Grenoble: les vertueuses soldates de l’islam envahissent de nouveau la piscine

Publié le 24 juin 2019 - par - 255 commentaires - 5 520 vues
Share

En fait, mon envie d’écrire s’est quelque peu ébréchée ces derniers jours, d’abord j’ai l’impression de me répéter sans cesse, de prêcher à des convertis, et surtout, surtout, je suis prise d’une nausée constante, et cette-fois, ce n’est pas de la rigolade. Mon seuil de tolérance est de loin dépassé.

Il y a quelques années, nous avions emmené en Vendée les enfants et trois petits Canadiens en séjour linguistique. Il faisait très chaud, bien entendu, ils voulaient nager, nous avons trouvé une magnifique piscine municipale, les petits frétillaient de plaisir, chacun son sac et ses affaires de natation, maillot, bouées masques, palmes et tout le bazar. Payé à l’entrée comme tout le monde, difficile de les retenir tellement ils étaient impatients. Ça trépignait dans les cabines ! Mais voilà, un maitre-nageur s’est approché de notre groupe, la main levée : impossible pour les gamins de plonger dans l’eau rafraichissante avec des boxer-shorts. Des shorts achetés tout exprès pour nager et uniquement pour cet usage, et que chez nous, chacun portait depuis toujours, même dans les piscines. J’ai argumenté, palabré, discuté avec le surveillant, rien à faire. Je n’avais jamais acheté d’autres sortes de maillots pour les enfants, les parents canadiens non plus. Nous avons été obligés de sortir. Le lendemain, j’ai été acheter 6 maillots près du corps, et nous y sommes retournés. Voilà comment cela se passait en France, alors.

L’année dernière, une de mes copines habitant en Allemagne m’a raconté qu’elle avait vu de ses propres yeux un personnage plonger dans une piscine publique dissimulé (e) de pied en cap, tout en noir. Sans provoquer la moindre réaction.

Ce dimanche, une dizaine de pleurardes encapuchonnées ont mené une action retentissante dans une piscine de Grenoble pour revendiquer le droit de se baigner avec ce maillot de bain couvrant, interdit (tabou, refusé, défendu, prohibé, trop difficile à comprendre ?) depuis plusieurs années dans le pays tout entier. Il semblerait que ce type de citoyenne ne lit jamais ou est atteint de surdité.

Elles revendiquent le droit de se baigner en tenue de ville. Une dizaine de créatures vêtues d’un maillot couvrant interdit – et nul n’est censé ignorer la loi, sauf les fanas de la sourate – ont bruyamment fait part de leur intention de violer la loi, d’enfreindre la législation, de royalement se foutre des réglementations appliquées depuis des années, de désobéir aux normes de sécurité, de passer par-dessus les règlements les plus anciens, les plus logiques, de mépriser les règles légales, de déroger aux statuts, de porter atteinte aux principes d’hygiène les plus élémentaires (Veuillez me pardonner l’accumulation des termes, je voulais que vous compreniez vraiment de quoi il s’agit !) . Un peu comme si je demandais à six de mes copines de voyager en train sans billet et que, pour ce faire, une association débile venait nous appuyer. J’ai presque envie d’essayer, juste pour voir. Elles étaient sept, comme les nains de Blanche-neige, accompagnées de militants associatifs (je traduis = hors-la-loi) et ont pénétré dans une piscine municipale du centre-ville pour se baigner, en dépit de l’intervention de vigiles et de la direction de l’établissement.

L’opération, pour laquelle les médias locaux avaient bien entendu été dûment conviés, comme d’habitude (quand vous allez protester à la mairie contre une décision qui ne vous convient pas, vous avez les caméras de télé avec vous ?) s’est terminée sans heurts, a indiqué la direction de la piscine. Mais c’est bien sûr, on cède, et elles arrêtent immédiatement de brailler. Comme un enfant de deux ans. En mai, d’autres spécimens entièrement tapissées, soutenues par cette même association citoyenne frauduleuse, avaient déjà conduit une action similaire dans une autre piscine de la ville. A cette occasion, le maire écolo avait noyé le poisson, et conseillé le dialogue. J’aimerais assez que le représentant de l’autorité municipale me donne la recette, car malgré tous mes efforts, je n’y suis jamais arrivée. Dialoguer avec les adeptes de la courtepointe crânienne, mission impossible, vous voyez bien dans quel état est notre pays ! Elles grignotent, elles grignotent, il ne nous restera bientôt plus rien !

Devant la presse toute à leur dévotion, elles avaient justifié cet « acte de désobéissance civile » comme une protestation contre les règlements des piscines, qu’elles jugent – dans leur esprit trop serré par leur garniture – discriminatoires. Mais pourquoi pas ségrégationniste, tant que vous y êtes ! Elles estiment n’enfreindre aucune règle d’hygiène ou de sécurité et expliquent agir « sans aucune conviction religieuse », pour défendre la « liberté de toutes les femmes ». Voilà que j’ai peur d’écrire ce que je pense, maintenant ! J’aimerais juste faire remarquer que les recluses du caisson que je croise dans les transports en commun ne sentent pas la rose, ni le muguet d’ailleurs. Imaginer nager dans la même eau me rend malade. J’ai écrit quelque chose d’interdit?

Impuissance  et complicité  institutionnelles et collectives : «Après une première action fin mai aux Dauphins un groupe de musulmanes s’est baigné en maillot couvrant (interdit), cette fois à la piscine Jean-Bron de Grenoble, ce dimanche à 15h30. Comme d’habitude, elles étaient entourées de sympathisants et de membres de l’association Alliance citoyenne. Encore des retraités en mal de loisirs ? Les responsables de la direction des sports et les vigiles de la sécurité leur ont signifié l’interdiction, sans le moindre effet. A 16h, le groupe se baignait toujours, sans provoquer, semble-t-il, d’émoi particulier. C’est précisément cela qui me fait bouillir ! Les autres nageurs appréciaient donc cette grotesque manifestation ! Sinon, rien n’aurait été plus facile que de sortir de l’eau en guise de protestation. Nous sommes tous des lâches !

https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/06/23/grenoble-nouvelle-operation-burkini-a-la-piscine

Arrivé prématurée de la canicule. Vous savez ce que cala signifie ? Elles seront de plus en plus nombreuses à tenter de faire pitié, à jouer les martyres, à implorer la compassion, elles qui n’aiment rien autant que gémir, et voilà la ministre de la santé qui s’attendrit et fait passer une nouvelle loi ! C’est aussi simple que cela !

J’ai tout de même relevé quelques commentaires irrités :

Le règlement municipal n’est plus appliqué, l’islamisme politique avance à grands pas !

On leur demande simplement de respecter un règlement que TOUT LE MONDE respecte. C’est trop compliqué à comprendre ?

Personne ne peut se baigner comme il l’entend. Quand je vais à la piscine municipale, je n’ai pas le droit de mettre un short de bain. Ce n’est pas de la discrimination, c’est le règlement. Et qui leur impose le burkini ? Arrêtez de victimiser.

Ensuite, elles viennent couiner qu’on les déteste ! Mais ces geignardes ne font qu’emmerder la planète entière à force de se croire supérieures : « Vous les musulmans, vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah » (sourate 3,v26). « Ô vous qui croyez, les infidèles ne sont que souillure (impureté) ». (sourate 9,v28)

Alors, pensez-donc, être forcées de se baigner avec des présumées souillures !

Magnifique ! Après toutes ces années de combats pour l’égalité femme-homme, voilà que nos dirigeants cautionnent maintenant la nage en vêtement de travail. Je ne sais si je dois rire de leur totale incohérence ou pleurer de leur à-plat-ventrisme devant l’islam.

Il serait si facile de protester, mais personne ne le fait. On pourrait par exemple plonger soi-même en tenue de bureau, en imperméable, en blouse, en tablier, en pyjama rayé ou sortir tous ensembles de l’eau. Juste pour voir. Même cela, les Français (et les autres, je vous rassure) ne le font pas. Ils nagent, ils barbotent, ils pataugent, comme si tout était normal, comme si tout allait bien, comme si nous vivions dans un pays normal, sensé, dirigé par des experts.

Je lis souvent : ça jamais ! Par exemple, lorsqu’il s’agit d’une voilée au parlement, ou accompagnant les sorties scolaires. Ou parfois, de l’annulation d’une fête scolaire en raison du ramadan. Jamais ? Eh bien si. Et d’ici quelques semaines, nous plongerons dans une eau foisonnant d’énormes ilots noirs. Et je m’attends à bien pire encore.

J’en pleurerais.

Anne Schubert

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
DURADUPIF

Ces carnavals à l’eau qui outrepassent les lois et règlements avec allégeance sans que les autorités compétentes ne s’y opposent avec force et vigueur. On hurle, stop par la force publique à ces agressions contre les lois et règlements républicains français.

Natou

Des bons petits soldats des Frères Musulmans !!!!
Elles vont remettre ça dimanche jusqu’à que l’on cède je viens d’écouter sur Sud Radio !!!!!
On doit se réveiller merde !

Vicky Thilvert

Je suis outrée, non par votre texte mais par le culot de ces hordes de folles qui ressemblent plus à Belphégor qu’au commun des mortels. Je suis aussi outrée par le manque de réaction des politiques : à quoi cela sert-t-il de voter des lois si elles ne sont pas appliquées ? Je suis retraitée mais je ne ressens aucune pitié pour ces gens qui viennent profiter d’avantages pour lesquels les français sont exclus. Si les élus de Grenoble ne font rien contre cette horde de sorcières, jetez-les aux prochaines élections. De toute façon il ne faut pas s’étonner que… lire la suite

amril

Ça fait quarante ans qu’ils nous/vous trahissent et vous semblez surprise???

limone

bon ok , vous êtes en colère , je ne le suis plus pour préserver le peu qu’il me reste de santé mentale ! maintenant soyons clair peut être que tous ces gens qui ne bougent pas sont dans le même  » état  » que moi ! sinon dites nous comment nous devons faire ? aller à la piscine de Grenoble , ? qui interpeler ?

Michel

Les gens normaux (pas les empaquetées) devraient prévenir aux abords de la piscine que l’eau est désormais sale et dangereuse. Et en effet, les musulmanes empaquetées, par ces temps de chaleur, ça doit puer la transpiration jamais lavée…. Beurk… Elles font comme chez elles, vivre dans la crasse poisseuse. Les gens normaux qui iront se baigner dans cette saumure, vont attraper des tas de cochonneries, chamlpignons et autres maladies de peau. Il n’y a que les adeptes du « vivre ensemble » qui trouveront que c’est bien de dégueulasser une piscine.

Jeece

J’ai honte de mon pays que je compte quitter incessamment sous peu.
Mais où aller ? Ils sont partout ces pourritures !!!

Vicky Thilvert

Non, il ne faut pas céder notre place, si nous partons ils gagnent

Jeece

Moi j’en pleure déjà !!!

olu

dehors ou alors reter chez eux

Eric Godart du

Heil Daesh, ces femmes sont des provocatrices et des soldates de l’islamisme. C’était une véritable opération commando. J’espère que les autorités vont les punir durement par une forte amende par exemple. Heil Daesh