Guerre tribale à l’aéroport d’Orly entre deux rappeurs musulmans

Publié le 2 août 2018 - par - 135 commentaires - 3 708 vues
Share

Il y a eu de l’ambiance, dans la salle d’embarquement du hall 1 d’Orly-ouest, ce mercredi après-midi ! En partance tous deux pour Barcelone donner des concerts, les malabars Booba et Kaaris se sont battus pire que des chiffonniers. Immédiatement relayés par leurs équipes respectives. Coups de pieds, coups de poings, lancers de bouteilles de parfum et insultes aussi diverses que peu variées, rien ne manquait pour distraire les autres passagers. Ces rappeurs, des Français commevousetmoi ?

Depuis quelques années, rien ne va plus entre les deux stars du rap, cette « sous-culture d’analphabètes », pour reprendre l’expression d’Eric Zemmour. Passés de copains collaborateurs à rivaux ennemis jurés, ils ne peuvent plus se voir en peinture. L’origine de cette désaffection ? Une imbécile histoire de manque de soutien, Booba n’ayant pas encaissé le peu d’empressement de Kaaris à le défendre lors de ses affrontements avec deux autres adorables chanteurs de rap, Rohff et La Fouine. Le vivre ensemble à la Française, on vous dit.

Booba ? Elie Yaffa d’état civil, né à Boulogne-Billancourt il y a 42 ans, de père sénégalais et de mère française. Un jeune homme au sang chaud, ce Booba. La prison n’a plus de secret pour lui. Une première fois, pour agression d’un chauffeur de taxi, une deuxième fois en préventive (3 mois) pour sa participation présumée dans une fusillade ayant fait un blessé grave et une troisième, en 2003, pour avoir été au volant d’un « puissant véhicule volé ». Un palmarès qui ne nuit nullement à la carrière de celui qui se nomme modestement le Duc de Boulogne, un rap au travers duquel il clame son amour pour son pays. « Je fais des dons d’urine pour que la France entière se désaltère. L’Afrique, c’est la terre, à leur santé, je déblatère ». Booba, c’est lui-même qui le revendique, est un Sinéké sénagalais, musulman de confession.

Kaaris, ensuite, de son vrai nom Okoun Armand Gnakouri. Né en 1980 en Abidjan (Côte-d’Ivoire), il arrive en France avec sa mère, veuve, chrétienne pratiquante, flanquée de six autres enfants. A 6 ans, il sait ce qu’il veut : il se convertit à l’islam. Jusqu’à ce mercredi qui lui vaut, avec son rival, une mise en garde-à-vue, à notre connaissance, pas de précédents judiciaires pour Kaaris. Qui, dans Marchand d’Ivoire chante « Ma liberté se trouve dans mon joint. De toi et de mon arme je prends soin. Panthère noire je lève le poing. Africain, je suis sauvage ». Kaaris, « le fer de lance d’un rap hardcore », écrit, enthousiaste, Libé.

Pas franchement civilisée, en effet, cette scène qui a ravagé une partie du duty-free, au milieu de passagers médusés et apeurés. Mais, enfin ! Pas moins que celle de pauvres paysans du XVIIe siècle, juste de mauvais joueurs ou tricheurs, qui s’empoignent au cours d’une partie de cartes ! Voilà la comparaison bien étrange de Rhoff sur cette castagne. Rohff, né Housni Mkoubia, un Comorien né à Tananarive, devenu Français, l’ami rappeur drôlement cultivé de Kaaris, s’est souvenu du tableau peint par le Néerlandais Adriaen Brouwer, vers 1630.

Booba, Kaaris et leurs comparses incapables de maîtriser leurs nerfs, qui mettent à sac un magasin sans aucun état d’âme, deux rappeurs dont les paroles de chansons dégoulinent de vulgarité et d’agressivité. Et, le fin du fin, un Booba, à la fin de la rixe, pavanant torse-nu en plein aéroport !

Une scène qui fait penser aux guerres tribales proverbialement connues pour continuer de ravager, ici ou là, le continent africain ! Oui, non, cette horde de rappeurs emplie de bonnes manières – qui sait, peut-être un jour prochain invitée à l’Elysée ? -, enfonçons-nous le dans le crâne, est Française.

Caroline Artus

https://www.lci.fr/faits-divers/bagarre-a-l-aeroport-d-orly-rohff-l-ennemi-jure-de-booba-prend-la-defense-de-kaaris-rap-2094757.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Booba

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/08/01/une-altercation-entre-les-rappeurs-booba-et-kaaris-provoque-des-retards-a-l-aeroport-d-orly_5338370_1653578.html

https://genius.com/Booba-le-duc-de-boulogne-lyrics

http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-rappeur-booba-en-prison-22-04-2003-2004021156.php

https://www.paroles.net/kaaris/paroles-marchand-d-ivoire

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Anton

Ils sont au trou! Bien fait !

BERNARD

Bizarre quand même : le rap a droit de citer dans toutes les radios/tv (c’est vrai que c’est une culture qui vaut bien le doigt dans le fondement), mais jamais je n’ai entendu une chanson des « brigandes » sur ces mêmes radios/tv..

Quant tu dis, j’urine sur les français,, c’est super bien.. nial gé chébran
Quant tu dis : foutez-le camp, c’est xénophobe raciste identitaire fasciste

Mais bon, puisque le « peuple » a choisi, alors rien à redire !

uru

l’aéroport est le nouveau lieu de jeux de ces musulmans !!!!!! ils progressent tranquillement….les aéroports vont devenir de nouveaux lieux de non droit mdr

UltraLucide

Les bobos immigrationnistes xénophiles et négrophiles devraient essayer de se former une image mentale de deux clans de souchiens en train de se livrer à un combat barbare à Orly ou la Gare de Lyon. Mais menés par Johnny et Eddy, ou Charles Aznavour et George Moustaki (deux immigrés ou fils d’immigrés d’autrefois). Juste pour mesurer où nous en sommes de la décadence profonde provoquée par l’immigration africaine massive, imposée et applaudie par les mêmes « élites ».

Hoplite

J’espère qu’ils vont prendre un bon rappel à la loi