Grand Remplacement : quand l’Espagne imite la France

Le « Grand Remplacement », dont on évite le sujet dans tous les médias (Presse et TV), se poursuit inexorablement mais il ne concerne pas uniquement la France, bien qu’elle soit l’une des plus menacées ; il concerne de très nombreux pays occidentaux désormais aux ordres de l’Union européenne.

L’Allemagne, l’Italie, la Grèce, la Belgique, par exemple, et surtout plus particulièrement l’Espagne, dont la situation géographique la place au tout premier rang des prochaines destinations des « migrants » économiques de tout le Maghreb.

Le Maroc se situe à moins de 20 kilomètres et l’Oranie (Algérie) à moins de 200 km.

Les chiffres qui vont suivre sont officiels et publiés par l’Union des communauté islamistes d’Espagne car, en Espagne, contrairement à la France, ces chiffres ne sont pas dissimulés ni même occultés par ordre.

Il y a plus de trois millions-cinq-cent-mille sujets appartenant à la religion musulmane actuellement en Espagne, soit environ 7 % de la population (bien loin du pourcentage de la France).

779 080 sont des « Hispano-musulmans », donc de nationalité espagnole.

Plus de 2 millions ont été naturalisés au cours des dernières décennies.

40 % de cette population est originaire du Maroc.

Ce sont ensuite les Algériens qui occupent largement la seconde place, surtout depuis début 2020, devant les Pakistanais (environ 80 000) et les musulmans africains (environ 70 000).

La répartition, sur l’ensemble du territoire, se lit de la manière suivante :

– Environ 800 000 en Catalogne (qui est forcément la région la plus exposée aux actes terroristes)

– Environ 500 000 en Andalousie

– Environ 350 000 dans la région de Madrid et le même nombre dans la région de Valence.

(Environ, car vu le nombre de clandestins non comptabilisés ou de passage vers la France, il est impossible de fournir des chiffres à peu près exacts).

La province de Valence compte plus de 50 000 jeunes Maghrébins dans ses lycées, collèges et instituts.

Malgré les demandes pressantes de l’Union des communautés islamistes, l’Espagne se refuse toujours, pour le moment, à engager des professeurs musulmans à la charge de l’État, mais l’UCI espère que cela ne saurait tarder, compte tenu de la poursuite des entretiens actuels.

En ce qui concerne plus particulièrement la province d’Alicante, région où les Algériens composant la classe moyenne s’implantent de plus en plus (ils viennent en vacances et profitent pour acquérir des biens immobiliers et ils y installent leurs familles) dans certaines villes situées au sud comme Crevillente, Orihuela, Torrevieja et les environs, où les achats concernant l’immobilier se sont élevés à plus de 250 millions d’euros depuis 2017. (environ plus de 3 000 appartements à un prix moyen de 80 000 euros) et chaque nouvelle année ce sont environ 5 000 Maghrébins qui s’installent dans cette province d’Alicante qui, aujourd’hui, compte un peu plus de cent mille résidents de religion musulmane (environ 80 000 uniquement sur Alicante-ville).

L’implantation des Marocains se situant au sud de l’Andalousie, entre Almería et Tarifa.

Une majorité prend la nationalité espagnole et, comme la binationalité n’existe pas, elle abandonne la nationalité algérienne ou marocaine.

Leur résidence fiscale est en Espagne mais, pour un grand nombre, ils travaillent la majeure partie de leur temps en Algérie et au Maroc.

Ils sont attirés, bien sûr, par le climat exceptionnel mais surtout par les prix à la baisse de l’immobilier provoquée par la crise qui a frappé la péninsule ibérique.

Ils espèrent ainsi échapper à la crise qui, selon eux, frappe l’Algérie et qui s’annonce chaque année comme irrémédiable, surtout avec l’apparition du « Covid » et les dégâts produits par cette nouvelle pandémie que le gouvernement est dans l’impossibilité de stopper.

Ils en sont bien plus conscients que nous, Européens et surtout Français.

La situation est donc, pour le moment, moins dramatique en Espagne qu’en France, mais avec le laxisme actuel du gouvernement socialiste, qui ne se sent pas encore concerné, elle pourrait mettre en danger l’Espagne, où il fait si bon vivre aujourd’hui… mais demain ?

En ce qui concerne la France, je crains fort qu’il ne soit, hélas, trop tard !

Manuel Gomez

image_pdf
0
0

15 Commentaires

  1. Ça fait vraiment froid dans le dos, tout ça… Espérons qu’un jour dans le futur, les choses s’inversent et qu’il y ait un retour de manivelles pour ceux et celles qui ont favorisé ce phénomène.

    • Quand on voit le dernier résultat des départementales avec des français qui mettent des anciens ministres Sarko pro Macron, 100 % en accord avec SA politique pro islam et invasion, on se dit que la France sera dans 10 ans un nouveau pays musulman / africain avec la race blanche en minorité obligée de quitter la France !

  2. l irope il va mourir li paysage il a changi
    rodeo dylers tout y permis ya dla joie !! charles trini li chanti cila
    adieu virlaine montequiou vercingitouriste clouvis pigaile la canne a bierre
    le bon bordeaux les beaux froumages les reillettes li bignoux
    les carnavals de la promenade di nicois et les nugets de monterlimar

  3. En France …même à la TV , films, publicités , etc ,c’ est en plein remplacement. On ne voit bientôt plus de blancs …avec en plus cette mode de coiffure des femmes , crêpues à fond , et en volume ..des têtes à poux ! quand ce n’est pas la nouvelle coiffure décoiffée , pas féminine pour 2 ronds ..à se demander si elles ne sont pas rescapées de noyade !

  4. La seule force qui peut défendre encore les peuples est un retour aux sentiments nationalistes. Et ethnique, bien sur….

  5. Les gosses sur la photo sont plus « olé » que « au lait »…

  6. la situation Belge est encore plus dramatique que l Espagne et la France , a Bruxelles il reste 22%de blancs , en Wallonie le changement est en cours , Seraing et Jemeppe , liège et Ans / saint Nicolas sont devenue Arabe et Africaine , vu que la Wallonie ne compte que 3 millions d habitants , plus d un million ne sont plus belge ou Européens en Wallonie , il y reste 2 millions de blancs , a ce train la ..la Wallonie aura disparue dans 50 ans comme les communes de Droixhe et bressous arabe depuis 30 ans

    • Horreur absolue. Tristesse. Vu Bruxelles et Liège. Wallonie poubelle bien pire que flamand mais je ne connais pas Anvers antwerpen ça doit pas être reluisant

    • L’occupation en Belgique par ses indésirables est abominable;
      Ce ne sont pas les congolais de l’ex Congo belge qui posent problème.
      Ce sont ces hordes d’arriérés violents au QI de bulots venant d’Afrique du Nord et notamment du Maroc ….Movenbeck ??, Quand on a entendu l’explication de la maire après les attentats, on était consternés et ….terrorisés qu’on ait laissé « CA » proliférer !

      • @astrid : je confirme , les Africains de l ‘ ex-Congo belge et du Ruanda-Burundi , qui ne sont pas musulmans , ne posent pas de problèmes particuliers , sont très vite intégrés , se considèrent vite comme Belges et se comportent comme tels . Il n ‘ y a que quelques « intellectuels » pour réclamer des comptes pour la « colonisation » passée !! Aujourd ‘ hui il y a plus de Congolais en Belgique qu ‘ il n ‘ y a eu de Belges au Congo , il ne faut pas que ça continue , sinon nous réclamerons un jour notre « indépendance » aussi …….

Les commentaires sont fermés.