Grâce à la défaite algérienne, la soirée lilloise a été calme

Publié le 20 juin 2014 - par - 1 688 vues
Share

footalgeriensprieresL’excellente nouvelle de la défaite algérienne a fait rugir un silence rassurant sur la ville de Martine Aubry et de l’imam Lasfar. La victoire du FN aux Européennes avait déjà installé une sourdine dans le comportement des femmes voilées et des commerçants musulmans. Maintenant il faut espérer que ces échecs successifs deviennent de réels avertissements à l’arrogance de la ville socialiste musulmane.

Ce n’est un secret pour personne, Lille Métropole est une ville musulmane dirigée par les socialistes depuis des décennies. Mauroy, comme Aubry a installé une collaboration entre le parti socialiste et les salafistes à tel point que certaines décisions de justice peuvent être changées par un simple coup de téléphone de M. Lasfar à Mme Aubry. On se souvient de l’affaire de l’incinération d’un français musulman interdit par l’imam de la mosquée de Lille Sud, et,  accepté par le Tribunal de Lille, pour être ensuite interdit par Martine Aubry elle-même. Un fait divers qui a choqué les esprits à tel point qu’on s’en souvient encore. D’une façon rédhibitoire, la mairesse catholique penchant musulmane, avait décidé que les lois républicaines du respect des volontés d’un mort ne seraient pas respectées par les lois de la république mais que les lois de la charia s’imposaient forcément. Un exemple de l’application de la loi musulmane dans une ville où jadis les ouvriers ont résisté sans relâche aux lois du patron puis de l’occupant allemand.

L’avant-match et les sympathisants mahométans

Les scènes de supporteurs enthousiastes, maquillés aux couleurs de l’Algérie étaient fréquentes à chaque carrefour de la ville. Place de la Solidarité, par exemple, des voitures étaient décorées avec le drapeau algérien qui volait par les fenêtres. Les non musulmans semblaient très surpris de voir des supporteurs habillés avec des survêtements à la gloire de l’Algérie criant « vive l’Algérie ! » dès qu’ils croisaient un autre musulman. Les coûts de klaxon cassaient le silence de la rue Jules Guesde où plusieurs commerçants avaient pris soin de fermer avant l’heure traditionnelle de 20 H 30. Les rares boutiques survivantes chinoises et françaises de la rue continuaient leur activité. constatant que la recette était bien moindre. Chez « La Lainière », haut lieu lillois de vente de laine, on n’a pas vu la queue de clientes sur toute une longueur du magasin. Les supporteurs étaient pourtant bien partis pour faire un maximum de bruit et pour exprimer leur joie de la victoire. Heureusement, le plan a échoué en espérant que d’autres encore seront du même calibre de désolation pour ces Algériens arrogants.

Un tour d’horizon après la défaite

Dans les rues de la capitale du Nord, on ne voit aucun signe de manifestation car les visages conquérants de la veille ont laissé place au silence lourd et pesant de la défaite. Les musulmans sont rentrés chez eux. La jeune fille d’hier soir qui avait mis le drapeau algérien sur les épaules en descendant fièrement la place du marché de Wazemmes n’est plus visible sur le pavé lillois. Avant le match elle pensait trouver un mari au sein des supporteurs, aujourd’hui, elle doit se morfondre avec un drapeau qui perd de ses couleurs. Une bien triste affaire. De la même manière que les victimes bruxelloises de Nemmouche n’ont suscité aucune émotion, la victoire belge n’a été félicitée par aucune association pro-palestinienne qui trône majestueusement en plein centre du marché. Le fair-play sportif est bien loin, parti au-dessus des minarets. Pourtant, la police de Martine Aubry avait mis un soin particulier à organiser la sécurité des musulmans. Il bien vrai que personne ne peut s’interroger sur la mise en place d’un service de sécurité pour protéger les fauteurs de troubles.

Mais la violence n’a pas pu être maîtrisée sur tout le territoire européen. Charleroi a été le théâtre d’affrontements violents entre belges et algériens. Les sites internet pro jihadistes sur internet ont déjà couvert la toile d’insultes anti-belges.

Ce match qui devrait être un événement sportif inclus dans la coupe du monde de football est encore une preuve de la place envahissante de l’islam en France et en Europe. Les supporteurs français soutiennent une équipe étrangère en raison de son appartenance à l’Islam, plus qu’il ne le ferait sûrement pour l’équipe de France, elle-même. Personne n’est interpellé par ce comportement à Lille. La ville est totalement islamisée. Elle s’est pliée, il y a longtemps à une volonté de vivre ensemble sans vraiment. Chacun baisse la tête dans la ville pour seule réaction. La population a peut-être des revendications et des critiques mais personne n’ose dire un mot. Une population qui s’est soumis à une manière de vivre fondue dans les traditions de l’islam. Il faut espérer qu’un jour un réveil se fasse ?

L’antisémitisme : le perturbateur du bien-pensant islamiste

Lille est un exemple de ville colonisée par l’intégrisme. On observe dans les rues de cette ville sans mystère deux cultures se côtoyer sans vraiment se connaître. La communauté juive a été bien sûr complètement exclue de cette alliance. On sent que l’intégrisme musulman est fortement présent surtout chez les jeunes qui considèrent l’Islam comme la religion française. Il n’y a plus pour eux de respect pour les lois républicaines mais une volonté de valoriser l’islam et ses principes même s’ils ne sont pas musulmans. La communauté catholique est en apparence autonome mais une fois investie elle montre un attrait particulièrement prononcé pour la cause islamiste surtout en ce qui concerne son soutien à l’état Palestinien dans le conflit israélo-palestinien. Certains prêtres vont jusqu’à faire du prosélytisme (photos à l’appui) au moment de la messe,  en rappelant chaque dimanche que les palestiniens sont des opprimés et vivent colonisés par les affreux juifs. L’événement dont on parle est incertain, l’endroit cité est vaguement décrit. On comprend la volonté de  construire une haine à l’encontre d’Israël en montrant la communauté islamique comme victime ayant raison d’avoir recours au terrorisme pour se défendre.

Pendant la messe aucun prêtre catholique ne s’appuie sur le Vatican II pour faire comprendre la légitimité d’Israël et les efforts constants faits pour combattre le terrorisme islamiste. Par contre, même si des chrétiens se font assassiner chaque jour dans plusieurs pays d’orient, les palestiniens soutenus par le Hamas (organisation terroriste) sont sujets d’une aide indéfectible.  Une situation hautement ambiguë qui dénote une forte volonté de montrer le lien possible entre chrétiens et musulmans. Les insultes contre les français sont toujours présentes et même parfois virulentes mais n’en déplaisent à M. Asfar ou peut-être à Mme Aubry d’une façon mineure, les musulmans s’imposent à l’Education nationale et dans l’enseignement catholique privé.

On prendrait donc facilement cette ville française islamiste en exemple pour démontrer ce que serait un avenir construit par les lois de la charia. Il serait temps d’organiser une riposte voire une résistance pour que prochainement on ne soit pas obligé de se convertir à l’islam pour faire sa scolarité sans encombre ou pour travailler.

Corinne Valtremont

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.