Frédéric Bierry, le président “éleveur de migrants” du Bas-Rhin, sera-t-il réélu ?

Publié le 18 juin 2021 - par - 9 commentaires - 1 422 vues
Traduire la page en :

Qui arrêtera Frédéric Bierry ? Inconnu en France métropolitaine, cette brillante “tête de vainqueur” des LR alsaciens a imposé des centaines de migrants dans les villages, autour de Strasbourg, La Wantzenau, Mutzig, capitale de la bière, mais aussi dans les foyers départementaux de l’enfance, où il règne en maître. Alors, dans le canton de Mutzig, qui mettra l’éleveur de migrants Frédéric Bierry “en bière” ou hors-jeu ?

20 juin 2021, élections départementales en Alsace : aux portes de la Suisse et de l’Allemagne, les élections départementales ont un enjeu différent des autres scrutins en France. Les Alsaciens doivent-ils accorder un nouveau mandat de 6 ans à Frédéric Bierry et cautionner l’arrivée probable d’un nouveau raz-de-marée d’un bon millier de migrants ?

Car, en Alsace, c’est l’histoire d’un blaze, Frédéric Bierry, devenu président LR du département du Bas-Rhin, un peu par accident, un peu grâce à sa carte UMP, puis LR, un peu suite à des décès imprévus des titulaires du poste ou des prétendants émérites.

Bref, pas forcément un mauvais bougre, qui répète à ses interlocuteurs, lors de ses déplacements et de ses poignées de mains, “J’aime l’Alsace”, “j’aime les vins d’Alsace”. Dialectique limitée qui, a priori, ne semble pas nuisible. Sa carrière initiale ne le prédestinait pas aux fonctions actuelles. Il entre en politique en 1993 comme attaché parlementaire du député UMP Alain Ferry puis de Laurent Furst.
Ancien président du Parti radical 67, il est d’abord élu maire de Schirmeck de 1995 à 2015, puis élu au conseil général du Bas-Rhin en 2004 et réélu en 2011 dans le canton de Schirmeck. Il a délaissé le canton de Schirmeck, où les habitants avaient pris conscience de ses limites, pour se parachuter à Mutzig. Rien d’illégal !

Seulement, l’homme a une phobie. Il veut accueillir toujours plus de p’tits mineurs isolés étrangers, et vise la présidence de l’Alsace (structure regroupant les deux départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin). Cet “éleveur de jeunes migrants” commence à agacer une partie de ses électeurs et électrices.

http://www.valeursactuelles.com/societe/alsace-un-village-de-800-habitants-sapprete-a-accueillir-80-migrants-59391

À Mutzig, son nouveau fief, Frédéric Bierry, actuel président de la CEA, fait équipe avec Monique Houlne, maire de Steige, sans Christine Moritz, qui a pris ses distances

Pour répondre à la phobie de Frédéric Bierry, Jean-Luc Marx, préfet de la région Grand Est, préfet du Bas-Rhin et le président du département du Bas-Rhin avaient signé, le 13 mars 2018, “un protocole local pour simplifier les procédures d’accès au séjour des mineurs non accompagnés”. Alors même que les services enfance et aide sociale à l’enfance du Bas-Rhin sont saturés, et ne peuvent plus accueillir de petits Alsaciens en grave danger physique et moral dans leurs familles. Souvent, les décisions des juges des enfants sont exécutées huit mois après l’ordonnance de placement par manque de places. Une situation de carence consignée par écrit par Sabine Deblay, collaboratrice du président Frédéric Bierry, ou par Virginie Girardot, la très saturée directrice du foyer départemental de l’enfance.

Le protocole signé en 2018 a permis au département du Bas-Rhin de constituer un véritable élevage de “mineurs isolés étrangers” suite aux facilités d’accueil, et dispositifs d’insertion des mineurs étrangers non accompagnés. Pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance du temps de leur minorité, “les mineurs non accompagnés doivent obtenir rapidement un titre de séjour à leur majorité” précise le document.

Avec l’argent des Alsaciens, Frédéric Bierry est généreux avec les migrants.

Les mineurs non accompagnés ont impacté les finances du Bas-Rhin. Quelques chiffres :
2016 : 338 jeunes se sont présentés dans les services du département du Bas-Rhin : 213 mineurs non accompagnés ont été pris en charge (+ 40 %), auxquels s’ajoutent 100 jeunes majeurs anciens mineurs non accompagnés, toujours pris en charge ;
2017 : 580 jeunes se sont présentés (+72 %) : 352 ont été pris en charge (+ 65 %), auxquels s’ajoutent 65 jeunes majeurs anciens mineurs non accompagnés.
Depuis début 2018 : 131 jeunes de plus se sont présentés à ce jour ; 38 ont été identifiés comme mineurs non accompagnés et mis à l’abri.

Les chiffres de 2019 et 2020 n’ont pas été communiqués.
La création de nouvelles places d’accueil en appartement partagé (250 places au total) et le dispositif d’accueil solidaire par des familles bénévoles (20 places) engage un surcoût de plus de 5 millions d’euros, chaque année, à compter de 2018, à la charge du département.
Coût total prévisionnel mineurs et jeunes majeurs non accompagnés 2018 : près de 10 millions d’euros, pour un an, pour le seul département du Bas-Rhin.

Journée ordinaire pour Frédéric Bierry dans un foyer de l’enfance (au centre sur la photo), en train de plaider la cause des jeunes mineurs isolés pour mieux convaincre ses électeurs.

De graves incidents signalés dans les structures d’accueil
Cette arrivée massive de jeune migrants a aussi d’autres répercutions. Lyes Louffok, membre du Conseil national de la protection de l’enfance, a dénoncé le mercredi 26 juin 2019 des “menaces physiques” sur des jeunes filles en foyer à Obernai (Bas-Rhin). Il en veut pour preuve une vidéo tournée dans l’établissement. La structure départementale dément. Plusieurs plaintes ont été déposées. Frédéric Bierry n’a toujours pas répondu au courrier de Lyes Louffok, alors que les faits dénoncés sont extrêmement graves.
www.infomie.net/spip.php?breve3962
Membre du Conseil national de la protection de l’enfance, Lyes Louffok est lui-même un ex-enfant placé et a écrit “Dans l’enfer des foyers”. Il exige de Frédéric Bierry une réponse immédiate et appropriée, sous la forme d’une enquête administrative.

Le problème, c’est que Barbara Cligny, directrice adjointe de la mission enfance et famille du département du Bas-Rhin, semble complètement dépassée, comme ses collègues Sabine Deblay, collaboratrice du président Frédéric Bierry, ou Virginie Girardot, la très saturée directrice du foyer départemental de l’enfance.

La réponse des personnels de l’aide sociale à l’enfance du Bas-Rhin, épuisés et démotivés au président pro-migrant du Bas Rhin Frédéric Bierry.

Coïncidence : il y a quelques mois, Lyes Louffok et Frédéric Bierry se trouvaient ensemble un mercredi matin à Paris à la même réunion, présidée par le secrétaire d’État à la protection de l’enfance, Adrien Taquet. Frédéric Bierry, président de la commission des affaires sociales de l’Assemblée des départements de France, y présentait la restitution d’un travail sur la protection de l’enfance. Mais Lyes Louffok n’a jamais pu aborder le président du département du Bas-Rhin car Frédéric Bierry a écourté sa présence pour “raisons d’agenda”.

Le lanceur d’alerte le déplore : “J’aurais voulu échanger avec lui. Mais pour moi, il n’y a pas à tergiverser : il faut juste déclencher une enquête le plus rapidement possible. Ce n’est pas le premier président d’un département que j’interpelle : je l’ai fait avec la Seine-Saint-Denis, et en général, le délai est long…”

D’autres départements ne sont pas exemplaires dans l’accueil des enfants mineurs placés, à l’image de l’Ardèche ou de la Moselle :
https://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html
https://ripostelaique.com/moselle-12-millions-deuros-pour-376-mineurs-isoles-etrangers.html

Frédéric Bierry préfère la fraîcheur des caves
S’il est très difficile de dialoguer avec Frédéric Bierry en surface à Paris, même lorsqu’il revendique plus de mineurs isolés étrangers pour le Bas-Rhin, il semble plus abordable en sous-sol, dans les caves des viticulteurs alsaciens, car il aime les vins d’Alsace. Récemment Frédéric Bierry était encore à Blienschwiller, au cœur des foudres de la cave Meyer (de père en fils depuis 1471, nos valeurs alsaciennes traversent l’histoire, selon la publicité de l’entreprise).

Et sur sa page Facebook, le même Frédéric Bierry mentionnait “C’est un socle solide et indispensable pour construire l’Alsace de demain.”

Et il ajoute : “Les viticulteurs : un patrimoine et des acteurs économiques majeurs pour que la gastronomie alsacienne et française conserve son image dans le monde. Pour le bonheur au quotidien des Alsaciens et pour faire rêver les touristes.”

Frédéric Bierry a-t-il l’intention de faire travailler ces bataillons de migrants importés dans les vignobles alsaciens ?

Les vrais Alsaciens semblent, eux, moins rêveurs, lorsqu’ils doivent payer, via leurs impôts, la note très salée pour l’accueil de toujours plus de p’tits mineurs isolés étrangers, qui eux aussi, apprécient la gastronomie alsacienne ! Santé, Prosit, Frédéric Bierry…

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
MoiJournaliste

“Il a délaissé le canton de Schirmeck, où les habitants avaient pris conscience de ses limites, pour se parachuter à Mutzig. Rien d’illégal !”
Une informateur anonyme m’indique que le canton de Schirmeck et le canton de Mutzig seraient en fait les mêmes : ce monsieur à donc un jumeaux !
Après plusieurs jours de recherches en ligne j’ai enfin déniché la source : wikipedia.org/wiki/Canton_de_Mutzig

cesar95

Mme Léna GEIGER et M. Yoan STREICHER seront présents pour cette élection locale de (“nuance BC-RN”)
Avec la politique de la peur et son succès pour la vaccination, pas de souci, à Mutzig comme ailleurs, aux élections, la peur fera voter RN, il n’y a aucune maitrise des apprentis manipulateurs au pouvoir. Ou alors, c’est du Machiavel pur jus…

Asma bint Marwan tuée par Mahomet

Il aime l’Al Zhasse…

Francis Gruzelle

Bien vu !

patphil

ce gars là aurait été pétainiste et pro-Laval s’il avait été aux affaires à l’époque
une solution: aller voter pour virer les bobos des manettes

Alcide

Je vois bien, tous ces jeunes musulmans devenir maîtres de chais. Non?

Francis Gruzelle

Rires…. Ou maîtres de Cheik ?

Philippe

J’ai souvent entendu parler de “France de l’intérieur” par les Alsaciens mais c’est la première fois que je vois “France métropolitaine”.
Je ne savais pas que nous avions une colonie par là.

Francis Gruzelle

Oui, une ancienne colonie Allemande, où les cousins germains sont désormais remplacés par les muz

Lire Aussi