France, réveille toi pour ne pas subir le sort de Rome et de Byzance

Publié le 21 mai 2013 - par - 3 809 vues
Traduire la page en :

La France que j’aime me tourne le dos, au profit de ceux qui tentent de la soumettre pour mieux la dompter au nom d’Allah, avec la complicité agissante de ses élites empêtrées dans des discussions byzantines sur le sexe des anges. Douce France, réveille-toi de ta léthargie pour ne pas subir le sort de Rome et encore moins de Byzance… Tes élites, au nom de la victimisation, au nom de la repentance, au nom de la révolution débridée de mai 68 et surtout au nom du libre-échange, avec une langue de bois raffinée, sont en train de t’expédier sur le chemin de l’enfer, pour mieux durer et profiter de leurs positions, pour mieux te rabaisser et puis te livrer ensuite à la désolation, au pillage des mutants d’un autre âge. A la déchéance!
Douce France, Paris, ta capitale blessée, traumatisée, négligée et oubliée par ses élites au nom du politiquement correct subit des saccages face au monde entier, crie sa détresse au milieu de l’indifférence.
Paris, entends-tu ma douleur et ma tristesse? Toi, la ville des lumières, es-tu obligée de subir une vengeance prématurée au milieu d’une couardise qui ne dit pas son nom ? Le courage, a-t-il déserté tes magnifiques palais, tes superbes ponts et tes splendides jardins ?
L’inculture et l’ignorance t’ont humiliée devant tes enfants ébahis, un soir de printemps, la saison des fleurs et des parfums au Trocadéro.
Tu fus livrée à la razzia au Trocadéro où le temps s’est soudainement arrêté pour montrer tes blessures à la face du monde.
Qu’as-tu fait pour mériter une telle flagellation ?
Un peu de dignité de la part de ceux qui t’ont larguée et tu seras alors ressuscitée et admirée plus que jamais…
Tes banlieues me font souffrir. Elles sont le symbole de cette dégénérescence voulue par tes élites. Livrées à la burqua, au kamis, au halal, par la grâce de ceux qui te gouvernent pour récolter quelques prébendes, elles sont devenues des lieux de non-droit pour le grand bonheur des trafiquants de drogue.
Entre la France des Lumières et moi, il y a une histoire marquée par la rancœur et parfois aussi par un amour indélébile mais je reste persuadé que sa générosité aura le dessus sur mes appréhensions. Un jour viendra où le temps, lui-même, se chargera d’éclaircir le ciel noirci par les incompréhensions dues aux maladresses des uns et des autres, et surtout encouragées par des zombies à l’esprit déformé par une inculture revancharde !
Pour fuir cette atmosphère malsaine dans laquelle je suis empêtré, j’ai entrepris un voyage à travers l’histoire, et j’ai fini par découvrir après de multiples haltes, qu’il existe un héritage commun qui nous unit mais qui demeure caché du regard des mutants ; un héritage construit par le labeur et par la persévérance. Car autrefois, il y avait une parfaite harmonie et une entente presque magique, fait d’amour, de pardon entre nous deux, et ceci, grâce au courage d’hommes et de femmes humbles. Depuis lors, les larmes aux yeux, je regarde les nuages du nord qui me rappellent ma déchirure. Mais soudain dans mon champ de vision, surgit un oiseau migrateur venu me délivrer de la déchéance qui me guette à chaque instant pour m’achever à la tombée de la nuit. J’ai crié alors : courage compagnon, l’amour n’a pas de frontière, il est le seul rempart contre la haine des hommes qui s’entretuent pour une gloire éphémère. Par la magie des mots d’un livre venue de la lointaine Arabie s’enraciner dans la terre de Jeanne d’Arc, des hommes et des femmes auxquels, tu as offert ton hospitalité légendaire, sont en train de préparer ton cercueil.
Douce France, pourquoi s’acharne-t-on contre ta générosité ?
Et d’une voix inaudible, j’ai murmuré, où se trouve la vérité, car pour moi, la rupture est peut-être consommé. J’ai déjà entamé le deuil de la séparation face à l’inaction de ceux qui fabriquent le récit national… Dois-je encore croire, ceux qui veulent enterrer à jamais Voltaire?
Et oubliant les joies du passé et les chimères du futur, j’attends une hypothétique délivrance. Et j’attendrai sereinement jusqu’au crépuscule de ma vie…
Mais, c’est peut-être, le destin des incompris et c’est sûrement la rançon à payer pour pouvoir penser différemment…
Amen !

Hamdane Ammar

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi