Fusion nucléaire : la Chine en tête de la course vers le Graal énergétique

Actuellement, la bombe à hydrogène (bombe H), dite aussi bombe à fusion ou bombe thermonucléaire, est la seule utilisation de la fusion nucléaire.

La première bombe H, de conception américaine, a explosé sur l’atoll d’Eniwetok le 1er novembre 1952, il y a donc quelque 70 ans

Depuis, les physiciens du monde entier travaillent à « maîtriser » cette libération d’énergie, comme ils ont réussi à maîtriser la fission nucléaire à l’œuvre dans les bombes atomiques (bombes A) pour créer les centrales atomiques (« centrales A »)

***

Le premier pays qui maîtrisera la fusion nucléaire sera la prochaine hyperpuissance mondiale

***

L’« énergie H » est en effet d’une puissance sans commune mesure avec toutes les énergies existantes (énergies atomique, éolienne, photovoltaïque, hydraulique, géothermique, ainsi naturellement que les énergies à combustibles fossiles : charbon, pétrole, gaz, schistes bitumineux). Elle est illimitée et « propre », au sens écologique du terme puisque, contrairement à sa « petite sœur » la fission nucléaire, elle ne produit aucun déchet radioactif.

***

La Chine a pris une longueur d’avance sur le reste du monde, Etats-Unis inclus. Les physiciens de l’Empire du milieu travaillent sur la fusion par confinement magnétique (l’autre voie étant la fusion par confinement inertiel).

En juin dernier, les ingénieurs chinois du réacteur Experimental Advanced Superconducting Tokamak (EAST) sont parvenus à maintenir une température de 120 millions de degrés pendant 101 secondes et ont même atteint 160 millions de degrés pendant 20 secondes.

À titre de comparaison, le cœur du soleil « n’est qu’à » 15 millions de degrés

D’ici dix ans, la Chine pourrait disposer de centrales à fusion (« centrales H ») produisant une énergie propre et illimitée.

Ces centrales alimenteront l’ensemble du pays, remplaçant toutes les autres énergies qui font actuellement fonctionner la puissante industrie chinoise…

***

L’Europe n’est pas trop à la traîne dans l’affaire. En 2020, à Cadarache (Provence), le réacteur expérimental Iter (qui fonctionne sur le principe de la fusion par confinement inertiel) a commencé son ultime phase d’assemblage.

Le cœur du réacteur, un super Légo de quelque 23 000 tonnes, devrait produire son premier plasma en 2025. Quinze ans de test seront ensuite nécessaires pour envisager la construction de la première « centrale H » à partir de ce prototype.

Il s’agit du plus grand chantier scientifique au monde. Décidé en 2006, Iter réunit sept contributeurs : l’Union Européenne, les États-Unis, la Russie, le Japon, la Corée du sud, l’Inde et… la Chine, qui joue décidément sur tous les tableaux.

***

La Chine dispose d’une dizaine d’années d’avance dans la production de ce Graal énergétique. De quoi asseoir définitivement la puissance chinoise par rapport au reste du monde…

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni

image_pdfimage_print

21 Commentaires

  1. Avec tous les ingénieurs et scientifiques de haut niveau que nous envoient l’Afrique et le Moyen-Orient, nous rattraperons vite ce retard par rapport à la Chine.

  2. Déjà, il faudrait que la France s’équipe en nombre suffisant de réacteurs à sel fondu, au lieu de perdre du temps et gaspiller l’argent des contribuables, pour pouvoir démarrer un éventuel réacteur à fusion, qui demande énormément d’énergie pour son premier démarrage.
    De plus, la Bretagne dispose de grande quantité de thorium, mais pas que, il y en aurait un peu partout sur le territoire, pour faire fonctionner pendant très très longtemps, ces réacteurs à sel fondu, dit « propre ».
    Les Chinois sont moins cons que nous, pendant qu’on leur achète des panneaux solaire et des éoliennes, avec cet argent, ils produisent ça :
    https://www.lamanchelibre.fr/actualite-950134-nucleaire-la-chine-veut-vendre-des-reacteurs-propres

  3. Et la France se lance dans l’éolien…………
    Mais je dirai qu’il ne reste que cela puisque qu’Alstom c’est à dire les turbines de nos centrales nucléaires ont été vendues aux ricains par ……….
    Qu’on dit les députés les sénateurs le conseil constitutionnel et autres sur cette infamie qui est comparable à de la haute trahison? rien du moment ou ils ont conservés leurs postes avec tous ses avantages!

    • Il reste les tours aerothermiques du type développé par Edgar Nazare….

  4. La Chine doit cogner sur les usa et les rosbeef pour nous débarrasser de la dictature usa/ue/ City !!! Après on verra….. De toutes façons sans cela notre race est détruite avant 20 ans ! N’ayez pas peur, car de toutes façons nous sommes nous blancs morts par la maison mère mondialiste !!!!

      • C’est toi qui fumes de la bonne : tu as le cerveau grillé et en plus de la merde dans les yeux.

        • Tiens ? Voilà « col comme un bamai », il n’y avait rien de bien à la télé ?

  5. D’après le physicien Jean-Pierre Petit, il sera impossible d’obtenir la fusion avec Iter, plus on augmente la température et la durée de l’expérience, plus les turbulences du plasma deviennent incontrôlables.
    Il n’y a pas de modèle théorique permettant de contrôler ces turbulences et de faire fonctionner Iter, c’est juste un banc d’essai de plusieurs milliards ou dizaines de milliards d’euros.
    Il vous l’expliquera mieux que moi :
    file:///C:/Users/ADMINI~1/AppData/Local/Temp/Chronique_faillite_annoncee_long.pdf
    Il a aussi fait des vidéos sur le sujet et il en parle sur son site.

    • Si les chinois utilisent la même technologie, ils n’y arriveront pas non plus. S’arrêter au bout de 101 secondes est le signe d’un échec, il faudrait voir s’ils n’ont pas endommagé leur réacteur à cette occasion.

  6. J’aimerais connaitre vos sources. ITER fonctionne par confinement magnétique

  7. Il est faux de dire qu’il n’y ait pas de « déchets radioactifs » mais ils sont de demi-vie courte par rapport aux déchets de fission qui sont des transuraniens pour la plupart avec des demi-vies dépassant souvent 10000 ans. Par ailleurs, il faut commencer à amorcer le réacteur avec des produits radioactifs (deutérures ou tritium en particulier, celui-ci étant hautement radioactif)
    Avantages
    1) Sureté absolue.. la réaction ne peut que s’arrêter en cas de problème
    2) Certitude de non prolifération

    Reste le gros défaut de ce mammouth administratif plurinational qui n’avance pas, car les États payent « en nature » leur participation.
    Ci-après un joli documentaire à ce sujet (45′) donnant les enjeux économiques et les avancées du projet

    https://www.youtube.com/watch?v=BdPRNogwnlA&t=2090s

    • Sabine Hossenfelder ( physicienne allemande ) a produit hier une vidéo ( en anglais ) où elle explique qu’en réalité, tous les discours enthousiastes sur les réacteurs à fusion sont de pures arnaques car le gain d’énergie mentionné compare seulement celle introduite directement dans le plasma et celle produite strictement produite par la fusion en son sein, mais ne tient pas compte ni de l’énergie de fnctionnement de la machine ( gigantesque notamment à cause du courant nécessaire pour l’alimentation de l’électro-aimant qui confine le plasma ) , ni de celle récupérée en bout de chaîne après transferts et conversion. Iter n’a aucune chance dans sa conception même de produire plus d’énergie qu’il n’en coûte, et c’est sans doute aussi vrai du réacteur chinois.On est encore loin de l’industria

    • @Clamp
      « Iter est un tokamak, le confinement est magnétique ». Vous avez raison. Au temps (autant ?) pour moi. Navré pour cette erreur.
      Ce qui m’étonne, c’est que la Chine a alors mis tous ses œufs dans le même panier magnétique : Iter + EAST…

  8. Un concurrent sérieux : le stellarator allemand…..probablement plus efficace qu’iter….

  9. Les qques chiffres (15, 120, 150) que vous donnez sont fascinants. Klaus Schwab laisse au paddock.

  10. Bon article sur la nécessaire énergie nucléaire.
    La France… et des dizaines d’autres nations, travaillent sur ITR . La dispersion liée au conglomérat retarde considérablement l’avancement du projet. Il en est à la construction du générateur expérimental. Objectif 2025. Production possible d’électricité sur le réseau en 2035. Un retard qui tranche évidemment avec la mise en oeuvre de la filière graphite-gaz qui fut la première mouture du nucléaire imposée par De Gaulle.
    Les russes, qui ont développé le1er tokamak ont un peu d’avance, comme les chinois et les US. L’important est d’obtenir une source permanente de chaleur (150 millions de degrès C !) et non des « flashs » d’un centième de secondes.
    En attendant, l’énergie nucléaire de fission, ZÉRO CO², doit ètre développée en France.

  11. Quand j’étais jeune chercher assistant en physique nucléaire mes « patrons » prévoyaient que les réacteurs à fusion seraient en service endéans les 30 ans… Maintenant je suis professeur de physique nucléaire pensionné depuis longtemps et on annonce encore 30 ans de délais…Qui vivra verra…Article bien écrit et intéressant.

  12. ça coule de source. Ah non, en fait, y en n’a pas des sources, comme d’hab

Les commentaires sont fermés.