1

GCO-A355 : une arnaque strasbourgeoise qui a réussi !

GCO-A355

Le contournement de la ville de Strasbourg par une voie rapide est un problème qui occupe l’esprit des Strasbourgeois depuis plus de quarante ans ! Les premières mentions du Grand contournement Ouest (GCO) remontent aux années 70, et la réalisation du projet est depuis jalonnée de débats, études, et remises en cause… Ceux qui souhaitent connaître tous les aléas de ce projet peuvent consulter les pages Internet suivantes : France Bleu ou GCO non merci.

Après de très longues et certainement coûteuses procédures, cette autoroute qui aura tant fait couler d’encre est enfin ouverte. Le « Grand Contournement Ouest » (A355) de Strasbourg, long de 24 kilomètres, a été inauguré en grande pompe le samedi 11 décembre matin, en présence de Jean Castex et de nombreux élus alsaciens, mais pas de Jeanne Barseghian et Pia Imbs, respectivement maire (EELV) de Strasbourg et présidente de l’Eurométropole de Strasbourg, qui n’ont même pas souhaité se faire représenter car elles ont toujours été opposées à ce projet. Le Premier ministre a indiqué que le GCO sera ouvert à la circulation le 17 décembre 2021. Pour plus d’information sur le GCO, lire le dossier de presse (juin 2019).

TarifLes Bas-Rhinois avaient mis beaucoup d’espoir dans ce contournement et espéraient enfin voir le trafic de transit baisser sur l’A35 et résoudre le problème récurant des bouchons sans fin. Ils espéraient un contournement sans péage ou alors un péage modeste. Mais quelle ne fut pas leur surprise lorsque les tarifs définitifs de l’A355 ont été publiés au Journal officiel le dimanche 5 décembre. Les réactions ont été entre surprise et colère. Ils se sentent trahis par des élus qui s’intéressent plus aux marchés financiers qu’à leurs administrés. Les tarifs très élevés de cette autoroute ont beaucoup de mal à passer, notamment auprès des riverains. En effet, le GCO est la deuxième autoroute la plus chère de France avec 5 € le trajet complet soit 20,83 centimes du kilomètre. L’Alsace ne comptait jusqu’à ce jour aucun péage, sauf un petit tronçon de l’A4 qu’il est très facile d’éviter.

Ce nouveau péage pourrait concerner 70 000 navetteurs qui se rendent tous les jours à Strasbourg dans le cadre de leurs déplacements domicile-travail. Même si Vinci proposera des formules d’abonnement pouvant aller jusqu’à 30 % de réduction pour les véhicules légers  (selon le nombre de trajets réalisés mensuellement), ce péage représente un nouveau coup de couteau dans le pouvoir d’achat des ménages ! Comme d’habitude, ce seront surtout ceux qui travaillent qui seront fortement impactés, car ils seront obligés d’utiliser l’autoroute en heure de pointe. À titre d’exemple : pour quelqu’un qui fait l’ensemble du parcours en heure de pointe, cela représentera par année un surcoût de 1470 euros (210 jours travaillés à 10 euros pour l’aller-retour avec 30 % de réduction).

Signalétique

Mais ce qui est encore plus déplorable, c’est que pour rentabiliser ce racket, une signalétique incomplète a été mise en place pour orienter les automobilistes, à leur insu, vers l’A355 et donc vers l’un des péages les plus chers de France tout en les obligeant à faire un détour d’environ 18 km, ce qui n’est pas très écologique, il faut l’avouer. Les touristes désirant se rendre à Strasbourg en sont les premières victimes. En effet, le nouveau panneau installé sur l’A4 pour les usagers en provenance du nord n’indique que la commune de Schiltigheim (Illkirch si on vient du sud), alors qu’il est possible de gagner directement Strasbourg par cette voie en moins de dix minutes. Qui sont les responsables de cette arnaque ? La maire écologiste de Strasbourg qui veut ainsi réduire le nombre de véhicules se rendant à Strasbourg pour réduire la pollution ou Vinci qui veut se remplir plus rapidement les poches avec la complicité de l’État ? Le concessionnaire espère réaliser en 15 ans un milliard d’euros de chiffre d’affaires (source DNA). La polémique sur les panneaux n’indiquant plus Strasbourg enfle et plus de 6 500 personnes ont déjà signé la pétition (mise en ligne le 27 décembre) pour que soit remis « Strasbourg-nord » et « Strasbourg-sud » sur les panneaux.

Maintenant qu’il est possible de se rendre à Strasbourg par le GCO tant décrié par les écologistes, il n’est pas du tout exclu qu’ils envisagent par la suite de limiter l’accès à l’ancienne autoroute afin de la transformer en boulevard urbain entouré de parcs. L’A35 (maintenant M35) est depuis le 1er janvier 2021 propriété de l’Eurométropole. Des études ont déjà été réalisées dans ce sens. D’ailleurs, depuis l’ouverture du contournement, une partie de l’autoroute M35 (anciennement A35) est passée de 90 à 70 km/h pendant les heures de pointe (6 à 10 h et de 16 h à 19 h). De quoi décourager encore un peu plus les automobilistes et à les encourager à prendre la A355 pour se rendre à Strasbourg contre monnaie sonnante et trébuchante.

Quant aux camions, ils devront supporter un tarif kilométrique autour de 50 centimes d’euros (30 % de plus qu’une autre autoroute). De plus, ils devront faire face à une vente forcée, car ils n’auront plus d’autre solution que d’emprunter le contournement et s’acquitter d’un généreux péage ou s’ils empruntent l’ancien itinéraire, malgré l’interdiction, d’avoir à régler une amende conséquente [1] (sauf desserte locale). Vinci compte certainement sur les poids lourds pour rentabiliser ses investissements et satisfaire ses actionnaires. Ces tarifs sont potentiellement incitatifs… à chercher à éviter l’A355.

Les promoteurs du GCO avaient mis en avant que l’A355 allait proposer un gain de temps conséquent aux usagers qui emprunteront cette nouvelle infrastructure et fiabiliser ainsi leur temps de parcours. Mais comme toujours les plus belles promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Dès son ouverture les premiers bouchons sont apparus… et en plus maintenant il faut payer !

Johan Zweitakter


[1] L’amende est de classe 4 (135 €) avec immobilisation possible du véhicule. Son montant est également en cours de discussion à l’Assemblée Nationale pour le porter à 750 €.