Grosse artillerie mediatico-politique contre les opposants au halal

Publié le 27 février 2012 - par - 897 vues
Share

Depuis environ 3 ans, l’obligation qui nous est faite de manger halal sans le savoir, au mépris de notre objection de conscience, fait l’objet d’une opposition déterminée sur internet, ici même et par d’autres canaux……Silence total dans les médias officiels qui n’ont absolument rien à faire de la révolte des citoyens de ce pays, tant qu’elle ne vient pas de « communautés ».

Et puis Marine Le Pen en a parlé et alors là, c’est le déchaînement. C’est exactement le même scenario que pour les prières de rue (qui étaient dénoncées depuis longtemps sur internet). C’est un véritable réflexe conditionné de notre classe mediatico-politique : silence total sur les problèmes de nos concitoyens, puis déchaînement dès que Marine Le Pen parle.

Tout y passe : l’inévitable « nauséabond » bien sûr…Vous avez compris, vous les amis des animaux ou simplement ceux qui ont des problèmes de conscience à les faire souffrir : vos problèmes de conscience sont nauséabonds.

C’est uniquement à cause des élections que ce discours populiste sort, nous disent-ils…..car c’est populiste de se préoccuper de la souffrance animale. Non, messieurs, ce n’est pas à cause des élections que cette préoccupation s’exprime. Elle s’exprime depuis des années sur internet, mais simplement vous n’en avez rien à faire tant que Mme Le Pen n’en parle pas.

Populiste ? Curieux, car votre grande référence anti-populiste, l’Europe, a fini par se préoccuper de cette question et tente de faire passer un texte créant une filière de viande identifiée comme « non confessionnelle ». Et qui bloque ce texte et s’y oppose farouchement : la France et nos politiques, à genoux devant tous les communautarismes.

C’est tout de même extraordinaire : les communautés religieuses en question ont droit à un label, mais il est interdit aux français de base d’avoir également un label concernant une question qui leur pose un gros problème de conscience.

Nos politiques nous expliquent doctement, et par une véritable escroquerie intellectuelle,  que ce serait « stigmatiser » des minorités religieuses…   Ah, ce mot de « stigmatisation » mis absolument à toutes les sauces et toujours dans le même sens ! Mais, que je sache, ces minorités sont pourtant extrêmement fières de leur mode d’abattage rituel puisque c’est nous qui sommes « impurs » à leurs yeux, et qu’elles considèrent appliquer ainsi les commandements de leur Dieu. Souvenez-vous de la campagne publicitaire « Fièrement halal ». On veut vraiment nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Nous voyons en ce moment des « officiels » nous sortir absolument n’importe quels chiffres et tous contradictoires, 12%, 30%… ou plus, d’abattage rituel en France. C’est un non-problème nous dit notre Président….

On voit dans un débat minable, sans aucun contradicteur, de Paul Amar sur la 5, un Président de je ne sait quel syndicat des industriels de la viande nous endormir : mais c’est la même qualité, enfin !… Et il dit clairement non à un label « viande non confessionnelle » Tout cela est visiblement bien embêtant pour le « bizness », cela se lit sur son visage ennuyé !

Depuis quand est-ce aux industriels de la viande d’arbitrer les questions de conscience des Français ?

Quand comprendront-ils tous que ce n’est pas qu’une question de qualité (même s’il y a bel et bien une différence de qualité, avec ces bêtes pétries de souffrance. Les artisans bouchers sortent de l’omerta et disent qu’ils reconnaissent tout de suite les viandes halal) : nous ne voulons pas manger sans le savoir de la viande d’animaux abattus de cette façon atroce. Point final.

Par ailleurs, notre pays est laïc, enfin jusqu’à présent (cela ne va peut-être pas durer encore longtemps). Nous ne voulons pas payer une redevance obligatoire aux autorités religieuses concernées, à l’encontre de notre conscience à nous. Point final.

Il existe un décret du ministère de l’agriculture autorisant de mêler les invendus de viande confessionnelle à la viande « normale ». Nous exigeons l’abolition de ce décret. Nous exigeons un label « viande non confessionnelle »,

Le nouveau décret gouvernemental demandant que les abattages rituels correspondent à des commandes effectives est un enfumage qui sera trop facilement contourné d’une part, et d’autre part n’empêchera pas les invendus de viande confessionnelle (la partie arrière des animaux) d’être mélangés à la viande normale. Car les juifs pour des raisons religieuses ne consomment pas la partie arrière des animaux, et les musulmans non plus car ils consomment surtout des morceaux à bouillir, ceux de l’avant donc (peut-être aussi pour des raisons religieuses). Et voilà nos industriels hurlant qu’il faut bien qu’ils puissent vendre les parties non consommées, en douce et incognito….

Quant à l’islam, vous pouvez lire, ici et là sur des blogs qui lui sont dédiés, que c’est nous qui devons nous plier au halal, puisque nous n’avons pas d’interdit religieux. Rien que cela !  Figurez-vous que nos problèmes de conscience à nous ne sont pas commandés que par le religieux et que nous en sommes fiers. Et ces problèmes de conscience sont tout aussi aigus que ceux que vous considérez comme les vôtres.

Certains pays européens sont pourtant arrivés à interdire cette horreur de l’égorgement à vif, tout en ayant les mêmes minorités religieuses. Mais ils ont des hommes politiques peut-être moins inféodés aux communautés, ou qui, s’ils l’ont été, commencent à réagir.

En tous cas, cette question est pour moi un problème de conscience assez grave pour que je renonce à voter pour le candidat pour lequel je pensais voter.

J’espère que nous serons nombreux à réagir ainsi.

Sylvie Montout

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.