenir l’Iran. D’autre part, l’Arabie Saoudite aurait conclu un accord avec le Pakistan lui permettant de disposer d’armes nucléaires de ce pays

La guerre de nature asymétrique, pourquoi ?

Une réponse simple et lapidaire : parce que c’est la plus payante et que c’est aussi la moins coûteuse dans la guerre menée contre la France par les islamistes !

La nature asymétrique de la guerre contre la France, entreprise par les islamistes, est un combat entre :

  • des groupes islamistes dont les principes, les règles, l’organisation, les moyens… sont non conventionnels. Ceci leur donnant toute latitude et une grande impunité dans leurs opérations de terreur ou de déstabilisation ;

  • un État dont les principes, les règles, l’organisation, les moyens… sont conventionnels. Ceci apportant tout un système de contraintes morales, religieuses, philosophiques, réglementaires… dans nos opérations, en particulier celles de contre-terrorisme. C’est une faiblesse puisque nous refusons de combattre les islamistes avec les mêmes procédés, les mêmes armes que celles utilisées contre nous.

    La République Française, fière de son héritage révolutionnaire, devrait se souvenir des paroles de Saint-Just : « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ! »

Les doctrines militaires élaborées par les islamistes, appliquées par les groupes islamistes et islamo-terroristes, sont totalement opposées à celles de notre Nation. Il en est de même en ce qui concerne les principes moraux, légaux, sociaux. Ils limitent notablement nos possibilités dans les actions de contre-offensive, au moins dans les têtes des dirigeants… Il en découle que les islamistes qui nous font la guerre n’ont aucune raison de s’embarrasser de quelconques contraintes, d’aucun principe moral, philosophique, religieux, humain… gênant leurs actions, celles de terrorisme plus particulièrement. Ceci place les islamo-terroristes en position de force. Cet avantage est encore renforcé par le fait que pour l’ONU – aujourd’hui encore, même après les attentats du 11 septembre 2001 à New-York et ceux du 11 mars 2004 à Madrid, et malgré plus de 28.000 actes islamo-terroristes commis au nom d’Allah depuis le 11 septembre – nous sommes en situation d’aveuglement total pour tous, phase préalable à la soumission.

Même si certains, au sein du pouvoir exécutif, devant les preuves accumulées, en sont venus à nommer « actes de guerre » les actions terroristes, il reste que dans notre pays ces dernières sont considérées comme relevant du « droit commun » (articles 421-1 et 421-2 du Code pénal, articles 706-1- et 706-25 du Code de procédure pénale, article L. 224-1 du Code de la sécurité intérieure), et non comme des actes relevant d’un quelconque « droit militaire » et de ses tribunaux, seuls habilités à juger les actes de guerre.

« … la Constitution française du 4 octobre 1958 ne contient quant à elle aucune disposition formelle relative à la lutte contre le terrorisme. Et le code pénal pas davantage que le code de procédure pénale ne sauraient suppléer les lacunes de la Constitution française. et non comme un acte de guerre susceptible d’entraîner un engagement militaire à l’encontre du ou des pays soutenant les islamistes ! … », Thierry S. Renoux – in Cahiers du Conseil constitutionnel n° 14.

La nature asymétrique de la guerre contre la France entreprise par les islamistes facilite grandement la destruction – de l’intérieur – de notre démocratie, de nos valeurs, de notre Histoire et de notre Nation ! Elle est étroitement liée à la guerre révolutionnaire et au mode d’action subversif.

Jean-François Cerisier

Prochain article : La guerre faite par les islamistes est de type révolutionnaire – 5

Pour se procurer le livre de Jean-François Cerisier :

https://ripostelaique.com/livres/guerre-a-loccident-guerre-en-occident

Chèque de 19 euros à l’ordre de Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

image_pdf
0
0

9 Commentaires

  1. Peut-être que le gouvernement a peur de se heurter aux participants, ou plus généralement à ceux qui vitupèrent contre l’ Etat et tentent de massacrer les flics à l’aide de pierres et projectiles divers dans une sorte de  » lapidation à la mode occidentale bobo post-soixante-huitarde »?
    Ce petit bordel et ses petits airs de « Woodstock low-cost » annonce des tragédies : l’état d’urgence non respecté provoque des opportunités inattendues que les groupes terroristes en pleine expansion vont exploiter…En premier lieu , ils ne vont pas tarder ( je prends les paris !) à se mêler à la foule et tout faire péter !Manifestants ou parents des lycéens qui participent à ces manifs , préparez les mouchoirs, ça va saigner !!!

  2. L' »asymétrie » va encore frapper, préparez les mouchoirs en masse!!!
    L’ ennemi observe les carences de notre démocratie qui se suicide…Une petite illustration, parmi d’autres, tout à fait d’actualité :
    les groupes terroristes, nombreux en France » préparent leurs prochaines actions ( d’éclat !!!) , ils ont observé avec gourmandise que l’état d’urgence part « en quenouille »…Vous constatez comme moi que les manifestations pourtant interdites ou occupations de sites comme la Place de la République à Paris se comptent par dizaines en France ..Une explication ou plusieurs à cela ?
    Le gouvernement, qui a su mettre le patriote général Piquemal en garde à vue il y a quelques semaines à Calais n’a pas les moyens policiers pour faire appliquer l’état d’urgence ? La Police est en burn-out ? Il y aurait une justice normale pour Piquemal et une justice d’exception en faveur des manifestants de ces jours derniers?

  3. Une spécialité bien de chez nous:
    Payer pour se faire botter le cul.

  4. Quand on SAIT qu’on est en guerre déclarée par ces tarés du coran, que certains articles de RL et les commentaires y afférant sont pales à côté de ceux qui comme les articles de fonds du Lieutenant Colonel JEAN FRANCOIS CERISIER peuvent nous faire toucher du doigt que l’heure est plus grave et qu’il faudrait y réfléchir plus sérieusement mais on surfe sur d’autres moins urgents à croire que nous n’aurions pas besoin de têtes pensantes signé : paule di Malta

  5. Ce qui ressort il me semble de ce volet, c’est que les services secrets français, qui ont l’habitude de la guerre subversive, ont tous les moyens de combattre le terrorisme et de le vaincre !
    La déduction est simple : le pouvoir ne le veut pas ! Pourquoi ?
    A t-on déjà posé la question à nos « zélites » collabos ???

    • Ils sont tous achetés par le qatar et l’arabie saoudite et l’argent non seulement n’a pas d’odeur mais surtout IL N A PAS D HONNEUR pour les politiques seul compte leur nombrilisme sinon ils ne se bousculeraient pas au portillon des candidatures la FRANCE pour eux ne compte pas chacun se dit meilleur que l’autre nous avons vu ce que celà a donné et malgré toute leur incompétence ils persistent et signent (je ne parle pas de leur profession de foi : UN VRAI PARJURE QUE LES CITOYENS NON SEULEMENT NE LEUR REPROCHENT PAS MAIS ENCORE NE LEUR DEMANDENT PAS DE COMPTES ET VOGUE LA GALERE….CA REPART POUR UN TOUR (si ce n’est 2) signé : paule di Malta

    • Cela doit servir leurs intérêts. Car il faut bien reconnaître qu’à chaque fois, grâce à la stupidité des Français, ils en tirent un bénéfice électoral !
      Sans compter que cela leur permet de voter des lois toujours + restrictives pour nos libertés, et ainsi d’instaurer, lentement mais sûrement, la dictature…

Les commentaires sont fermés.