Gilet jaune depuis le 17 novembre, tous les jours sur le rond-point de Viviers…

Publié le 9 janvier 2019 - par - 16 commentaires - 1 254 vues
Share

De nombreux militants de Résistance républicaine sont impliqués, à différents niveaux, dans le mouvement des Gilets jaunes. Mais aussi quelques amis fidèles de Riposte Laïque, comme notre ami Alain Barnier, conseiller municipal de Viviers, qui a participé, entre autres, avec nous à la quinzaine « Sauvons notre pays » que nous avions impulsée en 2016. L’occasion pour nous de faire le point avec lui, sur un mouvement où il est présent depuis le premier jour. 

Riposte Laïque : Les lecteurs de Riposte Laïque vous connaissent comme conseiller municipal à Viviers, comme animateur du mouvement « Sauvons notre pays » et comme organisateur de nombreuses initiatives patriotes en Ardèche. Que dire de plus, Alain, pour qu’ils vous connaissent mieux ?

Alain Barnier : Absolument, je suis un élu de la République en tant que conseiller municipal à Viviers, , mais aussi conseiller communautaire CCDRAGA, mais sans étiquette depuis 2015 car je tiens à être au service du peuple, et pour le peuple, non pour être au service d’un parti politique.

Pour rappel, je suis animateur du mouvement « Sauvons notre pays » créé en 2016 grâce à l’initiative courageuse et combative de Riposte Laïque avec Pierre CASSEN, de Résistance Républicaine avec Christine TASIN, et de la LDM avec Richard Roudier qui sont chers à mon cœur… Et bien d’autres ont rejoint ce combat depuis !

Cette initiative est également la source de la création de notre association ardéchoise de L’AFES (Association Française d’Engagement Sauvons notre pays), un mouvement citoyen et patriote qui est avant tout sans clivage politique, et qui organise de nombreuses initiatives patriotes en Ardèche depuis cette date.

Riposte Laïque : Depuis le 17 novembre, vous êtes tous les jours, avec votre gilet jaune, à Viviers, sur un rond-point. Comment cela s’est-il mis en place ?

Alain Barnier : Tout d’abord, le mouvement des Gilets jaunes est une continuité locale mais aussi nationale de mon combat, et il était logique que j’en sois acteur, et non spectateur de l’avenir et du devenir de notre France, qui impactent de facto notre descendance.

J’ai toujours dit, et ce, depuis le début, que ce mouvement serait crédible si la mobilisation dépassait le stade d’un week-end dont le démarrage est effectivement le 17 novembre 2018. Il a depuis largement dépassé mes espérances.

Il était donc tout naturel que je m’implique sur ma commune, et sur le rond-point nord de cette dernière avec d’autres citoyens soucieux et en courroux. Cela s’est donc fait tout naturellement !

Riposte Laïque : Vos idées politiques sont connues, à Viviers. Ceux qui occupent le rond-point avec vous sont-ils tous sur vos positions politiques ?

Alain Barnier : Absolument pas, bien que mes convictions patriotiques soient claires depuis toujours, et plus que jamais renforcées par la situation conflictuelle actuelle ainsi que la sinistrose ambiante.

Bien que je sois un ancien élu FN/RBM, car j’assume tout mes actes comme engagements passés ou présents, et je ne m’épancherai pas sur le sujet. J’ai pu réussir par mon combat permanent en tant qu’élu mais aussi citoyen natif de ma région, à me faire estimer et respecter par mes pairs, mais surtout par les administrés.

Mais sans pour autant que ces derniers adhèrent totalement à mes idées ! Pour mes frères d’armes Gilets jaunes vivarois, c’est donc la même chose…

Nous sommes unis pour la même cause, reprendre le pouvoir dont le peuple a été spolié depuis trop longtemps, et retrouver un autre pouvoir tout autant primordial, qui est celui du pouvoir d’achat afin de vivre et non survivre du fruit de notre labeur sans engraisser des opportunistes, arrivistes et profiteurs doublés de félons.

Riposte Laïque : Avez-vous mis en place d’autres initiatives, en dehors de Viviers ? Avez-vous fait une manifestation à Paris ?
 
Alain Barnier : Non, je suis clairement engagé sur ma commune qui me prend beaucoup de temps, mais nous sommes en liaison avec les autres groupes voisins et locaux des Gilets jaunes… De temps en temps, certains Gilets jaunes vivarois vont grossir les rangs sur des communes plus importantes, lors d’opérations ciblées. D’ailleurs nous avons quelques citoyens de communes voisines qui viennent tous les jours sur notre QG pour renforcer nos troupes (Le Teil, Saint Thomé, Alba, Chateauneuf, etc.,) car nous avons besoin de nous relever entre nous.

Nous avons manifesté devant le centre des impôts du Teil, et défilé sur cette commune comme à Viviers en s’invitant également dans les deux mairies.

Quant à partir sur Paris, ce n’est pas d’actualité, d’autant plus que Paris est un piège à cons pour les Gilets jaunes.

Je m’explique, c’est une véritable souricière et les pièges sont nombreux… casseurs qui s’intègrent au milieu des Gilets jaunes, blocages au niveau des périphériques, et sorties de gares comme RER, regroupement de masse pour encerclement… Et derrière gazage à la lacrymo, grenade de désencerclement, balles de Flash-Ball, etc !

Le tout permet de décrédibiliser le mouvement en occultant 99 % des Gilets jaunes pacifiques et respectueux, tout en mettant en avant le 1 % restant de casseurs issus notamment des zones de non-droit…

Ce tout dessert bien évidemment la cause, en servant Néron et ses félons, avec la complicité des merdias à leur botte.

De plus, je ne suis qu’un gueux, un sans-dent, un Gaulois réfractaire, et un petit élu de province (sans émoluments, je précise) qui n’a que peu de moyens financiers… Comme la grande majorité des Gilets jaunes qui ont du mal à finir le mois, et qui doivent donc faire des choix comme des concessions.

Tout en précisant que Paris n’est pas la France. D’ailleurs toutes les jacqueries ont commencé dans les provinces !

Riposte Laïque : Comment voyez-vous la suite de cette exceptionnelle mobilisation, au niveau national ? Pensez-vous que Macron, de plus en plus haï par les Français, puisse se maintenir au pouvoir ?

Alain Barnier : Cette mobilisation est plus qu’exceptionnelle, elle est clairement historique, et l’histoire est en marche si je puis dire…

C’est d’ailleurs cette absence de prise en compte et de cette dimension qui est hallucinante. Que cela soit par Macron, son gouvernement, les institutions, mais aussi par un très grand nombre de citoyens qui sont de facto spectateurs et non acteurs de cette mobilisation pour de nombreuses raisons. Le soutien majoritaire du peuple est clairement là, mais pas sur le terrain.

Il y a un rejet impressionnant de toute la classe politique, et je dis bien toute. Tous les partis politiques en place sont désavoués, tout comme les syndicats d’ailleurs… C’est bien ce qui fait peur à toute l’oligarchie, et aux responsables de ces dits partis, syndicats, qui veulent récupérer le mouvement en catimini, car il n’y a personne pour siffler la fin de la récré, personne pour fausser la donne, l’élan et la mobilisation.

Dans tous les cas de figure, les partis et les syndicats sont à la botte des gouvernements par les soutiens financiers grassement versés par ces derniers. Ceux d’en haut s’engraissent et profitent en se servant de leurs bases pour qui j’ai la plus profonde empathie et respect, car ces derniers ont des convictions, mais aussi le cœur comme la volonté de se battre pour elles, même si ce ne sont pas forcément les miennes.

De plus, les Gilets jaunes ne tombent pas dans le piège tendu des cahiers de doléances décidés par le harem de Macron. Ils ne tombent pas dans cet autre piège qui est de désigner des porte-paroles, des référents, ou des organisateurs, il y a simplement des représentants de groupes sans pouvoir décisionnel, et ça aussi, ça contrecarre leurs projets.

Donner une responsabilité de gestion à un Gilet jaune, c’est mettre ce dernier en danger de bien des manières, face à la répression et la dictature en place. Nous en avons un exemple flagrant avec É

ric (Drouet) qui ne doit plus bouger une oreille sous peine d’arrestation arbitraire.

Nous avons ainsi un autre exemple flagrant d’état dictatorial par cette justice politisée, par cette absence de séparation des pouvoirs, et d’affirmer sans ambage qu’il n’y a plus de constitution de fait.

Le mouvement ne pourra que durer et s’amplifier, y compris malheureusement de manière plus violente. Macron et son gouvernement nous conchient, ne nous entendent pas, ne nous écoutent pas, et pire, montrent un dédain infect, et un mépris total du peuple.

Oui, nous pouvons dire que la haine de Macron et son gouvernement atteint son paroxysme. Que la seule alternative pour ce dernier est la dissolution de l’Assemblée nationale (le président de la République peut, après consultation du Premier ministre et des présidents des assemblées, prononcer la dissolution de l’Assemblée nationale. Les élections générales ont lieu vingt jours au moins et quarante jours au plus après la dissolution).

Macron par ses agissements n’est que la goutte d’eau du dégoût des pseudo-gestionnaires de notre France depuis plus de 40 ans. Cela a fait déborder le torrent de trahisons et d’incompétences de ces derniers, d’où le rejet total des politiques et du système !

Le malaise est bien plus profond que la dernière insurrection marquante du peuple, bien que les motifs diffèrent. Je parle bien évidemment des événements de mai 68. Par malaise, je ne parle pas en termes de comparaison, mais bien de raisons qui ont déclenché ce novembre 2018.

Riposte Laïque : Avez-vous réfléchi à ce que pourrait être un après-Macron ?

Alain Barnier : Un après-Macron sans remise à plat des nombreux problèmes moraux, sociétaux avec un déni de la réalité n’est pas envisageable en l’état. Le système en place est bien trop corrompu, et sur bien des niveaux pour espérer un changement drastique.

On pourra mettre n’importe quelle marionnette en lieu et place de la marionnette Macron, nous aurons obligatoirement la même continuité.

Nous avons un président et un gouvernement d’opérette, et un vrai théâtre de guignol avec les partis politiques. Les autres qui suivront seront du même acabit… LR, PS, RN, FI, etc., si rien n’est changé pour redonner le pouvoir au peuple, mais surtout pour lui redonner confiance.

En l’état, ils obéissent à leurs maîtres et à l’UE avec les technocrates de Bruxelles non élus par les peuples.

Ils trahissent sans vergogne le peuple de France, cela aussi sur bien des points. Les citoyens ont été spoliés de leur pouvoir de décision par bien des artifices, référendum tronqué, etc.

Pour qu’il y ait concrètement un espoir d’un après-Macron, il faut tout d’abord :

– Dissoudre l’Assemblée nationale (première démarche pour faire retomber la situation conflictuelle et préparer les quatre suivantes ci-dessous).

– Rétablir la proportionnelle (actuellement, le peuple n’est pas correctement représenté suite aux élections).

– Reconnaître les votes blancs comme des votes à part entière (En clair, 50,01 % de votes blancs, annulation des élections, car aucun candidat ne correspond à l’attente, et réélection avec d’autres candidats).

– Mettre en place une Assemblée nationale des 3 tiers (politique-société civile- itoyens).

– Mettre en place les 4 référendums d’Initiative citoyenne RIC CARL (constituant, abrogatoire, révocatoire, législatif) afin que le peuple assoit son pouvoir décisionnaire dans le cas de trahisons ou forfaiture.

Un exemple de loi à annuler en urgence :

Nos territoires ruraux se font assassiner par cette loi NOTRe (perte de services publics, perte de compétences communales au profit des EPCI, etc., qui font jeter l’éponge à de nombreux maires pour 2020.

Cette loi a été réfléchie en 2014, et mis en place en 2015… Ce, avec l’aval tacite de certains de nos élus par complicité, couardise sous le prétexte fallacieux de respecter la loi, ou dictatorial par décision préfectorale… En clair, l’État !

Cette dernière a été mise en place par la droite, cautionnée par la gauche, et amplifiée par le harem de Macron… D’où la méfiance des politiques, et de tous les partis politiques.

Le RIC CARL permettrait justement de faire annuler cette loi néfaste pour le peuple et le pays par référendum.

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Alain ?

Alain Barnier : Oui, je rajouterai ce dernier point, je suis Gilet jaune, je soutiens totalement le mouvement national des Gilets jaunes, je suis donc impliqué personnellement pour notre France, mais aussi en tant qu’élu de la République, et je fais extrêmement attention à ce que ma présence au milieu des Gilets jaunes vivarois ne serve pas à politiser nos actions.

Alors je suis totalement contre le fait que le mouvement des Gilets jaunes permette la constitution de listes européennes ou municipales à venir, et ce pour deux raisons :

– La mise en place du mouvement des Gilets jaunes et sa principale fédération autour de lui, c’est que ce dernier est apolitique, créer des listes est donc en totale contradiction avec cette logique saine.

– Les citoyens et administrés auront l’esprit civique, si cet après-Macron est repensé pour retourner à l’isoloir, et mettre un bulletin effectif dans l’urne. L’abstention baissera de facto de manière drastique.

La constitution d’une liste Gilet jaune pour les élections européennes est un nouveau piège, car de facto, cela favorisera le harem de Macron, et en sus un appauvrissement des oppositions en place (même si ces dernières sont contestées).

La probabilité d’une nouvelle victoire macroniste est donc fortement à craindre avec une liste Gilets jaunes en sus… Gilets Jaunes et citoyens, réfléchissez bien, c’est un humble conseil !

Vive la France, et vive les Gilets jaunes…

Propos recueillis par Pierre Cassen

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Anton

Aujourd’hui, chez moi, les RP, c’est fini, tout est rasé, plus personne, chassés comme des mal propres: impossible que cela se termine comme ça.

lafronde

Réponse à Alain Barnier. Je connais un peu l’Ardèche pour y avoir de la famille. Beau pays, produit du terroir de qualité, pays de gens instruits (la résistance huguenote y a contribué), ressources touristiques notables. Ce pays a toutes les ressources nécessaires pour s’autogérer via son Conseil général. Les ardéchois pourraient s’auto-gouverner comme le font la vingtaine de cantons suisses. Avec une autonomie départementale, les ardéchois auraient un circuit court fiscal, sans gaspillage. Leurs impôts et taxes financeraient exclusivement leur propre solidarité et leur propres investissements. Gérés par les ardéchois, la fiscalité pourrait être réduite d’au moins la moitié, et… lire la suite

Alain BARNIER

UN FEDERALISME FINANCIER DECENTRALISE ? Une suggestion à approfondir effectivement, car la gestion suisse est cohérente, je dirais même excellente via leurs cantons. Le Conseil national représente concrètement le peuple par la proportionnelle. Le Conseil des Etats représente quant à lui les cantons. Le pouvoir exécutif est exercé par le Conseil fédéral, composé de sept membres élus pour 4 ans par l’Assemblée fédérale parmi les citoyens et citoyennes suisses éligibles au Conseil national. Le pouvoir judiciaire est partagé entre les cantons et la Confédération, et le pouvoir fiscal est effectivement largement décentralisé. La grande inconnue qui est problématique pour moi,… lire la suite

Jacques B.

Dans vos propositions n’oubliez pas l’arrêt de toute aide publique aux médias : il n’y a pas de démocratie véritable, donc d’élections vraiment libres, sans pluralité de l’information.

Alain BARNIER

Cela coule de sources, et il y a de nombreuses autres aides à revoir, bien évidemment…

Mais les piqûres de rappel sont toujours appréciables !

Hank

Un petit bonjour Alain Barnier, il y a quelques temps je vous ai croisé sur le rond point de Viviers, je venais de Saint Marcel d’Ardèche, arrêté ma voiture, je vous ai reconnu et nous nous sommes serré la main

Alain BARNIER

Bonjour Hank,

Oui je me souviens de notre entretien court mais appréciable en plein rond-point, et entre fidèles lecteurs de Riposte Laïque 😉

DUFAITREZ

Pas lu tout ça… Ca devient maladif !
Pour faire plus court, que chacun des Viviers des Ronds points produisent de jolis petits poissons Jaunes !

Allo Docteur

Vivier, des gens biens! C’était il y a une cinquantaine d’années, j’étais adolescent. Lors d’un hiver rigoureux et d’une tempête de neige qui a paralysé la France. Nous avons été secourus et hébergés par des habitants de Vivier. Je me souviens de ces braves gens. Notre sauveur était boucher ou charcutier à Vivier.
Merci VIVIER, tenez bon.

Alain BARNIER

Bonjour,

Il était les deux !

Allo Docteur

Merci Alain,
Ce passage a Vivier, j’en garde un merveilleux souvenir.
Mes parents étaient un peu perdus mais nous, mes sœurs et moi nous étions aux anges, quelle aventure pour des ados!

patphil

paris piège à cons pour les gilets jaunes!
en effet, qu’ils laisse la place aux casseurs

François Desvignes

Pas du tout :
c’est très bien que Paris soit investi afin que les bobos y fassent de l’huile.
Et encore mieux si les gitans « discutent » avec les forces de l’ordre et les centres de pouvoir pour donner leur « ressenti »
Paris doit brûler car c’est par le feu qu’on purifie une ville de sa peste.
Bruxelles verra nos incendies par nuit claire
Et quand on prononcera votre nom, l’Europe toute entière tremblera ou vous acclamera.

jobig

« Paris, piège à con pour les gilets jaunes », c’est vrai, il vaut mieux tenir solidement « La France périphérique » que d’aller dans ce coupe-gorge. Les casseurs de tout poil ne pourront pas s’éparpiller sur tout le territoire national.

Nestor

On ne peut changer de mode électoral moins d’une année avant de nouvelles élections : il faudrait donc que l’assemblée actuelle valide la proportionnelle avant la dissolution !
Sérieusement, vous croyez au Père Noël ?

Alain BARNIER

Quand on veut, on peux ! C’est avec ce genre d’interrogation que l’on stagne dans notre pays… Et je ne crois pas plus au père noël qu’au système vérolé en place.

Mais votre réflexion est néanmoins pertinente Nestor…

Je repondrai que les rêves amènent l’espoir, et l’espoir est amené à se concrétiser quand les volontés sont également là pour le réaliser, puis ne dit-on pas qu’impossible n’est pas français.

Il faut juste vouloir combattre, et ne pas le faire, c’est avoué d’avoir déjà perdu.

Étant donné la situation, un bouleversement majeur peut changer bien de certitudes !