France marâtre ou vieille fille qui élève les enfants des autres

Publié le 11 septembre 2014 - par - 1 669 vues
Share

banderoleimmigrationreferendumFrance de ton malheur tu es cause en partie,
Je t’en ai, par mes vers, mille fois avertie.
Tu es marâtre aux tiens et mère aux étrangers
Qui se moquent de toi quand tu es en danger,
Car la plus grande part des étrangers obtiennent
Les biens qui, à tes fils, justement appartiennent.

Pierre de Ronsard (1524-1585)

On croirait lire un pamphlet des temps présents, tellement tout cela est d’une actualité brûlante. Les étrangers dont parle le poète Ronsard dans ce court poème, ce sont les Italiens que les monarques de la Cour des Valois encourageaient à venir en France: architectes, ingénieurs, musiciens, peintres et sculpteurs, poètes, savants, etc. Léonard de Vinci en fut l’un des plus illustres. Comme la Cour choyait et comblait d’honneurs ces étrangers, leurs homologues autochtones pouvaient évidemment se sentir lésés.

Si les mots de Ronsard sonnent tellement juste à nos oreilles contemporaines, le parallèle entre l’ère de Ronsard et celle d’aujourd’hui montre pourtant ses limites. A l’époque dont parle le poète, ces étrangers que faisaient venir les monarques étaient talentueux, respectueux de la France, et constituaient un apport indéniablement bénéfique pour celle-ci à de multiples niveaux: architectural -qu’on songe aux châteaux de la Loire-, culturel, scientifique… Sans oublier les liens politiques et diplomatiques établis entre l’Italie et la France, grâce aux Médicis entre autres. Au bout du compte cette quasi-osmose entre la France et l’Italie porta des fruits encore visibles aujourd’hui.

A l’heure actuelle, le gouvernement hollandien, sous l’influence de groupes de pression comme Terra Nova et autres haineux de la France qui “vote mal”, est marâtre aux siens et mère dorloteuse à ceux n’ayant cure de la France, et nulle allégeance à son égard si ce n’est de la considérer comme une vache à lait. Renaud Camus exprimait une pensée quelque peu similaire en disant: “La France est devenue une vieille fille qui élève les enfants des autres”.

Le gouvernement hollandien, bien pire que tous ceux qui l’ont précédé depuis Giscard, le président qui a mis en place le regroupement familial, ne manifeste pas la moindre considération à l’égard des vrais Français de souche ou de coeur, ne récompense d’aucune manière les vrais talents et dédaigne la méritocratie républicaine. Tout ce qu’il fait, c’est conférer un statut de vaches sacrées à “la diversité, l’Autre”. Aussi creux que soient ces concepts, et médiocres ceux qui incarnent cette soi-disant diversité très sélective au demeurant, il élève cette posture au rang de religion de l’Autre. Et gare à ceux qui détecteraient et dénonceraient dans cette xénolâtrie -extrême au point d’en devenir irrationnelle- un mépris affiché de son propre peuple. Au final subsiste ce qu’Eric Zemmour a si bien caractérisé:” une société faite pour les aisés et les aidés”.

Les conséquences d’un aveuglement aussi délibéré sont délétères et tragiques, car le contrat social qui devrait cimenter la société en vient à s’effriter de plus en plus. Ce qui m’amène à poser deux simples questions:
– Pour des nés-musulmans de la trempe d’une Malika Sorel et d’un Pascal Hilout, admirables de générosité et d’intelligence, d’abnégation et d’humanité, combien y a-t-il d’écornifleurs et de parasites de tout poil, dont l’ingratitude est le seul talent par lequel ils se distinguent?
– N’est-il pas urgentissime de mettre au défi tous les grands et petits tyranneaux qui sont responsables de cette situation et l’aggravent de jour en jour?

Charles Adam

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.