1

Greta : 16 ans, autiste Asperger, ne connaît rien au climat, mais tout le monde la décore !

En quelques petits mois à partir de septembre 2018, la gamine est passée de la position assise en tailleur, de longues heures durant, dans le froid, devant le Parlement de Stockholm avec une pancarte « grève de l’école pour le climat », à la position debout de conférencière, en décembre 2018, à la Cop 24. La gamine, c’est Greta Thunberg, l’adolescente suédoise, figure de lance de la grève contre le réchauffement climatique, tous les vendredis, interviewée par Libération. Et le 23 juillet, accueillie comme sauveuse de la planète, à l’Assemblée nationale.

Elle a 16 ans, est atteinte d’un autisme Asperger, n’a strictement aucune compétence, aucun diplôme attestant de travaux dans quelque discipline que ce soit et donc aucun concernant la théorie pourtant controversée du réchauffement climatique. Mais, en dépit de ce vide abyssal, elle est décorée comme si cela était ! Jugez plutôt.

Gratifiée en juin du prix d’Ambassadrice de conscience par Amnesty Internationale ainsi que celui, prestigieux, de Docteur honoris causa par l’université de Mons (Belgique), proposée pour le prix Nobel de la Paix, et bientôt récipiendaire du prix de la Liberté, à Caen, tout ceci ne fait-il pas un peu beaucoup pour une adolescente de 16 ans que rien, dans sa jeune vie, ne justifie ?

Docteur honoris causa parce qu’elle a « passé des milliers d’heures à chercher des informations sur internet et dans les livres » ? C’est ce qu’elle dit à Libé. Mais pour quels résultats ? Greta n’est pas Augusto Odone, économiste à la Banque mondiale, qui avait obtenu le titre de docteur honorifique pour avoir consacré des années de sa vie à la recherche d’un médicament contre la maladie rare dont était atteint Lorenzo, son fils.

Le prix Nobel de la paix ? Greta Thunberg sur le même plan que Martin Luther King, Albert Schweitzer, Théodore Roosevelt ? Les puissants de ce monde nous auront décidément tout infligé…

Et enfin, en juillet, le prix de la Liberté : celle d’entraîner des milliers de collégiens et lycéens boutonneux à faire l’école buissonnière ? C’est donc à cette occasion que nos vaillants et subjugués députés vont l’accueillir à l’Assemblée nationale. Et qu’au milieu d’un emploi du temps chargé pour causes de sollicitations dans le monde entier, elle a offert de son précieux temps, à Libé. Le veinard.

Notre sentiment confirmé, si besoin était, à la lecture des questions et réponses étalées sur plusieurs pages ? Que, malgré ses dénégations, la petite autiste est parfaitement instrumentalisée, manipulée. Ce qui, sachant à quel point être mis en relation avec des personnes autres que leur entourage – caractéristique autistique – génère chez eux d’énormes angoisses, est une honte absolue. Rien d’étonnant à ce qu’une pétition ait été lancée pour faire cesser cette criminelle manipulation.

« J‘ai décidé de lancer cette pétition pour demander aux nations Unies de faire respecter les droits de l’enfant et de faire cesser l’exploitation de la jeune Greta atteinte d’une forme d’autisme, avant qu’un drame se produise », écrit Grégory Roose l’auteur de l’initiative.

Mais cela ne dérange pas Libération, parfaitement au fait des maux dont souffre la gamine. On pourrait même supposer, en le lisant, que souffrir de « trouble obsessionnel compulsif » et de « mutisme sélectif » donnerait plus de poids au combat dans lequel elle s’est jetée. Et y est maintenue par des adultes si bien attentionnés. Comme si cela lui donnait de la valeur ajoutée… de la légitimité pendant qu’on y est !

On se croirait revenu aux heures les sombres de l’Histoire. Jeunesse stalinienne, maoïste, hitlérienne, à chaque fois utilisée sans vergogne pour rééduquer les adultes par des gouvernements idéologiques à visée totalitariste. Sauf que là, l’autisme, avec ses centres d’intérêt restreints fortement teintés d’obsessions, fait de la petite Thunberg une proie de choix. Ignoble.

Ses réponses aux questions faussement embarrassantes de Libé ? Pas une seule explication rationnelle, pas un seul aucun argument tangible sur la théorie réchauffiste à nous mettre sous la dent. En fait, elle tourne en rond, Greta. La végane répète ce qu’elle lit sélectivement, ses interventions ne sont que le reflet d’un discours appris par cœur, dans l’air du temps. Vendeur.

Il faut arrêter de prendre l’avion, de manger de la viande. Il faut « limiter la hausse des températures en dessous de 2°C ou de 1,5°C ». Mais la chaleur au Jurassique avec ses émissions de CO2 atteignant ou dépassant 7000 ppm (au lieu de 400 et quelques aujourd’hui) et qui faisaient pousser les fougères à 25 mètres de hauteur, l’optimum climatique du Moyen-Âge, bénéfique pour les récoltes (et pour les humains !), le Groenland habité par les Vikings ? Cela n’intéresse pas Greta. Quelle aubaine pour les grands qui l’invitent !

Sainte Greta, dans quelques jours devant un parterre béat de députés de notre Assemblée nationale ! Peut-être même qu’Emmanuel Macron y fera son apparition, lui qui l’a déjà reçue une fois. Y a pas à dire, les biens-portants que nous sommes… être culpabilisés et menés par le bout du nez par une enfant dont le handicap entrave la curiosité, le doute, et par là le développement d’un esprit scientifique, ça fout la honte, ça met en colère. Pour tout dire, ça effraie. Car l’effrayant, n’en déplaise à cette gamine, n’est pas que les gens en matière de climat « ne connaissent pas les données de base », c’est que les gens sont détournés des vrais sujets. L’islamisation de la Suède, Greta, connaît pas ? L’effrayant, comme s’en réjouissait, extatique, Najat Belkacem, c’est que c’est la génération de « Greta et compagnie » qui sera au pouvoir bientôt…

Le plus triste mais aussi l’ inquiétant dans l’histoire de cette gamine ? De n’avoir «  jamais eu d’amis proches avec qui passer du temps ». De l’entendre dire, aussi, que « le simple fait d’exister nous fait participer au système et alimente cette crise ». Alors, quand sa prise de conscience lui a fait « traverser une grave dépression à l’âge de 11 ans », pas sûr qu’à plus ou moins long terme, le climat qui, dans un sens ou dans l’autre suit son bonhomme de chemin, son implication avec la pression médiatique qu’elle implique, n’en générera pas une autre…

«  On ne sait pas ce qui va se passer, tout est possible » ! conclut-elle face à Libé.

Et là, en entendant cette incroyable prophétie, le 23 juillet, nos députés, qui n’attendaient plus que Sainte Greta pour être galvanisés, applaudissent à tout rompre, pleurent à chaudes larmes, roulent de bonheur sous leur siège, se jettent dans les bras les uns des autres. Bref, pourront oublier les satanés homards…

https://www.liberation.fr/planete/2019/07/14/greta-thunberg-on-ne-sait-pas-ce-qui-va-se-passer-tout-est-possible_1739960

https://www.leprogres.fr/france-monde/2019/06/08/a-16-ans-greta-thunberg-recoit-le-prix-le-plus-prestigieux-d-amnesty-international

http://www.adoxa.info/greta-thunberg-recoit-un-titre-de-docteur-honoris-causa-a-16-ans

https://www.letemps.ch/monde/jeune-suedoise-greta-thunberg-proposee-nobel-paix

https://www.valeursactuelles.com/societe/une-petition-lancee-contre-linstrumentalisation-de-greta-thunberg-108575

https://en.wikipedia.org/wiki/Augusto,_Michaela,_and_Lorenzo_Odone

https://www.bvoltaire.fr/optimisme-beat-de-najat-vallaud-belkacem-contre-noir-pessimisme-de-yves-cochet/

Caroline Artus