France en guerre : 5 – La guerre faite à la France est de type révolutionnaire (5/9)


Démobilisation des citoyens français

Action actuellement en cours en France

L’action de démobilisation des citoyens français est essentielle au succès de la destruction de la France. Elle est obtenue par des actions dont l’efficacité est renforcée, principalement, par l’irresponsabilité et l’incompétence des gouvernants successifs depuis des dizaines d’années, adeptes du clientélisme et ayant aussi, pour certains, une véritable collusion avec les islamistes, principalement s’ils sont d’obédience wahhabite ou frères musulmans :

  • actions d’intimidation (pour les islamistes, il s’agit de faire peur aux citoyens ou autorités, en tirant avantage de leur force réelle ou supposée). Par exemple :
  • organisation, création d’oppositions fortes entre les citoyens non-musulmans et les populations musulmanes, qu’elles soient immigrées ou nationales, sur des bases culturelles, ethniques ou religieuses (cf. la nouvelle campagne anti-raciste du gouvernement «  Tous Unis Contre la Haine ») ;

  • actions en justice conduites par les islamistes ou leurs séides via des organisations fantoches d’islamo-collabos, à l’encontre de tout citoyen français ayant commis des actes présentés comme discriminatoires. Ces actions, conformes à la pensée de l’oligarchie au pouvoir, sont destinées à verrouiller la liberté de pensée, de conscience et d’expression des citoyens français : un préalable indispensable à l’instauration de la « liberté islamique ».

« … Étant donné que la notion de la liberté contredit l’islam, il faut l’éviter et ne surtout pas essayer de dire qu’on va l’utiliser avec notre propre sens. Cela peut en effet prêter à confusion et par conséquent, beaucoup de personnes vont croire à des choses qui contredisent l’islam…. »  (Selon le site web Al Badil)

  • actions de guérilla urbaine commises par des groupes violents constitués sur des bases ethniques, religieuses, mafieuses : incendies de véhicules, de commerces, de poubelles, de cages d’escaliers ou d’édifices publics, agressions répétées à l’encontre des résidents de la zone urbaine, caillassages, attaques des transports en commun, véritables embuscades tendues aux services de police, aux services de secours, razzias dans les super-marchés ou les centres commerciaux. Les résidents de ces zones sont dans des situations dangereuses alors que les groupes violents bénéficiant de complicités peuvent se cacher aisément. Leurs buts : empêcher les contrôles d’identité le plus souvent liés au port du voile intégral dans l’espace public et les actions de contrôle de la police dans certaines cités. Les participants à ces actions, généralement sous contrôle des islamistes, agissent aussi en étroite symbiose avec les trafiquants de toutes sortes, leurs alliés de circonstance ou d’intérêts en assurant des fonctions de guetteur ;

  • refus d’intégration des populations immigrées dans la communauté française et constitution de ghettos communautaires dans lesquels la violence omniprésente débouche rapidement sur de véritables actions de guérilla urbaine, le tout dans un contexte de trafics multiples. En particulier les armes et les téléphones portables dont la vente ou la revente alimentent les caisses des islamistes et permettent l’équipement d’islamos-terroristes ;

  • prosélytisme islamique en vue de la propagation et du développement de l’Islam (dawa), donc de la charia (activité largement sponsorisée par des fonds saoudiens), sous les formes suivantes :

    • exigence de mise en place de tribunaux islamiques pour les populations musulmanes, en lieu et place des tribunaux nationaux tels que prévus par la Constitution. Le département d’outre-mer de Mayotte fournit un « bon exemple » pouvant avoir une valeur de laboratoire pour d’autres départements dans le futur ;

    • exigence de la prise en compte des horaires des prières dans les entreprises, les administrations, discrimination à l’égard des femmes, et refus de l’école de la République ;

    • locaux réservés à la prière dans des environnements de travail (sous-jascent dans la loi El Khomri) ;

    • dispenses accordées à certains travailleurs pour la manutention de produits, alimentaires ou non, dérivés du porc (bien que ces manipulations n’impliquent aucun contact avec les produits alimentaires) ;

    • suppression, dans les médias (télévision et cinéma), de l’utilisation de termes tels que « islamisme », « islamiste », « djihad », « guerre faite pour propager l’islam sur le monde » ;

    • menaces envers les représentants de la Nation au prétexte que les Lois votées ne sont pas conformes à la loi islamique ;

    • manipulation, intoxication ou menaces à l’encontre des membres des forces de sécurité intérieure ou de sécurité extérieure, au prétexte que leurs actions vont à l’encontre des menées subversives des islamistes ;

    • manipulation, intoxication – déjà, globalement réussie – des représentants des autres religions par des discours dans lesquels sont ânonnés les termes de « tolérance », « dialogue », « confiance », « respect », « désir de paix » … « de » et « avec » l’islam ;

    • dans un futur proche (?) autorisation des appels quotidiens à la prière, à grands renforts de décibels (c’est déjà le cas à la mosquée Othmane de Mantes-La-Jolie).

Actions d’intoxication

Par des actions d’intoxication (actions de mise en condition de l’opinion publique française par la diffusion d’informations prétendument vraies, mais dans la réalité fausses. Celles-ci devenant des armes par destination pour des attaques contre la France ou pour la défense des islamistes). Par exemple :

  • par des appels insistants (toute forme d’incitation morale, religieuse) aux populations non musulmanes pour qu’elles pratiquent la « tolérance humanitaire ». Pour Mohamed Taïbi, anthropologue algérien, il s’agit de « l’instauration avec ses adversaires du dialogue et des échanges qui honorent les nations civilisées ». Selon la dialectique communiste, ou selon la dialectique islamiste reposant sur la taqiyya, il s’agit ni plus ni moins que la France accède à tous les désirs des islamistes, ces actions étant évidemment relayées par diverses organisations étatiques, cultuelles, politiques, associatives, philosophiques, syndicalistes, toutes les courroies privilégiées de transmission des islamistes ;

  • par des recours insistant au « dialogue inter-religieux » (mais simultanément avec une mise en garde contre les méthodes de christianisation et contre l’appel à l’unité des religions, document élaboré par la Commission Permanente des recherches Académiques et des Avis religieux d’Arabie Saoudite et publié par le « Bureau de prêche » de Riyad), aux fins de manipulation facilitant l’endoctrinement et la neutralisation de la population française non musulmane ;

  • par des exigences de création de cimetières uniquement musulmans, ou au minimum existence de carrés musulmans, prévenant la « pollution » due à la présence de tombes chrétiennes ou juives ;

  • par le rappel constant de la contre-vérité « établissant » que « l’islam est la religion d’amour, de paix et de tolérance » et que les musulmans du monde sont des victimes de l’incompréhension et du racisme – utilisation volontairement détournée du sens des mots ; il existerait donc bien une « race islamique » ! -. Bien que ne résistant pas à la simple observation de l’Histoire jusqu’à aujourd’hui, celle-ci est une antienne particulièrement à la mode. Elle est nécessaire à l’OCI, à ses filiales et à ses affidés, pour alimenter le mythe de l’islamophobie et en faire un « crime contre l’humanité » ;

  • par la présentation de l’immigration en provenance des pays de la Zone islamique comme étant :

    • une chance pour la France en raison de la baisse de la natalité dans les populations de souches européennes (gouvernement et Commission de Bruxelles) ;

    • un moyen d’éviter une guerre de civilisation (idée en vogue chez plusieurs chefs d’Etat ou leurs conseillers, passés ou actuels) ;

  • par la falsification de l’Histoire portant sur les racines de civilisation française qui selon les islamistes seraient musulmanes ;

  • par la réécriture de l’Histoire, selon les « bonnes habitudes » communistes :

    • Charles Martel n’a pas combattu et vaincu les reîtres de l’islam conquérant, mais a combattu « des soldats musulmans indisciplinés » ;

    • c’est l’islam qui aurait permis à l’Occident de découvrir la philosophie, les mathématiques, les sciences, l’astronomie ;

    • les musulmans ne combattaient et ne combattent que pour se défendre ;

    • les Occidentaux, « ces nouveaux croisés mènent une guerre religieuse aux musulmans pour éliminer leur religion » ;

  • par l’endoctrinement religieux dès l’âge de cinq ans voire plus tôt, en plus financé pour une part par l’État dans le cadre de contrats d’association ;

  • par la reconnaissance d’Allah comme le seul vrai dieu, le Prophète comme le modèle de la vie sur terre, les autres religions comme étant fausses ;

  • par l’atteinte à l’image ou à la crédibilité des citoyens en charge de fonctions de direction et d’encadrement, tant dans le secteur public que dans le secteur privé ;

  • par l’atteinte à l’image ou à la crédibilité des citoyens détenteurs de fonctions électives au prétexte que ces dernières ne sont pas conformes à la loi islamique.

Jean-François Cerisier

Prochain article : La guerre faite à la France est de type révolutionnaire (6/9)

Pour se procurer le livre de Jean-François Cerisier :

https://ripostelaique.com/livres/guerre-a-loccident-guerre-en-occident

Chèque de 19 euros à l’ordre de Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors


image_pdf
0
0

2 Commentaires

  1. Ah là je crois qu’on est vraiment entrés au cœur du vif du sujet. Merci pour ce prodigieux inventaire certainement exhaustif et que j’ai enregistré.

    Juste une petite remarque au passage sur une réflexion que je me suis déjà faîte mais que je n’ai jamais lue nulle part : on croit souvent que les armes des banlieues servent au trafic de drogues par le biais des règlements de compte mais je crains plutôt qu’au contraire, ce soit le trafic de drogue qui bénéficie en particulier à l’importation des armes.

    Il m’étonnerait que je me trompe !

  2. Le fameux « lavage de cerveau  » des camps de la mort des jaunes était plus rapide que celui du lavage de cerveau des verts mais certainement moins efficace dans la durée !
    Ajoutons que vouloir conduire les Etats au nom d’une idéologie ou d’une religion, ne peut qu’engendrer des illuminés capables de tous les désastres !
    Autant que l’Islam, cette nouvelle religion des « Droits de l’Homme » et son « égalitarisme » forcené, nous fera revivre certaines heures noires de notre histoire !
    Par conséquent, dans tous les cas, entre la Peste et le Choléra, nous sommes cocus !
    Il est temps de les jeter à la mer , les uns et les autres … pour désinfecter la planète.

Les commentaires sont fermés.