Grimaces anti-France de la part des “progressistes”

Publié le 27 octobre 2018 - par - 30 commentaires - 2 500 vues

C’est dans l’air du temps, c’est le « sens de l’Histoire », bref, c’est le politiquement correct : il est interdit, ou du moins vivement conseillé de ne pas aimer la France, et même d’éviter d’employer ce nom, quasiment considéré comme un gros mot.

Voici deux anecdotes significatives à cet égard. Dernièrement, invité lors d’un repas par une famille amie de longue date, je me trouve assis face à un jeune cadre dynamique, que je crois « de gauche », la quarantaine. À un moment donné, son beau-frère assis près de lui évoque un restaurant parisien dont il apprécie particulièrement la qualité de la cave, notamment constituée de vins de Bordeaux et de Bourgogne. Naïvement (je vais m’en apercevoir sous peu), je prends à témoin, à propos de ces grands crus, le jeune homme ci-dessus mentionné, en ces termes qui frisent l’indécence : « ça c’est la France ! » Réaction de ce dernier : une grimace que je qualifierai de douloureuse, exprimant un certain dégoût. À l’évidence, le malheureux souffre. N’ayant pas encore très bien compris, j’enfonce le clou : « Eh oui, osé-je ! » Nouvelle grimace, nouvelle souffrance. Je cesse de le torturer.

C’est alors que surgit de ma mémoire le souvenir d’une scène vécue deux ans auparavant, chez un ami de longue date, donc cette fois de mon âge, mais également… « de gauche ». Cela se passe sur une terrasse à la belle saison, dans une assez belle résidence en banlieue d’une grande ville. Tout en prenant l’apéritif, j’aperçois à la fenêtre d’un immeuble du quartier un drapeau français, oui, j’ai bien dit : bleu, blanc, rouge. Hélas ! « Tiens, fais-je remarquer naïvement à mon vieil ami, un patriote ». Grimace gênée de mon interlocuteur qui, à l’évidence, souffre.

La similitude entre ces deux anecdotes me paraît révélatrice. Bien sûr, du fait qu’il n’est pas correct d’aimer la France (ce qu’implique le mot « patriote », et même qu’il n’est pas convenable de souligner son existence. Ensuite, je suis frappé par la similitude des réactions : la grimace, autrement dit une forme de silence gêné, l’impossibilité d’exprimer sa détestation de la France par des mots, autrement dit l’impossibilité d’amorcer un dialogue. Dans les deux cas, la personne se trouve au milieu du gué : détestation certes, mais que l’on n’ose pas encore formuler explicitement par le langage articulé. On s’en tient donc à la grimace, qui fait office de dissuasion et signifie silencieusement : arrête ! Pas de ça chez moi !

Une troisième anecdote, encore plus récente que la première, va m’aider à réaliser, non pas les raisons profondes de ce rejet, qui restent à définir, mais du moins son existence, son passage obligé chez toute personne bien-pensante. À la sortie d’une grande fête populaire au cours de laquelle 12.000 personnes venaient d’entonner une superbe Marseillaise, je rencontre un ami « de gauche » qui me manifeste sa joie sincère de me rencontrer, ce qui est réciproque. Difficile, dans la conversation, de ne pas faire allusion à la Marseillaise spontanée qui a résonné quelques instants auparavant. Notre ami avoue, un peu gêné, qu’il en a été ému. « Pourtant, s’empresse-t-il d’ajouter, sans doute pour que je n’aille pas tirer de conclusions honteuses à son égard, je ne suis pas spécialement patriote ». Tout en faisant quelques pas, il me répétera deux ou trois fois qu’il « n’est pas spécialement patriote », la répétition en l’occurrence tenant lieu d’insistance sur ce point à l’évidence majeur. Surtout pas ça grands dieux !

Conclusion. En langage journalistique ou intello, on dirait « décryptage ». Soit. Chez une certaine catégorie de population, qui s’affirme volontiers « progressiste », l’emploi du mot France semble provoquer le même effet qu’un crucifix à la face d’un vampire : ça brûle. Même chose s’il s’agit du drapeau français. Dans les deux cas exposés ci-dessus, je suis frappé par le caractère automatique autant qu’immédiat de la réaction : un réflexe. Ne faisant pas partie de cette mouvance (d’aucune d’ailleurs), je ne peux qu’imaginer les raisons de cet effet répulsif instantané, au risque d’en oublier ou de me tromper. Je suppose donc que la mention à la France et à ses couleurs, sans parler de son hymne, cela fait un peu, pour ces personnes, populiste, voire facho. Ringard aussi sans doute. Je suppose que, pour ces « citoyens du monde », l’appartenance à une nation est à jeter aux oubliettes de l’Histoire, comme l’on dit. Comme on a pu le constater, on en arrive même à refuser aux vins de Bourgogne ou de Bordeaux le qualificatif de « français ». Français ne doit plus exister, c’est un gros mot, quasiment une obscénité.

Tout cela me paraît participer de la mondialisation, voire de l’européanisation que nos élites tentent de nous imposer à toute force, sous divers prétextes frelatés du genre « la nation, c’est la guerre », alors que l’on sait très bien que les nobles motifs pacifistes invoqués en haut lieu et repris en écho par la presse docile à souhait ne sont que des prétextes pour imposer au monde une véritable dictature économique et financière, opération dans laquelle les phénomènes d’immigration massive ont un rôle éminent à jouer. Et il va de soi que, pour nous imposer une France multiculturelle, il convient d’en finir avec la France tout court. D’où la grimace.

Yves Pialot

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
hathoriti

D’accord avec vous, M.Pialot ! Entièrement d’accord ! D’ailleurs, il suffit d’écouter les journaleux de la tévé (ou même certains intervenants de RL qui nous postent, au demeurant de bons articles!) les “noms” qui reviennent sans cesse, sont : l’Hexagone et la république ! (celle-ci sans majuscule svp !) Mais le beau nom de FRANCE leur écorche la gueule ! J’ai rétorqué un jour à quelqu’un qui me parlait de l’Hexagone, en m’examinant, puis, avec un regard “étonné” :” ben, je savais pas que j’étais hexagonale ! j’ai plutôt des rondeurs là où il faut ! faut m’expliquer!” réponse bredouillante de l’autre … Quant à ceux qui parlent de “la république une et indivisible”, je réponds toujours que j’aimerais que l’on m’explique comment une forme de gouvernement , la res publica ou chose publique, peut être une et indivisible ! Et quand il m’est arrivé d’ajouter que le Roi de France était républicain, comme le Pharaon d’Egypte, par ex, puisqu’ils s’occupaient de la res publica ou chose publique, y’en a qui ont manqué s’étouffer !!!! Bref, tout ça pour leur dire, à ces abrutis qu’en ce qui me concerne, JE SUIS FRANCAISE ET FIERE DE L ÊTRE, J AIME LA FRANCE , J ADORE LA FRANCE, VIVE LA FRANCE ET MORT AUX CONS !

JOJO D ARIMATHIE

C EST LA MODE DE VOMIR SUR LA FRANCE OU AU MIEUX DE FEINDRE UNE GENE PAR RAPPORT A LA NOTION DE NATION …BEAUCOUP DE SANS COUILLES BOBOS FORMATES ET RESIGNES A L ARRIVEE DU GRAND REMPLACEMENT . CE SONT LES NOUVEAUX COLLABOS …ISLAMOCOLLABOS ISLAMOFELLATIONISTES QUI VONT PLEURER ET SE REBELLER QUAND LE SYSTEME SOCIAL FRANCAIS AURA EXPLOSE PAR L ACTION CONJUGUEE DE TOUS CES RATS DE NOTRE DEMOCRATIE.. MAIS ALORS IL SERA TROP TARD BEAUCOUP TROP TARD !!!…ET VOUS REMARQUEREZ QU IL EST TRES MAL VU D AFFICHER SES PREFERENCES NATIONALES QUAND ON A UN CERTAIN NIVEAU EDUCATIF ET SOCIAL … ON VOTE MLP MAIS EN SECRET CAR SINON ON EST STIGMATISE PAR LA PENSEE UNIQUE FORMATANTE ET MIS A L INDEX …..MAIS AU PRINTEMPS 2019 TOUT CELA VA CHANGER ET ON VA REMETTRE LES PENDULES A L HEURE DE LA FRANCE ETERNELLE PAISIBLE TRANQUILLE ET JOYEUSE !!! …ISLAM OUT DEFINITIVEMENT OUT !!!…

mimo

on connait ce genre de situation …face à des abrutis ,on s’en va ,face à des pseudos intellos ,on ne les fréquente plus ,et la famille ça dépend !par contre c’est heureux que des gens et nombreux soient patriotes et le disent en petits comités !et toute cette élite ne pense qu à s”expatrier toujours entre 2 avions et overbookés et écolos de pacotille !

DUFAITREZ

“La Soupe à la Grimace” ! Tout est dit !
Ces Bobos la boivent aveuglément, mais ont des renvois…
Ils bouffent bien, mais pensent mal !

wika

C’est so chic de tirer à boulets rouge sur son pays ou d’affirmer qu’on n’est pas croyant, surtout chez les catholiques.
C’est pour cela que ces gens grimaçants mettent leurs enfants en école privée, passent leurs vacances là où il n’y a pas de diversité, remuent la terre entière pour éloigner le camp de Roms installé non loin de chez eux et vivent dans des immeubles protégés par plusieurs codes d’entrée.
Oui, c’est so chic de s’affirmer européiste, mondialiste et anti catho lorsqu’on vit avec des œillères qui permettent d’éviter tout contact avec la réalité

Marnie

Une poignée d’anti France aura-t-elle la peau de notre pays ? Actuellement c’est bien engagé.

Frédérico Bahamontes

A nous de ne pas se laisser faire et ce que je ne comprends pas c’est pourquoi tous ceux qui disent la même chose ne rejoignent pas la seule qui veut sauver tout ça, le France 🇫🇷, la République etc etc, bref que la France reste la France…

Emile ROUX

Pouvez-vous rappeler de quelle idéologie sont issus les “progressistes” ?
merci par avance

ADLER

Une belle bande d’abrutis avec un cerveau atrophié.

lafronde

Comme l’auteur, j’ai rencontré beaucoup de jeunes aussi formaté apatrides. C’est l’effet d’une Education nationale multi-culturelle (c’est pareil chez les cathos !), et de “l’industrie de l’hébétude” (les radios et TV) selon la pertinente formule de Renaud Camus. Sans doute est-ce aussi l’effet de l’incompétence crasse de l’opposition de Droite au régime pseudo-républicain universaliste : pas assez travail de terrain !

Paskal

Ce n’est pas tellement qu’elle ne fait pas de travail de terrain, c’est que la droite “parlementaire” est sinon plus, tout au moins aussi mondialiste que la gauche.

hathoriti

Pas “pseudo- républicain”, mais républicain tout court ! On voit ce qu’ a donné la république depuis sa “naissance” en 1792 ! en 160 ans et des poussières, elle a détruit ce que la Royauté avait mis 1500 ans à construire ! mais bon…! puisque les français l’aiment…pas vrai ?

Emile

Cher Yves , je n’ai pas ce genre de problème
J’ai viré de mes relations les gauchiasses progressistes mondialistes dans ma famille…

wika

Moi aussi Emile, j’ai appris à éviter des gens que je ne convaincrai pas et qui ne me convaincront pas. Quoique, en matière d’immigration et d’islamisation certains commencent (enfin) à ouvrir les yeux.

ronie

A mon avis, ces réactions que nous connaissons tous ne proviennent pas seulement du mondialisme dont la dénomination est assez récente. Elle continue ce qui était l’internationalisme communiste dans lequel les esprits de notre pays restent plongés, même en l’absence de l’URSS. Et cet esprit anti-patriote a l’école pour terrain d’action depuis bien plus longtemps que ne sévit le mondialisme. Les pays de Visegrad rejettent d’autant plus aisément le mondialisme qu’ils y reconnaissent l’internationalisme de l’ancien occupant communiste. Le PCF a chuté mais nous en restons souillés et les “amis” de l’auteur ou les miens identiques ne s’en rendent même pas compte. Ils seraient bien surpris et choqués si on les traitait d’avatars du communisme.

Paskal

Quand le PCF disait “A chaque Parisien son boche !” ou “Pas un boche ne doit sortir vivant de Paris”, son internationalisme ne sautait pas aux yeux.

ronie

Il ne disait pas ça jusqu’à ce que Hitler attaque l’URSS. Nuance d’importance.

Jean Rage

Si “France” ou “patriote” sont des gros mots, alors je n’ai pas fini de me faire remarquer…

montecristo

Depuis un siècle il est arrivé en France tellement de “patriotes” étrangers venant de l’Europe entière et surtout des communistes, que les “patriotes” français sont noyés dans la masse et le sens de la patrie est partout, dans tous les pays qu’ils ont quittés … mais pas en France qui les a accueillis. Heureusement, il y a ceux qui ont su être reconnaissants !.

x :

Hier tous juifs allemands, aujourd’hui tous noirs, arabes, roms et musulmans ? Ils ont oublié homos et socialistes.

JCML

Mais aussi, lesbiennes, transgenres et que le dernier ferme la porte.

hathoriti

Lucky Lucke ?

Emile

Et transgenre…..

Paskal

Ils ont surtout oubliés prolétaires.

Dupond

Les adeptes de l’européanisation et autre mondialisation ont pour point commun d’avoir des oursins au fond des poches ….ils veulent partager les logements ,mais ceux des voisins ,ils veulent filer de la tune aux étrangers venus chercher une “vie meilleure” mais en taxant les petites entreprises dont les patrons ont pris des risques pour “essayer” de réussir . Eux par contre s’accrochent a leurs “acquis” et ne veulent absolument pas faire les frais de ce monde merveilleux .

JCML

C’est pas faux. D’ailleurs on pourrait proposer une loi qui dit en substance que chaque “pro-migrant” en prenne un chez lui, à sa charge totale et pour une durée indéterminée. Je pense que cela ferait réfléchir un certain nombre de ces collabos.

jip

nous sommes noir arabes et racailles ……c est si simple de dire (nous sommes des muzz)

patito

je ne vous comprend pas : vous aviez la chance d’avoir devant vous un vrai con et vous le laissez …… quel gâchis !
Moi , je l’aurais torturé , mis sur le grill, et avec la France éternelle c’était très facile.
En Bordelais vous pouviez remonter grâce au château AUSONE jusqu’aux romains et en Bourgogne vous aviez le travail des moines défricheurs auxquels nous devons les meilleurs climats.Avec un peu de sadisme j’aurais ajouté qu’à chaque fois qu’il boit une gorgée d’un des grands climats de Bourgogne il honore la mémoire des moines sans compter les Hospices de Beaune …. etc de quoi le rendre vert .
Mon dîner aurait été fantastique et le sien gâché.

ronie

Mais non Patito, ton dîner aurait été extrêmement conflictuel. Et si tu avais tenu ton monologue et laissé pantois tes convives, tu ne t’étonnerais pas que n’ayant reçu aucun coup de poing dans la figure (ouf!) tu ne serais plus invité nulle part. La meilleure chose qui puisse t’arriver, sauf à ne plus jamais dîner qu’avec des amis de RL. Ce qui est quand même sympa mais monocorde (mdr).

patito

ronie vous oubliez un point important : quand vous avez comme adversaire un tel abruti il faut jouer le coup au billard à trois bandes ; il ne faut pas le prendre de face et utiliser toutes les ressources de la langue française ,si riche, pour lui dire ce que vous voulez sans risque le clash . Cela ajoute du piment à l’opération.

Lire Aussi