Le grand bourgeois Labro se permet de donner des leçons à Trump !

LabroTout le monde ou presque connait Philippe Labro, un homme toujours élégant aujourd’hui octogénaire, qui fait figure « d’ancien », presque de sage, sous ses costumes toujours bien coupés, et qui a pris soin de ne pas prendre de bedaine.

Journaliste, essayiste, romancier, parolier, scénariste, il donne de sa voix posée des conseils qui semblent « sérieux » et empreints de réflexion, auréolés de ses cheveux blancs qui lui donnent un air de patricien distingué. Il a cette assurance des grands bourgeois, de ceux, qui n’ont jamais eu vraiment à s’en faire, qui ont toujours eu confiance dans l’avenir et dans leur destin, ce qui lui a probablement permis de prendre grand soin de lui.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Labro

Mais ici encore, il ne faut pas se fier aux apparences.

Avec ou malgré ses origines bourgeoises, Philippe Labro appartient à la social-lie.

Lui qui depuis longtemps, vit dans un environnement très agréable, fils d’une famille très aisée, pourfend, avec son air distingué tout ce qui peut sembler « populiste », sans même avoir l’air de se rendre compte du mépris abyssal qu’il a effectivement pour « les gens du peuple », les petites gens, les blancs non diplômés, les bigots, voire les gogos, qu’il regarde d’un air détaché qui n’est au fond que de la condescendance.

Il faut savoir que c’est Philippe Labro qui, tant qu’il officiait à RTL, a empêché Éric Zemmour d’y être embauché, et donc de nous livrer ses savoureuses chroniques, qui sont tellement justes (on voit comment ceux qui prennent enfin le risque de le contredire, sont ridiculisés), et qui font tellement de bien aux gens, aux petites gens, bref, aux vraies gens, ceux qui ne passent pas leurs vie dans les beaux quartiers et l’environnement ultra chic et sélect de la rue Bayard, dans le triangle d’Or Parisien, en déjeunant tous les midis dans les agréables brasseries et restaurants alentours…

Vous vous rendez compte, laisser la parole à un chroniqueur « populiste » indécent, droitiste, limite poujadiste, comme Éric Zemmour dans une grande maison comme RTL, sous sa direction, c’est vulgaire, c’est indigne, ça ne doit pas arriver tant qu’il dirigera cette station.

Il préférait probablement une Rokhaya Diallo, militante musulmane communautariste réellement raciste, qui elle incarnait, une vraie modernité, un vrai renouveau dans le message, un point de vue original et digressif, voir transgressif, sur la société, venue de cette jeunesse oubliée, délaissée, (martyrisée ?) de toute façon non blanche puisque les blancs pauvres ne sont que des populistes, voire racistes et xénophobes, alors que les non blancs pauvres des gens honnêtes, courageux, justes, sains, victimes de racisme et de discrimination, qui luttent pour s’en sortir dans une société hostile : normal, il n’a jamais eu à vivre avec eux et il peut donc parfaitement étaler sa pseudo ouverture d’esprit, sa bienveillance supérieure, en prenant grand soin de ne jamais s’y mélanger….

Il a passé du temps aux Etats-Unis dans les années 50, et étudié dans une université américaine et prétend donc bien connaitre ce pays.

Dès lors, il a d’ores et déjà pris parti contre Donald Trump pour mieux habituer les gens à le détester, à le présenter en raciste.

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/philippe-labro/philippe-labro-on-voit-des-trump-partout-11-03-2016-2024594_1444.php

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/philippe-labro/

Il ne le traite pas directement de raciste, ça serait trop facile, trop indélicat, trop voyant, trop vulgaire. Il le compare à trois autres candidats à la présidentielle américaine aujourd’hui oubliés, qui « eux » étaient racistes (selon lui, je n’ai pas vérifié….) –

Ce que chacun appelle « bon sens », il l’appelle « énormité »

Vous voyez, c’est plus subtil, rien n’est imposé, tout est suggéré, mais tout est dit….et les gens qui se pensent être « des gens biens, intelligents et cultivés », alors qu’ils sont bêtes comme leurs pieds, l’écoutent et le croient.

Il faut dire que le camouflage de ses opinions est toujours présenté dans du papier de soie. Dès lors, l’intérieur du paquet peut révéler des surprises…mais il n’est jamais ouvert.

Il affirme dans une de ses chroniques du Point, « cet homme est-il capable d’être sérieux et serein, quand il occupera, s’il l’occupe, le bureau ovale la maison blanche ? », ou « il mène l’Amérique vers un destin improbable »

Vous voyez cette condescendance instinctive, innée, de grand bourgeois derrière laquelle se cache une mauvaise foi, ou une bêtise inouïe (ou les deux bien sûr…), celles de ceux qui pensent toujours avoir raison avant tout le monde, sûrs de leurs jugements, avec une assurance qui n’appartient qu’à eux, et qui oublient leurs erreurs avec un facilité déconcertante, pour en faire d’autres, sans jamais se départir de cet air d’expert.

Il a peur que Trump se comporte comme un enfant, avec son nouveau jouet qui serait la bombe nucléaire….

Bien entendu, Trump n’a probablement jamais eu à être sérieux et à savoir garder son sang froid quand il a fallu gérer ses entreprises et affronter des tempêtes à Wall Street ou ailleurs.

Toutes ces questions ne se sont jamais posées pour Obama ou pour Hillary Clinton… allez savoir pourquoi…

Peut-être parce que eux, n’ont jamais rien créé… tout comme notre Président Flamby, il ne vient à personne l’idée de leur poser ces mêmes questions. Comme si l’incompétence, excepté le talent bureaucratique, carriériste, et le sens de la traitrise, était à elle seule le meilleur gage de sang-froid, de sérieux, voir de compétence ;

Dans un éclair de lucidité, il avoue toutefois d’avoir honte aujourd’hui de penser qu’il était cinglé…(chronique dans le point du 24 février 2016)

Ceux qui veulent dénigrer disent toujours qu’un pays n’est pas une entreprise, et que par conséquent, ça ne se gère pas de la même façon. Ce serait évident. Or, rien n’est moins sûr que le bon sens acquis en dirigeant une entreprise fructueuse, ne soit pas utile pour gérer un pays.

Ce qui est sûr par contre, c’est que lorsque des personnes, comme notre caste socialiste, ou de droite, à l’exception de Philippe de Villiers (entrepreneur à succès avec le Puy du Fou), n’ont jamais dirigé d’entreprise, ils laissent des déficits qui sont des gouffres et mènent le pays à la faillite et les entrepreneurs en KO technique (cf le département de la Corrèze de François Hollande, la Charente de Ségolène Royal, la Mairie de Paris de Bertrand Delanoë et d’Anne Hidalgo…). Si un chef d’entreprise se comportait un tant soit peu comme eux, il aurait déjà répondu de tous ses biens personnels, serait terminé, ruiné et serait en taule pour 30 ans. Mais la politique protège de tout…

Albert Nollet

image_pdf
0
0

5 Commentaires

  1. il est toujours très facile de donner des leçons aux autres quand la seule armes de ces écrivains, journalistes, et audres merdias sont confortablement assis devant leur bureau, leur cheminée ou leur cul calé dans un canapé moelleux c’est le cas de labro ette signé paule di Malta

  2. L exemple même de cette gauche bobo méprisante à l égard des con citoyens ces mêmes concitoyens qui l aident à vivre très confortablement
    Souhaitons qu un jour un homme providencentiel donnera un grand coup de pieds dans ce maringot de crabes et les traduira devant une cour de justice pour haute trahison
    Vivement ce jour

  3. Trump partage avec JMLP les mêmes ennemis que sont les décérébrés par le marxisme (gauchistes ou faux cul de la droite molle)

Les commentaires sont fermés.