Gouverner, c’est prévoir, Messieurs les bons à rien !

Publié le 3 avril 2020 - par - 11 commentaires - 908 vues
Traduire la page en :

Nos gouvernements ne cessent de déclarer qu’ils « ne pouvaient pas prévoir » et l’on a entendu récemment sur les ondes monsieur Philippe se fendant d’un « je ne laisserai personne déclarer que nous n’avons pas su gérer la crise ». Entre parenthèses, ces propos menaçants sont l’expression exacte d’un gouvernement d’incapables qui veut museler le peuple par peur de se voir reprocher son incurie. On dit « gouverner c’est prévoir ». Or ceux-là ne prévoient rien car ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez.

Ces gens ont imposé une  loi « anti-fakes » (pourquoi ne pas dire « anti-fausses nouvelles » ?) mais il semble bien qu’elle ne s’applique guère à ses concepteurs comme cela est souvent le cas (je vise dans cette digression les  non-déclarations, il y a deux ans, de certains de ses revenus par monsieur Darmanin, qui a conservé pourtant ses prérogatives politiques, ainsi qu’à beaucoup de nos éminents politiciens).

  1. ON POUVAIT PRÉVOIR

Nous l’avons déjà dit, le Coronavirus n’est pas la grippe espagnole. Cependant le processus selon lequel s’est répandue la grippe espagnole de 1918 devrait nous alerter. Ce n’est pas parce que ces événements se sont passés il y a un siècle, donc au temps des dinosaures pour nombre de nos concitoyens, que le mécanisme ne peut se reproduire. Un virus reste un virus, ce micro-organisme doué d’une capacité extraordinaire à muter presque instantanément, et nos gouvernants se devraient d’appliquer le principe de précaution.

Revenons d’abord sur cette grippe espagnole et rappelons que c’est au cours de sa deuxième vague qu’elle fut la plus mortelle.

Freddy Vinet, professeur à l’université Paul-Valéry-Montpellier-III, dans son livre La Grande Grippe. 1918, en a décrypté le déroulement. Et il y a là de quoi nous inquiéter fortement.

Les prémices de la grippe espagnole – qui n’a rien d’espagnole – apparaissent dans les années 1916-1917 (nous sommes alors en guerre, 1916 c’est l’année terrible de Verdun) par une pneumonie mortelle qui se répand chez les soldats indochinois et qu’on connaît sous le nom de « pneumonie des Annamites ». Or qu’apprend-on aujourd’hui ? Que des pneumonies anormales ont affecté des individus en Asie du Sud-Est. Et puis des formes de Coronavirus sont apparues également en 2013 un peu partout, même en France (https://www.medisite.fr/a-la-une-france-mort-dun-homme-contamine-par-le-coronavirus-en-2013.723858.2035.html , ou dans le Monde qui expliquait que le nouveau Coronavirus apparu en 2012 au Moyen-Orient était peu transmissible). https://www.lemonde.fr/sante/article/2013/07/05/coronavirus-aucun-risque-de-pandemie-a-ce-stade_3442826_1651302.html

Le Monde écrivait :

« Le nouveau Coronavirus apparu en 2012 au Moyen-Orient est trop peu transmissible, à ce stade, pour déclencher une épidémie mondiale, mais le temps presse pour trouver l’animal “réservoir” du virus et éviter que ce dernier ne se propage, selon une étude française publiée vendredi 5 juillet dans la revue médicale The Lancet. “C’est maintenant qu’il faut agir, car il est beaucoup plus facile de contenir un virus quand il est peu transmissible”, souligne Arnaud Fontanet, responsable de l’équipe de l’Institut Pasteur qui a réalisé l’étude. Cette dernière s’appuie sur les soixante-quatre cas d’infection recensés à travers le monde à la date du 21 juin. »

Plus proche de nous, un autre épisode de Coronavirus provoquant des décès a agité les Américains en 2016.   https://www.independent.co.uk/news/world/americas/us-politics/trump-coronavirus-deaths-cdc-flu-symptoms-twitter-a9388711.html

N’étant pas ni médecin ni chercheur, j’ignore quels sont les rapports entre ces différents Coronavirus et le Covid 19. Mais la question mérite d’être posée.

Revenons à la grippe espagnole.

On parle d’une première vague à partir du mois de mars 1918. C’est à la date du 4 mars que le premier cas fut enregistré comme tel dans un camp militaire du Kansas, à Fort Riley. Et à partir de ce premier cas que l’on pourrait aujourd’hui considérer comme le contaminé zéro, la maladie se répandit rapidement aux États-Unis mais aussi en Europe, du fait des mouvements militaires alliés,  touchant d’abord les Britanniques, puis la France dès le mois d’avril, l’Italie, l’Allemagne. L’apogée du fléau se situant au mois de juin 1918, mais continuant à contaminer jusqu’en 1920 lors d’une troisième vague moins meurtrière.

Que peut-on retenir de cette première vague selon les historiennes Laura Spinney et Patricia Sirignano (« La Grande Tueuse : Comment la grippe espagnole a changé le monde ») ? Eh bien que cette première vague, qui avait pris fin en Europe au mois de juillet 1918, présentait des symptômes de courte durée et peu alarmants, malgré un nombre certain de décès. Et qu’entend-on aujourd’hui chez nombre de gens que j’estime personnellement irresponsables : « mais ce n’est qu’une grippette ».

Le problème de la « grippette » fut sa réplique  au cours de la deuxième vague. Car il semble bien que le virus ait muté. Tandis que la première vague de virus se répandait un peu partout dans le monde, le virus transformé lançait un deuxième assaut en septembre 1918 dans le Nord-Est des États-Unis, avec un taux de mortalité très très supérieur,  entre 2,5 et 3 % des contaminés, et avec une rapidité accrue puisqu’en une quinzaine de jours il avait atteint l’ensemble du territoire nord-américain avant de se ruer sur le reste du monde. Or ce que l’on a appelé « grippe espagnole »parce que les Espagnols l’ont décrite les premiers,  mais qui aurait dû prendre le nom de « grippe américaine », est responsable d’environ 40 à 50 millions de morts dans le monde.

Comment se passa la gestion de la crise à partir de décembre 1918, à une époque où la médecine ne valait pas celle d’aujourd’hui ?  Eh bien on utilisa… DES MASQUES. La police en fut équipée et ils furent obligatoires dans certains des transports publics. OUI, DES MASQUES !!!. Vous n’allez tout de même pas me dire qu’en 100 ans nos nullards de gouvernants n’ont rien appris ? Quand on gouverne, on doit savoir. On doit connaître le passé. On doit s’entourer de conseillers efficaces, de spécialistes, au lieu de se comporter comme des néophytes. On doit écouter au lieu de s’écouter. On doit apprendre les leçons de l’histoire au lieu de se prendre pour des comédiens jouant les Georges Dandin !

Sachez encore que les hôpitaux de l’époque furent évidemment débordés et que l’on dut construire dans l’urgence des hôpitaux de campagne. De cela encore nos gouvernants auraient dû retenir les leçons, au lieu de faire l’inverse et de fermer des unités entières dans nos hôpitaux, supprimant en quelques décennies 75 000 lits !!!

Sachez aussi que le quart des infirmières trouvèrent la mort en soignant les malades. Mais que fait-on aujourd’hui ? On se contente de les applaudir, comme à Rome on applaudissait dans les cirques ceux qui allaient mourir, au lieu de les équiper et d’avoir écouté leurs légitimes revendications depuis des années.

Alors je veux en revenir à la gestion actuelle tout à fait catastrophique. Et qu’on cesse de prétendre 1°) qu’on ne pouvait pas savoir ;  2°) qu’on a pris les  mesures nécessaires depuis le début.

Certains pays qui n’ont pas la prétention de faire parti du G7 ou du G8 ont su, eux, prendre les bonnes décisions. Et parlons d’abord dépistage. Quelques exemples. On demande pourquoi l’Allemagne est moins touchée. Eh bien en Allemagne – qui a les moyens certes puisqu’elle n’a cessé de pomper l’Europe qui, à l’origine, est un projet hitlérien,  ce que peu de gens savent – on procède à 500 000 dépistages par jour !!! Chez nous, non seulement cela se met lentement en place, et encore a-t-on tout fait pour freiner le professeur Raout, on atteint difficilement les 50 000. Et encore, car c’est ce qu’on nous laisse entendre. Voire. En Corée, le dépistage a été systématique et tous les gens tracés grâce à leur téléphone afin de les prévenir s’ils ont été en contact avec des contaminés. Eh bien de tels pays ont pu garder leur économie intacte. Ils ne tiennent pas prisonniers leurs peuples, eux.

Et lorsqu’un éminent virologue comme le professeur Raoult, qui travaille depuis des années sur les effets de la chloroquine contre les virus, insiste sur ce traitement déjà utilisé dans d’autres pays, on lui met des bâtons dans les roues.

J’insiste : on pouvait prévoir. Les erreurs ont été commises, il faut maintenant les réparer.

  1. RÉPARER LES ERREURS

En dehors des gesticulations télévisuelles à l’aide des médias complices et de médecins qui feraient mieux de soigner les malades au lieu de danser la pavane  sur les plateaux de télévision, on confine les gens… mais pas complètement, et on met des contraventions aux Gaulois, les autres ne se laissant pas faire. Le courage de nos forces de l’ordre n’étant plus à démontrer. Déjà plus de 350 000 contraventions. Quelle honte ! Serait-ce avec cela qu’ils veulent payer les masques ?

Mais voyons le confinement. Ou il est effectif, et dans cas il sera efficace, ou il ne l’est pas et ne sert à rien.

Vous voulez du confinement dans un pays dans lequel des territoires entiers n’obéissent plus à rien ? Déployez l’armée. Sinon taisez-vous, continuez à faire les paons dans les médias et laissez mourir les gens. Les survivants auront fait des anticorps. Laissez mourir par milliers, par dizaine de milliers, peut-être par centaines de milliers, mais cessez votre cirque avec les PV. Ah ils sont contents, les policiers, les gendarmes ! Ils ne peuvent plus casser la gueule des Gilets jaunes, ces gens qui luttent pour leurs conditions d’existence, alors ils verbalisent. Peut-être faudrait-il les applaudir eux aussi ?

J’accuse nos gouvernants de profiter du virus pour museler les oppositions en demandant au peuple de se ranger derrière lui, de favoriser les grands groupes pharmaceutiques qui veulent fabriquer des médicaments chers quand il en existe de pas chers, de faire son beurre une fois de plus sur le dos du peuple, de mettre en danger de mort médecins et infirmiers/infirmières, et surtout, surtout de ne pas RESPECTER LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION en tenant compte de l’Histoire.

Souhaitons qu’il n’y ait pas de seconde vague, car incapables de gérer la première, ils ne sauraient gérer la seconde.

Louise Guersan

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Michel

Le mot “gouverner” ne s’adresse pas à des criminels. La seule chose que macron et ses saletés de complices tueurs font, c’est faire un génocide. Ces vomissures de l’enfer doivent être euthanasiées.

André LÉO

Un fou d’Allah vient de poignarder des passants à Romans sur Isère en hurlant allaakbar. Deux morts et plusieurs blessés dont un grave. Avec le coronavirus, peut-être les journaleux vont-ils cette fois parler du tueur islamiste, pour faire oublier les morts par incompétence et mensonges criminels de la macronie?

Boisson

heu Louise et les bonnes à rien ?

louise Guersan

Très vrai, il y en a un bon paquet dans ce gouvernement, mais comme je ne suis pas une adepte de cette ridicule écriture inclusive, “bons” vaut pour les deux sexes. Non mais des fois !

Verdammt

https://twitter.com/i/status/1243244057041616896
Pour nos gouvernants et nos spécialistes de la spécialité sur les plateaux TV.
Oui pour les baveux médiocres qui font de la COM,,,

André LÉO

Masques zinutiles, on vous le rabâche!
On pensait que tout avait été dit au sujet du crachat dans le coude, ce geste rituel jupitérien qui fait barrière à la vérité. Eh non!
Malgré l’énormité de ce mensonge criminel, la vérité éclate enfin et se se retourne contre la macronie et ses complices des médias-menteurs.
Ce matin, un larbin de la macronie arborant les médailles du faux-cul scientific, fic, fic, racontait sur France macron que ce sont les contaminés GUÉRIS, mais encore contagieux, qui devront porter des masques… quand il y en aura!
Le ridicule tue en 2020 !
Plus la forfaiture est énorme, plus ils s’y accrochent et plus ils tomberont de haut!

https://www.youtube.com/watch?v=PZ_MVtJkZSM&feature=youtu.be

Clamp

Tous les chinois avaient obligation de porter un masque à chacune de leur sortie dès janvier alors qu’il n’y avait encore aucun cas ailleurs dans le monde et que nos sinistres annonçaient que ça ne sortirait pas de Chine. N’importe qui pouvait prévoir la suite des évènements et comprendre la nécessité de s’activer pour préparer les parades.

ven85

gouverner,c’est prevoir et les presidents traites de la 5,n’ont jamais rien prevu,si ils ont prevus de detruite des hopitaux en les fermants,de fermer des milliers lits d’hopitaux,de detruire des millions de masques ect…depuis 40ans JEAN MARIE LE PEN ET SA FILLE vous ont prevenus,sur l’immigration,la delocalisation,la fermeture des frontieres,l’europe totalitaire et les mediats les ont diaboliser et les francais ,le cerveau laver par les mediats,ont elus les traites qui les detruisent,alors maintenant le pire nous attends,la suite sera encore pire,la bourse en chute,la faillite des entreprises,le chomage ect… mais pas d’inquietude,ce que les mediats ne vous disent plus,l’entree en grece de miiliers d’immigrants,tous musulmans,la rentree dans l’europe de l’albanie a 90% musulmane,

Clamp

ven85, ah oui, l’entrée de la Macédoine et de l’Albanie, c’est de la folie, après ça, pourquoi pas la Turquie tant qu’on y est. Votre remarque est très pertinente, l’après covid sera très sombre. La seule chose positive qu’on peut en tirer, c’est que toujours plus de gens en tirent des leçons sur le vote utile, mais c’est pas gagné, il faudra vraiment mettre la presse au coeur de la cible pour montrer l’énormité de sa partialité, et faire tous les procès possibles, relayer tout ce qu’on peut sur les réseaux sociaux, ne rien lâcher, et tout ça pour juste un peu d’air pendant 5 ans sachant qu’après, c’est la grande bagarre. Quel malheur cette p-_-_n de religion. Enfin bref.

Patrick Granville

Le premier principe de précaution appliqué par le bon peuple candide aurait été de ne pas voter pour ces moins que rien, ces incapables. Il lui reste pour éviter de percuter le mur de profiter de son de confinement pour deselire les minables qu’il a élu par erreur candide. Oups du balai.et vive la nation.

.Dupond1

Gouverner c’est prévoir ………………Nous avons a la tete du pays des gens qui n’ont rien a prévoir puisqu’en place pour cinq ans ….et apres nous la fin du monde !!! le principal malgré nos millions de chomeurs rémunérés c’est de faire confectionner des masques qui ne demandent que tres peu de spécialistes par des chinois sous payés qui arrivés en France auront engraissé des intermédiaires et des banquiers sans avoir besoin de lever le petit doigt …..Les trottoirs de Brest ont été fait avec du granit venu de chine ….faut il en rajouter ????

Lire Aussi