1

Guerre des couteaux et voitures bélier : prenons exemple sur Israël

IsraelattaqueaucouteauAlors qu’on demande aux juifs de Marseille de cacher leur kippa, pendant que les mahométans se promènent triomphalement en djellaba sans être inquiétés le moins du monde, nous ne pouvons que mieux observer en Israël cette déferlante meurtrière de voitures béliers, de coups de couteaux et de tueries aux terrasses, mouvance sanguinaire qui nous aide à prendre conscience de la réalité d’un seul et même mouvement, animé par une seule et même religion, là-bas comme dans nos contrées, un mouvement qui transforme les peuples musulmans en véritables « mutants » de la puissance invincible de l’Oumma : ce vecteur spirituel en fusion, assurément la plus puissante force collectiviste à avoir jamais émergé des entrailles de l’homme depuis le siècle passé!

Et lorsqu’on voit les Israéliens, aux prises avec cette pulsion de haine et de martyre qui leur rôde autour depuis déjà trop longtemps, on ne peut s’empêcher de réfléchir à cette notion que la bien-pensance s’est toujours empressée de définir avec son vernaculaire niveleur habituel, une notion qui, comme le « pasdamalgame », est en train de devenir la risée du moment: « le-conflit-israëlo-palestinien! »

En effet, renvoyer dos à dos deux belligérants à égalité de mémoire et de souffrance, tel fut, de tout temps, l’agenda de nos médias dominants et de nos chantres de la pensée unique…

Car, désormais, c’est le Palestinien lambda qui, au lendemain d’un prêche, tel un somnambule de la foi ou un zombie de l’enfumage sectaire, prend sa voiture pour foncer quotidiennement dans le sale juif à l’arrêt du bus, l’achever en piquant du couteau de cuisine, puis, attendre son ascension au paradis par une mort assurée suite à l’intervention des forces de l’ordre…

Ce paradigme en rappelle malheureusement un autre…

Alors deux constats!

Le constat de toujours, c’est-à-dire cette haine métaphysique pour ne pas dire mystico-magique envers le peuple juif et « tout ce qui en découle »… ça, c’est compris là-dessus!

Et ce qui est compris aussi : que ces assassins fous de Dieu, poignard en main à la recherche frénétique de leur petite victime à saigner, le font parce que cette victime « est » un juif !

Mais non seulement…

Ils tuent du juif d’abord parce qu’ils sont juifs certes, mais surtout parce qu’ils sont juifs « et » mécréants…

Voilà le deuxième constat!

Nous sommes donc à la croisée des chemins, à l’heure des grands aggiornamentos, des remises en question et des changements de modèles… Notre manière de voir n’est plus – ne doit plus – être la même!

Parce qu’il y a bien un « avant! »… Un avant où ce conflit laisse l’opinion occidentale abrutie par nos médias de masse qui lui présente en boucle les « réponses disproportionnées » de Tsahal face à des populations « martyrisées » : en symbiose d’un perpétuel « appel à la retenue », sommant le « régime sioniste » à ne pas « enflammer la rue palestinienne persécutée »…

Mais il y a maintenant un « après! »… Un après où on commence à y voir plus clair; un « après » une bonne centaine de morts et un complot terroriste déjoué par semaine, mais un « après » tout de même : conséquence des difficultés que nous avons tous à comprendre ce nouveau monde en gestation.

Et il faudra savoir le gérer cet « après », à travers l’évolution d’un débat vers une réalité qui en prend plusieurs de cours. Une réalité qui force les écoles de pensées et les cénacles à devoir s’accorder en réalisant l’impossible : reconnaitre certaines « erreurs de parcours » et de voir en l’autre, « l’identitaire » justement, celui avec qui on a peut-être plus d’affinités que l’on n’a jamais cru…

De voir également en l’autre, « le juif », lui aussi comme l’identitaire, parfois réticent à sortir de ses catégories de pensées, celui avec qui nous partageons désormais – et plus que jamais – le même combat.

C’est de voir même les religieux, d’un côté comme de l’autre, armés pour les uns, des textes talmudistes, pour les autres, de ceux des Pères de l’Église, qui auront enfin compris que leur destin commun n’a rien à voir avec celui de cette secte mahométane aux antipodes de leur tradition respective…

Mais faire, comme Fréderic Haziza dans « La règle du Jeu » de BHL, ce détestable amalgame, typique d’une gauche droit-de-l’hommiste en perte de repères, entre les imams fanatiques d’aujourd’hui et ces « dominicains et franciscains fanatiques du moyen âge », tout en prenant bien soin d’ajouter : « avec leur apéro saucisson pinard », est très représentatif de cette intelligentsia lobotomisée à l’idéologie islamo-gauchiste…

Car en renvoyant sans vergogne, dos à dos, fanatisme musulman d’aujourd’hui et fanatisme « catho » d’hier, comme si l’un était la matrice de l’autre, comme si l’un découlait de l’autre, c’est non seulement relativiser le débat – ce que font tous les musulmans – mais c’est relativiser l’acte terroriste en soi, le massacre du Bataclan, de relativiser Charlie et l’Hyper Casher, la tuerie de Merah aussi, c’est surtout de ramener le peuple de France à sa seule composante « identitaire » fantasmée…

Finalement, toujours cette obsession du franchouillard barbotant dans la sauce maurassienne, antidreyfusard rance, nostalgique de Pétain et de Vichy, pris dans la glaise d’une France rouge-brune qui rappliquerait par force héréditaire… « L’Idéologie Française » n’est pas loin, les spectres de Drieu et Brasillach non plus! Nous sommes donc quittes pour une énième larvée : le caquet du coq gaulois peut revenir hanter les esprits!

Il serait plutôt temps de prendre exemple sur ces Israéliens, toujours dignes dans la retenue, afin de ne pas tomber dans la facilité d’une vengeance gratuite et d’un « œil pour œil » de la Thora séquestrée de son essence originelle : concept bien relativisé pour ne pas dire invalidé par le Nouveau Testament et le génie talmudique du commentaire rabbinique, mais combien « intériorisé et appliqué » par cette autre religion n’ayant rien à voir, elle, avec les catégories et le magistère du judéo-christianisme…

Prendre exemple aussi sur le rôle des médias en Israël, où la langue de bois n’existe pas à proprement parler, où l’on ne craint pas de nommer les choses et dire les vérités à l’image de Netanyahou qui ose dévoiler un secret de polichinelle : celui du Grand Mufti de Jérusalem collaborant avec Hitler dans le but d’exterminer tous les juifs de Palestine-mandataire : beau pied de nez à la bien-pensance mondiale qui lui tomba dessus comme s’il était un vulgaire nazi!

Prendre exemple surtout sur le traitement des « familles » de terroristes, qui assistent à la destruction systématique de leur maison au lendemain de chaque attentat!…  Suffit à la fin, avec ces familiers qui « ne sont au courant de rien », et ces génitrices pleurant leur fils « si gentil et si aimant » : les Israéliens ont compris depuis longtemps tous les ravages de cette imposture télévisuelle!

Car il serait temps de commencer aussi à responsabiliser pénalement les familles… Comment ? Frangin prépare le casse du siècle et on n’a jamais entendu parler?… Pas un mot? Pas un seul mot?

Parallèlement au droit du port d’arme leur permettant de se défendre in extemis devant les névrosés d’Allah, les Israéliens peuvent nous inspirer entre autres par ces brigades Mista’arvim, ces soldats camouflés en Arabes, pénétrant  les mosquées, les cercles et les associations… déjouant des complots… aux avant-postes d’un combat civilisationnel inévitable!

Mais c’est sans compter sur tous nos culs-de-jatte de la pensée unique qui bavent de jubilation lorsque vient le temps de stigmatiser le « monde américano-sioniste » tirant les ficelles de la mascarade…

Parce qu’il y a quelque chose de malsain, là, au beau milieu d’un conflit de civilisation avec l’islam, d’en imputer la responsabilité sociologique à l’Occident et à son moteur, les États-Unis et leur affidé « empêcheur de tourner en rond », Israël… Il s’agit d’un autre débat!

Vieille manie et vieux réflexes anti-américains primaires, voyant partout la main de « l’Empire », à travers la dénonciation d’une Amérique à la solde des juifs et d’une Knesset aux ordres de l’AIPAC : éternelle machination reprenant du service alors que le lobby saoudien, ce lobby scellé par le pacte de Quincy, assurément le plus détestable à Washington, le plus sournois, le plus souterrain et manipulateur, celui dont il faut se méfier le plus, et qui n’opère en rien comme les autres lobbys dument enregistrés, celui qui vient bousiller à coup de milliards, tantôts les partis et les associations, tantôt les représentants et sénateurs…

L’inaltérable fonds de commerce de nos conspirationnistes carabinés type Dieudonné, les idiots utiles de cette culture du secret, fantasmant la « disproportion-des-lobbys-judéo-sionistes-mondialisés », pendant que les monarchies du Golfe, coudées franches, financent tranquillement les mosquées salafistes et les teams terroristes qui prépareront le prochain carnage aux terrasses : belle déflexion de nos écrivassiers du moment, au diapason de nos multiculturalistes islamophiles…

Bien entendu, personne de ces papelards névrotiques ne se demande que serait devenu le Moyen-Orient sans l’implantation d’un État d’Israël, tampon de notre occident, dont la chartre fondamentale, quoi qu’on en dise, est basée sur le droit positif et le constitutionnalisme parlementaire; aux antipodes de cet « État palestinien » ou de ce Hamas dont toute la sphère bobocrate se réclame, mais surtout, dont la chartre fondamentale, cette fois-ci, n’est nul autre que… les « Protocoles des Sages de Sion »?

Bien entendu encore, on voit déjà les tartuffes venir nous dire justement, qu’Israël est en soi la « cause » de ce conflit, son animateur permanent, et que sans l’existence de ce pays, tout irait pour le mieux dans la concorde des peuples…

Rendus-là, autant se faire eunuque : même pas la peine de répondre!

Toujours ce deux poids deux mesure : ces hypocrites « réserves » d’une part, et ces « feintes » indignations dont on ne peut s’empêcher de penser qu’elles seraient plus fermes si tout ce bordel de tueries avait lieu dans les rues de Londres, de Paris ou de New York…

En fait, le « deux poids deux mesures », le voici :

D’un côté, un état « occidental » partageant nos valeurs et notre culture aux avant-postes d’un conflit de civilisation, dont seul Samuel Huntington, contre Fukuyama, avait prédit la funeste finalité, et ce, dès les lendemains de la chute du soviétisme…

Et de l’autre, un Moyen-Orient islamiste et ses « snipers » palestiniens communiant à la sacro-sainte communion eschatologique de l’Oumma, appelant tous les musulmans du monde entier à tuer les juifs et les associateurs (chrétiens), dans une guerre à finir avec l’Occident judéo-croisé!

Tout est là!

Le reste n’est que rhétorique de colonnes…

Marc Traversy