Général Soubelet : un patriote modéré, un livre décevant

Publié le 4 avril 2016 - par - 15 commentaires - 1 645 vues
Share

general-soubelet

Le livre du Général de gendarmerie Bertrand Soubelet est intitulé « Tout ce qu’il ne faut pas dire ». Sorti le 23 mars aux Editions Plon, il s’affiche en publicité permanente sur tous les sites de réinformation, comme il en fut précédemment pour les livres d’Eric Zemmour et de Philippe de Villiers, ouvrages que j’ai énormément appréciés.

J’avais vu précédemment une vidéo, de décembre 2013, dans laquelle ce haut gradé de la gendarmerie faisait un rapport remarquable devant une assemblée de députés. Il y exposait sans détour l’état catastrophique de notre pays : criminalité, délinquance, insécurité de notre pays ainsi que les mesures judiciaires homéopathiques qui leur sont opposées.

Une prestation qui consistait à dire la vérité, en principe attendue par les politiques, mais que ceux-ci ont sévèrement réprimée en août 2014 par un éloignement de la métropole, une mutation à la tête de la gendarmerie d’outremer.
J’ai donc acquis cet opus. Mais j’ai été déçu. Non pas que ce livre soit inintéressant. C’est un témoignage sincère et clairvoyant sur les coulisses de la politique. On y découvre les relations de défiance et le mépris des politiques envers les serviteurs de l’État (corps préfectoral, police, militaires) qui leur servent de relais pour appliquer leurs projets (souvent incohérents) et directives. Une défiance et un mépris qui ne disparaissent que lorsque ces serviteurs de l’État affichent leur sensibilité politique, par leur appartenance à un syndicat ou par des gages apportés plus concrètement aux tenants du pouvoir.

Il n’y a dans ce livre ni nom ni exemple à l’appui de ces dires. On peut le regretter mais aussi le comprendre eu égard au devoir de réserve d’un général en fonction. Mais il nous est aisé d’y pallier, à l’aune de l’engagement politique de certains préfets et officiers de police, qui ne ménagent pas leurs efforts pour afficher leur parti pris de façon explicite (par exemple les plaintes contre Riposte laïque du Préfet Boucault et de Jacques Méric, directeur de la DSPAP).

Un mode opératoire qui nous fait aussi penser au (dis)fonctionnement de la « Justice ». L’appartenance syndicale idéologisée, de type « mur des cons », cautionnant manifestement de belles carrières (au vu du nombre d’aberrations juridiques, dénis de justice et du deux poids deux mesures décomplexés que nous pouvons constater dans ce cadre aujourd’hui).
On y trouve aussi des analyses intéressantes et chiffrées, notamment sur le dévoiement et la corruption de la fonction syndicale, alimentée par l’État aujourd’hui.
Un état des lieux qui donne une idée de la contamination des plus hautes instances de l’État par l’idéologie soixante-huitarde, amorale et destructrice, ainsi que ses conséquences : l’inversion des valeurs et la perversion de l’action politique. Une politique consacrée non plus à la conservation de la France, de ses valeurs, de son mode de vie (ce qu’il en reste), au service de l’intérêt général, mais à l’achèvement de leur destruction.
« La notion d’intérêt général est au cœur de ce conflit », nous dit le Général Soubelet. Objectif vital pour l’armée (sa mission sacrée est la défense de la patrie, jusqu’au sacrifice de la vie), l’intérêt général est une conception désuète, à géométrie variable, pour les politiques (pour lesquelles la valeur ultime est celle de l’Argent). En témoigne la diminution des moyens de l’armée, variable d’ajustement du coût des fonctionnaires, au mépris de la vie des militaires et de la Nation qu’ils ont pour mission de protéger.
Le fait que nos « dirigeants » politiques soient issus d’une génération ayant échappé au service national n’est sans doute pas pour rien dans ce déficit d’autorité et de virilité (pour être poli), vertus qu’ils honnissent depuis leur adolescence, la résultante étant leur couardise et leur honteux à plat-ventrisme.
Ma déception ne concerne donc pas tant le contenu que la forme. Je n’en aurais rien dit si celle-ci ne s’était avérée un indice.
Cet opus est écrit dans le style très précautionneux, celui d’un fonctionnaire soucieux de ne pas trop déplaire à ceux qu’il a vocation à servir. Je me suis dit « on peut comprendre, c’est un général investi de hautes responsabilités, soucieux de son devoir, de la nécessité de mesurer ses mots… ». Certes… Mais ma déception s’est trouvée confirmée par une interview accordée fin mars par le Général Soubelet à Paris Match.

http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Terrorisme-Soit-on-attend-la-guerre-civile-soit-on-l-evite-937171

Au vu des idées développées dans le livre, le journaliste lui pose d’emblée la question fatale : « En êtes-vous ? » (de « l’extrême-droite », bien sûr…définition infondée ayant vocation à diaboliser et à affecter l’équivalent d’une étoile jaune dans le dos). Sans doute tétanisé par cette perspective, le général s’empresse de faire allégeance à la caste médiatico-politique en disant se reconnaître « davantage dans les idées de gauche que de droite ». Et de cautionner sa déclaration en tirant son carton sur le FN et ses électeurs : « quand je constate qu’aux dernières régionales, six millions de français ont voté FN, cela me glace le sang. »…
Pas très glorieux…
« Une France debout et responsable », sont les derniers mots de son livre, par lesquels il résume ses voeux. Un indice d’affinité politique avec Debout la France ? Un parti « patriote modéré », s’il en est… La modération est assurément une qualité en politique. Mais lorsque l’on est en guerre et a fortiori lorsque l’on est général, une résistance et un patriotisme modérés sont-ils suffisants ?
Victor Hallidée

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
François Servenière

La caste risque de se prolonger sous Juppétain… Mais l’avantage de la prochaine élection dont l’issue ne fait plus aucun doute, c’est qu’une moitié de la caste, celle qui s’est vautrée sous les montagnes de $ de la corruption internationale champagne-caviardée gauchiste, va être mise au placard définitivement. Prenons derechef des photos de tout ce petit monde pour la galerie des monstres de la République socialiste, nous ne reverrons plus jamais ces éléphants du pouvoir. Plus jamais. Plus jamais. Irons nous à leur enterrement ? Non vu qu’ils nous ont enterrés vivants par leurs idéologies et leurs conneries de merde,… lire la suite

Phil

Mon instinct, de vieux routier, m’a incité à ne pas acheter le livre du général, dont, comme l’auteur de l’article, j’avais apprécié le propos devant les députés, mais pas du tout, devant l’inquisition journalistique aux ordres du système. Et au final, je suis ravi d’avoir économisé 23 euros, que j’ai préféré investir dans un film en DVD, traitant du racisme anti blancs. Par contre comme l’auteur j’ai bien apprécié les écrits de Messieurs Zemmour et De Villiers. Pour certains généraux, pas pour tous, nous sommes autorisés à nous demander, si à être trop près des politicards par leur position hiérarchique… lire la suite

Martin

J’ai aussi été très déçu par le livre du général qui n’apporte pas grand chose au débat politique. Il est préférable de ne pas écrire quand on a rien à dire ou si peu. Le risque est grand de se voir désavoué par ses pairs et passer pour un imbécile.

europe

Je suis à fond avec lui et le général Piquemale mais bordel de merde comme on dit dans l’armée , arrétez de parler et AGISSEZ !!!

bithovan

UNde plus, çà retraite est trop maigre alors il vient aux bassinets il a raison il va etre lu le gegene dommage qu’il a decouvert son talent de scribe sur le tard ,il nous auraient enrichi nos petites neurones………..

François P

Je l’ai lu. Ce gendarme enfonce des portes ouvertes. peu de nouvelles informations et le reste on le sait déja.

FRANCE

Après son intervention en 2014 il aurait été « crédible » si il avait démissionné. Mais non. Il a accepté de passer du poste de N°3 de la GN à un poste inférieur pour un 4 étoiles, celui de commandant des forces de GN en outre mer. Rassurez vous, sans exil, les bureaux se trouvent à ARCUEIL (94) le CGOM. Il savait pourtant qu’il n’aurait jamais la 5 étoile, mais il y a toujours quelque chose à grappiller. Aujourd’hui, l’heure du départ est arrivée alors il revient avec un livre, lui aussi, pour dénoncer ce que tout le monde sait déjà. Aucune… lire la suite

montecristo

Quand je pense que nous l’avons beaucoup soutenu quand il s’est fait virer ! ! !

Victor Hallidee

M.Balte, pas de manichéisme non plus… La France en crève aussi ! Ne peut-on critiquer un homme capable de « dire ce qu’il ne faut pas dire », mais aussi de « dire ce qu’il faut dire » aux côtés de la « bien-pensance », à savoir : diaboliser 6 millions d’électeurs Français parce qu’ils en ont assez de voter pour ceux qui les ont trahis et qui organisent le démantèlement de leur pays et leur disparition ! Alors que c’est précisément parce qu’ils ne sont que 6 millions à y voir clair que nous continuons à nous acheminer vers cette catastrophe. Bossuet disait : « Dieu… lire la suite

Yves ESSYLU

comment croyez-vous qu’il ait pu avoir ses étoiles s’il n’était pas politiquement correct ?

Yves ESSYLU

Pourquoi JF CERISIER est-il parti en retraite avec seulement le grade de lieutenant-colonel ?

pauledesbaux

parcequ’il est un caractère FORT MISSIONS oui COMPROMISSIONS non signé paule di Malta

balte

En fait il vaut mieux écrire un livre aujourd’hui sur tout ce qu’il faut dire. Il faut dire que l’islam est une religion d’amour,de justice et de paix. Il faut dire que la sharia et la démocratie libérale sont hautement compatibles. Il faut dire:pas d’amalgame entre une minorité de djihadistes qui ne représentent pas l’islam et une majorité de citoyens paisibles et républicains. Il faut dire que le voile est signe d’émancipation de la femme,etc………… Mais au fait qui dit encore ça à part les media de gauche et les politiques UMPS? Pas les Français qu’on croise dans la rue!

FRANCE

Pas tous malheureusement, il existe encore beaucoup d’hurluberlus malgré la situation.

JEV

Avec les 663 généraux en activité et les 5500 de deuxième section (semi-retraités)comment se fait-il que l’état de siège n’est pas appliqué. S’il l’était, je dirais BRAVO à nos généraux et militaires… Mais… Le feront-ils? La soupe est bonne, et comme un certain l’a dit, pourquoi n’a-t-il pas démissionné mais accepté un poste outre-mer? Un carriériste restera toujours un carriériste… Et puis encore, le gégène Piquemal, que fait-il en ce moment, où est-il? Ce sont tous des frondeurs (apparemment), mais aucun n’en a suffisamment pour prendre une ou des mesures adéquates et urgentes??? Beaucoup de baratin de part et d’autre,… lire la suite