1

François impuissant face à la boue qui éclabousse l’Église…

Je me permets aujourd’hui d’aborder un sujet particulier qui me touche par sa sensibilité et le fait que j’ai reçu une éducation chrétienne catholique de mes parents et de mes maîtres dans mon enfance. Je précise que je n’ai jamais été victime d’un quelconque religieux ou laïc pédophile.
Et je ne me souviens pas d’en avoir entendu parler par d’autres enfants de mon âge que je connaissais, mais j’ai eu écho de deux ou trois affaires de pédophilie autour de moi, dans ma jeunesse, dont je connaissais les adultes concernés, un peu à ma surprise, d’ailleurs.
Ma famille de six enfants faisait partie d’une grosse paroisse marseillaise, très vivante, très joyeuse, pleine de vie et de jeunesse, de scoutisme et d’animation, la paroisse St Georges, dans le quartier du Pharo et des Catalans.
Une paroisse où nous avons eu une enfance très heureuse.

Aujourd’hui, je n’ai plus la foi. Je suis devenu athée. Mais je ne suis pas pour autant devenu un ennemi de l’Église. Simplement, je ne crois plus à ses enseignements.

Je souhaite m’exprimer ici également dans le respect et l’admiration que j’ai eus pour de nombreux prêtres que j’ai connus dans mon enfance et ma jeunesse et qui m’ont beaucoup apporté et ont contribué à faire de moi un homme que je pense juste et droit, à peu près… !
C’était des hommes de foi et de devoir et ils se comportaient avec dignité et honneur.
Je me souviens même bien de l’un d’eux, le chanoine Castellin, qui m’a beaucoup marqué par ses sermons très justes et très adaptés aux enfants que nous étions. Si intéressants qu’on entendait les mouches voler. Et un homme d’une grande intelligence, douceur et gentillesse.
Il a eu des funérailles grandioses !

Depuis des années et de plus en plus, on parle de la pédophilie dans l’Église. Je trouve cela tout à fait dommage et regrettable.

Je pense que l’Église a pris de mauvais plis, de mauvaises habitudes et n’a pas été capable de faire face avec justesse et sagesse à ce qui est devenu, aujourd’hui, la cause d’une grave crise aux nombreuses retombées.

Ces dernières décennies, la parole et les mœurs se sont libérées et avec elles l’émergence publique de sexualités alternatives autrefois recluses ou au moins discrètes, et de la pédophilie.

Que des hommes ou des femmes adultes aient entre eux des sexualités alternatives n’est pas mon affaire.

Mon affaire, c’est la protection que toute société humaine civilisée et avancée doit à ses « petits », ses enfants, comme aussi bien à tous ses membres les plus faibles et les plus vulnérables, jeunes, malades et handicapés.

La pédophilie dans l’Église n’est pas nouvelle. Cela fait des décennies qu’on en parle et que des affaires surgissent régulièrement dans un grand silence et dans une grande lâcheté des dirigeants religieux qui s’empressent d’étouffer et d’enterrer ces affaires.

En effet, penser que certains de ces religieux ont pour mission d’enseigner les valeurs morales et humanistes du christianisme et donner une éducation à des enfants dès les classes maternelles peut faire sérieusement réfléchir des parents ou même des adultes sans enfants.

Cette dernière affaire de pédophilie, dont un film a été fait, a fait sortir le pape François de son bois, si je puis dire.
J’ai un peu suivi cette histoire et je n’ai rien vu venir de nouveau. Après un grand battage médiatique et de grands discours, il ne sortira rien de tout ça et les choses vont continuer exactement comme avant, à chaque nouvelle étape de ce naufrage moral de l’Église.

Le pape n’a aucun pouvoir sur ce qui se passe, ne prend pas les mesures qu’il faudrait prendre ou prend des mesures totalement stériles et sans effets.

Il y aurait des choses à faire, mais elles ne seront pas faites.
L’Église a beaucoup de mal à lutter contre un mal en son sein qu’elle refuse d’abord de reconnaître…

L’enfer est « pavé de bonnes intentions », dit-on parfois.
Pour ma part, je dirais que les sols de marbre de la basilique St Pierre de Rome ne le sont même pas.
Les grands trémolos dramatiques du pape ne changeront rien à l’affaire qui sera une nouvelle fois enterrée, oubliée et effacée, dans le plus grand mépris de la douleur profonde des victimes de la pédophilie maladive de l’Église.
Des vœux, des souhaits, des promesses de papier.
L’Église est incapable de s’autocensurer et de prendre des décisions qui pourraient la sauver. L’Église est malade et refuse les soins.

D’ailleurs, le pape avoue son impuissance à faire quoi que ce soit :

« Pédophilie dans le clergé : « Le problème continuera », craint le pape »
Le pape François a estimé que la réunion mondiale fin février au Vatican suscite des attentes « surdimensionnées », alors qu’il s’agit d’un « problème humain qui est partout ».
« Il faut redimensionner cette attente, parce que, je le dis, le problème des abus continuera », a-t-il expliqué, tout en élargissant le phénomène à l’ensemble de la société :
« Il faut résoudre le problème dans l’Église, mais, en résolvant le problème dans l’Église par une prise de conscience, nous contribuerons à le résoudre dans la société, dans les familles, où la honte fait que l’on couvre tout. » 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/01/28/pedophilie-dans-le-clerge-le-probleme-continuera-craint-le-pape_5415839_3224.html

 Alors, que peut-on faire ?

Je n’ai pas vraiment de solution.
Mais au-delà du terrible problème moral que pose la pédophilie dans l’Église et de ses conséquences dramatiques sur des enfants ou des adolescents qui en seront marqués à vie, il y a la faute majeure de l’Église depuis toujours qui est l’obligation du célibat des prêtres.

Bien au-dessus des lois abusives et d’ailleurs illégales de l’Église (de quel droit un employeur impose-t-il le célibat à ses salariés ?  Accepteriez-vous de travailler pour un patron qui vous interdirait de vous marier et d’avoir des enfants ?), il existe les lois naturelles et biologiques.

Tout être humain a besoin et a droit à une vie de bonheur à deux, à une sexualité épanouie, à la tendresse d’un conjoint ou d’un compagnon et à la joie d’avoir des enfants.

Ceux qui préfèrent rester seuls en ont aussi le droit. Mais ils n’ont pas le droit de l’imposer aux autres.

L’Église est le fait d’une religion et une religion est aussi une philosophie. La philosophie traite de la morale de la sagesse, des choses de la pensée et de l’esprit, mais a priori les choses matérielles ou physiques n’en font pas partie.
L’Église a pris depuis toujours des décisions abusives en contraignant ses religieux à une vie qui n’est pas naturelle et qui n’est pas saine.

Or, contrairement à ce qu’elle veut bien reconnaître, les choses n’ont pas toujours été comme ça. Dans l’Église catholique ou orthodoxe, les premiers religieux ont été mariés et il est arrivé plusieurs fois dans leur histoire que des prêtres se marient et que même des papes aient été mariés.
Il a même existé des monastères et des abbayes « doubles » (ou mixtes) ou les frères et les sœurs pouvaient se marier, avoir des enfants et les élever au sein de la communauté.
Même Pierre avait une belle-mère, guérie par Jésus, et donc une épouse !
Dans l’Église réformée de France (protestante), le mariage est d’ailleurs toujours d’actualité. Le célibat des pasteurs est libre mais jamais imposé.

Dans l’Église orthodoxe, les prêtres sont mariés ou font partie d’un monastère. La plupart des prêtres orthodoxes mariés ont un travail pour faire vivre leur famille. Les candidats au sacerdoce peuvent se marier avant d’être ordonnés prêtres.

Mais l’Église catholique a beaucoup de mal à évoluer et à se sortir de règles et de concepts d’un passé mort et enterré.
L’Église Catholique est une organisation autoritaire et brutale dont les actions démentent souvent les prises de position moralisatrices.

Il ne faut pas non plus oublier que l’histoire de l’Église catholique est une longue succession de prises de pouvoir abusives, d’alliances, de trahisons, de massacres, de conquêtes violentes, d’exécutions, d’inquisitions sanglantes, etc. qui ne lui donnent pas le beau rôle moral sur lequel elle fait reposer ses enseignements.

L’Église n’est qu’une organisation de pouvoir et d’argent comme n’importe quelle autre.

Si l’Église a toujours tenté d’étouffer ces histoires de pédophilie et autres scandales de toutes sortes, c’est parce qu’elle est incapable de se remettre en question et de s’intégrer dans la civilisation. Elle est lourdement passéiste et ridiculement inadaptée aux temps modernes.
Les protestants et les orthodoxes sont beaucoup plus intégrés à leur époque.

Le pape a parlé de faire passer des tests et des entretiens poussés aux jeunes candidats à la prêtrise. Stupide !!!

Il a aussi évoqué l’idée de surveiller les prêtres et d’instituer une commission de contrôle et d’écoute. C’est une plaisanterie !!!
Qui ira se plaindre d’attouchements auprès d’un membre de l’Église en sachant que sa plainte sera aussitôt enterrée ?
Pour cela, il existe la justice.

La vraie, seule et bonne solution est de ne plus interdire le mariage des prêtres.
L’Église ferait alors un formidable bond en avant et se libèrerait d’un archaïsme déplacé et sclérosant.

La pédophilie vient d’un contexte de secret, de milieu purement masculin, de tentations jamais satisfaites, d’un esprit malsain sur les choses du sexe, de refoulements perpétuels.

Un prêtre a aussi le droit au bonheur d’aimer et d’être aimé. Il a aussi le droit d’avoir une maîtresse ou d’aller voir des prostituées ou une prostituée régulière qui lui convient.

Après tout, l’Évangile de Luc parle d’une « pécheresse dans la ville » (Luc 7, 37). Ce n’est donc pas sans raison que Marie-Madeleine a une réputation de femme légère et sensuelle.
Et si l’homosexualité le tente, alors qu’il s’éclate avec un partenaire de son sexe.
Mais qu’il ne touche jamais à un enfant ou un jeune adolescent qui lui a été confié pour le catéchisme, les enfants de chœur ou un camp de louveteaux ou de scouts !

Liens :

Pédophilie : cardinal condamné, Vatican tourmenté

Le prélat australien George Pell, numéro 3 de l’Église, a été publiquement reconnu coupable d’abus sexuels mardi.
https://www.liberation.fr/planete/2019/02/26/pedophilie-cardinal-condamne-vatican-tourmente_1711812

 Le numéro trois du Vatican, George Pell, reconnu coupable d’actes pédophiles

https://www.france24.com/fr/20190226-cardinal-australien-tresorier-pape-george-pell-reconnu-coupable-pedophilie

Singulier hasard du calendrier :
la condamnation du cardinal australien George Pell, numéro trois du Vatican, dans une affaire d’abus sexuels sur mineurs, a été révélée,

Pédophilie : en incriminant Satan, le pape François affaiblit son discours

Alors qu’il a souvent accepté la responsabilité de l’Église, il accuse maintenant… Satan. Comme s’il suffisait de sortir le Diable de l’enfer pour exorciser le Mal.
https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/02/26/pedophilie-en-incriminant-satan-le-pape-affaibli-son-discours_5428437_3232.html

Pédophilie dans l’Église: un énième mea-culpa du Vatican

Un sommet de quatre jours organisé par le pape François a accouché d’une nouvelle condamnation des prêtres abuseurs mais de peu d’actes concrets pour les mettre hors d’état de nuire.
https://soirmag.lesoir.be/209024/article/2019-02-27/pedophilie-dans-leglise-un-enieme-mea-culpa-du-vatican

Pédophilie : le pape déçoit les victimes

En invoquant « Satan » et le « Mal », le pape François « n’a pas abordé directement les problèmes de l’Église », selon les victimes.
Pour les mesures « concrètes », il faut encore attendre. https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/24/pedophilie-le-pape-compare-les-abus-sexuels-sur-mineurs-au-sacrifice-d-enfants-des-rites-paiens_5427600_3210.html

Pédophilie dans l’Église : le pape appelle à prendre « des mesures concrètes et efficaces »

« Il faut entendre le cri des petits qui demandent justice », a aussi dit le pape François à l’ouverture d’un sommet inédit au Vatican sur les agressions sexuelles dans l’Église catholique.
https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/21/pedophilie-dans-l-eglise-le-pape-ouvre-un-sommet-inedit-au-vatican_5426190_3210.html

Pédophilie dans l’Église : « Le pape a complètement raté son rendez-vous avec sa conscience »

Les victimes ne cachent pas leur déception après le discours du pape, dimanche, en clôture d’un sommet mondial inédit. François Devaux, président de La Parole libérée, est « abasourdi. »
https://www.nouvelobs.com/societe/20190225.OBS0784/pedophilie-dans-l-eglise-le-pape-a-completement-rate-son-rendez-vous-avec-sa-conscience.html