Grenoble devient le Chicago français, mais Collomb veille…

Le syndicat national de police « Alliance » lance un cri d’alarme : « Grenoble devient le « Chicago » français. Les agressions à Grenoble sont supérieures de 69 % à celles de toutes les villes françaises de taille identique et, à partir du premier septembre, par le jeu des rotations, nous allons perdre une trentaine de fonctionnaires. »

Au cours de ces trois derniers jours, Grenoble a été marqué par une fusillade et des coups de feu en rafale, notamment mercredi vers 21 h, place des Géants, dans le quartier Villeneuve. Certainement un nouveau règlement de comptes lié au trafic de drogue. Un individu âgé de 30 ans abattu et la liste serait trop longue à rappeler.

Et voici la réponse du « sinistre » de l’Intérieur, Gérard Collomb, alors qu’il se trouvait en visite dans le Vercors auprès des secouristes de montagne, réponse qui devrait lui valoir le prochain Grand Prix de l’Humour des hommes politiques : « Il faut que chacun y mette du sien. Il faut que tout le monde participe à l’effort de sécurité ! »

Et cela, avant qu’il ne mette en pratique sa menace : « Dans l’avenir, nous ferons sûrement un effort sur cette zone. Nous allons recruter 10 000 policiers et gendarmes au cours de ce quinquennat mais il faut du temps, un an de formation pour un policier. Il ne faut pas qu’il n’y ait que l’État qui fasse des efforts. »

Ainsi, vous êtes désormais prévenus, messieurs les délinquants, les voyous, les trafiquants de stupéfiants, les braqueurs, toute la « racaille » grenobloise et des environs, vous devez vous réunir en urgence pour envisager « d’y mettre du vôtre » et de « participer à l’effort de sécurité nationale » réclamé par le « sinistre » de l’Intérieur. Vous devez comprendre que l’État ne peut pas tout faire et que vous devez l’y aider.

Quant à vous, policiers et gendarmes, vous devez participer également à aider l’État pour maintenir l’ordre dans nos villes et nos campagnes, en éliminant la « racaille » mais sans lui faire trop de mal et, surtout, en évitant de tirer à tort et à travers sous le fallacieux prétexte de sauver vos vies et celles des citoyens car, n’oubliez pas les magistrats, ils vous ont « à l’œil », ne sont-ils pas là pour vous « culpabiliser », vous « suspendre », vous « mettre en examen », dès que vous posez la main sur votre arme de service ?

Cap d’Agde (34) – Vendredi 17 août, vers 6 h 30, sur l’Île des Loisirs, les sapeurs-pompiers de l’Hérault sont intervenus pour prendre en charge deux jeunes hommes violemment agressés au couteau par un individu en état d’ébriété.

L’un des deux jeunes, âgé de 20 ans, plus légèrement atteint, a été transporté au centre hospitalier de Béziers.

Le second, âgé de 26 ans, présentait une large plaie au niveau de l’abdomen et c’est en urgence absolue qu’il a été dirigé vers le CHU Lapeyronnie à Montpellier.

L’auteur de l’agression a été appréhendé mais, pour le moment, nous ignorons totalement les raisons de cette attaque ainsi, bien sûr, que son identité et ses origines !

Toujours ce même vendredi, mais vers 16 h et à Montpellier, sur le quai de l’arrêt du tramway de Celleneuve, près de la cité de la Mosson, à hauteur du Super-Discount, c’est une altercation entre un SDF de nationalité russe (tiens donc ! Nous apprenons immédiatement son origine, sa nationalité, ce qui n’est jamais le cas, comme on peut le constater quotidiennement, en ce qui concerne certaines origines !) et deux autres individus.

Nous ne savons pas, à l’heure actuelle, s’il s’agit également de SDF (un homme et une femme) ou de passagers du tram, selon les différentes origines de l’information, en revanche, la raison en est probablement le refus d’une cigarette.

Le « Russe », donc, se sentant menacé, a sorti son couteau, touché l’un de ses adversaires au thorax et blessé plus légèrement le second.

Tous deux ont été transportés au CHU de Montpellier et leurs jours ne sont pas en danger.

Le « Russe » a été placé en garde à vue.

Paris (18e arrondissement) – Dans une boucherie située rue Riquet, une trentaine de personnes font la queue (un commerce apparemment qui marche très fort !) lorsqu’une altercation éclate entre deux individus.

L’un des deux se saisit d’un pic de brochette, poursuit l’autre dans la rue et le lui plante à plusieurs reprises dans le thorax.

Les employés interviennent et parviennent à le désarmer.

La victime, très grièvement blessée, son pronostic vital étant engagé, traverse la rue et s’écroule dans la boulangerie qui fait face à la boucherie.

Il est conduit à l’hôpital Bichat.

L’agresseur (qui n’est pas russe et dont nous ignorons donc, selon la formule désormais habituelle, l’identité et les origines !) a réussi à prendre la fuite.

Il est activement recherché.

Manuel Gomez

image_pdf
0
0

22 Commentaires

  1. Grenoble une ville pourrie depuis 1968/1970 … Un délitement en continu depuis les JO où des maghrébins sont venus en grand nombre pour les travaux.

  2. « Ah ! Putain ! Ne me parle pas de Grenoble ! » F. Raynaud, il y a 50 ans ! Visionnaire ?
    Avec leur Maire, pas dans la Mairde !

    • Courage fuyons !
      Jules Renard ou Napoléon Bonaparte ?
      J’ai un doute !

  3. Y a t’il un maire à Grenoble ! Est il en train de mouiller son pantalon est il mort de trouille ou est il complice des agités musulmans du ciboulot ? Il devrait être poursuivi pour non assistance à population en danger. Ce foireux lâche et traître à sa fonction devrait être traduit en justice.

    • Oui, il y a un maire à Grenoble. Il s’appelle Eric Piolle, il est « vert » et on le surnomme « Piolle Pot ». Sa première décision lorsqu’il fut élu fut de supprimer toutes les caméras de vidéo-surveillance de la ville, afin de ne plus déranger les voyous. On voit le résultat.

      • Il suffit de traverser Grenoble, par la ville ou par le périf pour constater l’état de déliquescence. Tout est sale, immonde, puant, tagué partout. Peu de face de craie, que des aliens partout.
        La catastrophe commencée sous les maires socialopes s’est amplifiée à vitesse supérieure sous les coups du maire actuel khmer vert.
        Une règle, fuir ce trou à rats ou l’éviter autant que possible sur son itinéraire !

  4. Cela fait des décennies que Grenoble est gangrenée ce n’est donc pas un scoop

    • bien fait pour les habitants,ce sont bien eux qui ont elus un maire vert ancien stroskiste qui sont eux pour l’immigration,on voit les resultats et pas qu’a grenoble,maintenant dans toute la france

  5. Ne me parle plus de Grenoble…, c’était le titre d’un sketch (excellent) du regretté Fernand Raynaud. Finalement, rien n’a changé dans cette ville depuis cette époque. Et avec leur maire, surnommé Piolle Pot, cela ne risque pas de s’arranger.

  6. la racaille sait qu’elle sera accueillie à grenoble, à rennes et dans d’autres villes bien votantes.
    pourquoi se gêneraient ils?

  7. les pastèques font toujours mieux que tout le monde
    Ceci étant depuis que les flics ne peuvent plus gazer cela va beaucoup mieux

  8. normal ..chez les verts on ne veut pas passer de Roundup sur la mauvaise graine.On préfère les herbes folles, tant pis pour le pot-agé

  9. Oh, rien de neuf sous le soleil. Cela fait des années que ça dure ! Le vrai problème de Grenoble n’est pas les quelques fusillades ou agressions, qui souvent découlent du partage des zones de prostitution, de trafic de drogue, aucun parrain ne contrôlant la ville à la différence de Lyon ou de Marseille, qui ont encore quelques « juges de paix » au sein du milieu.
    https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/grenoble-en-passe-detre-la-capitale-de-la-prostitution-002579871.html

Les commentaires sont fermés.