Gouvernement Hollande-Ayrault : indécis, creux, déconnecté des Français et plein de comités Théodule…

Je n’ai pas entendu l’interview du Premier ministre mercredi matin sur RMC-BFMTV, mais j’en ai eu de larges extraits et échos.

Ce que je retiens, c’est le flou et l’imprécision. Exemples.

Prix des carburants : « le gouvernement prendra sa part de responsabilité ». Il faut que Jean-Jacques Bourdin insiste lourdement pour qu’Ayrault dise qu’il y aura une baisse temporaire des taxes. De combien, pour combien de temps ? Mystère… Je rappelle tout de même que le gouvernement avait nommé une commission pour « réfléchir » sur le sujet…

La « commissionite » est d’ailleurs une spécialité de ce gouvernement : un problème ? Un comité Théodule ! Nicolas Dupont-Aignan en a relevé un paquet sur son blog :

« – Commission chargée de la rénovation et de la déontologie de la vie publique
– Commission chargée d’élaborer le nouveau livre blanc sur la défense
– Mission d’évaluation sur la France dans l’Otan
– Mission sur la création à l’ère du numérique
– Mission sur la fin de vie
– Concertation sur l’éducation
– Concertation sur l’indexation du SMIC
– Mission sur le financement de la protection sociale
– Création d’un groupe d’experts pour réformer le système de retraites
– Commission sur un plan pour l’avenir de la branche automobile
– Mission sur la compétitivité des entreprises
– Mission sur l’avenir de l’Audiovisuel extérieur de la France
– Concertation pour une Conférence environnementale »

On peut évidemment ajouter la « commission » sur le prix de l’essence (alors que le candidat Hollande avait annoncé un blocage immédiat), et, le plus extraordinaire, une « commission » créée par la ministre Cécile Duflot pour définir « le périmètre de son ministère » (sic !)

Problème des Roms : même indécision. Il faut défaire les campements insalubres, mais permettre aux Roms une vie décente. Donc revenir sur les difficultés administratives à avoir un travail. Comment ? Quand ? Mystère. Il a fallu le mercredi après-midi une consultation des associations et une réunion interministérielle pour décider… la suppression de la taxe pour les employeurs, l’élargissement des métiers ouverts aux Roms. Lesquels ? On ne le sait pas alors que des pays comme l’Italie qui ont pris de telles mesures ont montré leur échec patent. Et puis plus de démembrements de camps sans relogement. Relogement où ? Aux frais du qui ? Combien ça coûte ? Là encore, de belles intentions sans aller au fond des problèmes.

Il faut voir et lire sur ce sujet deux réactions marquées au coin du bon sens : celle de Gilbert Collard sur France 2 (pour qui le problème des Roms est celui de la Roumanie et pas de la France) et celle de Nicolas Dupont-Aignan sur son blog (« de la fausse fermeté au vrai laxisme »).

Livret A : Hollande avait promis un doublement immédiat du plafond. On l’augmente seulement de 25%, et pour le reste… on verra « selon les circonstances ».

Sur la Syrie :  il faut qu’Assad quitte le pouvoir.  Que  faire, comment  faire ? Aucune précision.

Et tout est à l’avenant, et la crise de l’UE et de l’Euro, et la crise grecque, et l’affaire du traité budgétaire européen n’ont même pas été évoquées alors qu’il s’agit de problèmes immédiats et cruciaux pour notre avenir, nos usines, nos emplois. Mais chut ! Silence radio parce que ça pourrait réveiller « la France du Non »…

Bref c’est le gouvernement de l’indécision, du gagnage de temps, des comités Théodule. Alors que le Parti socialiste était dans l’opposition depuis plus de 5 ans, qu’ils avaient tout le temps de peaufiner un programme (au-delà des 60 propositions de Hollande qui sont déjà lettre morte), de rencontrer les partenaires sociaux, etc. pour avoir immédiatement un plan de bataille précis, chiffré, et appliqué.

Depuis 100 jours, de mémoire, on a eu juste une loi sur le harcèlement sexuel (qui était dans les tiroirs de l’UMPS depuis longtemps), le détricotage de mesures sécuritaires de Sarkozy, et une augmentation des taxes et impôts 2012 (limite effet rétroactif…).

Bref le PS arrive au gouvernement les mains vides, avec un programme qu’ils n’appliqueront pas, et totalement déconnecté des priorités et des enjeux.

C’est du Hollande tout craché. Ayrault avec son air martial fait davantage illusion que Flanby, mais il est aussi creux et indécis.

Je pense que ce gouvernement ne va pas tarder à avoir de gros ennuis, avec l’opposition de droite (UMP), de gauche (Front de gauche + EELV) et du Front national, dans une situation de crise inédite sur tous les plans (nationaux comme internationaux).

Roger Heurtebise

image_pdfimage_print