En laissant l'islam s'implanter, la France a fait une tentative de suicide…

merahchancepourlafranceJe ne me fais guère d’illusions quant à l’avenir de la Démocratie en terre soumise aux rudes et scélérates lois de l’Islam, le système totalitaire le plus liberticide et barbare que l’humanité ait jamais connu, contrairement aux laudateurs de la thèse qui prétendent que la démocratie est compatible avec l’islam. Autant demander à Allah de céder son pouvoir politique aux hommes ce qui relèverait de l’apostasie.
La terre infectée par l’engeance musulmane du fait de son caractère propre est infertile pour la semence démocratique, comme si on voulait faire pousser du jasmin dans le désert d’Arabie ou celui d’Atacama, le désert le plus aride au monde.
En effet, le problème est moins l’islamisme qui, à mon sens est un écran de fumée et un moyen pernicieux de dédouaner l’islam, de le déculpabiliser et de l exonérer de toutes ces dérives terroristes commises par des extrémistes musulmans, barbares et ultra-réactionnaires, que l’islam lui- même qui est la source nourricière de l’islamisme djihadiste combattant dans le sentier d’Allah. C est pourquoi, il ne saurait condamner explicitement la terreur enracinée en lui-même, s’il faut la resituer dans son contexte historique au 7 e siècle, inhérente aux autres religions monothéistes qui ne sont pas non plus un hymne à la paix mais ont fini par bannir la violence en leur sein
Ne veut-il pas faire de la terre le Royaume d’Allah justement à l’antipode du christianisme. Contrairement à ce dernier, l’islam est un système de nature politico-religieuse. Foi, politique et société, dine, dawla et donia. Il est unitariste et totalitaire. Il ne sépare pas le sacré du profane et le séculier du séculaire. Ce mélange des genres qui s’articule autour de l’omniscience et l’omniprésence de la parole sacrée, constitue un frein insurmontable à l’éligibilité de la Démocratie dans les pays musulmans.
Dans les sociétés islamisées, seules les lois d’essence divine ont cours, toute autre loi n’ayant pas ce caractère sacré est considérée comme un sacrilège que les musulmans doivent se garder de respecter. L’islam ne conçoit pas que l’homme responsable puisse agir sur son destin politique, sa mission est répandre la parole d’Allah sur terre par tous les moyens et instaurer le modèle d’Etat islamique du type du Reich nazi tel qu’il est défini par le Coran dont les lois sont immuables et intemporelles et par conséquent seul Allah a le pouvoir de légiférer. C’est en opposition totale et absolue avec notre droit positif et une négation du principe fondamental de la démocratie qu’est l’expression de la volonté du peuple souverain. Or, la Démocratie est par définition une doctrine politique, d’essence humaine, par laquelle la souveraineté appartient à l’ensemble des citoyens (notion inconnue dans le Coran) au sein d une organisation qui a souvent la forme d’une République (en opposition à la notion de l’Oumma).
Dans un système démocratique, les hommes sont libres et égaux en matière de leur choix de vie, leur choix politique (droit de vote), leur choix de liberté de conscience (interdite dans l’islam).
Un système démocratique repose aussi sur le principe inaliénable d’égalité des droits entre les citoyens indépendamment de leur sexe (le coran ne reconnait pas l’égalité homme femme) ou de leurs origines (non fondées sur la foi contrairement à l’islam).
La démocratie protège les citoyens sur des critères objectifs et impartiaux, sans préjugés ni favoritisme, où tout le monde est égal devant la loi, à l’opposé de ceux définis par le Coran qui discrimine, ostracise, relègue, établit une hiérarchie entre les musulmans et les non-croyants confinés au statut de sous-hommes et appelle à les châtier et à les racketter si nécessaire.
Un athée et un apostat n’ont pas le droit à la vie en terre soumise à la Charia. Soit la conversion soit la mort.
En conclusion, une organisation politique quelle que soit son essence, humaine pour la démocratie et divine ou prétendue telle comme dans le cas de l’Oumma musulmane qui ne reconnaît pas à l’homme ses libertés fondamentales, telle que sa liberté de culte et conscience inscrite en lettre d or dans la Déclaration Universelle de Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948 jamais adoptée par les Etats islamiques jugée contraire à leur foi, est indéniablement liberticide, totalitaire et théocratique. Ainsi l’illusion démocratique ne sera pour les Musulmans qu’un effluve enivrant que laissera derrière elle DAME DEMOCRATIE. Dans une cité musulmane la souveraineté revient à Allah et la soumission et l’allégeance sont au peuple.
Salem Ben Ammar

image_pdf
0
0

4 Commentaires

  1. Dommage que ce monsieur Salem Benammar ne soit pas plus souvent reçu et écouté au ministère de l’intérieur.
    Cela aurait pu éviter sûrement les carnages du vendredi 13, les tueries de janvier et autres tentatives avortées…d’actes terroristes et celles encore à venir.
    Que de temps perdu, de mauvais conseillers et de maigres et ridicules mesures prises, alors que la menace est très forte partout dans le monde et encore plus en Europe.
    Les dirigeants actuels ne pensent que finances, alliances nuisibles et mortifères et cap illisibles et très dangereux pour les peuples européens qui ne peuvent pas décider de leur avenir sans l’islam, qui leur colle aux basques depuis au moins 20 ans.

  2. tou d’abbord je tiens a remercier ripostelaique pour son effort dans la lutte contre la lobotomisation organise’s des medias.
    Effectivement, comme vous le dites l’islam et les musulman sont incompatible avec la republique et la laicite. Leurs defenses avec des doux en pretendant soit disant que le corran n’est qu’amour ne sont que tromperie emposonnee comme tous le contenu de leur corran de merde.
    Juste une anecdote illustrant leurs methodes sournoises (pollisser la realite de leur religion): la finance islamique. Partant sur une des sourate du corran qui interdit l’usufruit (les interets) cense etre le mal, ils ont creer la finance islamiste censee etre plus juste. Il est amusant de constater qu’un investissement est ainsi renumere par ce qu’ils appellent Manrabaha qui est un montant en surplus du nominal de l’emprunt, une sorte prime de risque a l’investisseur. Oh miracle, ceci est juste un interet sauf que celui ci est paye en une fois au lieu de plusieurs…

  3. « C’est pourquoi, il ne saurait condamner explicitement la terreur enracinée en lui-même, s’il faut la resituer dans son contexte historique au 7e siècle, inhérente aux autres religions monothéistes qui ne sont pas non plus un hymne à la paix mais ont fini par bannir la violence en leur sein. »
    Ce sont les écrits bibliques qui ont sacralisé la violence, parait-il voulue par « Dieu ». Les musulmans en sont encore à pratiquer des rites et obéir à des prescriptions (contenues dans l’Ancien Testament) qui datent de + de 3000 ans. Voilà pourquoi ils accusent du retard par rapport aux autres peuples.
    Les Juifs ont réformé leur religion, et l’ont expurgée de tous ses préceptes maléfiques (il faut lire le Deutéronome). Les chrétiens qui, au début, appliquaient les lois de Moïse (condamnation à mort des apostats, athées, homosexuels, et j’en passe), ont fini par y renoncer, pour adopter une législation plus humaine : plus de chasse aux sorcières, et d’Inquisition.
    Il est toutefois regrettable qu’ils attribuent à « Dieu » toutes ces lois cruelles, absurdes et inhumaines, car ce faisant, ils justifient la violence musulmane.

  4. bonjour Salem Ben Ammar
    Il manque à notre sinistre de l’intérieur un conseiller comme vous pour lui ouvrir les yeux, mais faut pas rêver. Un sfaxien.

Les commentaires sont fermés.