Grâce aux écolo-dingos, Bridor va investir à l’étranger : merci aux cons…


Les manifestants écolos-dingos défilant contre l’implantation de l’usine Bridor, le 05/11/22 à Liffré (35).

Harcelé par les écologistes radicaux, Bridor contraint de délocaliser un projet d’usine avec 500 emplois à la clé.

RÉCIT – Le fabriquant breton de viennoiseries ne peut mener à bien son projet d’investissement de 250 millions d’euros en Ille-et-Vilaine.

Construire une usine de viennoiseries en Ille-et Vilaine ? C’est mission impossible pour Bridor, à cause d’opposants écologistes et d’activistes d’ultragauche. Le projet coche pourtant toutes les cases : réindustrialisation de la France, création d’emplois et exportation d’un savoir-faire français. Las. Malgré la promesse de 500 créations de postes et 250 millions d’euros d’investissement, il est menacé.

« J’aimerais investir en Bretagne mais je ne le peux pas, Louis Le Duff, cofondateur du groupe Le Duff (Bridor, Brioche dorée, Del Arte…). Mais face à des opposants au projet, je ne peux pas encore attendre dix ans sans rien faire. Pour accélérer la production, j’ai dû investir à l’étranger. » L’entrepreneur breton est d’autant plus consterné qu’après trois ans de procédures administratives, Bridor a obtenu cet été l’autorisation environnementale du préfet, et que la commune avait délivré le permis de construire.

Une vingtaine d’associations

«C’est de l’“agrobashing”, déplore Philippe Morin, directeur général de Bridor…

La suite réservée aux abonnés du Figaro explique que les opposants au projet refusent la consommation d’eau de l’usine au motif que la ressource serait rare en Bretagne. Dans la foulée ils dénoncent « l’artificialisation des sols et la destruction de terres agricoles » et prétendant qu’il y aurait une zone à protéger… Ils dénoncent également une production qui serait destinée à l’export et l’utilisation de matières premières qui ne seraient pas issues de l’agriculture bretonne.

Les écolos ont gagné : Bridor a racheté une usine au Portugal, elle agrandit ses installations en Allemagne… tout cela échappe à la France.

COMPLÉMENT : ANALYSE SOCIALE, ÉCOLOGIQUE ET FINANCIÈRE…

Bilan social : 500 emplois bruts non créés, ceci sans compter les emplois induits, autrement dit plus de 500 chômeurs. Et aussi nos paysans qui perdent des débouchés…

Bilan « écolo » : l’eau on sait la retraiter, d’ailleurs le retraitement des eaux pour leur réemploi devraient être développé en Bretagne comme cela se fait dans plusieurs pays en déficit d’eau. Il est urgent pour la France de développer sa maîtrise en la matière. Les produits non fabriqués sur place seront importés et verront leur fameuse empreinte carbone augmenter…

Bilan financier pour le pays : La valeur de ce qui n’est pas produit localement pour un usage local impose l’importation de l’équivalent… Le gradient est donc le double de la production en négatif pour la balance des comptes française. Un calcul approximatif permet dévaluer au moins à 120 millions d’€* ce qui aurait été produit, autrement un déficit accru de la balance commerciale française de 240 millions d’€.
* : comparaison avec une société du même secteur d’activité

Jean-Paul Saint-Marc

https://resistancerepublicaine.com/2022/11/11/grace-aux-ecolo-dingos-bridor-va-investir-a-letranger-merci-aux-cons/

image_pdfimage_print

10 Commentaires

  1.  » La valeur de ce qui n’est pas produit localement pour un usage local impose l’importation de l’équivalent… »…
    N’importe quoi… Il y a, dans nos villages, des milliers d’artisans qu’il faut faire travailler plutôt que cette usine à daube qui, de troute façon, aurait embauché des migrants…
    500 emplois en CDD à la соn et au SMIC de м pour combien de boulangeries indépendantes mises à mal ? La réindustrialisation dont la France a besoin, ce sont les équipements électroniques, les pièces de voitures, la métallurgie…

  2. M. Saint-Marc, est il encore possible de défendre la Nature sans se faire injurier ? Permettez-moi de vous dire que du peu de reportage que j’ai vu aux infos du JT de 20 h récemment, j’ai retenu qu’il s’agissait de défendre des terres agricoles contre un projet d’usine… Et parmi ceux qui s’opposaient à ce projet il n’y avait pas, comme votre article le laisse entendre, une bande d’écolos-dingos mais de simples citoyens, sans doute aussi des paysans, soucieux de préserver leurs terres, des personnes ayant la volonté de laisser des espaces non défigurés à leurs enfants. Vous voudrez bien reconnaître que nombre d’implantation d’usines et de grandes surfaces se sont soldés par des échecs, des faillites, avec renvoi des personnels…

  3. Rien ne dit que ces emplois auraient été occupés par des Bretons réels et non pas par les 234 « employés » qui viennent de débarquer à Toulon ce 11 Novembre 2022 et chaleureusement acceuillis par toute la clique politicarde ou par ceux qui sont régulièremen débarqués par les navettes effectuées par le « Viking ». Quant à l’artificialisation des sols agricoles par tous les élus corrompus elle est réelle hélas alors que des milliers d’hectares de friches industrielles sont à l’abandon.Je ne suis pas escrolo loin de là mais faut quand même mettre un frein au foncier jetable poubelle et à la destruction annuelle de 50 000 hectares de terres agricoles et espaces naturels.

  4. Pour tout problème compliqué il existe une solution simple. Dans ce cas, l’entreprise devrait lancer un recrutement en pré embauche de 500 profils en plusieurs tranches. Une 1 ère tranche de 100 candidats devrait suffire pour contrer les bobos boubous qui sont planqués et donc non concernés par le chômage. Une pré embauche consisterait à sélectionner les profils pour une embauche effective des l’ouverture de l’usine. Ensuite,les personnes sous pré embauche pourront elles aussi s’exprimer. Accès au travail,donc pouvoir vivre au pays et acheter un logement à un prix raisonnable. Tout cela au lieu d’aller se perdre dans une banlieue gloque.

  5. Au lieu d’empêcher cette installation ils feraient mieux de faire signer l’obligation d’utiliser les matières premières locales.. trop simple pour ces excités ?

  6. désolée! mais les cons sonjt aussi ceux qui les suivent qui les écoutent…………il y a bien des gens qui étaient interessés par un emploi de proximité et ils ont fait quoi? suivi ou laissé faire!

  7. Les écolos chialent pour 21 hectares mais ça ne les dérangent pas de raser 200 hectares de forêt landaise pour leurs usines de panneaux.

  8. Lorsque kraft food, Nestlé ou telle autre multinationale US « rachète » Les « P’tits LU » nantais, Les herbes « de provence » Ducros, les yaourts Yoplait, et ces centaines d’autres entreprises ex Françaises de production alimentaire, ils sont où, les zécolos?
    Leurs exactions antifrançaises servent la macronie. Au moins le franchouillard dépossédé de ses fleurons leur doit-il ça!
    Et il ne s’agit que des entreprises de l’alimentation !

Les commentaires sont fermés.