Grâce au Pouvoir, le déshonneur est devenu légion !

HollandepedaloDécerner la Légion d’Honneur – qui devrait être un temps fort pour celui qui la décerne comme pour celui qui la reçoit – est devenu le temps faible du Pouvoir, celui des pas en arrière, des faux-semblants, des hypocrisies sommitales et des chutes dans l’antre financier. Une multitude de personnes peuvent aujourd’hui recevoir la Légion d’Honneur, ce qui prouve avec quelle facilité l’essentiel passe à la trappe. Le Pouvoir entretient l’illusion de la récompense suprême, alors qu’il ne songe qu’à son propre couronnement. Cette dissociation entre le geste et la pensée est le Pouvoir même ! Peu importe l’authenticité puisque son contraire brille de mille feux ! Peu importe la contradiction puisque le Pouvoir n’en a cure ! D’ailleurs, comment pourrait-il en être autrement ? Le Pouvoir n’est-il pas tissé de trahisons, de mensonges et de dénis ?

Faute d’une vérité sur lui-même et sur le monde, le Pouvoir verse dans l’incohérence. Plus l’incohérence est grande, plus grande est la fable par laquelle il estime ne point se départir de l’honneur. Plus la honte est patente, plus il se croit glorieux ! Le maître du jeu, c’est lui !

Or, tout lui échappe : la paupérisation croissante des ouvriers, des agriculteurs et des retraités, la désertification des campagnes, la crise économique qui jettent sous les ponts et sur le trottoir des milliers de Français, l’immigration devenue faute politique majeure, l’activisme islamique, la lassitude nationale, le grondement révolutionnaire, l’approche de la guerre civile…

Mais le Pouvoir persiste et signe par la magie de ses discours auréolés d’universel. L’universel, c’est toujours l’universel, et tant pis si l’universel est à mille années-lumière de la réalité ! La Légion d’Honneur, c’est toujours l’honneur, et tant pis pour les tractations secrètes et les mariages contre nature ! Le Pouvoir est toujours le Pouvoir, et tant pis pour ceux qui s’y opposent ! Sa puissance est telle qu’il a réussi à transformer la démocratie en une horloge parlante incapable de donner l’heure comme de changer l’ordre des choses quand cet ordre va mal.

Et pourtant, Dieu sait si cet ordre va mal !

Maurice Vidal

image_pdf
0
0

2 Commentaires

  1. Merci monsieur Vidal de nous rappeler que nous vivons dans un monde de paillettes et de stras, et où les dernières distinctions ne valent plus grand chose surtout lorsque qu’elles sont décernées à n’importe qui et n’importe comment! Bravo à la môme Marceau pour son refus éclairé. A quand le retour aux vraies valeurs???

  2. Moi, ce qui me désole, c’est que ceux qui la détiennent pour avoir accompli leur devoir ou pour des actions de courage, ne s’unissent pas pour la renvoyer à l’ectoplasme qui squatte l’Elysée. En effet, ce machin ne vaut plus un clou ! Napoléon doit se retourner dans sa tombe, sachant ce qu’elle est devenue. Au moins, Sophie Marceau a des c…es pour l’avoir refusée.

Les commentaires sont fermés.