Goodbye and good luck, Bojo !

Brexit : Pas d'accord avant fin 2021-2022 ? | Alliance Logistics

https://medias.liberation.fr/photo/1273360-conservative-party-s-manifesto-launch-in-telford.jpg?modified_at=1574620660&width=960

Ce soir à minuit, le Royaume-Uni reprendra sa liberté, après 47 années de mariage houleux avec l’Europe, notamment sous le règne de  Margaret Thatcher, la Dame de fer très jalouse de son indépendance et des intérêts de la Couronne.

Entrée en 1973 dans le « Marché commun », la turbulente Albion a donc fini par divorcer, mais en gardant des liens étroits avec ses 27 partenaires.

Un divorce avec pension alimentaire, en quelque sorte.

Souhaitons bonne chance à nos amis Anglais, qui ne supportaient plus les diktats de Bruxelles et aspiraient à prendre le large.

Un pays qui a dominé le monde aussi longtemps et qui a marqué à jamais tous les continents du sceau anglo-saxon ne pouvait s’accommoder éternellement du joug bruxellois, qui plus est sous domination allemande.

Saluons le courage et la ténacité de Boris Johnson, qui a su négocier un accord qui protège les intérêts de la Grande-Bretagne, avec un divorce à l’amiable.

521 députés britanniques sur 594 ont voté pour l’accord sur le Brexit, preuve que les peuples ont avant tout besoin de liberté et d’indépendance.

Un vote historique qui ne réjouit pas les Européens, certes, mais qui montre que la sortie de l’UE n’est pas synonyme de fin du monde, comme nous l’ont fait croire les inconditionnels de l’impérialisme bruxellois, Merkel et Macron en tête.

Côté britannique, Écossais, Gallois et Nord-Irlandais ne trépignent pas de joie, mais il serait pour le moins hasardeux de prédire la désintégration du Royaume-Uni à cause du Brexit. Pas certain que les indépendantistes écossais aient les moyens de leur ambition.

Quant au rattachement de l’Irlande du Nord à Dublin, cela va dans le sens de l’Histoire. Ce n’est en effet qu’en 1921 que l’île irlandaise a été divisée.

De toutes façons, pour les conservateurs, le Brexit est plus important que le risque de perdre l’Écosse et l’Irlande du Nord.

Pour les Brexiters les plus durs, Boris Johnson est le héros qui a remporté la bataille. Le « No deal » a été évité et l’accès au marché européen sauvegardé.

Il aura fallu quatre ans et demi pour finaliser un accord entre les deux parties. C’est le 24 juin 2016 que les Britanniques votaient pour le « leave », par 51,9 % des voix, au grand dam des « remainers » et des pays européens.

Que n’a-t-on entendu sur les conséquences du Brexit, qui devait plonger les Britanniques dans la récession et signer la fin de la prospérité !

Mais après des années de bataille interne, la peur du « grand saut dans le vide » n’a finalement fait trembler personne. Même un « no deal » valait mieux qu’un « remain » ou qu’un mauvais accord. La reine Victoria n’aurait pas dit mieux.

En fait, « Bojo » a gagné parce que les Européens avaient davantage peur d’un « no deal » que les Britanniques. Les 27 n’étaient unis que par la peur d’une rupture totale, ce que Boris Johnson a parfaitement compris, pour en tirer le maximum de bénéfices.

Si cet accord a un goût amer, c’est d’abord pour les Européens, qui voient partir un grand pays et surtout un contributeur net de l’Union.

L’Europe sort affaiblie, c’est une évidence.

Elle a perdu 15 % de son poids économique, mais bien  davantage en poids militaire et géopolitique, deux domaines où l’Allemagne ne pèse rien.

Des deux côtés de la Manche, les inconsolables espèrent que la Grande-Bretagne reviendra un jour dans le giron bruxellois. J’en doute.

D’autres, au sein de l’UE, espèrent que sans le Royaume-Uni, l’intégration économique et politique sera plus rapide pour les 27 pays restants.

Wait and see.

En attendant, souhaitons aux Anglais de profiter de leur nouvelle liberté avec succès, pendant que nous, Français, avons tout perdu de notre souveraineté et ne maîtrisons plus rien de notre avenir.

Jacques Guillemain

image_pdf
0
0

17 Commentaires

  1. Dans une dizaine d’années , ces connards de rosbifs viendront humblement demander leur intégration dans la Fédération des États Unis d’Europe .
    ( Avec la Norvège et la Suisse .)

    • Mouais bof. Les britanniques défendent mieux leurs intérêts que les français, y compris quand ils faisaient partie de l’UE. Ils ont certes un partenaire de poids, les États-Unis avec lesquels ils sont en ligne sur de nombreux plans, notamment culturel, contrairement à nous : ils sont anglo-saxons et de tradition protestante, nous sommes latins et de tradition catholique. Quant au peuple français, il est le dindon de la farce de l’UE.

          • à Héraklite. : Le « plan culturel » anglo-saxon ; la « tradition protestante » ou catholique ou shintoï-boudo-brahmane n’a aucune importance . ( Aucune religion n’a d’importance ) .
            Ce qui importe , c’est le niveau en mathématiques et en physique ( théoriques et appliquées ) . Et là , les meilleurs français sont au niveau des meilleurs mondiaux : USA , Chine , Allemagne et Israël.
            Le peuple français n’est pas le dindon de l’UE qui n’est pas une farce du tout , mais la préfiguration de la Fédération des États-Unis d’Europe que j’appelle de mes vœux .

            Bon, ben là , je suis pas dans le sens du vent de Riposte Laïque … Y vont peut-être m’expulser ?

            • Vous vous égarez mon cher Lajoie. Tout le monde sait que je tiens en mésestime les différentes variantes du monothéisme mais que j’ai une passion pour la réalité. Les traditions ont leur importance. Elles façonnent notre manière de penser comme notre imaginaire. Nous sommes les produits d’une civilisation, la chrétienté avec les spécificités propres au catholicisme que vous le vouliez ou non. Votre fédération européenne ne verra jamais le jour car aucune union politique n’a été achevée depuis des décennies et ne le sera pas plus à l’avenir. Normal l’Europe n’est pas un bloc du fait même de traditions différentes. Bien sûr que nous sommes le dindon de la farce : nous soutenons l’Allemagne assujettie aux USA et leur allié la Turquie. La technologie ne se substitue pas à la culture.

              • Heraclite , toujours autant de talent !! et combien vos mots sont justes , pour qu’une société se construise il lui faut une base , la chrétieneté est forcément chez nous son principe ! mais qu’en est il lorsque l’on refuse cette intrusion avec pour principe que nous voulons être libres , libres de toute contrainte ! quand on pense à l’attitude de pratiquants musulmans on frémit !
                Nous sommes cependant bien rentrés dans l’ere de la téchnologie , au point qu’il semble que nous allons vers une transformation neuronale car nous en sommes devenus esclaves ! et l’Europe ? vaste fumisterie à la limite de l’escroquerie qui nous a assujettis aussi à un jeu de pantins !
                Que j’aimerais avoir votre écriture pour mieux m’exprimer . Sincères salutations .

  2. Citation d’un socialiste de mes couilles et de surcroit, juif. Retenez bien ceci : « le souverainisme n’est que le nouveau nom de l’antisémitisme. LES JUIFS ET LES MUSULMANS MENACÉS PAR LUI, DOIVENT S’UNIR » Jacques Attali. Edifiant, non?

  3. On oublie toujours de le dire q’une bonne partie de la Souveraineté dépend de la Monnaie ! Or ils ne sont Jamais entrés dans l’euro. Quelle chance !
    Mais, pour la France, quels dégâts pour en sortir ! Un Piège !

    • D’accord : Dans l’UE , cette langue n’est plus parlée que par la République d’Irlande qui est un pays sympathique mais « petit » ( démographiquement ) .

  4. Sans un Frexit ou la menace très appuyée d’un possible referendum sur le sujet, la France ne sortira pas du marasme dans lequel l’UE l’a plongée. Nous sommes les dindons de la farce européenne. Cette comédie n’a que trop duré !

  5. Dommage Jacques que vous ayez oublié de rendre hommage à Nigel Farage qui a failli, dans un accident d’avion plus que suspect, y payer de sa vie !
    Souvenons nous comment Farage remontait les bretelles d’Herman van Rompuy ou de Barroso ! Un régal que d’écouter Nigel Farage devenu presque churchillien !

  6. le président veut organiser un référendum climat, ils aurait pu, avoir un grand triomphe s’il avait osé remigration, frexit et autres idées phares
    mais il préfère être battu comme le fut l’autre en 1969

    • il faut croire que l’urgence serait de boucher les volcans manu militari, de changer l’axe de rotation de la terre….bref tout ça n’a rien à voir avec le boom nataliste qui amène tant de nouveaux consommateurs, pollueurs, défricheurs dans les pays à la natalité « assagie »
      malheureusement les grandes fortunes sont proportionnelles au nombre de pauvres

      • Cinquante ans d’U.E ont déclassé la France,il serait temps que nous réfléchissions sérieusement à la façon dont nous défendons nos intérêts nationaux.On nous avait vendu la paix,la prospérité,la solidarité.Nous avons recu en partage la dislocation de notre pays,son appauvrissement,la perte de nos services publics,de nos industries majeures,les délocalisations,etc…MAIS ,SURTOUT,NOUS AVONS PERDU NOS LIBERTES.Alors,qu’attendons nous pour sortir de ce merdier?

Les commentaires sont fermés.