Pour le Frenchexit : Le catholicisme est mort, vive le communisme ! (2)

Publié le 30 juin 2016 - par - 15 commentaires - 859 vues
Share

 

stalineLe travail de « déculturation » des peuples nécessaire à la naissance de la nouvelle Europe voulue à Yalta ne pouvait pas se faire du jour au lendemain tant les différentes entités culturelles européennes étaient enracinée dans plus de 2000 ans d’histoire que le christianisme cimentait.

En France, au début du XX° siècle, pour mettre fin définitivement à la monarchie, la chose avait déjà été entreprise, mais sans succès en métropole. Moins d’un siècle après que le roi de France, Charles X, mit fin en Méditerranée aux razzias sanguinaires des musulmans qui venaient faire leurs courses d’esclaves et rajeunir leurs harems en Corse et dans le midi de la France, la gauche franc-maçonne (en histoire française on amalgame cela sous le vocable « Républicains ») continue de livrer une bataille féroce au catholicisme, toujours majoritairement monarchique et seul véritable ennemi du nouvel ordre mondial qui doit naître pour le bien de l’humanité sous l’égide de l’internationale franc-maçonne et socialiste.

Déjà à l’époque, pour imposer l’islam à la France en remplacement du catholicisme, ces « républicains » francs-maçons, socialistes et radicaux socialistes, tentent de faire naître un mythe, celui de la France « Grande nation musulmane ». Pour cela, ils vont scandaleusement falsifier l’histoire en crachant sur la mémoire des millions de morts de Français de filiation centenaires qui sont enterrés dans tous nos cimetières communaux.
Citons, exemple parmi d’autres, la déclaration du 8 octobre 1922 de Raymond Poincaré, président du Conseil : « La France est une grande nation musulmane ; elle a été loyalement défendue, pendant la guerre, par des centaines de mille de soldats mahométans ; beaucoup d’entre eux se sont fait tuer pour elle. C’est un fait que nous n’avons pas le droit d’ignorer. ».

Il n’est pas question ici de nier la participation de soldats issus des départements de l’Algérie française lors de la Première guerre mondiale. Mais on peut s’étonner de ce choix et de cette ferveur musulmane car l’immense majorité des « morts pour la France » étaient catholiques (comme ils l’étaient également au cours de la Seconde guerre mondiale), alors pourquoi ne pas avoir déclaré « La France est une grande nation catholique », sinon pour s’allier aux pires rebuts que l’humanité ait produite, à ces sanguinaires et tortionnaires musulmans afin de détruire la grandeur du passé de la France et d’instaurer ce nouvel ordre mondial également voulu par Hitler à l’époque ?

Car, en réalité, sur les 1 400 000 morts pour la France en 1914-1918, entre 38 000 et 80 000 auraient été musulmans selon les diverses estimations des historiens qui se sont penchés sur la question (entre 100 000 et 150 000 aux cours des deux conflits mondiaux) et on est loin de ce que veulent nous faire croire les falsificateurs de l’histoire qui tentent de transformer les presque 2 millions de morts catholiques pour la France en « sauveurs musulmans ».

Aujourd’hui, la « pourriture étatique française », nos dirigeants politiques actuels, tentent à l’unisson de nous convaincre qu’il faut changer le sens des mots et que l’actuelle laïcité doit être désormais comprise comme le devoir que nous aurions de payer des impôts pour construire des mosquées, former gratuitement des imans dans nos universités et ensuite les payer avec nos impôts, eux et leurs multiples épouses et enfants, toute leur vie.

Pour piller le peuple de France, pour vivre à ses crochets, la pourriture aime s’allier à la pourriture, cela semble devenir un credo français. Déjà en 1922 l’abbé Desgranges notait : « La République Française a toujours tenu compte des croyances de ses sujets musulmans ; elle s’est efforcée d’entourer le chevet de ses malades, de ses blessés, des consolations mahométanes ; elle a construit pour eux, en Algérie, des Médersas, où des professeurs rétribués par l’État, enseignent la théologie et le droit musulmans ; elle vient d’édifier, à Paris, sur un rapport chaudement favorable de M. Herriot, un Institut musulman, pourvu d’une mosquée ; […] lorsque s’organisent les grands pèlerinages traditionnels à La Mecque, elle donne au gouverneur général de l’Algérie l’ordre de saluer, en son nom, la foule des pèlerins. […] Lorsque, l’an dernier, je parcourais l’Algérie et que je surprenais, à chaque instant, ces témoignages de déférence prodigués à la foi musulmane, lorsque je visitais la Médersas d’Alger, sorte de séminaire bâti et entretenu aux frais de la République, malgré tout, mon cœur éprouvait une douloureuse mélancolie. Si j’étais Algérien, pensais-je, si j’étais le descendant de ces pirates qui écumèrent, le long de l’histoire et jusqu’au début du 19e siècle, les rives de la Méditerranée, qui emportaient sur leurs galères rapides, à la suite d’audacieuses razzias, les jeunes gens, les enfants, les femmes de nos ports du Midi, qui réduisaient à un abominable esclavage Cervantès et Vincent de Paul, les politiques laïques de la troisième République témoigneraient à ma foi religieuse toutes sortes d’égards. Mais je ne suis qu’un Français de France, fils de père et de grands-pères qui ont supporté toutes les charges publiques, enrichi, par leur labeur, notre domaine national, donné leur sang dans de rudes guerres défensives, comme j’ai versé le mien : je n’ai pas droit à ce respect !» (Vingt ans de conférences contradictoires, t. II, p. 192-193, Paris 1922, Librairie des Deux frère, éditions Aurèches).

*
Au sortir de la première guerre mondiale, nous en étions aux prémices de ce nouveau credo repris en chœur aujourd’hui par ces négationnistes de la confrontation armée et sanglante au cours des siècles des peuples d’Europe contre l’envahisseur musulman et ottoman.
Ces Juppé, Mélenchon, Merkel, Hollande, Junker and Co, qui n’ont jamais créé la moindre richesse de leur vie et qui, afin de continuer à vivre en parasite de notre labeur, veulent nous faire croire que l’islam a toujours été chez lui en Europe alors que ce n’est vraiment pas le cas.

*
Dès la fin de la Seconde guerre mondiale, les Etats-Unis et le Royaume-Uni firent face à un redoutable ennemi, puissamment armé, y compris de la bombe atomique : le communisme et sa patrie l’URSS qui plaisaient tant aux intellectuels français de tout bord, excepté Raymond Aron.

*
La deuxième guerre mondiale a achevé le catholicisme en France comme force politique et sociale dominante et en 1945, il n’était plus nécessaire à nos dirigeants de tenter d’imposer l’islam pour asseoir leur pouvoir et le nouvel ordre européen, si proche en tous points à celui voulu par Hitler et Mussolini. La peur de l’effroyable communisme allait suffire.

Ainsi, jusqu’à la fin des années 1980, en Europe, la guerre froide et la nécessité de faire front commun face aux risques d’invasion, réels ou supposés (il semblerait que l’URSS n’ait jamais eu comme projet d’envahir l’Europe), des chars soviétiques ou, pire encore, face à la peur de l’apocalypse nucléaire, servira de doctrine « déculturatrice » et elle aura pour nom l’anticommunisme.

On pensait que le communisme tiendrait la Russie pendant des siècles. J’ai pour mémoire un cours de Relations internationales où notre brillant professeur nous assurait que le rideau de fer était-là pour mille ans tellement le système communiste écrasait toute idée de pouvoir vivre autre chose… C’était 15 ans à peine avant la chute du mur de Berlin…

Et c’est pour cela que les jeunes de ma génération n’ont jamais croisé de femmes voilées dans la rue, qu’il n’y avait pas de mosquées en France, ou si peu, et que l’on se battait pour que les femmes aient autant de droits que les hommes dans la vie quotidienne et qu’elles puissent, à leur gré, disposer comme elles le souhaitaient de leur corps et de l’argent qu’elles gagnaient de leur travail.

Nous qui aimions les mini-jupes, nous n’aurions jamais imaginé qu’un jour, chez nous, en France, dans la patrie des droits de l’Homme (ce qui signifie « droits humains » et n’a aucune connotation de genre sexuel), en 2020, des jeunes femmes se feraient traiter de salopes dans les bus parce que vêtues de shorts ou quelles se feraient violemment frapper par des barbares de musulmans au motif qu’elles critiqueraient le Coran ou qu’elles serviraient à boire de l’alcool dans des bars pendant le ramadan comme cela s’est passé en juin 2016 en France.

John-Alister Greenever

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Yves ESSYLU

Bonne description de l’origine de la gangrène marxiste qui s’est abattue sur la France depuis 1945 avec en résultat cette « zélite » décérébrée et haineuse de la civilisation chrétienne des pays européens, « zélite » qui prolifère autant dans la droite molle marxisée que chez les marxistes revendiqués La falsification s’étend à l’origine de la mondialisation imputée malignement au patronat, lutte des classes oblige, tout comme le massacre de Katyn a été honteusement imputé aux socialistes de hitler, alors que la mondialisation est l’oeuvre de l’nternationnale socialiste dans laquelle magouillent les bolcheviques tels Sorros, Attali et BHL avec la complicité de l’islam qui… lire la suite

Laurent Droit

J’apprécie votre article, même si il n’est pas parfait. Je ne le suis pas moi-même dans mes articles sur RL. L’important est que nous puissions tous nous y exprimer avec nos idées et notre coeur. C’est ce que vous avez fait et avec de bonnes idées. Bonne journée John-Alister.

John-Alister Greenever

Cher Monsieur, je vous remercie d’apprécier cette série d’articles, il y en 4 qui se suivent. Je suis même honoré de faire la connaissance d’un amateur de la perfection. Toutefois j’aurais aimé connaître vos critères à ce sujet afin éventuellement de mieux vous satisfaire une prochaine fois… Pour enrichir le débat et la réflexion, seuls buts recherchés par l’écriture imparfaite de ces articles, pourriez-vous nous faire profiter de votre pensée sur le fond ? Bien à vous et également meilleure journée qui soit…

chekroun

Nos gouvernants sont des peureux et des lâches. Le gouvernement et le peuple Anglais viennent de nous donner une grande leçon de courage.

Jmarz

Analyse discutable, un peu simpliste.
Voici la vérité :
Un seul ennemi pour tous: l’Islam.
Et avec l’Ukraine, un seul objectif pour Obama : une nouvelle guerre entre Blancs afin que l’Islam ramasse les morceaux.
A quand une Grande Union Civilisationnnelle contre l’Islam-hors les Lois ?

John-Alister Greenever

ça c’est de l’analyse… Rires, et surtout pas simpliste…

Noël Moussais

« Gauche franc-maçonne », très bien, mais vous oubliez de préciser (comme bien souvent) une de ses composantes plutôt influente.
À moins que vous ne pensiez vos lecteurs suffisamment avertis pour lire entre les lignes.
À moins encore que la critique des dogmes, communautés ou religions ne soit sélective sur R.L. …
Je n’ose l’imaginer.

John-Alister Greenever

Majoritairement Grand Orient de de France… Il n’y a pas de sélection ou d’autocensure, simplement être au plus proche de 1700 mots par article…

J’ai lu les deux articles. J’y trouve des choses intéressantes, mais je ne suis pas d’accord sur l’analyse de Yalta. Il ne faut pas oublier la personnalité des intervenants : Roosevelt déjà très gravement malade, Churchill quasiment seul face aux exigences de Staline… Et les suites de la guerre : la Grèce en proie à une guerre civile abominable due aux communistes, la tentative de l’URSS d’annexer l’Azerbaïdjan iranien, sinon tout le pays, tentative combattue avec succès par les seules forces de l’armée iranienne, dont il faut saluer le patriotisme lors de cette guerre… Enfin, si l’on en croit les… lire la suite

John-Alister Greenever

Cher Monsieur,
Je ne saisis pas votre désaccord qu sujet de Yalta. Pour l’URSS, il semblerait que les faits vous donnent tort et que Staline aie toujours scrupuleusement respecté ces accords. L’affaire de Cuba nous sort du cadre de ce dossier et des accords de Yalta et participe de la profitable, surtout pour les USA, confrontation entre l’Est et l’Ouest des années 60 et 70…
John-Alister Greenever

Je me permets simplement de signaler une source, à savoir le fils de Beria, qui dit clairement que Staline avait l’intention d’utiliser la bombe atomique contre l’occident, et que s’il ne l’a pas fait, c’est parce qu’il est mort en 1953. Ceci étant, j’admets qu’il s’agit d’une seule source. Je ne sais pas s’il y a d’autres témoignages. Quant au respect des accords de Yalta… Que prévoyaient-ils pour la Grèce ? Et les autres conflits : tentative de conquête de l’Iran, guerre de Corée… Ca me paraît un peu expansionniste tout de même ! Certes, les Américains ont utilisé la… lire la suite

Mais bon, je peux me tromper, je n’étais pas dans la tête des dirigeants de l’époque, et analyser les intentions de ces derniers au cours de l’histoire est un exercice difficile.

Trencavel

L’analyse de John-Alister Greenever est bonne : l’Union Soviétique n’avait pas d’intention belliqueuse, générale et offensive, ne serait-ce que parce qu’elle n’avait pas les moyens matériels de mener une nouvelle guerre et l’épisode tardif des fusées de Cuba n’infirme pas cette constatation. Si non doit-on déduire de la création de l’OTAN antérieure à celle du Pacte de Varsovie, que les Américains avaient l’intention d’attaquer l’URSS ? Eux non plus n’avaient pas en pratique cette possibilité. De surcroît l’arme nucléaire était là pour dissuader d’éventuelles ardeurs de l’un ou l’autre camp.

Justement, toujours selon la même source, Staline a tenté de se donner les moyens de mener une nouvelle guerre, mais il est mort en 1953, avant d’y être prêt.

Mais comme je le dis plus bas, j’admets qu’il s’agit d’un seul témoignage, même s’il est d’importance.

jan-vrai-patriote-qui-se-fera-enterrer-en-France-!

Et Roosevelt avait en plus une grande admiration de Staline et ce dernier s’en servait pour l’influencer !…
C’est en raison de cette influence – qui était contraire aux intérêt des USA – , à mon avis que  » l’on  » a accélérer sa mort, par empoisonnement..
Son successeur Truman sera bien plus ferme face à Staline et lui tiendra tête