Georges Brassens savait ridiculiser les journaleux du pouvoir

Publié le 28 juillet 2020 - par - 14 commentaires - 1 916 vues

À l’heure des plateformes de radios numériques, comme on va le voir, les occasions de rire sont devenues tellement rares qu’on va se réécouter deux chansons du grand Georges Brassens, accompagné par Pierre Nicolas à la contrebasse. On verra que les deux compères retiennent leur fou-rire devant un public qui en redemande. C’est parti pour Le bulletin de santé et Les trompettes de la Renommée. Deux classiques qui aujourd’hui seraient attaqués devant les tribunaux par tous les dégénérés de la terre et des racines des Gaulois et des Francs.

Extraits des paroles Le bulletin de santé

 

« Si j’ai trahi les gros, les joufflus, les obèses, 

C’est que je baise, que je baise, que je baise 

Comme un bouc, un bélier, une bête, une brut’, 

Je suis hanté : le rut, le rut, le rut, le rut !..

 

Entre autres fines fleurs, je compte, sur ma liste 

Rose, un bon nombre de femmes de journalistes 

Qui, me pensant fichu, mettent toute leur foi 

À m’donner du bonheur une dernière fois. 

 

C’est beau, c’est généreux, c’est grand, c’est magnifique ! 

Et, dans les positions les plus pornographiques, 

Je leur rends les honneurs à fesses rabattu’s 

Sur des tas de bouillons, des paquets d’invendus. 

 

Et voilà ce qui fait que, quand vos légitimes 

Montrent leurs fesse’ au peuple ainsi qu’à vos intimes, 

On peut souvent y lire, imprimés à l’envers, 

Les échos, les petits potins, les faits divers…», chanson complète sur : https://www.paroles.net/georges-brassens/paroles-le-bulletin-de-sante

Georges Brassens. Le bulletin de santé (à Bobino en 1969)

https://www.youtube.com/watch?v=IMPCklkWCrY

lien de secours https://www.youtube.com/watch?v=IMPCklkWCrY

Extraits des paroles Les trompettes de la Renommée

« Je vivais à l’écart de la place publique, 

Serein, contemplatif, ténébreux, bucolique… 

Refusant d’acquitter la rançon de la gloir’, 

Sur mon brin de laurier je dormais comme un loir. 

Les gens de bon conseil ont su me fair’ comprendre 

Qu’à l’homme de la ru’ j’avais des compt’s à rendre 

Et que, sous peine de choir dans un oubli complet, 

J’ devais mettre au grand jour tous mes petits secrets. 

Trompettes 

De la Renommée, 

Vous êtes 

Bien mal embouchées ! 

Manquant à la pudeur la plus élémentaire, 

Dois-je, pour les besoins d’ la caus’ publicitaire, 

Divulguer avec qui, et dans quell’ position 

Je plonge dans le stupre et la fornication ? 

Si je publi’ des noms, combien de Pénélopes 

Passeront illico pour de fieffé’s salopes, 

Combien de bons amis me r’gard’ront de travers, 

Combien je recevrai de coups de revolver ! …

 

Sonneraient-ell’s plus fort, ces divines trompettes, 

Si, comm’ tout un chacun, j’étais un peu tapette, 

Si je me déhanchais comme une demoiselle 

Et prenais tout à coup des allur’s de gazelle ? 

Mais je ne sache pas qu’ça profite à ces drôles 

De jouer le jeu d’ l’amour en inversant les rôles, 

Qu’ça confère à leur gloire un’ onc’ de plus-valu’, 

Le crim’ pédérastique, aujourd’hui, ne pai’ plus. 

Trompettes 

De la Renommée, 

Vous êtes 

Bien mal embouchées ! 

Après c’tour d’horizon des mille et un’ recettes 

Qui vous val’nt à coup sûr les honneurs des gazettes, 

J’aime mieux m’en tenir à ma premièr’ façon 

Et me gratter le ventre en chantant des chansons. 

Si le public en veut, je les sors dare-dare, 

S’il n’en veut pas je les remets dans ma guitare. 

Refusant d’acquitter la rançon de la gloir’, 

Sur mon brin de laurier je m’endors comme un loir… »; chanson complète sur : https://www.paroles.net/georges-brassens/paroles-les-trompettes-de-la-renommee

Georges Brassens. Les Trompettes de la Renommée

https://www.youtube.com/watch?v=GwQDzStVFOM

lien de secours https://www.youtube.com/watch?v=GwQDzStVFOM

Les géants des médias français privés et publics verrouillent la diffusion de l’info à travers une plateforme commune

L’aboutissement de la radio numérique, comme tout progrès, a son pendant. Certains n’y verront certes qu’un hub digital pratique pour surfer et zapper dans le dédale de musiques actuelles et insipides, entrecoupées de publicités commerciales et légales de la propagande gouvernementale.

Le commun des auditeurs et des téléspectateurs, lui, cherchera toujours vainement l’information non consensuelle, à moins que quelques sites et TV spécialisés dans le politiquement incorrect ne soient conviés à pareille fête. Un premier avril par exemple, ou quand les poules auront des dents.

En attendant, voici les auto-satisfecit et auto-congratulations des faiseurs d’opinions qui n’entendent pas laisser échapper une minute d’intoxication entre les antiennes de 12 heures et 20 heures.

« Dans le contexte du fort développement de l’écoute numérique en direct et à la demande sur des environnements tels que les téléphones mobiles, les assistants vocaux, les tableaux de bord numériques des véhicules, la distribution de contenus est un enjeu important pour les éditeurs. L’entreprise est ouverte à l’ensemble des acteurs radios français qui souhaiteraient la rejoindre. À la rentrée 2020, la société précisera les modalités technologiques de déploiement de ses services dans l’ensemble de l’écosystème numérique.»

« Pour Régis Ravanas, directeur général du pôle audio du Groupe M6 : « Cette coopération entre les principales radios françaises est une excellente initiative, qui doit nous permettre de reprendre la main sur la diffusion numérique de nos antennes et nos contenus. Surtout, c’est la promesse pour les auditeurs d’une expérience simple, fluide et complète, notamment lorsqu’ils sont en mobilité. Il s’agit donc d’un enjeu stratégique majeur quand on sait l’importance de la mobilité dans la consommation du média radio ».

Pour Sibyle Veil, présidente directrice générale de Radio France : « L’écoute numérique connaît actuellement un essor formidable plein de promesses pour le média radio. Nous tenons à ce que nos auditeurs retrouvent dans ce nouvel univers nos lignes éditoriales et nos prescriptions qui fondent la qualité du lien de confiance entre nous. Je me réjouis que nos différents médias radio se rassemblent autour de ces enjeux d’avenir », source et déclarations intégrales des pontes de l’information maîtrisée sur : https://viuz.com/annonce/2020/07/27/radios-du-prive-et-du-public-sunissent-dans-une-societe-commune/

Perspicace, le site I Génération glisse toutefois malicieusement : « Les agrégateurs de radios existent depuis longtemps — on peut citer notamment TuneIn —, mais du point de vue des propriétaires des antennes, ils ont le désavantage de ne pas leur appartenir. »

Jacques CHASSAING

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Emile 2

Les médias organiques ….ou la machine a fabriquer les cons ….

Charles

Souhaitons que la stèle de Georges Brassens ne soit pas elle aussi déboulonnée.

POLYEUCTE

Moi ? Je n’ai qu’un vieux poste à galène et je continue à écouter Radio Londres…
En cachette !
Les Zoreilles ennemies m’écoutent !

FCC Cercle Légitimiste de France

Brassens fut le moderne François VILLON dont les textes rappelaient la Balade des Pendus. Qu’ il repose en paix dans le cimetière marin de Sète.

Platipus,

C’était un petit sacrilège chrétien mais tellement français, tellement gaulois, un trésor….

zéphyrin

Merci jacques…ça faisait longtemps que je n’avais pas ouï l’ami georges.
pour les radios locales il y a du positif…tous les matins j’entends un chroniqueur qui me surprend par sa proximité de vision avec la mienne.
Une info de ce matin ; depuis le mois de mai 9 voitures de gendarmerie ont brûlé dans ce département (3 fois trois) les gendarmes ne rient plus dans la gendarmerie

Carole

“Les braves gens n’aiment pas que
On suive une autre route qu’eux.”
Brassens avait bien cerné sous la dénomination ironique les “braves gens” ceux qu’on nomme aujourd’hui les belles âmes, autrement dit tous les faux culs bien-pensant, politiques, médias, et showbiz …

Draner

Cette poésie de Brassens a pour titre “La mauvaise réputation “, l’une de mes chansons préférée comme les autres dont j’ai la prétention de connaître par cœur, disons 80% des paroles, y compris les mises en musique des poèmes de Victor Hugo, Lamartine, François Villon, Verlaine etc. Un très grand poète à découvrir et que je recommande aux vrais jeunes. Ils y découvriront un vocabulaire qu’ils ne soupçonnent même pas.
Je recommande aussi, à cet égard, le livre de Loïc Rochard “Les mots de Brassens ” aux Editions du Cherche midi.

Une patriote

Où sont tout ces chanteurs, chansonniers, comiques qui s’avaient employer les mots bien senti pour remettre à leur place tout ces politicards. Nous n’avons plus à part un ou deux que des fébriles, des sans C….. des trouillards qui préfèrent se coucher devant le politiquement correcte et vendre leur âme au diable pour rester dans les bons papiers de Macron. Sur RLT d’habitude pendant les vacances ils rediffusent les ” meilleurs ” moments de Laurent Gerra, là rien. Est ce parce qu’ils se sont aperçu que ce dernier commençait à lasser les auditeurs par son encroûtement, manque de nouveautés, son politiquement correct en reprenant toujours les hors sujets Mitterrand, Giscard, Hollande, Sarko évitant de toucher à la situation présente pourtant très riche pour ne pas fragiliser son cher Macron

Danielle

Brassens, Coluche, Le Luron, etc… Comme vous nous manquez !!!!
Les “nouveaux comiques”, les rappeurs, et tous ces médiocres nous feraient plutôt pleurer que sourire !
Quelle triste époque !

michel hbu de la colo

j’ai découvert “le maître” j’avais 13 ans avec la chanson “la fessée”… très osée pour l’époque!
il parait que les jeunes générations sont plus évoluées aussi j’ai essayer de parler du Grand Georges et de François Villon à mon petit fils de 12.5 ans en 6° corona…
vous voulez savoir?
il n’en a rien a branler…
je crains qu’à ma disparition prochaine, tout mes disques et livres sur cet immense poète ne parlent au recyclage!

Victoire de Tourtour

Je crains que 12 ans et quelque ne soit un peu jeunot pour apprécier Brassens, son humour, sa culture, ses références, son vocabulaire, sa syntaxe. Il faut déjà avoir un certain recul.

Marie France milbach

C etait une génération d’hommes. Des vrais
Pas le genre qu on croise partout dans les rues et sur les plateaux TV. Pantalon taille basse de préférence moulant mais pour mouler quoi je me le demande .
Les mecs ont à présent des troncs et plus de taille. C est d un moche. Je regrette nos stars des,années 60/70. Ils n avaient pas de pantalon moulant mais dedans se cachait une bonne paire pour en faire de vrais mecs

Philibert

Et les filles d’aujourd’hui 😂 HAHaHA : plus de seins des c.. comme un tracteur les cuisses qui se frottent et fringuees comme des clochardes . Elles sont où les CLODETTES???👯👯

Lire Aussi