1

Grenoble : qu’attendent-ils pour interdire « le mois décolonial » de nos ennemis ?

La gauche toujours à la pointe de la trahison nationale s’est transformée en un virus violent qui se propage dans les écoles, les universités et les grandes écoles.

Grenoble, dont les habitants ont trouvé intelligent de s’abstenir et donc d’élire des jean- foutre, propose un mois décolonial, c’est-à-dire que pendant un mois, dans cette ville, les habitants vont devoir subir la logorrhée indigéniste, raciste et anti-France aux frais de leurs impôts communaux.

Ils ne sont pas les seuls parce que d’autres comme les Lyonnais, Rennais, Bordelais et autres, ayant trouvé génial de s’abstenir, font aussi les frais des débilités écologiques. Abstention, véritable piège à con.

Le mois de l’imposture et des mensonges

Jamais il ne sera évoqué autre chose que la haine anti-blanche, et surtout pas les responsabilités des Africains eux-mêmes si ce n’est dans la traite négrière, et admettre malgré tout les bienfaits de la colonisation même si, je le sais bien, certains colons n’ont sûrement pas été des anges de paix, d’amour et de tolérance envers les Africains. C’est aussi oublier que les Africains n’ont jamais été des anges sur terre, vivant d’amour et d’eau fraîche, comme des hippies préconisant la paix et l’amour. (Peace and Love). 

Extrait de « l’Afrique à désintoxiquer » de Kakou Ernest Tigori (Historien africain)

La réalité est tout autre. Des historiens africains sonnent l’alarme sur les conséquences de cette volonté de vouloir faire de l’Africain un innocent. L’innocence béate des Africains est un mythe raciste. Ce ne sont ni des anges, ni des enfants, ni des béats comme certains idiots le pensent. 

Les Africains sont simplement des humains comme tous les humains, qui ont pratiqué des horreurs, comme tous les humains, qu’ils soient occidentaux ou asiatiques.

Les Africains ont leurs génies et leurs monstres. Pensez le contraire, c’est les avilir, c’est du racisme pur. Comme je le dis souvent, tout commence pour l’enfant par l’image qu’il perçoit de son entourage, par son éducation, sa culture.

La gauche poursuit son travail de sape à travers les « gentils Africains » vivant en France grâce à la générosité de celle-ci le plus souvent, qui les a accueillis, et en a même fait des députés. Je pense à tous ces gens issus d’ailleurs, naturalisés et qui sévissent dans les médias. Pour rien au monde ils ne reviendraient dans leurs pays d’origine, mais refusent pourtant d’expliquer pourquoi ils vivent en France et lui crachent dessus à la première occasion, au nom de la liberté d’expression. (Bouteldja, Obono, Salamé, Diallo, Bouhafs, Skajo, Sy, Avia, Marwan, Boussoumah, etc.)

La gauche est pourrie depuis longtemps, à commencer par la colonisation qui est une œuvre des radicaux-socialistes de la IIIe République. Faut-il rappeler que l’ancien communiste et néanmoins grand poète Aimé Césaire n’a jamais voulu aller au bout de sa logique. À savoir l’autonomie, puis l’indépendance de la Martinique et de la Guadeloupe. 

Nous avons des dirigeants actuels qui, pendant 40 ans, se sont laissé piétiner par les responsables de cette gauche colonisatrice qui imputent à d’autres cette responsabilité.  Toujours cette même inversion. Toujours cette ambivalence, comme les communistes obéissant à Staline et collaborant avec les nazis, puis en juin 41, toujours sous les ordres de Staline, entrent en résistance. La France ne compte pas pour ces gens-là.

Je vais conclure par cet extrait qui résume cette réalité actuelle de l’Afrique. Une réalité que personne ne veut voir et surtout pas la gauche et encore moins les dirigeants politiques castrés qui ne veulent pas affirmer cette réalité pour des raisons d’intérêts personnels ou de soumission. 

C’est un Africain qui a écrit cela. Je le remercie et j’encourage tous les Français à lire de tels ouvrages venus d’Africains lucides comme monsieur Kakou Ernest Tigari ou Titiane N’Diaye et d’autres. Ils ne comprennent pas que les Français acceptent d’être insultés et accusés de maux dont ils ne sont pas responsables.

Gérard Brazon