Gilets jaunes : des rebelles apprivoisés qui portent le masque

Eh bien !

Je m’y attendais : je ne suis pas déçu !

J’avais vu sur Facebook l’appel de Jérôme Rodrigues pour la manifestation du 12 septembre, retour des Gilets jaunes. Pas grand chose sur la dictature sanitaire, juste une pincée pour dire de. Et les revendications sociales légitimes, bien sûr, mais juste le minimum syndical et sur le ton le plus fédérateur (comprendre : le moins véhément) possible.

Cette journée était aussi dans le monde celle de manifestations contre ce pouvoir Orwellien qui, du Canada à l’Australie, abat sa matraque sur ceux qui refusent de vivre muselés, qui refusent que sous le prétexte d’une pseudo- pandémie on prive l’humanité de son humanité.

Et donc le 12 septembre est arrivé. Le lendemain du 11 septembre. Symboliquement ça parle, non ? Et donc, symboliquement encore, le « jour d’après ». Prometteur d’un monde différent, de la fin du «  Deep State » ? Hem… C’est cela oui…

J’ai donc décidé néanmoins de monter à la capitale. Je n’ai pas été déçu du voyage.

J’ai rencontré des gens sympathiques, qui ont vécu dans le stress et m’ont confié qu’un jour de confinement ils ont éteint la télé et se sont réveillés. Pour eux, plus de retour en arrière. Ils refusent l’angoisse organisée, ils refusent cet État criminel, ce ministère de la Santé devenu un véritable Ministère de la Peur. Tant mieux. Mais nous ne sommes pas assez nombreux.

J’ai surtout vu tous ces manifestants : ces Gilets jaunes sans gilet jaune, et surtout : masqués en grande majorité !!! Donc, pour en revenir à ce fameux jour d’après : en définitive, celui où tout le monde porte le masque parce que… parce que tout le monde porte le masque !

Alors dites-moi : comment peut-on croire un instant en la révolte de ceux qui acceptent aussi facilement, sans se battre, ce symbole de l’oppression oligarchique ? Que vont-ils faire, ces révolutionnaires dociles qui lèvent le doigt et demandent « s’il vous plaît » ? Ce que dans les manifs on disait autrefois à propos de la très jaune CFDT : lorsqu’on rétablira l’esclavage, ils négocieront le poids des chaînes ?

Excusez-moi, mais je ne peux pas m’en empêcher, je vais proférer une insulte à l’intention des Gilets jaunes d’aujourd’hui, ces Gilets jaunes OGM qui n’ont pas la saveur ni même la couleur de ceux d’octobre 2018 : SYNDICALISTES ! Désolé, il fallait que ça sorte, je sais c’est violent.
Oh ! il y a bien eu quelques lacrymos, histoire de laisser à penser que ces séditieux d’opérette représenteraient une quelconque menace pour le pouvoir. Gageons que les médias mainstream couvriront largement leur petite sauterie. Après, ils rentreront chez leur automobile, comme dit Nougaro dans sa chanson.

Les véritables factieux n’étaient pas dans ce troupeau bêlant et ne feront pas l’objet d’une couverture médiatique. Ceux-là ne portent pas de muselières et leur geste barrière principal est un bras d’honneur.

J’ai bu tranquillement un verre (d’eau, à l’extérieur, pas dans un café bâillonné) loin de toute cette mascarade, en compagnie d’un jeune couple et d’un type, lui aussi de « province » qui nous a rejoints pour partager l’eau minérale de l’amitié. Nous avons fumé une cigarette, pas le jeune couple qui est non fumeur, bien que le garçon ait failli accepter une clope de la part de notre compagnon de l’instant, mais il a renoncé sous le regard désapprobateur de sa jolie fiancée. On a parlé de Trotta, de Raoult, de Trump, d’Alexis Cossette-Trudel, de Renaud Camus , sans forcément être d’accord sur tout. Mais c’est ça, être humain.

On s’est laissé nos numéros. Sans promettre de se rappeler.
Et puis je suis allé me balader dans Paris. Il faisait beau en cette fin de journée. L’espace d’un instant je me suis dit que cette ville était toujours la plus belle du monde. Comme quand on se promène dans le Lot ou du côté de Moissac et que devant la majesté des paysages ou la puissance terrible de l’architecture romane, on a le souffle coupé et on a peine à croire que tout va mal et que la France est en train de disparaître.

Je suis rentré sans me presser. La circulation était fluide : après tout, le grand rush de la rentrée est passé.

Le soleil du soir donnait au paysage de jolies couleurs chaudes. Un peintre mélangerait sur sa palette du jaune de Naples, une laque de garance, des ocres, un orange cadmium, un petit vert Véronèse çà et là en contrepoint, et encore persistant dans le ciel un mélange de bleu de Sèvres et de blanc de zinc.

À défaut d’un petit blanc sur le zinc.

Je crois qu’on aura une belle arrière-saison.

___________________

Jean-Paul BOURDIN

 

image_pdf
0
0

21 Commentaires

  1. Moi je regrette les premiers GJ qui se tenaient dans les ronds-points. Non politisés et loin des blacks blocs Ils représentaient véritablement la vraie France des campagnes et des petites villes : ceux qui en bavent.

  2. Quant à l’époque j’avais vu en direct les images de l’Arc de Triomphe où les arabes étaient venus en masse pour la razzia et avaient même réussi à atteindre la terrasse donc le sommet de l’Arc où on pouvait les apercevoir lever les mains au ciel vers Allah en signe de victoire là j’ai compris que les gj c’était la fin .. comme celle de la France d’ailleurs.
    📯⚔️🇫🇷

  3. Elections, manifestations, pétitions, Gilets Jaunes, contestation, réseaux sociaux…

    Nous sommes arrivés au bout de l’impasse où nous menaient tous ces mots creux.

    Il faut trouver autre chose.

  4. Jé n’ai pas dépassé les 10 lignes , vous avez choisi votre coté , celui des defaitistes professionnels objectivement au service de la merdacronie et qui voient toujours le verre a moitié vide ! je suis de plus en plus dégoutée par le niveau de plus en plus bas sur l’echelle du QI des « articles » qui paraissent sur RL ! ce ne sont plus des articles c’est de la melasse fétide , un infame brouet !

    • Voilà ce que disent les vrais démocrates des avis qui ne sont pas les leurs ! Bravo, selena78, ça c’est envoyé et viril !

  5. il faut être particulièrement idiot pour donner un prétexte aux cognes de vous verbaliser et 135€ au gouvernement !

  6. Les Glandus Jaunes ont eu leur 100€/ mois, alors maintenant va coucher ni-niche bon chien-chien.
    Et en plus le Gland Jaune a été payé 6 mois à rien foutre alors bon vas pas te plaindre, tu es une personne incapable de faire le lien entre tes malheurs et le grand remplacement, écrase ta clope, roule électrique et vote écolo, c’est bon pour toi.

  7. > « Gilets jaunes sans gilet jaune, et surtout : masqués en grande majorité ! »
    Suggestion aux gilets jaune sans gilet jaune : mettez AU MOINS un masque… JAUNE !
    Vous trouverez l’adresse d’un fournisseur (français qui plus est) chez nos confrères de Résistance Républicaine :
    resistancerepublicaine.com/2020/08/27/resistez-avec-un-masque-groucho-et-ou-un-masque-jaune/
    (lien : https://resistancerepublicaine.com/2020/08/27/resistez-avec-un-masque-groucho-et-ou-un-masque-jaune/ )

    • On peut comprendre qu’ils aient voulu éviter une amende, mais pourquoi ne pas avoir profité de la situation pour écrire des slogans contre cette dictature sanitaire, je n’ai aperçu que quelques panneaux (et encore à Marseille !), ils ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes, puisqu’ils ne portaient pas le gilet jaune (à part quelques uns), et bien disciplinés avec le masque !

        • Comme selena78 et moi ! C’est con, je ne vous ai pas vu, mon bon selena78, on aurait sûrement pu deviser en personnes de bien, avoir une conversation intéressante sur la médiocrité des artistes de Riposte Laïque au service de la merdacronie bien sûr !

  8. j’ai été voir le défilé des gilets crades a Marseille !!! les arabes se fendaient la gueule
    …………………Nous pouvons tirer un trait sur les GJ

  9. Oui on aura une belle arrière saison. On ramassera des champignons dans la f^orêt au pieds des chênes couverts de feuilles bigarées, dédaignantr le gros thermometre muzz qui nous prendra la température pour voir si on a pas chopé le conarvirus.

  10. Vous auriez du aller ce 12 septembre place de la république à Paris, à la rencontre des chemises blanches.

Les commentaires sont fermés.