Gilets jaunes : l’espoir de demain

Publié le 26 novembre 2018 - par - 8 commentaires - 684 vues
Share

Cette journée « Gilets jaunes » du samedi 24 novembre restera inscrite dans les mémoires comme en demi-teinte ; elle repose en tout cas la question de l’organisation « purement technique » du mouvement. Les journées à répétition avec des rassemblements lointains, sans véritable préparation ne peuvent aboutir qu’à des demi-victoires. En ce qui nous concerne, sur la « diagonale du populisme » dans le sud, peu nombreux ont été ceux qui ont effectué le voyage vers Paris. Un déplacement en train, non programmé à l’avance avec un hébergement d’une nuit et divers frais de bouche va vite atteindre 3 à 400 euros, somme largement hors de portée pour ceux qui font partie de ces classes populaires en voie de prolétarisation et qui sont entrés dans le mouvement justement à cause de cela.

Il doit y avoir des manifestations en région parisienne, comme il y en a à Montpellier, Bordeaux ou Aubenas mais c’est aux Parisiens de se mobiliser à Paris. Qu’on ne se méprenne pas, nous savons très bien que Paris concentre tous les pouvoirs et que c’est justement contre cette concentration tentaculaire que nous nous battons ; c’est elle qui est en grande partie la cause de la situation inextricable de cette calcification dont la France ne peut plus sortir. Mais à vouloir se lancer sur un calendrier d’une opération lourde par semaine, ce n’est pas le pouvoir qui va s’user, mais les « Gilets jaunes ». La meilleure preuve, c’est la participation à Paris qui, le 24 novembre, a représenté à peine 10 % des manifestants de toute la France pour une population de 30%.

La Ligue du midi a participé largement au succès des actions dans le sud et en particulier en région Occitanie. Ses adhérents, disciplinés et respectueux des consignes des GJ, se sont retrouvés sur une quinzaine de lieux de rassemblement pour des blocages de circulation, des opérations escargots, des sièges de plates-formes logistiques, privilégiant les actions de barrages filtrants qui irritent moins les conducteurs. On a d’ailleurs pu constater que les cas d’automobilistes fonçant sur des barrages et blessant des « Gilets jaunes » avaient largement diminué d’un samedi sur l’autre.

La Ligue avait appelé à participer aux rassemblements suivants :

  • Montpellier-Prés d’Arènes
  • Montpellier-Polygone
  • Montpellier-Préfecture
  • Béziers ouest
  • Lunel-Gallargues
  • Bordeaux-Bègles, aux 2 ronds-points des « rives d’Arcin »
  • Toulouse-Muret
  • Perpignan nord
  • Avignon rond-point Les Angles
  • Avignon nord
  • Aubenas rond-point Quick
  • Viviers (07)
  • Saint-Marcel-d’Ardèche
  • Tain (26) péage 17
  • Tournon-sur-Rhône
  • Salon-de-Provence (péage Lançon)

Citons deux exemples où la présence de la Ligue a été décisive :

À Montpellier, où elle a grandement contribué (après avoir participé au barrage filtrant) au cortège parti de Prés d’Arènes pour déboucher sur ce qui aura été un véritable rassemblement populaire, haut en couleur – merci aux centaines de motards – sur la place de la Comédie avec drapeaux français et occitans et la Marseillaise reprise en chœur, puis à la fermeture des grilles du Polygone. Tout cela sans aucune casse, en dépit de quelques poignées de casseurs crasseux qui tournaient çà et là en quête de provocations.

À Toulouse, au barrage de Muret où son expérience a permis de mettre en difficulté la direction de l’hyper Leclerc qui avait mobilisé les « gros bras » de sa sécurité privée avec la ferme intention de dégager les accès.

Signalons aussi l’attitude bienveillante des policiers, CRS et gendarmes mobiles qui ont franchi un pas supplémentaire dans la compréhension de ce phénomène populaire, aujourd’hui irréversible, qui s’est déroulé en région, généralement sans violence.

Les mots d’ordre – de bon sens – que la Ligue avait diffusés dans ses précédents communiqués de la semaine ont commencé à percoler :

  • privilégier le combat local, dans son village, sa ville, sa zone ;
  • se concentrer sur les fondamentaux : dénonciation des taxes à répétition et de la pauvreté qui nous gagne (le fameux frigo vide) ;
  • se recentrer sur ces cibles que sont les représentations de l’appareil d’État : préfectures, services fiscaux, députés…

… et les représentations de la société marchande et des multinationales mondialisées : plates-formes logistiques, raffineries, dépôts de carburant, pollueurs notoires, laboratoires pharmaceutiques…

  • et enfin, un seul mot d’ordre, un seul slogan : MACRON DÉMISSION !!!

Nos adhérents sur le terrain nous le confirment : le moral des « Gilets jaunes » est bon, ils sont de plus en plus combatifs et plusieurs rassemblements se sont renforcés, malgré les dires fallacieux des « médias de propagande ».

Ces Français d’« en bas », que l’intelligentsia politico-médiatique qualifie de « sans-dents », « illettrés », « alcooliques », sont aujourd’hui conscients de ce qui se passe et osent s’assumer de plus en plus ouvertement comme populistes. Ils sont, malgré leur désespoir et grâce à leur colère, l’espoir de demain.

Quelle que soit l’issue de ce mouvement, Macron et sa clique auront reçu le message d’un peuple qui ne se laissera plus ni manipuler ni impressionner et résistera !

Richard Roudier

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
candela

merci richard,pour votre engagement un petite précision sémantique tout foie si vous permettez,. macron démission n’est pas approprié.. les députés sur les quels nous faisons pression comme nos sénateurs on eux le pouvoir légal de destitution du président, et de son gouvernement. dans un souci de cohérence, macron destitution me semble plus exacte, mon plus total soutien.

DUFAITREZ

Bonnets rouges, Gilets jaunes, Chemises Brunes, Black Blocs, Peste noire !!!
L’Arc en Ciel de l’A.N . ?
Les Homos auraient-ils gagné ?
MDR !

lafronde

Belle solidarité de la Ligue du Midi avec les « gilets jaunes » ! Merci de ce retour du terrain. Je souscrits au choix de manifester « dans son terroir, sa ville » les gains en sympathisants y seront plus solides. L’Etat jacobin est évidemment la cible, comme taxeur et spoliateur.
J’ai des doutes sur l’intérêt (autre que médiatique) de bloquer sévèrement Industrie et Commerce (les centres commerciaux abritent aussi des petits commerces). Par contre la journée de samedi n’a été QUE parisienne sur les chaines d’infos continues, ce qui justifie a posteriori d’y avoir manifestré ! Un peu d’infos, beaucoup de désinfos sur LCI, Cnews, BFMtv. La réinfo par internet c’est bien, mais pourquoi pas des radios libres locales ? pour la réinformation.

JEV

J’aimerais savoir s’il y a ou dans ce mouvement des gilets jaunes beaucoup de gendarmes ou policiers à la retraite… Je suis gendarme retraité, je suis sur le terrain depuis le premier jour et j’en suis fier… Comme quoi, il n’y a pas que des «  » extrêmes droites » » comme certains l’affirment, genre le CASTRANER… Lui le maffieux marseillais qui veut nous donner des leçons de morale… Pôv’ c…

Elliot

Bonjour ! Excellentes vos actions….Je suis aussi d’accord avec vous : pas la peine de « monter » à Paris….vous avez vos propres terrains de luttes….Et je suis aussi pour les barrages filtrants…Pas la peine de provoquer les automobilistes dont nous faisons nous aussi parti….Bonne continuation…

Frederic REYNIER

l’espoir c’est quand le plus grand nombre cessera de glapir « cadeaux aux riches » (ISF 3 Mds et combien qui vont monter des entreprises hors de France) et dira coût d’importation et d’entretien des électeurs musulmans des marxistes (84 Mds en valeur 2011, cf études POSOKHOW et PINCE)

pauledesbaux

bravo Richard, je diffuse à mon carnet d’adresses…ce que vous dites est tellement vrai et encourageant pour le petit peuple que nous sommes avec fierté détermination il faudra même reconstruire les « guillotines »

Colonel de Guerlasse

Ce qui est intéressant pour la suite, c’est la rapidité de la mobilisation et son volume, et le fameux système D. Car pour gagner la Guerre de France, il va falloir faire pareil en plus musclé et surtout mieux organisé à l’avance; C’est d’ailleurs ce que vous faites à la Ligue du Midi. On les aura !