1

Gérard Delépine fait le bilan de 2 ans de Covid : isolement, masques, vaccin

Un entretien des plus intéressants de notre ami Gérard Delépine, interrogé par le journaliste indépendant Akina Schira, qui présente l’entretien ainsi :

Gérard DELÉPINE est chirurgien, oncologue et statisticien. Il n’a pas attendu l’épidémie du Covid-19 pour donner son point de vue tranché et divergeant sur les dérives du système de santé en France. Il se bat depuis plus de 40 ans pour améliorer la prise en charge des malades atteints du cancer et informer la population sur l’état actuel de la science en se basant sur les faits avérés, les registres nationaux des cancers et publications internationales.

Nous avons aujourd’hui la chance de l’accueillir une seconde fois sur Le Front Médiatique pour parler de son dernier livre qui vient de sortir et qui est intitulé : « Les enfants sacrifiés du Covid ». Depuis deux ans se déroule – avec peu d’opposition – le scénario d’une pandémie mis au point par les puissants de ce monde, alimenté par la peur du SARS-CoV-2 et le matraquage quotidien d’un message unique, omniprésent dans tous les médias : « Le virus est dangereux et risque de vous tuer, le contact des autres vous met en danger. » L’hypnose générale a occulté les dangers des atteintes aux libertés fondamentales imposées par un totalitarisme rampant.

Les enfants sont les premières victimes de cette guerre. Le confinement les a isolés du monde et de leurs camarades, remplaçant les échanges humains par des échanges virtuels. Les masques cachent le visage et les émotions d’autrui, le passe leur interdit les activités collectives salvatrices et, plus grave, la vaccination généralisée même aux tout-petits les menace. Quel avenir pour une société qui sacrifie délibérément ses enfants ? Il est temps d’ouvrir les yeux et ne pas sacrifier, après nos aînés, notre jeunesse, avenir de l’Humanité.

Gérard Delépine, comme son épouse Nicole, une parole libre, que nous avons du plaisir à accueillir régulièrement sur Riposte Laïque.

L’entretien dure 1 h 30. Comme on regrette de ne pas entendre davantage Gérard sur les grands médias !

Lucette Jeanpierre