Guerre contre l’islam : les dernières nouvelles du front

Publié le 23 février 2015 - par - 2 960 vues

fatiha_e

Ce mot pour annoncer que le livret sur la prière centrale des musulmans (voir ici et ici) a maintenant une version anglaise. Elle a été lancée ce dimanche sur Twitter. On peut également en télécharger la version Word et les polices arabes. Une version allemande est prévue pour avril.

Nous travaillons en ce moment sur les exégèses du verset 2:256 (Nulle contrainte en religion), afin de réfuter les mensonges habituels sur la liberté de religion que l’islam n’offre bien sûr d’aucune manière. C’est maintenant une question de semaines. Ensuite, nous entamerons le verset 9.60, qui permettra de montrer que la “charité”, dans l’islam, doit servir à financer le jihad.

Si vous souhaitez participer à cet effort, je recommande Twitter. Vous pouvez télécharger des images toutes prêtes (français et anglais) qui conviennent très bien pour ce média. On peut aussi en faire des affichettes à disposer partout où cela semble opportun. Ces images comportent une adresse simplifiée (precaution.ch/fatiha resp. precaution.ch/fatiha_e) qui facilite l’utilisation sans URL actif. On peut aussi simplement retweeter ceci.

Pour mémoire, ce livret sur la fatiha révèle le consensus des exégètes sur la signification de la prière que les pratiquants récitent au moins 17 fois par jour. Selon ce consensus, fondé sur un récit de Mahomet et sur le contenu du coran, les musulmans se rappellent ainsi indéfiniment que les juifs méritent la colère de dieu et que les chrétiens sont égarés. Ce qui constitue une incitation à la discrimination et à la haine à l’encontre de gens en fonction de leur appartenance à une religion.

fatiha_3

La Fatiha et la culture de la haine. Publication en vente sur AmazonFichier PDF correspondant. Fichier Word A4 en couleur avec URL directs et polices arabes. Fichier PDF de la version A4. Coran en arabe en signalant toutes les imperfections.

Alain Jean-Mairet

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi