Gilets jaunes fossoyés par la gauche : et maintenant ?

Publié le 8 mai 2019 - par - 49 commentaires - 1 955 vues
Share

L’extrême gauche minoritaire chez les Gilets jaunes a su inverser le rapport de forces.
Dès l’origine, ce soulèvement populaire spontané s’est clairement annoncé comme représentatif de l’opinion majoritaire en France ; celle qui n’est plus ni représentée ni écoutée, qui est opposée à la migration et déterminée à renverser ce pouvoir qu’une très large majorité de Français exècre. Le slogan « Macron démission » ne laissait aucun doute sur ce dernier point tandis que les Marseillaises spontanées et les drapeaux bleu-blanc-rouge affichaient clairement le patriotisme et la revendication identitaire.

Surprise par cette homogénéité et par le volume du mouvement de départ, l’extrême gauche s’est d’abord tenue dans l’expectative, ne voulant pas s’associer à un mouvement incarnant pour elle le mal absolu. D’abord, violemment rejetée, elle a fait le dos rond ; puis petit à petit, elle s’est introduite dans le mouvement pour finalement en prendre le contrôle.
Force est de le constater, l’extrême gauche a su canaliser le mouvement et évacuer la revendication identitaire et celle de prise en compte de la question migratoire pourtant très majoritaires au départ.

Toutes tendances confondues, elle a su manœuvrer de concert en prenant petit à petit possession du terrain de manière irrésistible, aussi bien dans les AG que dans les cortèges.

Par ailleurs, dès les premiers actes, l’impunité des Black Blocs et des casseurs de gauche nous a clairement confirmé la collusion et la complaisance du pouvoir à l’égard de ses milices auxiliaires afin de créer les conditions de la répression brutale, la peur et de la demande d’ordre. Aucune arrestation, aucun Flash-Ball en pleine tête contre les Black Blocs. Seuls les Gilets jaunes spontanés ont été visés.

Chassé par les militants de gauche et par les forces de l’ordre, notre camp a finalement déserté le mouvement, laissant la place à la gauche minoritaire en nombre mais supérieure sur le terrain de l’activisme. C’est ainsi que d’un acte à l’autre le mouvement s’est dégonflé en volume, perdant toute dangerosité pour le pouvoir.

Notre camp aux abonnés absents

Tout au long de cette phase et jusqu’à aujourd’hui, nous avons déploré l’absence sur le terrain du RN qui s’est contenté de gérer la rente électorale, mais aussi à quelques exceptions près, celles des groupes activistes d’extrême droite. Ainsi, on ne peut pas reprocher à la gauche d’avoir joué son jeu (et surtout celui du pouvoir) alors qu’à part quelques rares militants au cœur des débats et quelques figures isolées, la droite a été totalement absente du terrain, inorganisée et sans coordination. Globalement, notre camp a complètement raté le coche, il n’a pas été au rendez-vous. Nous pouvons nous faire le reproche d’avoir laissé la gauche dévitaliser ce mouvement historique pourtant porteur de nos espoirs. Le retour d’expérience du mouvement des Gilets jaunes démontre que rien ne sert d’être majoritaire dans l’opinion si on n’est pas à même de tenir la rue et qu’à l’inverse, si vous tenez la rue, même très minoritaires, vous aurez le dernier mot ; du moins comme on va le voir, pour un temps.

La gauche a fossoyé la revendication identitaire des Gilets jaunes

C’est fait, les revendications identitaires et de renversement du pouvoir majoritairement exprimées lors des premiers actes de ce mouvement spontané et unique en son genre ont été enterrées. Elles ne resurgiront pas, du moins immédiatement.
Le spectacle des cortèges du 1er mai a été particulièrement révélateur de cet état de fait : plus de Black Blocs, ils sont devenus inutiles puisque le mouvement est définitivement passé sous contrôle de la CGT et le LFI. Plus de tirs de Flash-Ball en pleine face, devenus également inutiles contre des syndicats qui ont fait allégeance au pouvoir alors que la violence des casseurs et de forces de l’ordre a vidé les cortèges des Gilets jaunes spontanés du début.
Ainsi, lors des défilés du 1er mai, on a vu la CGT assumer la conduite des cortèges et les commentateurs sur les chaînes en continu s’en féliciter. Enfin, les gens raisonnables et surtout compatibles avec le système avaient canalisé cette révolte qui désormais ne représente plus aucun danger pour le régime. On avait enfin des interlocuteurs institutionnels, tout le monde était rassuré. Fin du ban, tout est sous contrôle, il n’y a momentanément plus aucun risque ni pour le régime ni pour la fausse opposition qu’il maintient sous perfusion. Du moins le croient-ils…

Le show-biz au renfort de la victoire

Preuve que tout est bien rentré dans l’ordre ; alors qu’il s’en était bien gardé jusque là, le show-biz a pris fait et cause pour ce mouvement enfin devenu fréquentable après que la France périphérique, celle des beaufs qui fument des Gitanes et roulent au diesel, en ait été évincée. C’est donc bien toute la gauche syndicale, institutionnelle et de l’intelligentsia qui fait désormais corps autour du pouvoir. Le danger est écarté, le show-biz respire, il peut voler au secours de la victoire et se racheter une conscience auprès de la gauche. On est enfin entre soi, on peut sortir des abris.

1400 personnalités du show-biz le proclament : nous ne sommes pas dupes.
On lira avec amusement le communiqué parfaitement cynique de ces éternels bouffons, rédigé en écriture inclusive comme il se doit.

L’APPEL DES ARTISTES, CRÉATEURS ET CRÉATRICES

Rien à voir en effet avec les Gilets jaunes spontanés du départ qui ne seront pas dupes de la duplicité de ces salopards qui les avaient d’abord toisés de toute la hauteur de leur mépris condescendant et qui maintenant jouent les traîtres de comédie.

Macron et le système libéral au milieu d’un champ de ruines politique

Tout d’abord, même s’il faut absolument voter pour le RN qui est le seul à même de concentrer utilement l’opposition électorale à Macron, (même en y allant à reculons et en se pinçant le nez), signalons l’abstentionnisme qui ne cesse de progresser de consultation en consultation. D’après les sondages pour ces élections européennes, il devrait franchir un nouveau seuil historique qui interdira tout triomphe, quel que soit le vainqueur. Les élections européennes vont consacrer le rejet massif des partis politiques, du pouvoir actuel et de l’Europe ; bref du système. Ce sera la revanche immédiate des Gilets jaunes privés de leur révolte et la consécration de la perte de légitimité de la classe politique conventionnelle. C’est donc tous les participants à l’électoralisme qui vont s’en trouver fragilisés et avec eux tout le système libéral qui tient le pouvoir.

Ensuite, l’épisode des Gilets jaunes a clairement démontré que la gauche n’intervenait plus qu’en force supplétive du mondialisme libéral. Elle ne représente donc plus l’espoir. Cela n’échappe plus à personne et donc, elle s’est définitivement condamnée à la marginalité face à une opinion qui rejette très majoritairement tous les participants à ce système. Macron très probablement battu aux européennes va se retrouver extrêmement fragilisé, au milieu d’un champ de ruines politique et à la tête d’un système désavoué de toutes parts.

Mélenchon déshabillé au plan électoral ne conserve plus que sa capacité de nuire

Par ailleurs, le score annoncé de LFI montre que ce parti aura perdu près de la moitié de ses voix et que son acharnement suicidaire à évacuer la question migratoire et celle de l’identité est en train de le condamner aux oubliettes de l’Histoire, comme avant lui le PS. Aux mêmes causes les mêmes effets.
Sans aucun avenir électoral, LFI et l’extrême gauche ne pourront plus peser que par leur activisme de terrain. Dans ces conditions, il y a tout lieu de penser que pour continuer d’exister, Mélenchon et ses troupes n’auront plus d’autre moyen que celui de nuire par leurs actions de terrain dont, comme on l’a vu, ils sont restés les maîtres absolus.

Duel Mélenchon-Macron : vers l’affrontement terminal dans la rue

Après en avoir fait un enjeu pour la fin de son quinquennat, la défaite électorale annoncée de Macron aux européennes et la perte de légitimité qui va s’ensuivre vont le fragiliser à l’extrême, alors que de l’autre côté, la faiblesse électorale de Mélenchon ne lui laisse plus d’autre choix que d’exercer sa capacité de nuisance sur le terrain pour tenter de survivre. Par ailleurs, il n’y a plus aucune force organisée crédible entre Mélenchon et Macron, le vide politique s’est fait entre eux. On peut donc s’attendre à ce que la contestation de rue perdure et prenne encore plus d’ampleur et que le match se poursuive dans la rue. L’extrême gauche n’a pas d’autre choix et, à moins de nommer Mélenchon Premier ministre, Macron n’a rien à lui proposer pour le circonvenir. Il y a donc tout lieu de penser que nous allons assister à un duel à mort dans les mois qui viennent.

Le match se poursuit, notre camp en embuscade

Macron est incapable de sortir de son enfermement mental et la colère des Gilets jaunes ne trouvera pas de réponse politique ; exacerbant encore les tensions sur lesquelles viendra peser l’activisme de l’extrême gauche qui ne va plus le lâcher.
Par ailleurs, comme on l’a vu plus haut, notre camp ne pèse rien dans la rue. En revanche, nos idées sont très largement majoritaires dans l’opinion. Ainsi, cela vient encore d’être confirmé par un récent sondage d’Harris Interactive, l’immigration est le premier sujet d’inquiétude (41 %), suivi du pouvoir d’achat (39 %) et des impôts (36 %). D’autre part, la demande d’ordre est très forte dans toutes les couches de la population. Elle rassemble aussi bien la droite orléaniste qui craint pour ses petites économies que la France périphérique au travail qui souffre et ne supporte plus le désordre ambiant, l’insécurité, les incivilités et l’arrogance de ceux qui sentent que leur domination se concrétise.

De tout cela il résulte qu’un effondrement du pouvoir est de plus en plus envisageables sous la triple contrainte de sa perte de légitimité, des actions de rues de l’extrême gauche qui vont encore l’affaiblir et le pousser à la faute, et enfin de celle de l’opinion majoritaire qui n’attend plus que de le voir sombrer et d’autres mains s’en emparer.

À nos de nous tenir en embuscade.

Martin Moisan

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
limone

Il n’y avait pas de priorité ! il y avait un raz le bol, la conscience d’un pouvoir d’achat raboté ,pour des gens qui travaillent , y compris des patrons .;mais je ressentais bien que derrière tout cela , ils avaient conscience, certains me l’ont dit, que  » d’autres « , étaient plus gâtés, sans rien faire , sans cotiser .!!! pour d’autres c’était le Grand Capital qu’il fallait attaquer ..

Clamp

Il me semble que les Gilets Jaunes Constituants rejettent les manœuvres de Mélenchon. Tout espoir n’est pas perdu.

Lotus bleu

Les Gilets jaunes fossoyés par la gauche. Fossoyés ou Cannibalisés: avalés; vampirisés.

POLYEUCTE

Bien trop long pour exprimer une évidence.
« Incapacité de la France profonde et sincère, à se faire entendre toute seule ».
Elections ? Pièges à Kons !
Dissolution ! Chacun y retourne ! Abstention ? ZERO !

Pilaf

La révolte des GJ, c’est dû à l’appauvrissement des blancs de classe populaire (avec un mépris qu’ils subissent, une destruction générale) dû à des politiciens traîtres, mondialistes au pouvoir. Et l’immigration de masse (que veut à fond l’extrême-gauche comme les mondialistes au pouvoir) fait partie de cette politique mondialiste qui appauvrit et aussi amène l’insécurité envers les autochtones, de classe populaire.

Pilaf

Au début, déjà, les gauchistes étaient là, en embuscade, les politiciens d’extrême-gauche se montraient pour le moins très réticents envers ce mouvement, les infiltrés d’extrême-gauche ont servi à étouffer la parole dans ce mouvement. Les GJ, à la base, c’est la révolte des blancs de classe populaire donc ils sont contre la mondialisation qu’ils subissent dont forcément contre l’immigration de masse imposée par cette mondialisation et qui pose de MULTIPLES problèmes mais que l’extrême-gauche, elle, veut.

Migrants découverts à Flixecourt : après la CGT, François Ruffin critique le comportement de certains gilets jaunes https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/somme/flixecourt/somme-migrants-decouverts-camion-bloque-gilets-jaunes-flixecourt-1578137.html

Savinien

Dire que les « revendications identitaires » étaient « majoritairement exprimées lors des premiers actes » du mouvement des Gilets jaunes, c’est prendre ses désirs pour des réalités. Dès le début les GJ ont soigneusement évité de critiquer l’immigration. La première liste écrite de revendications exprimait même le souhait de rendre le droit d’asile mieux respecté. Evidemment, on pouvait voir quelques drapeaux français dans leurs manifs. Mais j’y ai vu aussi des drapeaux palestiniens ! Par contre les blocages, pillages et caillassages des flics ont eu lieu aussi dès le début, avant que les gauchistes aient pris la direction des choses. Comme disait Camus… lire la suite

Pilaf

Au début, il n’y avait aucun drapeau palestinien, de Che Guevara etc ce n’étaient que des drapeaux français. Ces porte-paroles ont été mis en avant par les médias justement parce qu’ils ne posaient aucun problème pour le gouvernement. Ils ont même eu le culot de faire croire que Drouet avait voté FN! Tout ça n’a été que de la manipulation, il y avaient les GJ sur le terrain, et les porte-paroles GJ dans les médias qui pour ces derniers, étaient tous soient quasi macronistes en faisant des listes, soit d’extrême-gauche, donc pour l’accueil de l’immigration de masse. La question de… lire la suite

Pilaf

Tout a été fait pour empêcher tout discours qui n’allait pas dans le sens du système. Quand aux pillages et caillassages, dès le début, le gouvernement avait tout fait pour qu’il y ait un max de bordel, il faut se rappeler le pillage de l’Arc de Triomphe par des racailles. Il y avaient aussi des black blocs. Novembre 2018 : Les Black bloc dans la manifestation des gilets jaunes sur les Champs Elysées https://www.youtube.com/watch?v=t8shuqG9elc Avec le recul, il n’y a aucun doute que tout ça n’a été que de la manipulation et vos conclusions à vous ne sont que le… lire la suite

Pilaf

Dès le début du mouvement des GJ, ça n’a été que violences policières, mutilations à outrance etc… et maintenant que le mouvement s’est bien gauchisé, comme par hasard, les violences policières commencent à se calmer. Les médias de masse parlent des violences, mais aussi le monde de la culture soutient les GJ etc…
Il n’y a pas besoin d’être Einstein pour comprendre tout ce qui s’est passé.

Pilaf

Les médias de masse ont méprisé insulté, diabolisé le mouvement des GJ. Le gouvernement voulait gauchiser le mouvement des GJ au maximum pour mieux l’adapter à sa politique et pour le mettre entre les mains des syndicats comme la CGT pro Macron, et il y a des sujets comme l’immigration dont le gouvernement ne veut pas qu’il puisse y avoir à redire.

Savinien

« Les médias de masse ont méprisé insulté, diabolisé le mouvement des GJ. » Ce n’est pas ce que j’ai vu. J’ai vu beaucoup de journalistes courir après les Gilets jaunes pour leur tendre un micro, j’ai vu beaucoup de Gilets jaunes invités sur les plateaux télé, presque chaque jour pendant des semaines. Croire que tous les Gilets jaunes qui sont passés à la radio ou à la télé étaient manipulés, c’est pousser un peu loin la théorie du complot! Les Gilets jaunes se sont d’ailleurs beaucoup exprimés sur les réseaux sociaux, et sur les fameux ronds-points. Quant à avoir été insultés,… lire la suite

Pilaf

Pourtant il n’y a eu que ça
« Gilets jaunes » : racisme, homophobie, violences et autres dérapages https://www.nouvelobs.com/societe/20181119.OBS5650/gilets-jaunes-racisme-homophobie-violences-et-autres-derapages.html

« Gilets jaunes » : racisme, homophobie, islamophobie… Les débordements du mouvement https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/gilets-jaunes-racisme-homophobie-islamophobie-les-debordements-du-mouvement-7795626944

Gilets jaunes: un week-end émaillé d’agressions racistes https://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/gilets-jaunes-un-week-end-emaille-d-agressions-racistes_2049195.html

Gilets jaunes : insurrection des beaufs ou juste colère du peuple? https://www.liberation.fr/politiques/2018/11/22/gilets-jaunes-insurrection-des-beaufs-ou-juste-colere-du-peuple_1693631

Pilaf

Gilets jaunes : un mouvement «beauf largement d’extrême-droite» selon un correspondant de Libération https://francais.rt.com/france/55350-gilets-jaunes-mouvement-beauf-largement-extreme-droite-correspondant-liberation-jean-quatremer

Jean Quatremer, journaliste à Libération, insulte les Gilets jaunes : « beaufs », « France moisie », « tarés », « gugusses mal habillés »… https://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/jean-quatremer-journaliste-a-211006

«Gilets jaunes»: l’antisémitisme est «au cœur» du mouvement (BHL) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/02/18/97001-20190218FILWWW00039-gilets-jaunes-l-antisemitisme-est-au-cur-du-mouvement-bhl.php

Pilaf

Méprisée, insultée, incomprise, la France périphérique tient son moment “populiste” https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/politique/meprisee-insultee-incomprise-la-france-peripherique-tient-son-moment-populiste-101048

Les GJ ont été énormément insulté et méprisé dans les médias de masse, c’est juste maintenant que le mouvement s’est gauchisé, que ça a bien cessé.
Les porte-paroles GJ qui sont passés à la télé, ont été CHOISIS par les médias de masse parce qu’ils étaient tous d’idéologie gauchiste. Les médias n’avaient donc pas besoin de les manipuler étant donné qu’ils étaient choisis pour ce qu’ils pensaient au préalable, et qui allait dans le sens que voulait amener les médias de masse et le gouvernement pour le mouvement des GJ.

Pilaf

Les médias de masse, les seules choses qu’ils ont faites surtout au début du mouvement des GJ et pendant longtemps, c’est relayer les faux chiffres du nombre de GJ dans les manifestations, les insulter, les mépriser, les stigmatiser, ne pas parler des violences policières telles que les mutilations, et au contraire, se focaliser sur les violences des soi-disant « GJ » dans les manifestations tout en ne disant pas délibérément qu’elles étaient le fait de racailles mais aussi de black blocs, soutenir la répression du gouvernement sur les GJ, on a entendu un certain Luc Ferry demander à leur tirer dessus, etc…… lire la suite

Pilaf

« J’ai vu beaucoup de journalistes courir après les Gilets jaunes pour leur tendre un micro, j’ai vu beaucoup de Gilets jaunes invités sur les plateaux télé, presque chaque jour pendant des semaines. »

Vous confondez le fait que les médias de masse ont profité du fait de se faire de l’argent avec l’audimat que leur apportait le mouvement des GJ, et la propagande (beaucoup de mensonges et de manipulations) qu’ils ont faite qui était clairement anti-GJ car pro gouvernement.

limone

Mais qu’ils se fassent de l’argent avec l’audimat , on s’en fout! les GJ se sont exprimés et bien , pour des gens qui n’avaient pas fait de télé, il sont étés parfois poussés dans leur retranchement, et alors ?ils étaient à la hauteur et c’est vrai que pour des journalistes lambda,et pour tout le monde ces GJ étaient comme des ovnis ! et c’est très bien ! Je ne trouve pas que les invités GJ étaient extrème gauche, évidemment ils exprimaient un raz le bol fiscal et autres ..ce sont les causes qui ne sont pas les mêmes entre… lire la suite

Pilaf

De plus, je n’ai pas entendu un seul GJ, invité sur un plateau télé, qui n’était pas de pensée idéologique d’extrême-gauche. Ils ont tous été choisis par les médias pour ça pour ne pas faire de l’ombre au gouvernement. Les médias ont juste fait croire qu’il y avait ce fameux Drouet qui votait FN alors que c’était faux. Il suffisait de l’écouter. De l’extrême-gauche pur jus.

limone

Je suis d’accord avec vous ..

limone

chacun y va de son analyse, en effet j’ai lu que les GJ au début avaient des revendications identitaires ! : Les 1ers GJ, dont j’étais, étaient sur des ronds points et il y avait un panel large, identitaires basiquement, oui car il s’agissait d’une rebellion de la France périphérique, qui travaille , c-à-dire en comparant avec la France banlieue à qui on donnait beaucoup et qui ne travaille pas forcément ! oui il n’y avait que des drapeaux B.B.rouge, en province, mais dès le début il était difficile de parler d’immigration et de son coût ! en effet il… lire la suite

limone

.blocs et des gens des cités., cela a été dit par des experts comme Raufer ou d’autres notamment la casse de l’arc de triomphe ..puis les BB après, presque tout le temps..bon les extrèmes gauches sont maintenant plus nombreux, et je suis sidérée de voir qu’ils se mobilisent tout le temps, qu’ils sont présents partout à n’importe quelle heure ! mais les GJ dans ma ville restent les maitres du jeu, je les avais mis en garde souvent ! ils me répondaient aussi que les gens de gauche ont plus d’expérience et de savoir faire donc .. mais je comprends… lire la suite

ven85

vous savez bien la diabolisation,si ils parlent de l’immigration,tout de suite ils auraient ete taxe d’extreme droite,

Nabab rouge-couscous

08/05/2019 Vidéo – Le millionnaire Mélenchon explique pourquoi il faut rien faire contre l’immigration clandestine
(Mélenchon : patrimoine de 1,13 million d’euros principalement constitué de biens immobiliers.) source:
https://bfmbusiness.bfmtv.com/france/pourquoi-il-est-normal-que-melenchon-soit-millionnaire-1127879.html

La générale bohl

L’extrême gauche black Bloks et autres connards gouvernementaux, ont vérolé le mouvement des gilets jaunes. Ils doivent renaître et se fédérer. Le fait que le show biz les encense maintenant devrait leur ouvrir les yeux.

le Franc

ça fait un bail que l’extrême gauche représente la branche militaire du grand capital en France ; les éléments du Peuple ?- quand c’est nécessaire ou quand ça gronde un peu, hop, on fait des pétitions, on appelle à la grève, on les fait descendre dans la rue pour battre le pavé, et une fois que tout le monde est fatigué, on les fait rentrer à nouveau dans le rang, et les organisations de gauche et syndicats, remerciés, contents, peuvent ainsi empocher du pognon supplémentaire pour avoir su gérer impeccablement la situation.

James Watt

Au début ce mouvement voulait la démission du gouvernement, refaire la république en changeant tout le système qui les étouffe de plus en plus. Il y avait beaucoup de gens et les automobilistes mettaient leur gilet en vue.
Depuis que les gauchiasses ont pris le mouvement avec le ric et autre conneries, envahis les plateaux télés… Ils n’y a plus personne dans les rues sauf à Paris, plus de gilet derrière les parés brisé… Ils ont tué l’initiative populaire.

patphil

en tout cas ces gueux ont osé prendre la parole, et ça restera pour longtemps

Denys

Il me semble que je vous avais prévenu que la gauche pouvait prendre la main sur les gilets jaunes. Mais rassurez vous la victoire n’est qu’apparente. C’est toujours l’argent qui est aux manettes. Là dessus nous sommes d’accord. Et croyez moi l’islam ne fait pas le poids.

ven85

la force de l’extreme gauche c’est qu’ils sont tres motives et organiser par rapport a la droite,ils ont infilter les gilets jaunes,les universites,les associations comme sos racisme et la cran ect…ils sont majoritaires dans le mediats,la presse,dans l’education nationale,comme un pieuvre ils sont partoutpour faire la revolution et attendre le grand soir

quiditvrai

« Gilets jaunes fossoyés par la gauche : et maintenant ? »
…et maintenant, qu’ils se démerdent avec les conséquences de leur incapacité à contrer les infiltrations d’indésirables.
De plus ils n’ont jamais affiché publiquement un semblant d’appui au discours anti-islam et immigrations dégradantes des patriotes comme nous de Riposte Laïque.
Ils n’auront été qu’un miroir aux alouettes.
Une perte.

limone

un semblant d’appui au discours anti islam..: .le mouvement se serait divisé, ..il fallait semble t il , d’après ce que l’on m’a dit , attendre ..après !?? après quoi , je ne sais ..et pourtant à Nice , ils l’ont fait

Fradth

Je me demande pourquoi d’ailleurs nous ne sommes pas militants? Il n’y a pas de secrets, si la Gauche gagne, c’est parce qu’elle milite. Alors ok, ils ne craignent absolument rien, pas plus la violence physique, que verbale, psychologique et même sociale, un activiste du RN ayant beaucoup de chances d’être viré comme un malpropre de son emploi si ça vient à se savoir, militer pour la Droite étant beaucoup plus dangereux. Ils cassent, ils brûlent, ils agressent, ils défilent…et ils gagnent, et ça ne pouvait pas se passer autrement. Alors certes, quand on soutient l’ordre, on n’a pas envie… lire la suite

limone

c’est bien ce que je reproche depuis quelques années ! après il y a eu  » Jour de colère  » à Paris , nous étions moins que la manif pour tous ! alors si on ne se bouge pas , tant pis !

. Dupond 1

L’extreme gauche ramasse les coquilles vides des GJ …..Le fait de s’etre imiscé dans les manifs n’a pas fait grimper merluche dans les sondages . Les GJ sinceres n’ont pas voulu se joindre a ces ivrognes de la CGT et autres intermitants du spectacle accompagnés de vieux soixante huitards a queue de cheval adeptes de la machine a café

Patapon

Nous verrons le 26Mai qu’elle est l’opinion majoritaire en France,par le mode de scrutin proportionnel à un seul tour.Les Patriotes en sortiront fortifiés.Macron dans les choux,nous pourrons envisager l’avenir plus sereinement.En attendant,n’oubliez pas d’aller voter.

Josette

…voter aux élections très souvent bidouillées. Votons quand même. C’est pour cela qu’il faut un gvt provisoire sans les mêmes…pour plus d’honnêteté.

Chassaing Jacques

« nous avons déploré l’absence sur le terrain du RN qui s’est contenté de gérer la rente électorale«  Comme d’habitude Marine a donné ses instructions. Rien ne change au FN RN.

La Mère Denis

Bien qu’ elle le soutenait sans ambiguité, Marine a bien fait de ne pas intégrer le mouvement des GJ sur le terrain. Macron n’ attendait que ça pour tenter de discréditer le RN comme il a réussi à discréditer les GJ en les infiltrant de black blocks afin de les faire passer pour des casseurs aux yeux d’ une opinion qui n’ a pas trop été dupe finalement. Le risque était trop grand pour le RN de porter injustement le chapeau des violences et de perdre énormément de points de popularité ce qui se serait ressenti dans son score aux… lire la suite

Jacques Chassaing

Le problème est que Marine Le Pen n’est jamais là où ça chauffe, mais qu’elle est spécialiste pour tirer les marrons du feu.
Sauf que ça risque de ne plus marcher.

limone

ce n’est pas la place d’un responsable de parti , et de toutes façons c’était un mouvement  » neutre  » ! elle a bien fait , on lui reproche assez d’être présente quand ça chauffe ! d’ailleurs sa position a été reconnue , elle rentre dans le rang, pourvu qu’elle en sorte quand ce sera nécessaire !!

gilou

C’est exactement ce qu’on appelle gérer la rente électorale. Faire couler l’eau tiède pour n’effrayer personne. Et puis ? Et puis rien du tout … Comme d’hab’ avec la famille Le PEN qui porte la responsabilité historique d’avoir stérilisé la droite populaire en lui interdisant l’accès au pouvoir et qui par ses dérapages irresponsables a rendu infréquentables des idées pourtant justes. Non seulement ces gens ne servent à rien, mais ils sont nuisibles.

a.hourquetted'are

Cela n’est pas aussi simple que cela…la rente électorale est le fruit d’un long travail et est une force à conserver! Sur le plan national,le RN reste au dessus de la pagaille hebdomadaire, les cadres sont très présents ( à toutes heures…bravo!) sur les plateaux télé avec un discours bien pensé, des phrases ciselées.Jordan Bardella est bon également et sa jeunesse n’est pas un handicap.Et sur le plan Européen MLP fait son travail « diplomatique » d’alliances.
Toutes les générations sont représentées et tout le territoire est couvert.Point barre M.Chassaing!

Jacques Chassaing

La rente électorale est venu du père Le Pen avec le FN historique, sans oublier cependant que Jean-Marie s’est sabordé en imposant Marine Le Pen. Tous les deux ont purgé des cadres de valeur (Parti de la France…).
La page des Le Pen c’est désormais du passé.
Marine plombe les meetings de SON candidat Bardella et Macron se frotte les mains.
Elle se voudrait à l’égal des Orban, Salvini etc, mais eux, ont d’abord fait le job dans leurs pays. Pas Marine et son staff FN. Il ne suffit pas de changer de nom.

. Dupond 1

Chassaing Jacques
Le RN a respecté la volonté de neutralité politique des GJ et c’est tout a son honneur . Bardella ce matin s’est défendu comme un lion face a une journalope et a plaidé pour le RIC .Au passage la journaleuse sera informée que transmettre des infos mensongeres a son égard a quelques jours des élections n’incitait pas les français a cautionner la presse

Jacques Chassaing

Plaider pour le RIC à gogos, c’est évidement moins dangereux que de monter sur le toit d’une CAF ou d’une mosquée.
Au fait votre Bardella, il en pense quoi de l’islam compatible avec la République de sa cheffe Marine Le Pen?

Josette

Je n’ai pas vu, mais il est excellent le jeune Bardella, c’est marine qui le bride, DAignan leur rentre dans le lard, et Jordan retombe sur ses pattes comme un chat. Je n’ose espérer une alliance plus tard entre ces jeunes (Bellamy, Marion Bardella), peut-être que je me trompe.

ven85

ni les idiots utiles qui detruisent la france depuis 40ans ,eux ne changent pas

Patapon

Le R.N. a été le soutien inconditionnel des G.J. des le début du mouvement,et c’est tout à son honneur.Marine a été judicieusement prudente ,contrairement à d’autres qui se répandaient en commentaires oiseux autant qu’inutiles.