1

Francis Khalifat (Crif) : « Pas une seule voix juive pour Zemmour ! »

Francis Khalifat, le président du CRIF, s’est exprimé dimanche 12 septembre sur Radio J, la radio de la communauté juive de France.

***

Francis Khalifat n’a manifestement pas digéré le parallèle que fait Éric Zemmour dans son dernier ouvrage La France n’a pas dit son dernier mot, entre d’une part le choix de la famille de Mohamed Merah de l’enterrer en Algérie, et d’autre part celui des proches des victimes d’Otzar Hatorah de les enterrer en terre d’Israël.

Khalifat dénonce cette mise en perspective et le commentaire sacrilège qu’en fait Zemmour :

« Étrangers avant tout, et voulant le rester par-delà la mort. »

***

Le président du CRIF prétexte alors que si les victimes de l’attentat d’Otzar Hatorah ont été enterrés à Jérusalem, c’est uniquement par crainte que, si elles avaient été inhumées en France, leurs tombes n’aient été dégradées. Il ne dit évidemment pas par qui, mais on subsume qu’il ne soupçonne pas la communauté suédoise de France de vouloir commettre un tel forfait.

***

Alors QUI, Monsieur Khalifat ? QUI ?

***

Un autre gros grief du président du CRIF à l’encontre de Zemmour : la volonté de l’essayiste de « réhabiliter Pétain ».

Rappelons à M. Khalifat que si, sous Pétain, 10% des juifs présents sur le sol français au moment de la Débâcle ont été déportés entre 40 et 44. En revanche, dans les pays directement administrés par des Gauleiter, entre 90% et 100% des juifs ont été déportés sur la même période. C’est, entre autres, le cas de la Hongrie et de la Hollande.

***

Et M. Khalifat de conclure : « [Zemmour] s’inscrit dans une continuité, il a choisi un camp ». Le président du CRIF aussi, semble-t-il : celui du pire.

***

On pourrait recommander à M. Khalifat de manifester la même ouverture d’esprit que celle dont a fait preuve l’ancien Grand Rabbin de France, Gilles Uriel Bernheim qui, le 1er juin 2016, a invité Éric Zemmour à la Grande Synagogue de la Victoire, afin qu’il vienne s’expliquer sur sa volonté de réhabiliter la mémoire du maréchal Pétain :

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni