Grande-Bretagne : Tommy Robinson, ennemi d’Etat

TommyRobinsonlivreTommy Robinson, bien connu pour son engagement contre l’islam militant en Angleterre, a publié en décembre dernier un livre autobiographique, qu’il a intitulé Ennemi  d’État.

Ce livre, en anglais, n’est disponible que sur son site (il peut être expédié à l’étranger) et de temps en temps, sur Amazon en version papier et en version Kindle. Il semble trop risqué pour les librairies de diffuser un tel livre, qui se révèle extrêmement embarrassant pour le gouvernement britannique.

Disons d’abord que Tommy est sans pitié avec lui-même. Il dit qu’il a souvent mérité le salaire de ses erreurs et d’actions qu’il a regrettées par la suite. Il n’hésite pas à les mentionner, sans fard. Oui, il a appris la dure loi de la rue dans sa jeunesse de la classe ouvrière anglaise. Oui, il a été bagarreur. Oui, il a pendant un temps été un parfait hooligan. Il a peu à peu compris que cela allait l’entraîner en prison et a pris ses distances avec cette conduite avant qu’il ne soit trop tard

Tommy raconte comment il a grandi à Luton et y a vu petit à petit la communauté musulmane se soutenir contre tous, même quand la conduite d’un de ses membres aurait exigé de condamner ce dit-membre. Il a vu qu’une altercation entre gars, qui  après une bagarre se terminait par une bonne entente, se soldait avec un musulman par l’union de  tous les musulmans contre le non-musulman, sans crainte de l’envoyer à l’hôpital.
Un point capital fut le 11 septembre 2001, où les cris de joie ont retenti dans le quartier musulman, atterrant les autres habitants de la ville.

TwittTommy1 twittTommy2Enfin, il raconte l’élément déclencheur de sa lutte, lors du défilé de retour du bataillon de Luton, lors de laquelle la police avait laissé des manifestants islamistes en première ligne insulter les soldats, les traiter d’assassins d’enfants, leur cracher à la figure. La police avait empêché les habitants de Luton de soutenir leurs soldats. Ceci a déclenché la colère légitime des patriotes, qui ont voulu l’exprimer en déposant une gerbe au monument aux morts : la police les en a empêchés. C’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Sous l’impulsion de Tommy Robinson, des manifestations de patriotes vont néanmoins avoir lieu, puis faire taches d’huile dans tout le pays, en raison de faits semblables de ce 2 poids 2 mesures de la part de la police. L’English Defence League était née, et manifestait 6 mois plus tard dans tout le pays. Mais s’y associaient des individus indésirables, des racistes, des néo-nazis, que les piliers du mouvement sous la direction de Tommy ont toujours cherché à mettre à l’écart.

Le livre de Tommy ne manque pas d’humour, comme quand il raconte qu’il est allé manifester sur le toit du siège de la FIFA à Zurich et s’y est pelé de froid pendant 5 heures, pour que la FIFA laisse l’équipe d’Angleterre porter un coquelicot (symbole de la victoire de la 1re guerre mondiale arboré par les Anglais chaque année pour le 11 novembre).

En octobre 2013, Tommy a annoncé qu’il quittait l’EDL, car il ne pouvait en contrôler les éléments racistes. Il s’est rapproché d’une organisation de musulmans (« Quillian ») qui cherche à intégrer les valeurs occidentales aux jeunes musulmans. Cependant, en les fréquentant, il a compris qu’ils ne représentaient qu’eux-mêmes et, malheureusement, qu’une faible proportion de gens nés musulmans, mais considérés comme apostats par la majorité d’entre eux.
Mais surtout, Tommy raconte – et depuis qu’il est sorti en décembre, Tommy n’a pas été poursuivi pour calomnie, alors qu’il cite nommément les gens – comment la police et la « Justice » ont cherché à lui nuire, l’ont arrêté pour des motifs futiles ou mensongers (puis relâché), ont fouillé à plein temps dans les comptes de son entreprise (qui étaient nets) alors qu’ils auraient eu mieux à faire à surveiller les groupes islamistes de la ville. Comment, enfin, ils l’ont mis en jugement pour complicité dans une affaire de fraude immobilière : il avait prêté 20 000 £ à son beau-frère pour que celui-ci obtienne un emprunt pour l’achat d’une maison, revendue 6 mois plus tard et entièrement remboursée. Pour cette modeste fraude, les autorités lui ont donné le choix, soit de plaider coupable et l’envoyer en prison, soit de plaider non coupable (ce qui était le cas – quel crime était-ce ?), mais alors, sa femme aurait dû se présenter au tribunal, la photo de sa femme serait devenue publique et elle aurait dès lors été en danger en raison des menaces de mort sur lui et ses proches. Tommy a choisi de protéger les siens, et s’est retrouvé en prison, où il a été mis exprès dans une aile avec des islamistes condamnés à de longues peines. Il raconte comment les gardiens l’ont mis dans une pièce après le parloir, fermé la porte à clé, et laissé face à plusieurs islamistes. Il s’est défendu comme un lion et s’est retrouvé à l’hôpital mais vivant. Ce schéma s’est répété à plusieurs reprises.

Pourquoi un tel acharnement ?
Parce qu’il a été approché en prison par les services secrets, qui lui ont offert d’arranger tous ses problèmes s’il infiltrait pour eux des mouvement d’extrême-droite, c’est-à-dire précisément ce qui avait été fait à son encontre quand il dirigeait l’EDL. Il déclara : » faire ça, c’est pour moi le comportement le plus vil du plus vil. » C’est un homme d’honneur. Ce qui enrage les autorités.

Tommy a été renvoyé en prison alors qu’il était à 9 jours de la fin de sa liberté conditionnelle, remis en danger, il s’est bagarré pour sa survie : il passe en jugement le 14 avril prochain pour coups et blessures. Nous savons ce qui risque de lui arriver s’il est renvoyé en prison.

Richard Ferrand

image_pdf
0
0

4 Commentaires

  1. on ferait un film de son livre qu’on dirait que c’est une bonne « fiction »…
    Malheureusement la réalité savamment caché avec des complices et des collabos à tous les étages est bien pire que la fiction !

  2. Nous sommes les patriotes des ennemis de l état petainiste il faut scepter cette réalité ils ont choisi la mondialisation le métissage dieu seul sait pourquoi le danger est mortel

Les commentaires sont fermés.