France hyperendettée : la catastrophe de la hausse des taux d’intérêt

Publié le 17 mai 2021 - par - 11 commentaires - 1 321 vues
Traduire la page en :

Le consensus est général chez les économistes : la fin prochaine de la crise du coronavirus – sous quelque forme que ce soit – va se traduire pour un retour de la croissance économique à l’échelle planétaire. Le FMI s’aventure même à pronostiquer un taux de croissance mondiale de +5,8% en 2021.

***

Les estimations « officielles » pour notre pays tablent sur un taux de croissance de +5,5% en 2021 et +4% en 2022. Du jamais vu depuis les Trente Glorieuses. Une perspective alléchante, qui ne présente qu’un seul défaut : elle est totalement illusoire

***

Le lien entre taux de croissance et taux d’intérêt directeurs des banques centrales est parfaitement établi : si la croissance repart à la hausse, maintenir un « argent facile » avec des taux d’intérêt très faibles ne peut conduire qu’à une hyperinflation, aux conséquences catastrophiques. Avec ce rebond « espéré » de la croissance, les banques centrales – et la BCE sous « influence » allemande en tout premier lieu – ne pourront donc qu’augmenter substantiellement leurs taux directeurs.

Or ces taux sont actuellement proches de zéro (voire négatifs…), ce qui permet au gouvernement français de raser chaque jour gratis : l’argent qu’il emprunte pour payer son royal train de vie et assurer le « quoi qu’il en coûte » macronien ne lui « coûte » précisément rien en termes d’intérêt. C’est la politique économique au ras du guidon…

Les quatre pays les plus endettés de l’UE forment ce que les vertueux pays de l’Europe du nord appellent avec un humour un brin corrosif le club des PIGS (Portugal, Italy, Greece, Spain)

Rapportés à leur PIB, les taux d’endettement des administrations publiques des PIGS – au sens de Maastricht : dettes publiques notifiées (DPN) pour parler le jargon des économistes – sont en effet assez croquignolets :

***

Avec une dette qui atteint 116,5 % de son PIB, la France de Macron peut se flatter d’avoir rejoint le club des PIGS.  Elle est la cinquième économie la plus endettée de l’UE, menaçant même de dépasser l’Espagne. Faudra-t-il alors parler du club des PIGFS ?…

Rappelons que la dette moyenne des Vingt-Sept est de 89,8 % de leur PIB respectif, et que la dette de la vertueuse Allemagne n’est que de 70% de son PIB. Certes, avec une tendance à la hausse, mais que la première économie du continent et la quatrième du monde – cumulant depuis des années des excédents budgétaires record – est parfaitement en capacité de maîtriser.

***

La question est de savoir comment le gouvernement français entend, non pas rembourser la dette – objectif parfaitement irréaliste –, mais payer les intérêts d’une dette colossale, avec des taux d’intérêt repartant fortement à la hausse…

Notre pays a quasiment toujours emprunté, soit à intérêts nuls auprès de sa banque nationale avant 1973, soit auprès des marchés avec des intérêts sonnants et trébuchant depuis 1973, année de la fameuse loi Rothschild-Pompidou-Giscard.

L’annulation de la dette étant exclue par l’oligarchie – à laquelle la France obéira, quel que soit le régime de « l’arc républicain » (à l’image de la « Groko » allemande) au pouvoir dans les prochaines années –, il reste pour notre pays deux scénarios possibles :

  • Soit une envolée des impôts et des taxes, parallèlement à un effondrement des prestations publiques (santé, retraites, chômage…). Autrement dit une paupérisation du pays sans équivalent depuis la dernière guerre. Un scénario à la grecque  avec des conséquences sociales terrifiantes et à la clé des émeutes sociales, fortement mâtinées raciales dans un pays dont l’importante population extra-européenne connaît déjà un sur-chômage problématique
  • Soit le défaut de paiement : le pays cesse unilatéralement de payer les intérêts de la dette. Un scénario auquel – bien qu’il entraîne de fait la sortie de la France (suivie sans doute des PIGS…) au moins de la zone euro, sinon de l’Union européenne – pourrait se résoudre l’oligarchie en dernier recours : élagage des branches mortes de l’UE… Avec dès lors l’impossibilité pour notre pays de lancer le moindre emprunt sur les marchés, donc flambée des impôts et des taxes et effondrement des prestations publiques.

Dans les deux cas, le résultat est le même : débâcle de lEtat-providence et son cortège d’émeutes sociales et raciales… Il est proprement indécent de parler pour la France de « retour à la croissance ».

***

C’est au contraire à un collapsus majeur de l’économie française à laquelle il faut s’attendre dans les mois et les années qui viennent.

Ainsi d’ailleurs qu’à une Europe plus que jamais sous domination allemande. Et la Wehrmacht n’y sera strictement pour rien…

Henri Dubost

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Fabiola FERRANTE

QUID des retraites ???
Parce que si, comme d’habitude, Macron fait passer l’économie de l’Afrique AVANT celle de la France, çà va très mal finir :
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/emmanuel-macron-pr%C3%A9side-un-sommet-pour-sauver-l-%C3%A9conomie-africaine/ar-BB1gRbGR?ocid=msedgdhp

Si pépère s’occupe de la dette africaine et nous coupe les retraites, il va finir au bout d’une corde et plus vite qu’il ne le pense !

Et d’autre part, qu’on arrête d’acheter des baby-foot aux “migrants” usurpateurs qui nous envahissent de plus en plus, parce qu’ils fuient le travail dans les vergers italiens et espagnols ! Depuis quelques temps, ils arrivent par milliers chaque jour par l’Espagne et l’Italie, mais n’y restent pas à cause du travail.
Ils viennent chez nous : entretenus à rien faire !

Laura

Et en même temps, le gouvernement vient d’annuler la dette du Soudan et lui prêter 1,5 milliard d’euros.

Pascale

Ne pas rembourser sa dette est immoral. Quand on vit au-dessus de des moyens il faut assumer.
Ne pas rembourser c’est voler les millions d’épargnants qui ont acheté des obligations d’état par le biais des assurances et des banques. Assurances vie et toute la cohorte de produits financiers achetés par les épargnants.
Il est certain que toutes les politiques mises en place sont keynésiennes(donc socialistes) et que leur but est de ruiner l’épargnant qui est leur bête noire.
Ils oublient que sans épargne, pas d’investissements..
Si la France ne rembourse pas sa dette, elle va se retrouver comme la Grèce ou le Venezuela…
Et la loi de 1973 n’a strictement rien à voir avec le fait que ceux qui détiennent le pouvoir politique nous volent, pillent les richesses que nous créons et dilapident

Hoplite

En même temps Macron « prête « 12 milliards que nous devrons emprunter… Ça sent les rétro commissions pré électorales ou la préparation de sa retraite

https://www.fdesouche.com/2021/05/18/la-france-va-effacer-les-5-milliards-de-dette-du-soudan-et-lui-preter-12-milliard-deuros/

La lyonnaise

La France est surendettée mais Macron tire un trait sur la dette de 5 milliards du Soudan et leur offre 1.5 milliards supplémentaires!!!!!!!!!!!!!!!

patphil

ils s’en fichent , jusqu’à présent c’étaient nos enfants qui règleraient l’adition, aujourd’hui ce sont aussi nos petits enfants
mais monsieur µ lui n’a pas fait d’enfant! cqfd

François Desvignes

– Si l’Allemagne se maintient contre les PIGS grâce à un euro fait pour elle contre tous les autres, les PIGS tomberont.

– Si les PIGFS tombent, et ils tomberont , l’Allemagne tombera car elle ne peut pas vivre sans ces marchés avec un endettement de 70%, et alors que cessation de paiments des PIGFS fera exploser les bilans de ses banques, assurances et fonds de pensions.

– La vérité est très simple : dès que vous dépassez 33 à 50 % d’endettement, sinon aujourd’hui, forcément demain, vous êtes mort.
C’est vrai à titre personnel, entrepreneurial, étatique : c’est pareil. Votre endettement en K ne doit pas dépasser 33% de votre CA.

Sinon ?

C’est la guerre.Puis la mort.
L’endettement, c’est la guerre.

BERNARD

Et n’oublions pas les lois qui sentent bon le Sapin (BRRD 1 et 2) qui autorisent à piocher directement dans les comptes !
Ils préfèreront cette solution (sauf si MLP passe) à la réduction des aides et allocations aux R&CPF qui nous coûtent au bas mot 12% du PIB par an.

Marcus_D

– Vous semblez regretter que l’oligarchie exclue l’annulation de la dette. Si c’était le cas, tout le monde serait touché, y/c pour des économies de 15.000 €, qui seraient confisquées;
– Le déficit de l’État depuis 1973 signifie que la France dépense plus qu’elle ne produit. Cela ne peut durer indéfiniment, ce ne peut être qu’un régime transitoire compensé par des emprunts déraisonnables;
– Les taux zéro ruinent les gens vertueux, les épargnants. Il faut revenir à des taux positifs;
– Le déficit de la France a plusieurs causes majeures que vous ignorez : bureaucratie pléthorique y/c dans les services sociaux (SS, hôpitaux), niveau scolaire catastrophique, 35 heures, immigration (au moins 50 milliards € par an), charges sur les entreprises. Il y a d’autres choix que votre alternative.

Pascale

Tout a fait.

Tonton

Si vous avez des économies, planquez-les ailleurs qu’à la banque…

Lire Aussi