Grand succès commercial pour les armes russes

Les merdias aux ordres des pays vassaux de l’OTAN ne cessent de le dire et le redire : le clown de Kiev aurait infligé une raclée mémorable aux Russes dont les armes ne valent même pas leur poids de ferraille.

Cela n’a pas empêché l’ami Vlad d’ouvrir, ce lundi 15 août, le salon international de l’armement organisé pour la semaine à Koubinka, petite ville à 62 km de Moscou.

Un succès qui dépasse les espérances

 1500 visiteurs étaient attendus au Salon de l’armement. Dès le premier jour, il y en eut plus de 2000. Venus du monde entier. Et pas seulement des capitaines et des colonels. Mais aussi des généraux d’état-major et des attaché militaires de chefs d’États, ou des secrétaires à la défense de  gouvernements étrangers.

Très intéressés par des armes qui ont fait leurs preuves sur un vrai champ de bataille. Même si seules les moins destructrices ont été pour le moment utilisées. Mais des démonstrations sont prévues sur champs de manœuvres. Pour plus de réalisme, les Ukronazis pourraient bientôt servir de cibles d’entraînement.

Malgré les boycott des exportations russes, les glapissement du sénile Biden et les vociférations de ses loufiats, Dmitri Chougaev, le directeur de l’agence fédérale russe de la coopération en armement, a annoncé que la Russie avait signé pour 16 milliards de dollars de nouveaux contrats d’exportation d’armes avec un portefeuille de commandes de 57 milliards.

L’Inde reste le plus gros client. Viennent ensuite le Kazakhstan et la Biélorussie, puis 7 pays d’Amérique du Sud : Argentine, Brésil, Colombie, Équateur, Pérou, Uruguay, Venezuela, et 17 pays africains où les Russes ont éjecté les Français.

Koubinka mieux que Disneyland

L’endroit du Salon est bien choisi, sur l’emplacement d’un musée de la guerre, unique au monde. On y trouve tous les blindés russes depuis 1917, ceux pris aux Boches et ceux empruntés aux Américains et aux Japonais. Plus de 300 pièces dont 60 uniques au monde. Authentiques ou reconstituées.

Côté aviation, tous les Mig, des simulateurs de vol et de combat aérien, et même une cabine de navigation spatiale Soyouz.

Longtemps réservé aux cadets des académies militaires, le site est ouvert depuis 4 ans au grand public. Il reçoit environ 500 visiteurs chaque jour, et parmi eux des jeunes Russes venus en voyage scolaire, conforter leur patriotisme, réviser leur histoire et ressentir la fierté de leur passé.

On est loin de l’entreprise de démoralisation et de démolition de la vraie jeunesse française entreprise par notre Inéducation antinationale, chargée de déboussoler les enfants entre wokisme, genrisme, repentance, illettrisme et auto-détestation.

En dépit des chantages de l’OTAN l’armement est une affaire qui tourne

 Malgré l’étendue de ses responsabilités l’obligeant à affronter une vraie-fausse guerre impulsée par l’OTAN, Poutine n’a pas hésité à devenir VRP dans l’intérêt des industries de son pays.

Lesquelles continuent à tourner, sans trop souffrir de la privation de fournitures en composants électroniques… que les Russes vont acheter aux Chinois et aux Indiens.

Quant aux circuits financiers indûment confisqués par l’Occident, on les a remisés aux profits et pertes, et on en a créé d’autres.

La Russie possède un énorme avantage dans ce domaine. C’est un partenaire fiable sur les marchés financiers hors OTAN. Sa dette extérieure est peu importante. Et s’il lui est arrivé de suspendre les paiements, pour obtenir des contreparties que ses partenaires-ennemis ne reconnaîtront jamais, c’est la réponse du berger à la bergère, destinée aux escrocs qui se sont appropriés des biens et avoirs russes, sous couvert de haute politique « moralisatrice ».

La morale a toujours été le meilleur paravent des escrocs et des États-voyous comme la France. En toute hypothèse, à la différence de la France, les Russes n’ont pas hypothéqué leurs finances publiques pour plusieurs générations.

« Nous sommes prêts à proposer à nos alliés et partenaires les types d’armes les plus modernes, des armes d’infanterie aux engins blindés, en passant par l’artillerie, l’aviation de combat ou les drones », a déclaré Poutine. Avant d’ajouter :

« Partout dans le monde, ces armes sont appréciées par les professionnels pour leur fiabilité, leur qualité et, surtout, pour leur haute efficacité. Elles ont quasiment toutes été employées à maintes reprises dans des conditions de combat réelles ».

Certes son charisme personnel et sa force de persuasion l’aident à convaincre, mais à la différence de nos nullités dirigeantes successives, il n’envoie pas des subalternes vanter un matériel dont ils ne savent pas se servir, et discuter des contrats.

Ce sont des affaires qui se règlent entre experts qui connaissent les mérites de chacun autour de la table. Pas comme le paltoquet de l’Élysée qui ne doit même pas savoir armer correctement un pistolet pour demoiselles.

Affaires de confiance

Bien que cette info relève du secret militaire, les Russes ne démentent pas les calculs des observateurs de l’OTAN qui placent la Russie à la deuxième place des exportateurs mondiaux d’armes, avec environ  20 % du marché.

La Russie a beaucoup d’alliés et de partenaires. Poutine a précisé que la formation de militaires étrangers en Russie offre toujours de grandes perspectives. Des liens amicaux se nouent, on échange des idées, et on apprend à utiliser ensemble les mêmes armes.

« Des milliers de militaires professionnels sont fiers de considérer nos écoles et nos académies militaires comme leur alma mater », a assuré le Président russe. Et il a invité les amis et alliés de la Russie à participer à des manœuvres militaires communes.

Contrairement à ce que prétendent les agences de désinformation, la Russie n’est pas isolée. Elle entretient, de longue date, des liens de confiance en Amérique latine, en Asie et en Afrique. Avec les politiques et les stratèges.

« Ce sont des États qui ne fléchissent pas devant les menaces et les chantages. Leurs dirigeants font preuve d’un vrai caractère viril », a souligné Vlad qui méprise les mauviettes. Tu comprends, Macronescu, pourquoi il te raccroche au nez ?

Pour les acheteurs, le service après-vente est garanti

 En dépit des vaticinations de tous les oiseaux de mauvais augure qui prétendent Vlad moribond, celui-ci, à 69 ans, est toujours aux commandes, ce qui ne l’empêche pas d’encourager des hommes plus jeunes à faire leurs preuves pour lui succéder, le moment venu.

C’est très rare qu’un homme politique pense d’abord à son pays plutôt que de se dire (spécialité bien française) « Après moi le déluge ! »

Ses successeurs potentiels sont tous sur la même ligne que lui et issus du même « vivier ». Patriotes avant toute autre priorité. Nationalistes quand il le faut. Érigeant leur pays en valeur suprême, ils ont fait leurs armes dans les services secrets et/ou ont occupé des postes majeurs dans la défense du pays. Et s’ils se sont enrichis au passage, en prélevant leur dîme sur des marchés passés avec l’étranger, ce n’est pas au détriment de leur compatriotes.

On les appelle les silovki. Moins riches que les oligarques frimeurs qui se délectent à étaler leur pognon, ils sont bien plus influents car ils forment l’élite politique et militaire de la Russie, incluant les services de renseignement.

Ils constituent la garde rapprochée de Poutine. Efficaces mais discrets, ils connaissent tous les rouages et maîtrisent l’ensemble des leviers de commande.

Leur passé commun les lie à Poutine. La plupart de ces « silovarques » ont travaillé avec le Président lors de son passage à la mairie de Saint-Pétersbourg, ou quand il était colonel du KGB.

Les politologues de salon les appellent « la bande de Saint-Pétersbourg » comme s’il s’agissait d’une vulgaire coalition de politiciens véreux. Sans saisir l’essence de leur esprit d’équipe. Même s’il leur arrive de se bouffer le nez, entre grands fauves ça fait partie des risques, l’intérêt de la nation prime toute autre considération.

Poutine n’accorde sa confiance qu’à des gens en adéquation avec ses idées et qui ont fait la preuve de leur fiabilité. Ambitieux pour la Russie avant de l’être pour eux-mêmes. Loin des pratiques de flagornerie, de favoritisme et d’arrivisme qui habillent d’oripeaux cent fois retournés nos politiciens en quête de hochets.

En plein wishful thinking (vœux pieux), les Ukrainiens et leurs maîtres américains fantasment, après la « maladie incurable » de Vlad, sur l’éventualité qu’il soit démis de ses fonctions par les silovki.

C’est peu probable, mais même dans cette hypothèse, cela n’affecterait ni la politique extérieure de la Fédération de Russie, ni son opération de nettoyage en Ukraine, pas plus que ses ventes d’armes. Tous ces dirigeants sont sur la même longueur d’onde.

Christian Navis

Climats sous influence (climatorealist.blogspot.com)

 

 

 

image_pdfimage_print
28

9 Commentaires

  1. 2e explosion de dépots de munitions en CRIMEE ….!! Qui sont les saboteurs ?
    Les russes vont-ils balancer des trucs ( quelques bombes à eau pleines de pisse sur Kiev … ) pour calmer les ardeurs du zézélenskyky de service avec sa tenue de combat de supermarché ( offert par sa maman pour son anniversaire ) ?
    Pas beaucoup d’infos sur le sujet ( il ne faut pas compter sur notre propagande médiatique )

  2. Avis aux gens qui soutiennent encore le freluquet et l’UE soumise au vieux débris de Washington : si un « silovki » prenait la place de Vlad, suite à une révolution de palais comme la Russie en a connu tant, on pourrait bien tomber sur un gars beaucoup moins souple et patient…

    • Tout à fait bien relevé!!! Mais ils sont tellement décérébrés jusqu’aux fonctions les plus hautes dans les services de l’état que rien n’y fait !!! En fait, les responsables républicains ce régime dictatorial prennent en otage les populations Françaises afin de peser dans la décision finale de Mr Poutine ce dernier particulièrement patient! Même les députés quels qu’ils soient sont des salauds qui méprisent la France au profit du régime politique « république » qui les paient pour biaiser les questions cruciales! Ils n’ont même pas osés mettre la question principale de nôtre invasion migratoire couplé à l’avortement de masse sur le Tarmac tant ce sont des merdes!!!!

  3. il semble que le SU 57 soit remarquable et qu’il intéresse de nombreux pays dont l’Algérie qui nous envoie ses délinquants mais achète 14 SU 57 .

Les commentaires sont fermés.